La Cour suprême autorise Trump à utiliser des fonds de l'armée pour construire son mur

 |   |  426  mots
Wow! Grande victoire sur le mur, s'est félicité, sur Twitter, le locataire de la Maison Blanche, indiquant que La Cour suprême des Etats-Unis a renversé l'injonction d'une cour inférieure, autorisant le mur à la frontière sud de continuer.
"Wow! Grande victoire sur le mur", s'est félicité, sur Twitter, le locataire de la Maison Blanche, indiquant que "La Cour suprême des Etats-Unis a renversé l'injonction d'une cour inférieure, autorisant le mur à la frontière sud de continuer". (Crédits : Jonathan Ernst)
La Cour suprême des Etats-Unis a donné son feu vert à l'utilisation de 2,5 milliards de dollars venus du Pentagone pour la construction du mur anti migrants à la frontière mexicaine, promesse phare du programme de Donald Trump. Mais les opposants au mur frontalier ne comptent pas en rester là et l'octroi des fonds ne pourrait être que temporaire.

Donald Trump pourrait avoir son mur anti-migrants à la frontière mexicaine... La Cour suprême américaine a autorisé, vendredi 26 juillet, l'utilisation par l'administration Trump de 2,5 milliards de dollars venus du Pentagone pour construire le mur à la frontière avec le Mexique, une décision saluée par le président des Etats-Unis.

"Wow! Grande victoire sur le mur", s'est tout de suite félicité, sur Twitter, le locataire de la Maison Blanche. "La Cour suprême des Etats-Unis a renversé l'injonction d'une cour inférieure, autorisant le mur à la frontière sud de continuer", a-t-il poursuivi.

En mai dernier, un juge fédéral avait provisoirement bloqué la décision de Donald Trump d'utiliser 2,5 milliards de dollars de fonds venus du Pentagone pour le mur qu'il souhaite ériger à la frontière sud des Etats-Unis. Le président avait invoqué l'"urgence nationale" afin de pouvoir recourir à des fonds destinés à l'armée pour faire avancer sa construction en contournant le refus du Congrès de le financer.

Pour une majorité des juges de la Cour suprême - qui a basculé dans le camp conservateur - les plaignants ne peuvent contester l'attribution de ces fonds car "le gouvernement a fait, à ce stade une démonstration suffisante" du bien-fondé de leurs arguments.

L'octroi des fonds ne pourrait être que temporaire

Mais les opposants au mur frontalier ne comptent pas en rester là et l'octroi des fonds ne pourrait être que temporaire. L'ACLU, la puissance organisation des libertés civiques, a rapidement réagi vendredi, annonçant, dans un communiqué, une initiative auprès d'une Cour d'appel afin de "rétablir le blocage permanent de la construction d'un mur frontalier qui utilise des fonds militaires non autorisés".

"Les populations à la frontière, l'environnement et la séparation des pouvoirs dans notre Constitution seraient touchés de manière permanente si Trump venait à s'en sortir avec le pillage de fonds militaires pour un mur frontalier xénophobe que le Congrès a refusé," a dit Dror Ladin, avocat de l'ACLU.

Le bras de fer au sujet des fonds destinés à la construction du mur avait provoqué en début d'année la fermeture partielle de l'administration fédérale pendant 35 jours, une durée record. Le mur, censé endiguer l'immigration clandestine d'Amérique centrale, est la promesse phare de Donald Trump.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2019 à 16:21 :
Il ne fait que rétablir l'inconséquence de ses prédécesseurs! Ne vous inquiétez pas! D'autre viendront derrière lui! Soyez réaliste!!
a écrit le 28/07/2019 à 9:05 :
2,5 milliards de dollars ça suffit pour tout construire, c'est pas 40 qu'il faudrait ?
Parait qu'il y a de moins en moins de migrants, le mur ne servira que de symbole (et prouvera son efficacité faute de candidats au passage).
Il devrait mettre un guichet, genre péage, pour faire payer par les gens qui passent le mur, petit à petit. :-) Et quand remboursé, c'est gratuit (comme les ponts aux Iles Lofoten (Norvège)).
a écrit le 27/07/2019 à 10:59 :
Comme les "EU" sont en avance sur nous, nous ne voyons que notre avenir dans l'UE!
a écrit le 27/07/2019 à 10:25 :
Citoyen blasé@ a tout fait raison sur les assassinats de journalistes ,par la mafia,au Mexique.Pourquoi les journalistes français passent cette information sous silence?.
Cela étant dit,Trump croit avoir déjà gagné les prochaines élections,car il tiendra ses promesses,protectionnisme économique et lutte contre l'immigration(notamment avec la mesure symbolique de construction du mur).Mais,le résultat dépendra du candidat démocrate.S'il est bon,Trump perdra.Il ne faut pas oublier que le résultat dépend de 2-3 états clés que H.Clinton avait délaissés la dernière fois.
Réponse de le 27/07/2019 à 11:47 :
"Il ne faut pas oublier que le résultat dépend de 2-3 états clés que H.Clinton avait délaissés la dernière fois."

C'est l'intelligence, la compétence et l’honnêteté qu'elle a délaissé surtout, il est évident que le futur candidat démocrate ne pourra qu'être bien meilleur et en effet s'il est bien choisi à savoir enfin un qui s’occupe de son pays, de sa force productrice sur laquelle elle a toujours pu compter, et de l'équilibre du monde il a toutes ses chances.

Et c'est pour cela que j'espère que Trump repassera.
Réponse de le 27/07/2019 à 12:34 :
mais l'information est noyée sous la masse.
Des journalistes sont emprisonnés, menacés, tués tous les jours.
En 2018 RSF a recensé 90 assassinats, 350 détentions, une soixantaine de kidnapping. Le Mexique n'est qu'un bruit de plus dans le vacarme.

Il faudra quand même qu'on nous explique en quoi le mur va améliorer le sort de la presse libre.
Le mur est à usage interne. Moumoute blonde est en campagne, alors il flatte son électorat de base, celui qui applaudit quand il insulte les femmes démocrates de couleur .... et qui oublie que Trump s'est fait balader comme un bleu par la Corée du Nord.

Ce mur est une imbécilité qui ne verra jamais le jour. Même les élus républicains des états considérés n'en veulent pas parce que leur économie locale est incapable de fonctionner sans les travailleurs latinos illégaux. Quand Ford a rapatrié ses usines du Mexique, les travailleurs locaux n'ont pas pu suivre... et Ford n'arrive pas a recruter les bons gros ploucs électeurs de Trump. Ils sont inaptes aux cadences rapides et trop chers.
Réponse de le 27/07/2019 à 13:09 :
"Il faudra quand même qu'on nous explique en quoi le mur va améliorer le sort de la presse libre."

Il faudrait surtout arrêter de penser que seules les solutions à courts termes existent. Pensée à court terme = pensée courte.

"Si vous ne trouvez plus rien cherchez autre chose." B. Fontaine.
a écrit le 27/07/2019 à 10:07 :
Outre le fait que ce mur va coûte r un "bras", comment ensuite le surveiller sur 3 000 km nuit et jour?
Son entretien va aussi coûter cher.
Les murs ont 2 particularités.
Par sa présence il alimente le fantasme que derrière le mur c'est un Eldorado encore plus beau que sans le mur.
A terme, tous les murs s'écroulent.
Les Israéliens devraient aussi se souvenir que les murs ne sont pas une bonne solution et que c'est à l'intérieur du mur que se trouve le ghetto.
Réponse de le 28/07/2019 à 7:56 :
La situation israélienne n a rien à voir celle du Mexique. Le mur israélien a été construit pour des raisons de sécurité face aux attentats récurrents des palestiniens avec un résultat tout à fait positif puisque ces derniers ont baissé depuis drastiquement. Cette comparaison n a aucun sens sinon de faire de l amalgame a la petite semaine comme au café du commerce.
a écrit le 27/07/2019 à 9:51 :
Spectacle qui cache un véritable drame à savoir un Mexique massacré par le climat affairiste mafieu, celle-ci étant directement au pouvoir, générant cette masse permanente de migrants voulant fuir un pays à feu et à sang.

Qu'espérer d'un pays dans lequel on assassine régulièrement les journalistes et les étudiants ?

Vous oubliez bien trop souvent de le dire vous autres journalistes européens vous cantonnant sur le seul "Trump bashing" alors que vos confrères ne sont pas en sécurité, et c'est un euphémisme, dans ce pays. Vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :