Les États-Unis menacés par la Chine après la signature d'une loi pro Hong Kong

 |   |  435  mots
(Crédits : YURI GRIPAS)
Pékin a réagi avec colère à la promulgation, mercredi 27 novembre, par le président américain Donald Trump d'une loi soutenant les manifestations pro-démocratie à Hong Kong, L'ambassadeur américain à Pékin a été convoqué.

"Une abomination absolue". La Chine a eu des mots extrêmement fort, ce jeudi 28 novembre, pour qualifier "la loi de 2019 sur les droits de l'Homme et la démocratie à Hong Kong" promulguée par Donald Trump mercredi 27 novembre. Cette résolution, approuvée la semaine dernière par le Congrès et qui menace de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l'ancienne colonie britannique si les droits des manifestants ne sont pas respectés, avait été approuvée une semaine plus tôt à une écrasante majorité par le Congrès "dissimule de sinistres intentions", a dénoncé la diplomatie chinoise dans un communiqué, évoquant des "représailles", sans préciser lesquelles.

Le régime communiste a accusé le texte de "soutenir effrontément les actes commis contre d'innocents citoyens qui ont été frappés, blessés et brûlés (...) par des criminels violents". De son côté, un responsable du gouvernement hongkongais a estimé que cette résolution s'immisce "manifestement dans les affaires intérieures de Hong Kong" et envoyait "un mauvais message" aux manifestants.

Pour la deuxième fois en l'espace de quatre jours, l'ambassadeur des Etats-Unis à Pékin, Terry Branstad, a été convoqué au ministère chinois des Affaires étrangères, qui a appelé Washington à "ne pas mettre en oeuvre" le texte incriminé.

Front commercial

Aux Etats-Unis, des sénateurs des deux bords ont immédiatement salué la décision du chef de la première puissance mondiale. Les militants pro-démocratie hongkongais se sont également félicités, affirmant qu'elle contribuerait à l'établissement d'un consensus international en faveur de leur mouvement. Hong Kong, territoire semi-autonome chinois, connaît depuis bientôt six mois un mouvement de contestation d'une ampleur inédite depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

Le Congrès a également approuvé une mesure interdisant la vente à la police hongkongaise de matériel destiné à réprimer les manifestations. Une résolution également promulguée par Donald Trump. Sur le front commercial, la question est de savoir si cette décision va mettre en péril les tractations délicates menées par Washington et Pékin.

Lire aussi : Guerre commerciale : Donald Trump favorable un accord global avec Pékin

Les deux premières puissances mondiales se livrent depuis l'an dernier une guerre commerciale à coup de hausses de droits de douane. Ces derniers jours, ils ont envoyé des signaux positifs quant à la conclusion avant la fin de l'année d'un accord commercial partiel, dit de "phase un". L'ancien magnat de l'immobilier new-yorkais a en tout cas toujours cherché à soigner ses relations avec son homologue chinois Xi Jinping.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2019 à 12:24 :
Quelque chose me dit que si les chinois lâchaient du lest dans leur traité commercial avec les usa, ceux-ci lâcheraient du lest sur hong kong. C'est un mauvais présage en ce qui concerne les négociations commerciales...
Réponse de le 01/12/2019 à 13:40 :
La blague, les Etats unis ont Commencé cette guerre diplomatiue politique, et ce serait a uchinois de lacher du Lest? pour un probleme qui est National donc souverain.

Faut arreter les Etas Unis, pus grand criminel mondial, si jeune pays, et pourant que des guerres a sont actifs.
a écrit le 28/11/2019 à 11:34 :
Hormis les dessous politiques de cette loi, il ne faut pas oublier que la Chine n'est pas un pays démocratique et que la démocratie est un fondement dans les sociétés occidentales. Il n'y a toujours aucun signe d'évolution de ce régime fossilisé, il doit sa survie à son immense réussite économique, à l'élévation du niveau de vie de ses populations, sa puissance militaire et démographique même si cela a été et est dans une toute aussi immense atteinte à l'environnement et aux droits de l'homme.
De plus c'est un pays qui a les moyens de réduire le reste du monde à de vils vassaux si ce n'est déjà fait.
Réponse de le 28/11/2019 à 14:26 :
" la Chine n'est pas un pays démocratique " ...! ...guère moins que les USA ou la France !
a écrit le 28/11/2019 à 11:16 :
Visiblement certain n’apprécie pas l'intervention étrangère mais ne s'empêche pas d'y recourir! Un bon ennemie est préférable a une fausse amitié qui vous tirera dans le dos!
a écrit le 28/11/2019 à 11:13 :
Si la Chine vous intéresse et si vous voulez mieux en connaître les réalités, il faut lire les deux livres de Jean Tuan publiés chez C.L.C. Editions. Le premier "Mémoires chinoises" évoque la parcours de son père venue en France de Chine en 1929, leur incroyable séjour à Pékin en 1967 durant la révolution culturelle et l’évolution de la Chine dont l'auteur a été témoin depuis 1980. Marie Holzman, sinologue de renom, a préfacé le récit. Le second livre, "L'empreinte du Dragon", sous forme romancée nous dévoile les dessous de la main mise sur l'aéroport de Toulouse par la Chine, la façon dont elle a copié l'Airbus A320 et nous plonge au cœur des luttes impitoyables entre dirigeants chinois. Les derniers exemplaires sont disponibles via fnac.com et amazon.fr / Lectures à ne pas manquer...
Réponse de le 28/11/2019 à 14:27 :
....vous avez un pourcentage ?
a écrit le 28/11/2019 à 10:04 :
Il s'agit en réalité d'un prétexte car Trump ne veut pas signer d'accord commercial avec la Chine, ce truc est devenu son gagne pain, il va le faire durer jusqu'à l'élection de novembre 2020 et il espère sans doute après.
a écrit le 28/11/2019 à 9:36 :
"Une abomination absolue".

On dirait du Trump.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :