L'Iran crie vengeance après la mort du général iranien Soleimani tué par les États-Unis en Irak

 |   |  1125  mots
Une vengeance implacable attend les criminels qui ont empli leurs mains de son sang et de celui des autres martyrs a menacé vendredi le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, après la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué plus tôt dans un raid américain à Bagdad trois jours après l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis.
"Une vengeance implacable attend les criminels qui ont empli leurs mains de son sang et de celui des autres martyrs" a menacé vendredi le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, après la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué plus tôt dans un raid américain à Bagdad trois jours après l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis. (Crédits : Morteza Nikoubazl)
Le raid américain meurtrier sur Bagdad, trois jours après l'attaque inédite contre l'ambassade américaine, constitue une "escalade extrêmement dangereuse", selon l'Iran. Ce vendredi, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, s'est engagé à "venger" la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani.

Le puissant général iranien Qassem Soleimani, émissaire de la République islamique en Irak, et un dirigeant pro-iranien ont été tués tôt vendredi dans un raid américain à Bagdad, une "escalade extrêmement dangereuse" selon l'Iran qui intervient trois jours après l'attaque inédite contre l'ambassade américaine.

Peu après l'opération, le Pentagone a annoncé que le président américain Donald Trump avait lui-même donné l'ordre de "tuer" Soleimani, un dirigeant des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique. Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires majoritairement pro-Iran désormais intégrés à l'Etat irakien, est également mort dans ce bombardement.

Il s'agit de "la plus importante opération de +décapitation+ jamais menée par les Etats-Unis, plus que celles ayant tué Abou Bakr al-Baghdadi ou Oussama Ben Laden", les chefs des groupe Etat islamique (EI) et Al-Qaïda, a commenté Phillip Smyth, spécialiste américain des groupes chiites armés.

Alors que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, y a vu une "escalade extrêmement dangereuse et imprudente", un ancien chef des Gardiens de la révolution, Mohsen Rezai, a promis que la "vengeance sur l'Amérique" serait "terrible".

Depuis des années, Bagdad est pris en étau entre ses deux grands alliés, américain et iranien, eux-mêmes au coeur de tensions grandissantes sur le dossier du nucléaire.

En renversant en 2003 le régime de Saddam Hussein, les Etats-Unis avaient pris la haute main sur les affaires irakiennes. Mais le système qu'ils ont mis en place est désormais noyauté par Téhéran et des mouvements pro-Iran.

Ceux-ci ont assemblé un arsenal inégalé grâce à Téhéran mais aussi au fil des années de combat, aux côtés des Américains notamment, contre l'EI.

Mardi, ces mêmes parties sont parvenues à attaquer l'ambassade américaine à Bagdad, dans l'ultrasécurisée Zone verte de Bagdad.

Soleimani tué sur ordre du président Trump

La frappe américaine de vendredi matin intervient dans la foulée de cette attaque, mais aussi d'une série d'attaques à la roquette contre ses diplomates et ses soldats qui dure depuis des semaines. Non revendiquées, elles ont été attribuées par Washington aux forces pro-Iran en Irak.

"Sur ordre du président, l'armée américaine a pris des mesures défensives décisives pour protéger le personnel américain à l'étranger en tuant Qassem Soleimani", a indiqué le Pentagone dans un communiqué.

Aussitôt, l'influent sénateur républicain Lindsey Graham, proche allié de M. Trump a menacé l'Iran: "si vous en voulez plus, vous en aurez plus".

Mais, alors que le Congrès américain n'a pas été notifié avant le raid selon un élu démocrate, les conséquences de l'assassinat ciblé d'une des figures les plus populaires d'Iran a soulevé l'inquiétude d'autres parlementaires, à moins d'un an de la présidentielle américaine.

"Le président Trump amène notre nation au bord d'une guerre illégale avec l'Iran, sans l'approbation du Congrès", a notamment fustigé le sénateur démocrate Tom Udall.

La nouvelle a fait bondir de plus de 4% les cours du pétrole. L'or noir iranien est déjà sous le coup de sanctions américaines et la montée en puissance de l'influence de Téhéran en Irak, deuxième producteur de l'Opep, fait redouter aux experts un isolement diplomatique et des sanctions politiques et économiques.

Le raid américain, qui a visé un convoi de véhicules dans l'enceinte de l'aéroport de Bagdad, a tué en tout au moins neuf personnes au total, selon des responsables des services de sécurité irakiens.

L'autre grande figure tuée est Abou Mehdi al-Mouhandis, véritable chef opérationnel du Hachd al-Chaabi et lieutenant du général Soleimani pour l'Irak depuis des décennies.

Les deux hommes, dont l'enterrement aura lieu samedi selon le Hachd, étaient sous sanctions américaines et cette coalition paramilitaire pro-Iran est aujourd'hui au coeur de toutes les attentions en Irak.

Si le Hachd a combattu à partir de 2014 aux côtés des troupes irakiennes et de la coalition internationale antijihadistes emmenée par les Etats-Unis, ses factions les plus pro-iraniennes -pour certaines nées dans la lutte contre l'occupation américaine de 2003 à 2011- sont désormais considérées par les Américains comme une menace plus importante que le groupe EI.

L'Irak à nouveau transformé en champ de bataille ?

Mardi, ce sont ses combattants et ses partisans qui se sont livrés par milliers à une démonstration de force inédite en Irak. Ils ont déferlé dans la Zone verte de Bagdad où se trouve l'ambassade américaine, ont attaqué la chancellerie à coup de béliers de fortune et ont tracé des graffitis sans équivoque sur les murs. "Non à l'Amérique", disait l'un, "Soleimani est mon chef", affirmait un autre.

Cet épisode inédit semblait terminé mercredi avec le retrait des pro-Iran de la Zone verte, sur ordre du Hachd.

Mais les morts de vendredi donnent de plus en plus de consistance à la menace qui pèse depuis des mois sur l'Irak: que son sol se transforme en un champ de bataille par procuration pour l'Iran et les Etats-Unis.

Une dizaine d'attaques à la roquette ont visé depuis fin octobre des soldats et des diplomates américains, tuant il y a une semaine un sous-traitant américain.

Dimanche soir, Washington, qui accuse les factions pro-Iran du Hachd al-Chaabi d'être derrière ces attaques non revendiquées, a répondu en bombardant des bases de l'une d'elles près de la frontière syrienne, faisant 25 morts.

L'exacerbation des tensions entre les Etats-Unis et l'Iran en Irak s'inscrit dans le cadre du contentieux grandissant entre les deux ennemis sur le programme nucléaire iranien depuis le retrait unilatéral américain en mai 2018 de l'accord international conclu trois ans plus tôt entre Téhéran et cinq grandes puissances.

L'Iran crie vengeance

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, s'est engagé vendredi à "venger" la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué plus tôt dans un raid américain à Bagdad, et décrété un deuil national de trois jours dans son pays.

"Le martyre est la récompense de son inlassable travail durant toutes ces années (...). Si Dieu le veut, son oeuvre et son chemin ne s'arrêteront pas là, et une vengeance implacable attend les criminels qui ont empli leurs mains de son sang et de celui des autres martyrs", a dit l'ayatollah Khamenei sur son compte Twitter en farsi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2020 à 17:46 :
excellent article de La Tribune et commentaire de kakech. C'est encore, comme en 1936, la passivité des européens (réduits par l'UE à de vils marchands) qui rend la guerre probable. L'UE n'est qu'une zone de libre échange et ne joue aucun rôle dans la géopolitique mondiale comme les USA ou la Chine. Le monde brûle mais nos hauts fonctionnaires (Macron, Cirelli) se décernent des légions d'honneur en chocolat.
a écrit le 04/01/2020 à 12:34 :
Je fais confiance aux Iraniens pour trouver les moyens de se venger.
a écrit le 03/01/2020 à 23:19 :
Je me demande ce qu'il se serais passé si l'Iran avait assassiné un général des USA?..
a écrit le 03/01/2020 à 22:17 :
C’est un bourbier inextricable et inexplicable...

Recommençons à la «  base »
Tuer est mal et de «  tous les côtés « ( sans soutenir aucun pays )
Car chaque vie a le droit de vivre.
Nous sommes personnes pour décider de qui doit vivre ou de qui doit mourir .
La vengeance c’est le mal ,la violence , la haine , la guerre c’est le mal également, c’est le «  cancer «  de l’humanité.
Après c’est une question individuelle et collective de conscience «  humaine « 
a écrit le 03/01/2020 à 17:21 :
Les vieillards sanguinaires du régime iranien réalisent soudain qu'un drone peut venir les transformer en purée rouge à peu près à n'importe quel moment, et cela leur fait tout bizarre, dans leur capharnaüm d'argent volé, où ils se croyaient peinards.
a écrit le 03/01/2020 à 14:10 :
Qu'est ce que ce général vendu comme stratège foutait à Bagdad ? même feu Bagdadi était plus futfut.....Tout fou le camp....
a écrit le 03/01/2020 à 11:56 :
Trump : 1 , Khamenei :0 .
les mollah vont bouffer leur turban , la jeunesse iranienne va enfin être libérée de l'obscurantisme politique et religieux qui sévit en Iran depuis 50 ans .
Réponse de le 03/01/2020 à 13:40 :
Les résultats en Afghanistan, presque 40 ans après, devrait tempérer votre optimisme. Surtout Trump est en bonne partie responsable de la situation qui a retirer son pays de l'accord de Vienne.
a écrit le 03/01/2020 à 11:38 :
Bravo à Trump, il faut continuer, la région en a bien besoin !
a écrit le 03/01/2020 à 11:34 :
Après l'élimination imbécile de Sadam et de Mouamar, à quand Sarajevo?
a écrit le 03/01/2020 à 11:08 :
Quelle folie de la part des USA de reproduire la dérive de l'empire britannique de vouloir toujours s'emparer des richesses des autres (le pétrole en Irak), de dominer le monde, de ne pas tolérer ce que vivent et pensent les autres. L'Irak est à grande majorité de culture chiite, ils ont fait partie de la Perse (comme la Syrie et le Liban ce qui explique la force des mouvements chiites dans ces pays). C'est leur histoire, ne pas l'admettre et imposer de force sa loi, c'est vouloir la mort à ce peuple. Les USA doivent se retirer d'Irak et arrêter cette sale guerre.
Que les USA laissent l'Iran se développer et la population remettra les choses en place. C'est ce qui était en train de se passer, je l'ai vécu sur place. La culture chiite historique (et la majorité des religieux) est contre le pouvoir temporel aux religieux ! Cette république Islamique est donc un avatar lié à Komeiny, elle sera peu à peu vidée de son sens initial. Il fallait aider l'Iran, ne pas sortir du traité sur le nucléaire ni imposer ces sanctions débiles. La population en souffre et cela renforce ceux qu'il faudrait virer.
Nous assistons au triomphe de l'intolérance, de la violence, de la bêtise, de l'inculture.
Réponse de le 03/01/2020 à 12:02 :
Vous avez raison, pensée pour le peuple Perse.
Réponse de le 04/01/2020 à 7:25 :
Qui a vire le shah ?
a écrit le 03/01/2020 à 10:00 :
Nous sommes au bord du précipice, qui se sont les C... qui ont ravagé le Moyen Orient et la Lybie.. Désormais il faut compter avec la Chine, la Russie, l'Iran et leurs pays satellites qui ont la main sur cette partie du monde..
a écrit le 03/01/2020 à 9:52 :
Je vois que trump a trouve un moyen de relever la profitabilite du petrole americain issu de fracturation hydraulique….les lections arrivent
a écrit le 03/01/2020 à 9:27 :
"Ali Khamenei, s'est engagé à "venger""

Enfin d'y envoyer ses troupes fanatiques lobotomisées plutôt hein, le gars devant déjà être bien à l'abri dans son bunker !

Il faut vraiment que la situation sociale dans notre pays soit en piteux état pour que de jeunes français aient décidé de rejoindre le camp des fous furieux non ?
Réponse de le 03/01/2020 à 10:20 :
Les attentats en France ont été commis par des sbires de Daesh et Al-Qaeda qui sont des émanations de l'Arabie Saoudite et du Qatar, pas de l'Iran.
C'est écrit dans l'article : "le Hachd a combattu à partir de 2014 aux côtés des troupes irakiennes et de la coalition internationale antijihadistes emmenée par les Etats-Unis"
C'est vrai que les US en envoyant leurs drones sont hyper exposés...
Réponse de le 03/01/2020 à 10:33 :
@ multipseudos:

"C'est vrai que les US en envoyant leurs drones sont hyper exposés... "

Pourquoi c'est quoi ton idée que Trump défi Rohani en duel au pistolet ?

Le pire c'est que cela m'étonnerait que ce soit l'américain qui se déile vu le cowboy que c'est !
Réponse de le 03/01/2020 à 13:17 :
@ hercule

"enfants de la petite classe moyenne,"

ET alors tu as vu dans quel état elle est la "petite classe moyenne" ? TU peux arrêter de me troller avec ton déni systématique stp ? Merci.

"Allez, je suis certain que vous brûliez d'envie d'incriminer l'Europe, les banquiers etc... j'ai tord ;-) ? "

SIgnalé

Et si je peux pas vous savez ce qui vous attend, du moins ce qui attend hercule...
a écrit le 03/01/2020 à 9:01 :
Venir chatouiller les américains à Bagdad quand on est iranien expose. Il est des pays qui depuis 40 ans posent indubitablement des problèmes de sécurité au monde: l'Iran et la Corée du Nord, qu'il s'agit de châtier à défaut de compréhension, et de coopération, de leurs parts. On ne jugera pas trop vite cette action ciblée.
Réponse de le 03/01/2020 à 9:56 :
Il est des pays qui depuis 40 ans posent indubitablement des problèmes de sécurité au monde: l'Iran et la Corée du Nord.....les USA egalement mais bon ca fait tourner leur economie
Réponse de le 03/01/2020 à 10:29 :
Vous croyez que les usa sont dans la région pour apporter paix et stabilité ? Ils sont là pour le pétrole et ils sont prêts à la guerre pour le garder. Ça pose des problémes de sécurité au monde non?
Réponse de le 03/01/2020 à 10:57 :
Si nous devions choisir entre Iran et USA, cela serait bien facile. Et le premier pays producteur de pétrole aux Monde sont les USA (ce qui ne signifie pas qu'ils n'ont pas effectivement des intérêts à défendre dans cette partie du Monde).
Réponse de le 04/01/2020 à 12:30 :
Cela fait plus de 60 ans que les USA "chatouillent" le peuple perse.

On rappellera qu'ils ont soutenu au delà du raisonnable un dictateur sanguinaire (ce qui a amené Khomeiny au pouvoir), qu'ils ont soutenu l'invasion de l'Iran par l'Irak en 1980 et qu'ils ont tout fait pour que cette guerre monstrueuse dure 8 années.
Qu'ils ont étouffé depuis le pays par des sanctions économiques délirantes.

Faut se mettre deux secondes à la place des iraniens.

Et si l'on devait me contraindre à choisir, entre des dégénér(é)es obèses qui érigent la violence et l'ignorance en vertus cardinales, et les descendant(e)s des amoureux des arts, des sciences et de l'amour, je n'hésiterai pas.
a écrit le 03/01/2020 à 8:59 :
C'est quoi... ces médias qui donnent la parole a ceux qui demandent vengeance, après on dira qu'ils ne sont pas responsable dans le développement du terrorisme!
Réponse de le 03/01/2020 à 9:36 :
De qui parlez vous? L’Iran appelle à la vengeance après l'action des USA qui est, elle aussi, une vengeance suite à l'attaque d'une de ses ambassades (qui est une réponse à...)
Et les deux belligérants agissent en toute illégalité du droit international .
Mais ces "incidents" servent les deux camps. Trump qui est en déjà campagne électoral et doit paraitre ferme. Et le pouvoir Iranien qui face à la contestation aura beau jeu d'en appeler à l'unité nationale contre le grand Satan.
a écrit le 03/01/2020 à 8:49 :
C'était quoi déjà les projets de politique étrangère de Trump ? Ramener les soldats à la maison, cesser de faire la police du monde pour mieux s'occuper des Américains, et ne pas commencer de nouvelle guerre. On voit le résultat !
Réponse de le 03/01/2020 à 8:57 :
Oui tu as raison de défendre ceux qui sont venus assassiner nos compatriotes sur notre territoire.

Quel courage, bravo !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :