Corée du Nord : Kim Jong-un ressuscite le "téléphone rouge" intercoréen

La ligne, seul moyen de communication entre les deux Corées, avait été coupée depuis 2013. Devant ce réchauffement des relations intercorréennes, les Etats-Unis ont réagi avec scepticisme.

2 mn

Cette annonce intervient au lendemain de la proposition du président sud-coréen Moon Jae-in de tenir le 9 janvier des discussions à haut niveau en vue d'organiser la venue d'une délégation nord-coréenne aux Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud, en février.
Cette annonce intervient au lendemain de la proposition du président sud-coréen Moon Jae-in de tenir le 9 janvier des discussions à haut niveau en vue d'organiser la venue d'une délégation nord-coréenne aux Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud, en février. (Crédits : KCNA KCNA)

Un rappel de la Guerre froide ? Kim Jong-un a ordonné le rétablissement de la ligne téléphonique d'urgence qui relie la Corée du Nord à la Corée du Sud afin de discuter des modalités d'un dialogue intercoréen, a déclaré mercredi un responsable nord-coréen dans un communiqué lu à la télévision d'Etat.

Seul moyen de communication entre les deux Corées, le "téléphone rouge", coupé depuis 2013 à l'initiative de Pyongyang, fonctionnera de nouveau à partir de 06h30 GMT mercredi, a-t-il précisé.

Cette annonce intervient au lendemain de la proposition du président sud-coréen Moon Jae-in de tenir le 9 janvier des discussions à haut niveau en vue d'organiser la venue d'une délégation nord-coréenne aux Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud, en février.

Lire aussi : Le gouvernement de la Corée du Sud est prêt à dialoguer avec Pyongyang

Un réchauffement dans les relations intercoréennes

Le rétablissement du téléphone rouge est un "développement significatif", a estimé mercredi le porte-parole du président sud-coréen.

Moon Jae-in, partisan de longue date d'un dialogue avec la Corée du Nord, a lui-même répondu à la main tendue par Kim Jong-un qui, dans son discours du Nouvel an, lundi, s'est dit prêt à discuter avec Séoul tout en menaçant les Etats-Unis de riposte nucléaire en cas d'attaque.

Cette amorce de réchauffement intercoréen a été accueillie avec scepticisme par les Etats-Unis, dont le président Donald Trump a à son tour menacé Pyongyang mardi en disant avoir un bouton nucléaire "plus gros et plus puissant" que celui de Kim Jong-un.

North Korean Leader Kim Jong Un just stated that the "Nuclear Button is on his desk at all times." Will someone from his depleted and food starved regime please inform him that I too have a Nuclear Button, but it is a much bigger & more powerful one than his, and my Button works!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 3 janvier 2018

Le président des Etats-Unis avait réagi plus tôt dans la journée avec prudence à l'offre de discussions intercoréennes formulée par le président sud-coréen Moon Jae-in après une main tendue par Kim Jong-un, disant douter des intentions de celui qu'il se plaît à surnommer "Rocket man".

"Rocket man veut maintenant parler à la Corée du Sud pour la première fois. C'est peut-être une bonne nouvelle, peut-être pas. Nous verrons", avait-il écrit sur Twitter.

(avec Reuters)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 03/01/2018 à 17:46
Signaler
"les États-Unis ont réagi avec scepticisme", tu m'étonnes. Ce pays n’arrête pas de jeter de l'huile sur le feu en laissant croire que la Corée du Nord va déclencher une guerre nucléaire. Ceux qui connaissent les véritables enjeux savent ce que cache...

le 04/01/2018 à 3:14
Signaler
Vos arguments sont tout simplement affligeants d'ignorance geo-politique de la region concernee. Revoyez vos infos.

à écrit le 03/01/2018 à 14:37
Signaler
Kim Jong-un cherche à gagner du temps. Si les Américains ne se débarrasse pas de lui, alors c'est lui qui se débarrassera d'eux et par la suite d'autres pays.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.