Le ministre chinois de la défense prochainement à Washington

 |   |  311  mots
En septembre, alors que de nouveaux droits de douane américains entraient en vigueur sur des biens chinois représentant 200 milliards de dollars, Pékin avait fustigé le survol jugé provocateur par des bombardiers américains des mers disputées de Chine méridionale et orientale.
En septembre, alors que de nouveaux droits de douane américains entraient en vigueur sur des biens chinois représentant 200 milliards de dollars, Pékin avait fustigé le survol jugé "provocateur" par des bombardiers américains des mers disputées de Chine méridionale et orientale. (Crédits : Jason Lee)
Le ministre américain de la Défense Jim Mattis a annoncé samedi que son homologue chinois, le général Wei Fenghe, était attendu la semaine prochaine à Washington, après une période de tensions dans les relations militaires entre les deux pays.

Les pourparlers se poursuivent. Le ministre américain de la Défense Jim Mattis a annoncé samedi que son homologue chinois, le général Wei Fenghe, était attendu la semaine prochaine à Washington, après une période de tensions dans les relations militaires entre les deux pays. "Je voudrais souligner que concurrence stratégique n'est pas synonyme d'hostilité", a déclaré M. Mattis, interrogé sur les tensions avec la Chine lors d'une conférence internationale à Bahreïn.

"J'ai rencontré mon homologue à Pékin il y a un mois, je l'ai rencontré de nouveau à Singapour il y a une semaine. Il vient à Washington la semaine prochaine pour poursuivre nos discussions", a-t-il ajouté. Début octobre, le ministre américain avait annulé une visite prévue en Chine, son homologue ne s'étant pas rendu disponible, selon un responsable du Pentagone. L'annulation de ce voyage intervenait dans un contexte de tensions politiques et de guerre commerciale entre les deux grandes puissances.

Un survol "provocateur"

En septembre, alors que de nouveaux droits de douane américains entraient en vigueur sur des biens chinois représentant 200 milliards de dollars, Pékin avait fustigé le survol jugé "provocateur" par des bombardiers américains des mers disputées de Chine méridionale et orientale, dénoncé un projet de vente d'armes américaines à Taïwan, annulé une escale de l'US Navy à Hong Kong et rappelé un amiral chinois en visite aux Etats-Unis.

"Je dois vous dire que nous sommes déterminés à coopérer avec la Chine, avec la Russie, quand c'est possible. Mais nous ne renoncerons pas à la liberté de navigation, nous ne renoncerons pas au droit international", a-t-il conclu. Les Etats-Unis effectuent régulièrement des opérations dites de liberté de navigation en faisant transiter leurs navires en mer de Chine méridionale, en grande partie revendiquée par Pékin.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2018 à 8:37 :
Les américains doivent montrer aux chinois qu'ils ne reculeront devant aucune menace, c'est le moment d'être ferme avec ce pays qui a généré la plus grande paupérisation qu'il soit pour le reste du monde.

Heureusement que c'est Trump et pas Clinton...
a écrit le 27/10/2018 à 18:01 :
"nous ne renoncerons pas au droit international"
Il est amusant de constater que ce que les américains appellent "droit international" ne reflète rien d'autre que la Pax Americana qui d'ailleurs est aussi pacifique qu'un camp d'entrainement militaire. Or il y a 20 ans les américains faisaient ce qu'ils voulaient dans le pacifique parce que personne ne pouvait leur tenir tête dans la région, c'est ce que les américains appellent "droit international".
Or si on faisaient voter les habitants de l'Asie du Sud-Est sur la question du droit des américains à survoler la région, la vision chinoise s'imposeraient puisqu'ils forment la majorité des habitants.
Mais bon, le seul langage que comprennent les américains sont la puissance militaire, c'est peut-être pour cela qu'ils commencent à écouter la Chine.
Réponse de le 29/10/2018 à 9:14 :
" la vision chinoise s'imposeraient puisqu'ils forment la majorité des habitants." Peut être mais pour obtenir ce résultat il faudrait exclure les Vietnamiens, Philippins, Malaisiens, Japonnais etc etc. Troll un jour troll toujours !! Si les Chinois ne reviennent pas à la raison, notre Charles de Gaulle qui va être envoyer dans le coin va les y ramener, enfin s il ne le coule pas ???
Réponse de le 29/10/2018 à 9:43 :
Non, les chinois sont majoritaires en Asie du sud-est même en incluant les pays que vous avez cités .
Réponse de le 29/10/2018 à 17:17 :
Ah bon ! Depuis quand les chinois forment la majorité de la population de l'Asie du Sud-Est ? Et si on compte les malaisiens, philippins et indonésiens (..) d'origine chinois comme des chinois alors pourquoi ne pas attribuer la vision américaine à celle de l'Europe puisque la majorité des américains sont d'origine européenne ?
Réponse de le 29/10/2018 à 19:06 :
@sideley
Additionnons les populations de Birmanie, Brunei ,Cambodge ,Indonésie, Laos , Malaisie , Philippines , Singapour ,Thaïlande ,Timor oriental, Viêt Nam , Japon, Corée du Sud, Corée du Nord .
On arrive à un total de 812 millions.
La Chine a une population de 1400 millions donc 63% des habitants de la zone.
a écrit le 27/10/2018 à 17:12 :
Il vient chercher la reddition sans conditions de Macron?
Réponse de le 29/10/2018 à 17:51 :
Je vois les commentaires à debile vous invitez le chinois à faire rediction.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :