Le Japon maintient sa politique monétaire

 |   |  424  mots
La banque centrale japonaise a décidé de ne pas adopter de dispositions supplémentaires et a choisi de conserver en l'état son programme de rachat d'actifs qui avait été étendu le 31 octobre.
La banque centrale japonaise a décidé de ne pas adopter de dispositions supplémentaires et a choisi de conserver en l'état son programme de rachat d'actifs qui avait été étendu le 31 octobre. (Crédits : © Thomas Peter / Reuters)
La banque centrale du Japon (BoJ) a reconduit mercredi à l'identique son programme de rachat d'actifs malgré une inflation à l'arrêt, un maintient de cap prévu alors que les analystes parient sur un assouplissement plus tard dans l'année.

Ce statu quo était attendu. Dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion de deux jours de son comité de politique monétaire, la banque centrale du Japon (BoJ) juge toujours que "l'évolution des prix va probablement se maintenir pour un certain temps aux alentours de 0%, sous l'effet du déclin des prix de l'énergie".

Objectif de 2%

Mais elle table à plus long terme sur un rebond et se redit prête "à faire des ajustements si nécessaire" pour atteindre son objectif de 2% d'inflation, en excluant l'impact du relèvement en avril 2014 de la taxe sur la consommation.

L'archipel a renoué avec une inflation nulle en février, pour la première fois depuis mai 2013. Les prix ont augmenté de 2,0% sur la période par rapport à un an plus tôt, sans compter ceux des produits périssables, soit une stagnation hors hausse de TVA.

Dans ce contexte, les observateurs guettaient un signal augurant d'un prochain assouplissement, mais la BoJ s'en est tenue à son sempiternel diagnostic d'une "reprise modérée" de l'économie, citant à l'appui le redressement des exportations et de la production industrielle, la bonne santé des entreprises et la "solidité" recouvrée de la consommation des ménages.

Un doute concernant la reprise

Les récentes données ont pourtant dressé un tableau moins rose de la troisième économie mondiale: les dépenses des particuliers se sont montrées médiocres et la production industrielle a chuté en février. La dernière édition de l'indice Tankan a par ailleurs révélé une inquiétante circonspection des grandes industries.

Ces éléments "ont jeté le doute sur la solidité de la reprise", selon Marcel Thieliant, analyste de Capital Economics, convaincu que la BoJ s'apprête à agir lors de sa réunion du 30 avril, deux ans après le lancement de ses généreuses mesures destinées à vaincre 15 années d'inflation.

La plupart des autres économistes envisagent plutôt un nouveau geste à l'automne.

Rachat d'actifs maintenu tel quel

Pour l'heure, la banque centrale a décidé de ne pas adopter de dispositions supplémentaires et a choisi, par huit voix contre une, de conserver en l'état son programme de rachat d'actifs qui avait été étendu le 31 octobre.

Elle avait alors annoncé viser une augmentation de la base monétaire de 80.000 milliards de yens (620 milliards d'euros) par an, contre 60 à 70.000 milliards auparavant.

Une voix dissidente s'est élevée pour réclamer un abaissement du rythme à 45.000 milliards de yens, mais sa proposition a été rejetée par les autres membres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2015 à 17:00 :
la BoJ s'apprête à agir lors de sa réunion du 30 avril, deux ans après le lancement de ses généreuses mesures destinées à vaincre 15 années d'inflation Tiens première nouvelle et quelle politique imprimer 80 000 milliards de Yen sur que l'inflation va être vaincue

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :