Kim Jong-un invite le président sud-coréen à une rencontre

 |   |  745  mots
Cette invitation a été transmise par Kim Yo-jong, la soeur cadette de Kim Jong-un, lors d'un déjeuner avec le président Moon à la Maison bleue, la présidence sud-coréenne, a précisé un porte-parole ajoutant que le leader nord-coréen souhaitait que cette rencontre ait lieu à une date proche.
Cette invitation a été transmise par Kim Yo-jong, la soeur cadette de Kim Jong-un, lors d'un déjeuner avec le président Moon à la Maison bleue, la présidence sud-coréenne, a précisé un porte-parole ajoutant que le leader nord-coréen souhaitait que cette rencontre ait lieu "à une date proche". (Crédits : KCNA KCNA)
Le leader nord-coréen Kim Jong-un a invité le président sud-coréen Moon Jae-in à se rendre à Pyongyang pour une rencontre qui serait une première entre les dirigeants des deux pays depuis plus de dix ans, a annoncé la présidence sud-coréenne samedi.

La proposition a été reçue de manière favorable. Le leader nord-coréen Kim Jong-un a invité le président sud-coréen Moon Jae-in à se rendre à Pyongyang pour une rencontre qui serait une première entre les dirigeants des deux pays depuis plus de dix ans, a annoncé la présidence sud-coréenne samedi. Cette invitation a été transmise par Kim Yo-jong, la soeur cadette de Kim Jong-un, lors d'un déjeuner avec le président Moon à la Maison bleue, la présidence sud-coréenne, a précisé un porte-parole ajoutant que le leader nord-coréen souhaitait que cette rencontre ait lieu "à une date proche".

Le président Moon a indiqué que les deux Corées devaient travailler à établir les conditions nécessaires pour que cette rencontre ait lieu, a dit un responsable sud-coréen laissant entendre que l'offre avait été accueillie de manière favorable. Une visite de Moon en Corée du Nord représenterait un succès diplomatique pour le président sud-coréen car cela constituerait le premier sommet entre les deux Etats depuis 2007.

Le président Moon a accédé l'an passé à la tête de la Corée du Sud sur sa promesse d'une politique d'ouverture à l'égard de la Corée du Nord. Premier membre de la dynastie des Kim à se rendre au Sud depuis la guerre de Corée (1950-53), Kim Yo-jong est arrivée vendredi en Corée du Sud où elle a assisté à la cérémonie d'ouverture des Jeux d'hiver. Le vice-président américain, Mike Pence, était également présent mais a évité tout contact avec la délégation nord-coréenne.

Défilé commun

Les deux Corées ont fait défiler leurs délégations sous la bannière de la réunification lors de la cérémonie à Pyeongchang, à 80 km de la ligne de démarcation séparant les deux Corées, tandis que Moon Jae-in et Kim Yo-jong échangeaient une poignée de mains remarquée. Elu en mai dernier, Moon Jae-in, qui est favorable à une reprise du dialogue avec le Nord, n'a pas épargné ses efforts pour que les Jeux de Pyeongchang, qui s'achèveront le 25 février, permettent d'atténuer les tensions dans la péninsule coréenne autour des ambitions nucléaires et balistiques de Pyongyang.

A son entrée samedi dans la salle de la Maison bleue à Séoul, où l'attendait Kim Yo-jong et les autres membres de la délégation de Pyongyang, le président sud-coréen leur a dit, devant les caméras de télévision, avoir apprécié qu'ils aient assisté dans le froid à la cérémonie d'ouverture des Jeux. "Vous allez tous bien ?", s'est-il enquis auprès d'eux avant que les journalistes soient évacués de la pièce.

Outre la soeur de Kim, le régime de Pyongyang était également représenté par Kim Yong-nam, le président du présidium de l'Assemblée populaire suprême qui fait office de chef d'Etat protocolaire de la Corée du Nord, a précisé la Maison bleue. La délégation du Sud comprenait le conseiller à la sécurité nationale de Moon, Chung Eui-yong, son directeur de cabinet Lim Jong-seok et le ministre de l'Unification, Cho Myong-gyon.

Une émissaire de choix

Cette rencontre de haut rang marque l'apogée de plusieurs mois d'un travail engagé par l'équipe de Moon depuis son élection tandis que le ton montait entre Pyongyang et Washington et que les tensions s'accumulaient dans la péninsule, où la Corée du Nord a procédé à son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour, en septembre dernier et testé fin novembre un missile balistique intercontinental théoriquement capable de frapper les Etats-Unis.

Même si elle occupe un rang protocolaire inférieur à celui de Kim Yong-nam, la venue de Kim Yo-jong en Corée du Sud est symboliquement plus spectaculaire parce qu'elle est le premier membre de la famille des maîtres de la Corée du Nord à se rendre au Sud depuis la fin de la guerre mais aussi parce que son frère l'a promue au sein des arcanes du pouvoir, la nommant en octobre dernier membre suppléante du Politburo. Kim Yo-jong, âgée de 28 ans, dirige aussi le département chargé de la propagande et de l'agitation du Parti des travailleurs, le parti unique de la République populaire démocratique de Corée.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2018 à 22:40 :
Qu'est ce que ça fait un Kim Jong-un et un Moon Jae-in sur un banc? Un Banc Kim Moon...
Réponse de le 11/02/2018 à 4:09 :
c'est marrant !!!!!!!!!!!!!
a écrit le 10/02/2018 à 19:20 :
Il y a comme un esprit de détente et d'ouverture dans ce coin du monde. Illusion d'optique
ou réalité ? Seul le temps le dira...
a écrit le 10/02/2018 à 15:12 :
Quel politique, quel manipulateur!
Réponse de le 11/02/2018 à 4:10 :
vous connaissez une seul politique qui ne soit pas un manipulateur ?????
Réponse de le 11/02/2018 à 9:18 :
@bertrand
Ahhhh mais celui llà c'est un maître, non?
a écrit le 10/02/2018 à 13:12 :
Quelle invitation déséquilibrée entre un président élu et dans un situation précaire quant à la durée de ses mandats et un tyran fils et petit fils de tyrans qui a tout le temps devant lui pour arriver a ses fins. La perversion totale du communisme qui singe l'ancien régime ou on est couronné grâce a sa naissance.
Réponse de le 11/02/2018 à 4:13 :
après l'effondrement de la France peut se sentent couronné grâce à la naissance : au Moyen-äge, chacun était couronné grâce à la naissance : chaque boucher était couronné , chaque agriculteur était couronné !! mais comme maintenant la France est en train de crevé il n'y plus grand monde qui sache faire quelque chose de ses 10 doigts !! quand à l'invitation en quoi serait-elle déséquilibrée ?????
a écrit le 10/02/2018 à 12:46 :
Le leader nord-coréen Kim Jong-un est malicieux. Il a senti le feu au poudre et il peigne maintenant dans le sens du poil. Ces ennemis doivent s'attendre à un coup de vent soudain qui renversera le sens des poils.
Réponse de le 11/02/2018 à 4:14 :
c'est clair que Kim est un malin : on ne se maintient pas à son niveau si on est un grand con !!!
a écrit le 10/02/2018 à 12:15 :
Recevoir ces gens qui ont du sang sur les mains et leur laisser le temps de continuer plus tranquillement leur programme d'armement nucléaire. Le sud n'est pas dupe mais il ne peut refuser cette mascarade diplomatique pour la réussite de ses jeux.
a écrit le 10/02/2018 à 11:57 :
Avec les J.O. de la CIA enfin du CIO il a eut droit encore à un défilé, enfin sa soeur, ça doit être chiant à la fin...
a écrit le 10/02/2018 à 11:16 :
le seul intérêt de ces "petits jeux" est de gagner du temps pour ses scientifique, notamment, la réduction d'une tête atomique pour son missile et en fabriquer quelques un avant d'en tester un dans l'espace en mode balistique, autant dire que ca sera la guerre, les USA ne l'accepteront.
Réponse de le 10/02/2018 à 13:20 :
Ce qui est en train de se passer est que les coréens sont ensemble en train de pousser les USA hors du jeu.

A partir du moment où la Corée du Nord a démontré un arsenal nucléaire dissuasif elle est devenue de facto invincible militairement.
La métropole de Séoul, qui compte 25 millions d'habitants n'est qu'à 50 km de la frontière. Dans l'état actuel de la technologie nord coréenne, si un seul missile touche cette région c'est 30 Hiroshima.

La Corée du sud a simplement pris acte du fait que la question ne se résoudrait pas militairement et qu'il n'y aura pas de réunion des pays par la force. Union dont par ailleurs ni les sud coréens, ni les nord coréens ne veulent (ainsi que les chinois, les russes, les japonais....).

Pour terminer, la Corée du Nord n'est pas hostile à son voisin du Sud, ce qu'elle refuse c'est l'ingérence US et les menaces perpétuelles d'agression de leur part.

Je pense (et j'espère) qu'on est en train d'assister à un début de normalisation des rapports entre les deux pays, qui sera facilitée par la mise à l"écart diplomatique de Trump qui s'est totalement décrédibilisé et a beaucoup inquiété Seoul, qu'il était pourtant supposé défendre.

Le processus de normalisation de la Corée du Nord prendra du temps, mais finira par arriver quand les coréens réaliseront que leurs voisins aiment leurs enfants aussi.

Le seul rôle utile que les USA peuvent encore jouer c'est d'assurer en arrière fond un parapluie nucléaire pour Séoul, histoire d’empêcher un chantage du Nord. Pour le reste Trump a perdu la main.
Réponse de le 10/02/2018 à 15:30 :
Trump à rien perdu du tout, ils vendent des armes par centaines de millions de dollars à la corée du sud et au japon
Réponse de le 10/02/2018 à 15:31 :
@réponse de nom
je ne crois pas un mot de votre commentaire.
Chaque peuple aspire à une réunion même et malgré tous les changements et évolutions., Mais pas la fierté et l'ame Coréenne qui veulent être Une.seule nation. Cela prendra ce qu'il faut mais cela sera.
Réponse de le 11/02/2018 à 0:51 :
A votre avis quelles étaient les chances de réunifier l'Allemagne alors que les chars russes campaient en DDR et les blindés américains faisaient de même en BRD ?

Sans effondrement de la dictature locale en Allemagne de l'Est, le mur ne serait jamais tombé et la réunification a été tous sauf une évidence et elle est encore en cours (ou plus exactement en berne).

Moi je ne crois pas à l'unité obligatoire. Si les allemands n'avaient pas choisi de déclencher une guerre en 1914, l'Alsace Lorraine serait toujours allemande et ça ne susciterait aucun commentaire parce qu'on en serait à la 7eme génération, totalement assimilée.

Et on peut trouver des dizaines d'autres exemples dans l’histoire des peuples.
Actuellement les coréens du sud voient leurs voisins plus comme des gens surarmés, idéologiquement fanatiques et dangereux, que comme de gentils voisins.
Ça peut changer, c'est le rôle de la diplomatie de créer les conditions de la détente mais ca prendra du temps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :