L'Union européenne s'attaque aux importations d'acier chinois

 |   |  459  mots
Les produits plats en aciers inoxydables laminés à froid sont utilisés pour une grande variété d'applications, par exemple dans la production d'appareils électroménagers.
Les produits plats en aciers inoxydables laminés à froid sont utilisés pour une grande variété d'applications, par exemple dans la production d'appareils électroménagers. (Crédits : Reuters)
La Commission a imposé des taxes antidumping après l'ouverture d'une enquête le 26 juin 2014. Des concurrents européens de sociétés chinoises et taïwanaises craignaient que celles-ci ne vendent à perte dans l'UE.

Après les panneaux solaires, au tour de l'acier. L'Union européenne a décidé d'imposer des taxes antidumping pour une durée de six mois à certains produits en acier inoxydable importés de Chine et de Taïwan, selon une décision publiée mercredi 23 mars au Journal officiel de l'UE. La Commission disposait de neuf mois pour prendre des mesures provisoires après l'ouverture d'une enquête le 26 juin 2014 à la suite de plaintes de concurrents européens des sociétés en cause, craignant que celles-ci ne vendent à perte dans l'UE.

Les produits plats en aciers inoxydables laminés à froid sont utilisés pour une grande variété d'applications, par exemple dans la production d'appareils électroménagers (intérieur des machines à laver et des lave-vaisselle), des tubes soudés, des appareils médicaux, dans l'industrie agroalimentaire et dans l'industrie automobile.

Des taxes allant jusqu'à plus de 25%

Cette mesure est applicable à partir de jeudi 26 mars et concerne les importations de produits laminés à froid en acier inoxydable originaires de ces deux pays. Les taxes ont été calculées en fonction de la marge de préjudice calculée par la Commission européenne et vont de 10,9% à 25,2% selon les sociétés en cause.

Certains producteurs chinois et taïwanais ayant coopéré à l'enquête ne figurent pas dans la liste des sanctions. Ces dispositions sont provisoires et peuvent être modifiées au stade définitif de l'enquête, rappelle l'UE.

Les parties concernées ont désormais 25 jours pour demander à être informées, présenter leurs observations à la Commission, demander à être entendues et présenter des commentaires.

Forte hausse des importations depuis 5 ans

Les importations cumulées originaires des pays concernés ont progressé de 70% entre 2010 et la période d'enquête (mi-2014 et début 2015), et la part de marché cumulée a augmenté de 63%, souligne la Commission européenne.

L'enquête, à ce stade, conclut que l'industrie de l'UE a subi "un préjudice important" pendant la période considérée: ainsi le volume de production a chuté de 5%, ce qui a entraîné une baisse de l'utilisation des capacités de 8%. Le recul de la part de marché a été de l'ordre de 5%, l'emploi a fléchi de 11% et le coût de la main d'oeuvre augmenté de 8%, tandis que les investissements ont diminué de 17%.

En février, un tribunal d'arbitrage de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a donné tort à la Chine dans un conflit qui l'opposait à l'UE et au Japon concernant d'autres produits en acier inox, les tubes utilisés dans l'équipement des centrales thermiques. UE et Japon avaient, là encore, dénoncé des pratiques de dumping.

>> Lire aussi Règles commerciales : l'OMC donne raison à la Chine et tort aux Etats-Unisv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2018 à 18:15 :
- Un excédent commercial permanent n'est pas acceptable.
Sur ce point Trump a raison.
Par contre, les sanctions ne doivent être qu'un moyen provisoire pour arriver à faire cesser les excédents commerciaux (Mittel zum Zweck)
Essayer de combattre par le dumping social les excédents chroniques et énormes comme ceux de l'Allemagne et de la Chine reviendrait à se laisser imposer un Modus Vivendi par d'autres.
Essayez de faire accepter à des Français des salaires et conditions de travail comme en Chine ou en Inde! Même le modèle allemand n'est pas applicable en France, il y a plus de pauvres en Allemagne qu'en France, alors que les Allemands sont en moyenne plus riche que les Français, la répartition est différente. La France a le droit de choisir son modèle social sans avoir à se plier au Diktat allemand ou chinois pour éviter les déficits.
Il faut un accord au niveau mondial qui limite dans le temps et le volume les déséquilibres entre pays. Un accord qui rendrait les excédents moins intéressants et même sans intérêt.
L'excédent permanent par lequel l'Allemagne exporte son chômage nous rappelle le « Lebensraum » que Hitler voulait prendre à ses voisins. La loi du plus fort en somme.
La preuve ; voyez ce que l'Allemagne a fait à la Grèce et pas seulement pendant la guerre! Exportation exorbitantes d'armement, financé par des crédits accordés à la Grèce par des banques allemandes à des taux très élevés et rachetés par la BCE quand cela a mal tourné, donc aux frais du contribuable Européen. Merci Angela, nous nous en souviendrons!
a écrit le 01/08/2016 à 11:14 :
Marrant, PSA delocalise en chine car le cout matieres premieres est trop cher en europe. Et l'europe dirigiée par les constructeurs demandent une taxe sur les aciers chinois.
a la fin on aura pas l'acier chinois moins cher et pas les usines non plus... aahahahahah
a écrit le 26/03/2015 à 12:19 :
Depuis longtemps nous subissons les préjudices! Grâce à qui? J. Chirac....
a écrit le 26/03/2015 à 12:19 :
Depuis longtemps nous subissons les préjudices! Grâce à qui? J. Chirac....
a écrit le 26/03/2015 à 12:19 :
Depuis longtemps nous subissons les préjudices! Grâce à qui? J. Chirac....
a écrit le 26/03/2015 à 12:18 :
Depuis longtemps nous subissons les préjudices! Grâce à qui? J. Chirac....
a écrit le 26/03/2015 à 12:10 :
Depuis longtemps nous subissons les préjudices! Grâce à qui? J. Chirac....
a écrit le 26/03/2015 à 12:09 :
Depuis longtemps nous subissons les préjudices! Grâce à qui? J. Chirac....
a écrit le 26/03/2015 à 1:46 :
C'est dommage que la Chine ne veuille pas stimuler sa consommation intérieure en laissant le Yuan a des niveaux dérisoirement bas. Car les chinois ils aimeraient consommer ce qu'ils produisent au lieu de vendre ce qu'ils fabriquent aux USA et a l'Europe. La dévaluation compétitive du Yuan est un peu trop prononcée pour que la Chine réussisse vraiment a être une nation équilibrée avec des citoyens chinois de classe standard.
a écrit le 25/03/2015 à 15:30 :
Enfin une décision qui n'est pas soumise au libéralisme de bon ton et aux "lois du marché" tout puissant.
La commission commence peu à peu à jouer son rôle et à ne pas rester benoîtement en observation admirative devant la liberté du commerce et la toute puissance des marchés.

Une hirondelle ne fait pas le printemps, on va voir comment elle va résister aux pressions et menaces de Pekin, sur chacun des pays de l'UE, ce qui est sa technique punitive habituelle.
Réponse de le 25/03/2015 à 17:20 :
Cela risque fort de ne pas résister longtemps aux "amicales" pressions chinoises!
Du genre: on pourrait investir ailleurs....
a écrit le 25/03/2015 à 15:13 :
Curieux comme les entreprises veulent lutter contre le dumping commercial, elles devraient AUSSI le faire contre e dumping social, elles devraient éviter AUSSI de délocaliser à tout va dans les pays où la main d'oeuvre est à bas coût...
Il est vrai qu'entre les actionnaires et les ouvriers le choix est vite fait.
a écrit le 25/03/2015 à 14:45 :
l’Europe fait du protectionnisme maintenant ah bon ha bon ? choc

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :