Royaume-Uni : le prix de l'électricité explose, des millions de Britanniques menacés de pauvreté énergétique

Déjà confrontés à une inflation bien plus forte qu'en France, les Britanniques voient le prix de l'énergie exploser. Ce vendredi, le régulateur de l'énergie a annoncé une hausse de 80% des plafonds tarifaires d'électricité qui entreront en vigueur en octobre. Des millions de personnes pourraient plonger dans la pauvreté énergétique en raison d'une forte augmentation, un triplement des tarifs par rapport à ceux appliqués actuellement est pronostiqué dès 2023 par des experts. Certains clients d'EDF Royaume-Uni renoncent déjà à se chauffer et débranchent leur réfrigérateur.
Confrontés déjà à une forte inflation, les Britanniques vont devoir faire face à des factures d'électricité qui vont exploser.
Confrontés déjà à une forte inflation, les Britanniques vont devoir faire face à des factures d'électricité qui vont exploser. (Crédits : Reuters)

Quand on se compare, on se console. A cause de la flambée des prix du gaz, le régulateur britannique Ofgem a annoncé ce vendredi un relèvement de 80% du plafond tarifaire à partir d'octobre, à 3.549 livres (4.210 euros) par an pour un ménage moyen à contre 1.971 livres (2.335 euros) actuellement. Selon les prévisions les plus pessimistes, le seuil pourrait même monter jusqu'à 6.000 livres (7.100 euros) début 2023.

« La hausse reflète la progression continue des cours mondiaux de gros du gaz, qui a démarré avec les déconfinements après la pandémie de Covid, et ont été poussés à des niveaux record quand la Russie a lentement interrompu ses approvisionnements de gaz à l'Europe », argumente l'Ofgem qui estime même « les prix pourraient empirer considérablement tout au long de 2023 ».

En Grande-Bretagne, patronat, fournisseurs et associations appellent donc à une action gouvernementale de toute urgence pour éviter un choc « dramatique » pour les ménages modestes, déjà confrontés à une inflation à plus de 10%, la plus forte des pays du G7, et qui entraîne de nombreuses grèves.

58% des ménages britanniques menacés de pauvreté énergétique dès l'an prochain

Le centre de réflexion spécialisé dans la lutte contre la pauvreté, Resolution Foundation, appelle même à des mesures « radicales » pour éviter « une catastrophe cet hiver » risquant de nuire à la fois au portefeuille et à la santé des familles. « Nous sommes partis pour voir des milliers avec des interruptions subites d'électricité ».

D'après l'université de York, 58% des ménages britanniques sont menacés de pauvreté énergétique dès l'an prochain. Philippe Commaret, directeur commercial d'EDF pour le Royaume-Uni, éclaire : « Je dirais qu'environ un tiers de nos clients sont en situation de précarité énergétique et 20% de plus pourraient le devenir ». Il ajoute que certains ménages prennent des mesures désespérées et dangereuses pour eux, comme de renoncer à se chauffer ou de débrancher leur réfrigérateur. Certains font déjà des stocks de nourriture pour l'hiver.

Les candidats à la succession de Boris Johnson se déchirent sur les solutions à apporter

Boris Johnson, sur le départ, a décidé de laisser ce dossier au prochain chef de gouvernement dont le nom sera dévoilé le 5 septembre. La favorite Liz Truss, a pour l'instant privilégié les baisses d'impôts plus que les aides directes qu'elle qualifie de « pansements ».

Rishi Sunak, le rival de Mme Truss et lui-même ancien ministre de l'Economie, qualifie les baisses d'impôts avancées par Liz Truss de « contes de fées » vu l'inflation et l'économie au bord de la récession. Le chef de l'opposition travailliste Keir Starmer appelle, quant à lui, à un gel des factures d'électricité, sur le modèle de ce qui se passe en France.

Des pays aisés comme la Suisse sont aussi concernés

La Grande-Bretagne n'est évidemment pas le seul pays européen à se préparer au pire. Ainsi, la Suisse craint manquer d'électricité cet hiver si les réacteurs nucléaires français restent à l'arrêt et si Berlin réduit ses exportations d'électricité produite au gaz.

Le lancement début septembre d'une puissante centrale hydroélectrique de pompage-turbinage à Finhaut-Emosson près du Mont-Blanc dans les Alpes suisses, à 600 mètres sous la roche et à une altitude de 1.700 mètres, ne va pas radicalement changer la donne. Elle arrive « à un moment opportun » mais « ne peut soutenir le marché électrique que sur de courtes périodes puisqu'elle ne génère pas d'électricité lorsque l'eau est renvoyée vers le bassin du haut ».

Fin 2021, avant même la guerre en Ukraine, l'organisation suisse pour l'approvisionnement en électricité soulignait ainsi que le risque de pénurie d'électricité, en cas de crise, était déjà « élevé » dans le pays. S'il le faut, Berne pourrait introduire des mesures contraignantes comme des « quotas pour les grands consommateurs » d'électricité, ou des coupures de courant.

(Avec AFP)

Lire aussiÉlectricité : l'État préconise des prix avantageux à l'année contre une baisse de la consommation pendant les pics de demande

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 27/08/2022 à 20:14
Signaler
"quand la Russie a lentement interrompu ses approvisionnements de gaz à l'Europe" et avant ça y eu a un début d'actions sur Nord Stream1 pour faire ouvrir Nord Stream 2 (bras de fer, si vous ne validez pas 2 je ferme 1 à moitié), c'est pas tout neuf ...

le 28/08/2022 à 13:10
Signaler
avant il y avait le paradis fiscal ca gagne petit maintenant il y a qui rapporte bien plus meme que l'or c'est l'electricite rien ne justifie cette speculation mais tout les etats ont trouver la nouvelle vache a lait en bannissant le fioul ...

à écrit le 27/08/2022 à 8:44
Signaler
Vive le gaz de schiste !! Au lieu de l’acheter aux américains produisons le ! Puisque nous avons des ressources énormes sois disant

le 27/08/2022 à 20:12
Signaler
Sans doute mais en Pologne qui en a énormément, les entreprises (étrangères) venues l'exploiter sont reparties, la géologie ne se commande pas. On peut en avoir aussi chez nous et ne pas pouvoir le faire sortir, oh désespoir. La solution qui fait psc...

à écrit le 26/08/2022 à 19:29
Signaler
Bonjour, incroyable plus personne ne nous parle du rendement exceptionnel des éoliennes installé en mer du Nord et sur cette grand îles.... Dans tous les cas c'est moche pour les pauvre anglais... Les promesses politique de prospérité économique du ...

à écrit le 26/08/2022 à 16:16
Signaler
Quand va t on enfin se décider à sortir du principe de l indexation des prix de l électricité à ceux du gaz en Europe !!!! A ce niveau cela devient une faute grave …. À moins de le faire exprès

à écrit le 26/08/2022 à 13:26
Signaler
Que faudra-t-il pour que nos dirigeants acceptent enfin de reconnaître (et de faire reconnaître aux dirigeants de Kiev) que la Crimée n'est pas fondamentalement plus ukrainienne que russe, et que les sanctions appliquées à Moscou depuis 2014 sont non...

le 26/08/2022 à 17:31
Signaler
Depuis la chute du mur de Berlin, l’élargissement de l’OTAN,( USA) a pu placer autour de la Russie 29 bases de missiles comme en 1999 et en 2004 aux ex-pays membres du Pacte de Varsovie donc bien avant 2014 et l’annexion de la Crimée..

à écrit le 26/08/2022 à 12:52
Signaler
Franchement, ce qui se passe chez les Grands bretons et le cadet de mes soucis....ce qui m'inquiète plus c'est l'absence de vraie politique européenne face à la Russie. Cela fait trop longtemps déjà que la Russie est une menace pour le monde occident...

le 26/08/2022 à 18:05
Signaler
Toi ,qui est un grand voyageur et pollueur donc ,tu pourrais t'inscrire dans la brigade internationale, il cherche des candidats ,tu as l'air motivé en plus, sus a l'ennemi .

à écrit le 26/08/2022 à 12:25
Signaler
Les russes ont gagnés la guerre sans même avoir eu besoin de franchir le Rhin. C'est fort, très fort. En fait mais cela revient au même c'est nous qui l'avons perdu ( une habitude culturelle ). C'était pas prévu ou vu comme çà... ahh purée de prévisi...

à écrit le 26/08/2022 à 10:59
Signaler
Les brits ils avaient pas du pétrole et du gaz à gogo ?

à écrit le 26/08/2022 à 10:56
Signaler
Il ne va rester comme seule solution que celle de renverser cul par dessus tête tout ses gouvernements qui ont pris ces décisions de boycotter la Russie. Les grèves sont en train de tout bloquer au Royaume Uni ( Écosse, Galles.. ), pas un secteur n'...

à écrit le 26/08/2022 à 10:52
Signaler
Après le grand gaspillage à l'échelle planétaire lié au délire collectif à propos du covid-19, le monde a la gueule de bois, et se rend compte que le "quoi qu'il en coûte", ça a effectivement coûté cher. Les britanniques sont plus pragmatiques que le...

à écrit le 26/08/2022 à 9:39
Signaler
Logique, les britanniques ont la livre sterling, l'inflation est donc plus forte qu'en zone euro, où l'économie allemande joue le rôle d'amortisseur. Par ailleurs le Royaume uni a peu de ressources naturelles, donc l'électricité est chère. La m...

à écrit le 26/08/2022 à 9:09
Signaler
Bonjour, l'ons peux effectivement se posser la question de la part de l'énergie renouvelable dans la production de ses entreprises, car sans gaz ou nucléaire s'est la panique totale....

à écrit le 26/08/2022 à 9:05
Signaler
La vision à moyen long terme de nos élites politiques me laisse sans voix. Je note qu'aux USA on ne parle pas de pénurie d'énergie, l'Europe s'est vraiment fait rouler dans la farine par les Américains.

à écrit le 26/08/2022 à 8:45
Signaler
"Certains ménages désespérés commencent à arrêter de se chauffer"... Parce qu'en plein mois d'août, sous la canicule qui a frappé la Grande Bretagne aussi apparemment, ils chauffaient leurs maisons et appartements ?

à écrit le 26/08/2022 à 8:24
Signaler
Et c'est l'économie russe qu'on devait mettre à genoux avec nos sanctions? Cet hiver, les Russes n'auront peut être pas le dernier iPhone à la mode ou les nouvelles autos Mercedes. Mais au moins ils auront du chauffage. On ne pourra pas en dire autan...

le 26/08/2022 à 9:58
Signaler
@Louis En Europe nous n'avons que très peu (sauf charbon) de gaz et de pétrole. Depuis 1973 il eut fallu retenir la leçon et investir régulièrement dans les énergies renouvelables et le nucléaire. Pour le nucléaire nous n'aurions en plus pas perdu...

le 26/08/2022 à 11:18
Signaler
les russes ont l habitude de se geler en hiver (vu l isolation de leurs appartement c est inevitable). Les europeens ont ete eleve dans du coton et chouinent des qu ils ont un petit bobo. perso quand j etais gamain (annees 70 pas 40 !) il n y avait p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.