La croissance malgré la pandémie, le miracle vietnamien

 |  | 711 mots
Lecture 4 min.
Photo d'illustration. Avec moins de 1.500 cas et 35 décès, l'épidémie de Covid-19 a largement été maintenue sous contrôle grâce à une réponse forte et rapide.
Photo d'illustration. Avec moins de 1.500 cas et 35 décès, l'épidémie de Covid-19 a largement été maintenue sous contrôle grâce à une réponse forte et rapide. (Crédits : KHAM)
Une croissance à 2,4% en 2020. Le Vietnam affiche une santé économique insolente tandis que toutes les grandes puissances se sont enfoncées dans la récession en raison de la pandémie de coronavirus. Selon les analystes du FMI, le pays enregistrera cette année l'une des croissances les plus élevées au monde.

Une réponse forte à la pandémie, des exportations en forte hausse et des finances publiques saines, c'est le cocktail qui a permis au Vietnam de maintenir la tête hors de l'eau. Car de nombreux secteurs, comme le tourisme et l'aviation, ont souffert et malgré sa réussite, le pays sera loin du taux de croissance prévu avant la crise, 6,8%.

Avec moins de 1.500 cas et 35 décès, l'épidémie de Covid-19 a largement été maintenue sous contrôle grâce à une réponse forte et rapide.

Très vite, les Vietnamiens ont été soumis à des quarantaines de masse, un système de traçage très efficace a été mis en place et les déplacements extrêmement contrôlés.

"Le verrouillage du pays a duré moins de trois mois, donc l'activité intérieure est rapidement revenue à la normale dès le mois de juin", a déclaré à l'AFP Nguyen Xuan Thanh, professeur de politique publique à l'Université Fulbright.

Les exportations ont également tiré la croissance. Économie très dépendante des marchés extérieurs, le Vietnam avait beaucoup à perdre alors que la demande en vêtements ou en smartphones s'effondrait dans certains de ses plus gros clients, comme l'Union européenne ou le Japon.

"Mais il s'est avéré que les exportations ont encore continué à promouvoir la croissance cette année", explique Thanh. "C'est parce que le Vietnam a diversifié ses exportations. Il ne dépend pas d'un seul marché."

Selon les douanes vietnamiennes, les exportations vers la Chine ont ainsi augmenté de 15% au cours des neuf premiers mois de 2020, et vers les États-Unis de 23 % atteignant 54,7 milliards de dollars.

Plusieurs secteurs en ont profité, comme l'électronique (+26%) ou l'industrie du meuble (+12%), tirés par la forte demande d'équipement en téléviseurs, en ordinateurs ou en mobilier de bureaux, en raison des confinements décidés dans de nombreux pays.

Le pays est aussi en train de tirer son épingle du jeu dans la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine, de nombreux industriels ayant décidé de s'approvisionner au Vietnam plutôt qu'en Chine afin d'éviter les droits de douane.

Moins rose est la situation du secteur touristique, touché comme partout en Asie par la disparition des touristes étrangers. A Hue, ancienne cité impériale et haut lieu touristique, 8.000 salariés ont perdu leur emploi et 80% des hôtels ont fermé, selon le département du tourisme de la province de Thua Thien Hue.

Idem à Hanoï, la capitale, où "le tourisme est mort", constate Nguyen Dinh Toi, un patron d'hôtels à Hanoï et dans la baie d'Ha Long.

Lire aussi : Rare pays en croissance en 2020, la Chine sera-t-elle la nouvelle locomotive économique?

"Célèbre dans le monde entier"

"Nous avons survécu à l'épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), à la tempête financière de 2009-2010... mais la situation actuelle est inimaginable", déclare-t-il.

Pourtant, l'économie vietnamienne est moins exposée que d'autres pays de la région, comme la Thaïlande, où le FMI prévoit que l'économie s'effondrera de 7,1% cette année.

Le gouvernement vietnamien a également aidé à amortir le choc en injectant de l'argent dans des projets d'infrastructure tels que des routes et des ponts, explique Nguyen Xuan Thanh.

"Cela a crée une demande supplémentaire, compensant le Covid et la baisse de la consommation, et cela a aussi crée des emplois", dit-il.

Les investissements publics au cours des onze premiers mois de 2020 ont augmenté de 34% d'une année sur l'autre, la hausse la plus élevée depuis 2011, selon les chiffres du gouvernement.

Le triomphe relatif du Vietnam cette année pourrait devenir un avantage sur le plus long terme, estime Adam McCarty, économiste en chef du cabinet Mekong Economics.

Certaines entreprises japonaises et le géant américain Apple envisagent déjà de transférer une partie de leur production vers ce pays d'Asie du Sud-Est.

Lire aussi : Apple songe à transférer sa production hors de Chine

La façon dont le coronavirus a été traité a "presque rendu le Vietnam célèbre dans le monde entier", remarque Adam McCarty, ajoutant que cela devrait inciter les grands groupes mondiaux à adopter une autre vision du Vietnam.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2021 à 17:56 :
Les héritiers de Pol Pot sont diablement efficaces...
Réponse de le 02/01/2021 à 9:35 :
Cet article parles du Vietnam. Pol Pot c'était au Cambodge... D'ailleurs les Vietnamiens sont intervenus au Cambodge contre les Khmers rouges... Ce qui leur a valu une réplique de la Chine sur leur frontière Nord en 1979...La Chine qui soutenait ces mêmes Khmers rouges.
a écrit le 31/12/2020 à 17:44 :
Ils n'ont pas de 2e vague, 2e confinement, puis de 3e vague et 3e confinement, etc, etc, au Vietnam ?
Réponse de le 02/01/2021 à 17:36 :
Une seule journée le 19 novembre .Par contre,le Vietnam a fermé ses frontières il y a 8 mois, seuls quelques étrangers sont autorisés à entrer (travailleurs ayant le statut d'expert, investisseurs, diplomates, etc.), au cas par cas, et toujours en respectant les obligations de test et d'isolement à l'arrivée.
a écrit le 31/12/2020 à 9:01 :
"Moins rose est la situation du secteur touristique,"

Franchement, quand on voit la plupart des "touristes" qui se ruent vers ces destinations, thailande, vietnam, cambodge, le peuple vietnamien y est gagnant hein. Du mois ses enfants et sa jeunesse plus largement.

Par contre cela confirme que les américains se dégagent sérieusement de l'économie chinoise. Trump aura vraiment généré un tournant stratégique majeur dans la politique économique américaine.
a écrit le 31/12/2020 à 1:51 :
Une bonne raison de boycotter ce pays aussi et leurs produits et toutes les entreprises qui s’y implantent . Mettre la zizanie dans l’économie mondiale et tirer son épingle du jeu : ça n’existe pas , les populations ne sont pas aveugles.
Donc le mot d’ordre est de boycotter l’Asie.
Réponse de le 01/01/2021 à 12:41 :
C est peut être une façon d’exploiter les populations locales, mais la Corée du Sud,Taïwan, Singapour on commencé par là et son maintenant dans le haut du tableau des pays qui ont décollés et qui sont loin de la pauvreté des années 50/60, ou de la Chine depuis les années 80. À comparer avec les pays africains et musulmans qui eux n’ont jamais vraiment décollés alors que leurs niveaux de vie étaient égaux ou supérieurs.
Réponse de le 03/01/2021 à 4:48 :
@anonyme.
Vous voulez boycotter la production venant d'Asie ?
Soit, mais ou irez-vous vous fournir en electronique
Blanc, fringues et j'en oublie ?.....
Faites du made in France et on en reparlera.
Bonne annee 2021 qui va etre gratinee pour vous, en Europe, terre de libertes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :