Le gouvernement suisse campe sur son franc fort

 |   |  335  mots
le Conseil fédéral estime qu'il n'existe guère de mesures ciblées et rapides qui puissent contenir l'appréciation du franc à court terme.
le Conseil fédéral estime qu'il n'existe "guère de mesures ciblées et rapides" qui puissent contenir l'appréciation du franc à court terme. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Les partis politiques helvètes demandent au gouvernement de prendre des mesures pour atténuer les effets de la forte appréciation de la monnaie qui pénalise notamment les exportateurs. Un débat parlementaire est prévu la semaine prochaine.

Le gouvernement suisse a opposé une fin de non-recevoir aux formations politiques réclamant des mesures pour atténuer les effets économiques de l'abandon du cours plancher du franc face à l'euro, a rapporté samedi l'agence de presse suisse. Dans ses réponses écrites aux questions posées par sept partis avant un débat parlementaire prévu la semaine prochaine, le Conseil fédéral explique que peu de mesures peuvent être prises.

Envolée après l'abandon du cours plancher de 1,20 franc pour un euro

La Banque nationale suisse (BNS), la banque centrale, a provoqué le 15 janvier une envolée du franc face à l'euro en annonçant l'abandon du cours plancher de 1,20 franc pour un euro, qui avait été instauré trois ans plus tôt. La devise a gagné jusqu'à 0,86 franc par euro avant de refluer timidement et se traite actuellement autour de 1,05 franc pour un euro.

L'appréciation du franc devrait fortement pénaliser les exportateurs helvètes ainsi que le secteur du tourisme, et encourager les consommateurs à faire leurs achats dans les pays limitrophes, en Allemagne, en France et en Italie.

Des réductions d'impôts demandées

Les partis de droite ont demandé des réductions d'impôts et une réglementation plus souple tandis que les formations de gauche réclament des mesures de contrôle du capital et davantage de protection pour les salariés.

Mais le Conseil fédéral estime qu'il n'existe "guère de mesures ciblées et rapides" qui puissent contenir l'appréciation du franc à court terme. Tout ce que le gouvernement peut faire, ajoute-t-il, c'est chercher à améliorer les conditions économiques pour les entreprises. Il a rejeté une demande des Verts qui réclamaient un contrôle des mouvements de capitaux, ce qui pourrait détériorer l'économie, tout comme, a-t-il dit, une taxe sur les transactions financières.

Le gouvernement a déclaré que si le franc s'affaiblissait à 1,10 euro ou plus, l'impact sur l'économie et le commerce serait notable mais limité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2015 à 8:21 :
Le franc suisse est notoirement sur évalué de plus de 50% mais cela ne semble pas gêner le gouvernement suisse. En Europe, l'euro est sous évalué et nos élites essaient de le faire baisser encore alors que nous n'avons pas de problèmes pour exporter. les problèmes français viennent de produits non adaptés . Les européens deviennent de plus en plus pauvres mais cela ne semble poser de problème à personne. Regardez le prix de l'essence .....il remonte rapidement pour atteindre les prix d'avant, soit plus de 1.45 pour le SP95 et plus de 1.30 pour le diesel....ce qui est vrai pour l'essence, l'est pour le reste. Ceux qui profiteront de la chute de l'euro ce sont les exportateurs qui exportent déjà beaucoup. Les commerçants, les artisans et autres producteurs qui vendent en Europe ne verront aucune différence si ce n'est des produits importés plus chers. Si la BCE laisse filer la monnaie pour garder les européens chez eux, c'est gagné car appauvris, nous ne pourrons plus nous rendre aux USA, et ailleurs!
a écrit le 16/03/2015 à 1:42 :
la suisse est le rêve de l'Europe, une économie forte avec peu de chômage. Des produit à haute valeur ajouté. Elle peut meme se permettre le luxe d'emprunter à taux négatif, et de créer un fond souverains comme le Quatar pour amener une plus value. En gros david a mit une gifle à goliath en économie, cadre de vie et democratie.
a écrit le 15/03/2015 à 22:33 :
Pour stabiliser sa monnaie la Suisse a "investi" près de 500 milliards de devises étrangères. Les experts savaient que la monnaie suisse allait prendre de la valeur à court terme. Les spécialistes ont alors exprimé que le Franc Suisse devait mieux approcher sa valeur réelle.
De nombreuses branches de l'économie sont déjà touchées ou prennent des dispositions pour y face.
a écrit le 15/03/2015 à 21:22 :
On se demande bien où se trouve le franc fort, il est beaucoup moins forte lorsqu'il a décroché de 140 à 120 ! pour le moment après être descendu à 90 ct pour 1 euro il est remonté à 105 centimes pour 1 euro, par rapport au dollar il est à parité, donc il n'y a pas de franc fort, il y a des politiciens qui paniquent ! En plus, en faisant du QE, la BCE met en péril la monnaie, car on ne créé aucune richesse en dévaluant la monnaie, bien au contraire, la Suisse et l'un des seuls pays qui se paie le luxe de réévaluer sa monnaie !
a écrit le 15/03/2015 à 15:40 :
C'est surtout qu'il ne peut faire autrement! L'Euro s'est tellement dévalué! Il faut dire que la Suisse a une économie puissante et florissante. Ce que ne peut pas dire son voisin!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :