L’Iran, l’Argentine, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Ethiopie et l’Egypte rejoignent les Brics

L'Iran, l'Argentine, l'Egypte, l'Ethiopie, l'Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis vont rejoindre, à compter du 1er janvier 2024, les Brics. La veille, l'Afrique du Sud avait annoncé que tous les pays membres s'étaient accordés sur le principe d'une expansion. Au total, une quarantaine de pays avaient demandé leur adhésion ou manifesté leur intérêt.
Les Brics compteront 11 membres dès le 1er janvier 2024.
Les Brics compteront 11 membres dès le 1er janvier 2024. (Crédits : RUSSIAN FOREIGN MINISTRY)

Les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), réunis en sommet à Johannesburg, vont accueillir six nouveaux membres pour gagner en influence dans le monde. Les candidatures de L'Iran, l'Argentine, l'Egypte, l'Ethiopie, l'Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis ont été acceptées par les cinq pays fondateurs, l'unanimité étant la règle. Une quarantaine de nations avaient demandé leur adhésion ou manifesté leur intérêt.

L'Ethiopie a évoqué un « moment fort » par la voix de son Premier ministre, Abiy Ahmed. « L'Ethiopie se tient prête à coopérer avec tous pour un ordre mondial inclusif et prospère », a-t-il écrit sur son compte X (ex-Twitter). « Félicitations à tous les Ethiopiens ! », peut-on lire aussi sur le compte X du cabinet du Premier ministre éthiopien.

Traditionnellement non alignée, l'Ethiopie entretient des liens étroits avec la Russie et la Chine, son principal partenaire commercial, ainsi que les Etats-Unis, même si les rapports avec Washington se sont tendus durant les deux ans de conflit dans la région du Tigré (nord de l'Ethiopie) qui s'est achevé en novembre 2022. L'Ethiopie a été durant la décennie 2010 une des économies les plus dynamiques du monde. Sa croissance a toutefois été enrayée par la pandémie de Covid-19, les calamités climatiques, le conflit au Tigré et l'onde de choc mondiale de la guerre en Ukraine.

Immédiatement après l'annonce, Téhéran a de son côté salué sur X « un développement historique et un succès stratégique pour la politique étrangère » du pays. Les Émirats arabes unis se sont aussi félicité de leur intégration, le président Mohammed ben Zayed affirmant « respecter la vision des dirigeants des Brics ». Même chose pour l'Egypte, qui s'est dite impatiente de « faire entendre la voix des pays du Sud ».

Lire aussiG20 : Biden veut renforcer les capacités de financement du FMI, la Chine en ligne de mire

Selon le président chinois, Xi Jinping, les discussions aboutissent à « un élargissement historique », prédisant un « avenir radieux pour les pays du Brics ». Constatant que nous « nous dirigeons vers un monde multipolaire », le chef de l'ONU Antonio Guterres a appelé à une refonte d'institutions multilatérales « dépassées », qui doivent être le reflet des « réalités économiques d'aujourd'hui ».

Les USA ne sont pas inquiets

Mercredi, Pretoria avait annoncé que tous les pays membres s'étaient accordés sur le principe d'une expansion. « Nous avons adopté un document qui définit les lignes directrices, les principes et les processus d'examen des pays qui souhaitent devenir membres des Brics », s'était félicitée la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Naledi Pandor.

Lire aussiBrics : une coalition élargie dominera les marchés des hydrocarbures et des métaux

La Chine, qui pèse environ 70% du PIB du groupe, avait clairement réitéré lors de sommet son intention de gagner en puissance. « Les Brics doivent œuvrer en faveur du multilatéralisme et ne pas créer de petits blocs. Nous devons intégrer davantage de pays dans la famille des Brics », a enjoint le président Xi Jinping.

L'Inde, autre locomotive économique du groupe qui se méfie des ambitions de son rival régional chinois et ne s'était pas exprimée sur une possible expansion à l'ouverture du sommet mardi, avant de déclarer soutenir l'ouverture, sous réserve d'un accord sur les modalités. Outre l'Inde, le Brésil, officiellement favorable à l'ouverture, craignait qu'une expansion ne « dilue » son influence mondiale et au sein du bloc, selon des spécialistes. Pretoria plaidait quant à elle pour l'intégration de pays africains, sur un continent devenu un nouvel échiquier dans le jeu diplomatique mondial.

Les Brics ont réaffirmé leur position « non-alignée » lors du sommet, à un moment où les divisions ont été accentuées par le conflit en Ukraine.  « Nous défendons tous un ordre mondial multipolaire », a affirmé Vladimir Poutine. Sous le coup d'un mandat d'arrêt international pour crime de guerre en Ukraine, le président russe s'est exprimé au sommet en visioconférence.  Les Etats-Unis ont affirmé mardi ne pas voir dans les Brics de futurs « rivaux géopolitiques », assurant vouloir maintenir de « solides relations » avec le Brésil, l'Inde et l'Afrique du Sud.

 (Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 24/08/2023 à 21:23
Signaler
Tout se déroule HORS la présence des Usa, et ne serait-ce que cela c'est positif car, c'est construire une géopolitique SANS eux. Toutefois, il faut ne pas s'endormir sur le rêve d'un monde révolutionnaire et révolutionné: 1° il faudra un peu de temp...

à écrit le 24/08/2023 à 15:33
Signaler
Tant que les américains domineront le monde par la technologie, la science et la puissance économique et militaire ils n’ ont aucune raison de s inquiéter. Celui qui voudra acheter des produits américains paiera en dollars, pareil pour les chercheurs...

à écrit le 24/08/2023 à 12:33
Signaler
Le chemin sera long très long pour s'accorder. En vue dans les prochaines décennies les disensions entre Chine et Inde mais également entre Arabie et Iran, affaiblissement du Brésil au sein de cette entite et bien d'autres. Les BRICS et plus vont tom...

le 24/08/2023 à 21:32
Signaler
Je le dis, il est nettement préférable de voir des pays comme l'Arabie Saoudite et l'Iran, ainsi que la Chine et l'Inde ensemble dans une même organisation géoéconomique SANS la présence des USa que l'inverse. POUR LA PAIX ET UNE FORME DE COOPÉRATIO...

à écrit le 24/08/2023 à 12:15
Signaler
Les intérêts de la Chine ne sont pas ceux de l'Inde. Les "Occidentaux " vont jouer l'Inde contre la Chine. Cela a d'ailleurs déjà commencé. Quant aux autres pays ils feront là où la Chine leur dira de faire. Gageons que cela ne plaira pas à tous. Le...

à écrit le 24/08/2023 à 11:58
Signaler
Les USA ne sont pas inquiets? Il est permis d'en douter, car l'alliance élargie des BRICS tombe à un moment où les États-Unis constatent qu'une nouvelle baisse de l’inflation des prix à la consommation est désormais peu probable, et que de nouvelles ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.