Londres étudie de fortes hausses d'impôts pour pallier la crise

 |  | 401 mots
Lecture 2 min.
Rishi Sunak, ministre des Finances britannique.
Rishi Sunak, ministre des Finances britannique. (Crédits : Reuters)
Face aux conséquences économiques de la crise du Covid-19, le chancelier de l'Echiquier va procéder à des hausses massives d'impôts, indiquent le Sunday Telegraph et le Sunday Times. Elles pourraient rapporter entre 22,4 et 33 milliards d'euros. Au deuxième trimestre, le PIB britannique s'est contracté de 20%.

Le ministre britannique des Finances Rishi Sunak envisage des hausses d'impôts massives afin de combler les trous dans les finances publiques provoqués par l'épidémie de coronavirus, rapportent deux quotidiens. De telles hausses proposées par les services du Trésor permettraient de récolter entre 20 et 30 milliards de livres sterling (entre 22,4 et 33 milliards d'euros) et certaines d'entre elles pourraient être mises en place dans le cadre du prochain budget prévu en novembre, selon le Sunday Telegraph et le Sunday Times.

Une dette publique de 2.000 milliards de livres

La dette publique du Royaume-Uni a dépassé 2.000 milliards de livres, alimentée par les mesures d'urgence décidées par le ministre des Finances, notamment les aides au maintien de l'emploi, des réductions d'impôts pour les particuliers et les entreprises ainsi que des subventions pour faire revenir la population dans les restaurants.

Rishi Sunak avait déjà dit que certains impôts devraient augmenter à moyen terme. Mais il fait face à des pressions pour continuer à soutenir les entreprises lorsque le dispositif de chômage partiel, dans le cadre duquel l'Etat prend à sa charge 80% des salaires, cessera en octobre.

Les augmentations d'impôts envisagées vont d'une forte hausse de l'impôt sur les sociétés - aujourd'hui nettement inférieur à la moyenne internationale - à une réduction des mesures d'incitation à des retraites complémentaires et à une hausse de la taxation sur les plus-values.

L'IS pourrait passer de 19% à 24%

Selon le Sunday Times, une diminution de l'aide internationale est également soupesée. Le gouvernement envisage également de lever un gel sur une taxe sur le carburant ainsi qu'une taxation sur le commerce en ligne. Le journal ajoute que l'impôt sur les sociétés pourrait passer de 19% à 24% ce qui permettrait de dégager 12 milliards de livres l'an prochain, puis 17 milliards à l'horizon 2023-2024.

Un porte-parole du Trésor n'a pas souhaité faire de commentaire. "Le véritable objectif est de réduire l'impact économique du Covid ... Plus nous pourrons limiter cet impact, plus nous aurons de flexibilité quant au budget", a déclaré Stephen Barclay, secrétaire en chef du Trésor, sur Times Radio.

L'économie britannique a enregistré une contraction record de 20% au deuxième trimestre, la plus importante parmi les grandes économies. Si elle montre des signes de rebond, un bond du chômage est redouté avec la fin des aides au chômage partiel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2020 à 16:54 :
Le Royaume-Uni ne semble pas près de devenir le "paradis fiscal au porte de l'Europe" que Boris menaçait de devenir si on ne cédait pas à ses exigences post-Brexit !!!
Raison de plus pour ne pas céder à son chantage !
Réponse de le 01/09/2020 à 13:50 :
"paradis fiscal" si mais pas pour les pauvres ! Z-ont pas d'argent, c'est pas possible de devenir le "paradis"... :-)
J'avais lu que quand on achète un appartement, une villa, autre bien à Londres, l'argent était bienvenu, nul ne demandait d'où venait tout ce liquide, un vrai paradis. :-)
a écrit le 31/08/2020 à 15:54 :
Ça alors, on nous avait vendu que le Brexit permettrait au RU de faire de substancielles économies et notamment de baisser les impôts. .. on nous aurait menti ? Mais à quel saint nos Frexiteurs, LFI et RN en tête, vont-ils pouvoir se vouer ?
Réponse de le 01/09/2020 à 13:56 :
pas vendu mais promis, c'est moins cher. :-)
C'était juste un slogan électoraliste, il faut embellir la vérité pour se faire élire, faire rêver : demain, on rase gratis. Voire mentir quand embellir ne suffit pas. Mais certains ont répliqué que les gens, avant de voter, s'ils avaient voulu, ils auraient pu se renseigner, et donc ne pas croire leurs discours....
Mme May avait promis aux agriculteurs GB d'avoir autant qu'avec la PAC après Brexit mais juste 2 ans, puis rien, sinon pourquoi voter 'leave' si c'est pour dépenser autant ?
UE, Covid, tout est contre la GB ! :-) [prétextes à manier telle une crécelle pour expliquer toutes les difficultés]
a écrit le 31/08/2020 à 13:08 :
Hollande a essayé, ça n'a pas marché ! Bienvenue dans l'enfer de l'étouffoir économique. Vous verrez, que du bonheur. Non seulement vous ne sortirez par de la crise (cf nous vers 2009-2010) mais l'étouffoir des hausses d'impôts vous y replongera (cf nous de 2012 à 2014-2015). Bon courage, amis brits...
Réponse de le 01/09/2020 à 8:28 :
Et nos amis britanniques ne pourront pas compter sur les 750 milliards de prêts européens ou sur une aide de l je ... le Brexit va se retourner contre eux ....
a écrit le 31/08/2020 à 10:37 :
Sachant qu'il n'ont pas d'obole a donner a Bruxelles... c'est tout bénef pour leur économie!
a écrit le 31/08/2020 à 9:52 :
La crise a bon dos, le Brexit ne doit pas être étranger à cette future hausse des impôts.
a écrit le 31/08/2020 à 9:39 :
En oligarchie mondiale toujours cette impossibilité de faire payer des impôts aux plus riches imposant aux dirigeants de taxer le travail où un véritable cercle vicieux ne pouvant que mener à toujours plus de crise.

Il est la le plus gros problème et seulement là, les gens qui souffriraient le moins de payer des impôts n'en payant pas. Parce que Blair a généré des famines dans son pays donc les pauvres sont rincés, les classes moyennes sont les dernières à consommer, on se rabat donc pitoyablement sur les sociétés.

Encore si ce n'était que les sociétés financières qui par définition sont de véritables parasites à l'économie réelle, cela serait normal, mais peut-être qu'il n'en reste plus beaucoup d'autres au Royaume Uni me direz vous après des années de dictature directe de la City.
a écrit le 31/08/2020 à 9:36 :
En France, qui se relèvera bien plus difficilement que les autres pays Européens du fait de la structure même de son économie (tourisme, culture, aéronautique, naval etc...) ce sera encore bien pire.
Mais le gouvernement s'achète une paix sociale à court terme en promettant que tout l'argent viendra d'ailleurs (emprunts, aides européennes etc...) et en payant des millions de gens à ne rien faire. Seuls des fous peuvent croire une chose pareille, mais ils sont malheureusement très nombreux par chez nous.
Réponse de le 31/08/2020 à 11:42 :
Tout à fait d'accord !
Réponse de le 31/08/2020 à 12:42 :
Alors que la contamination au Royaume-Uni s’est enclenchée tardivement, mais déjà 41000 décès sur l’ile contre 30 000 en France.
Là on sent bien déjà que le Royaume-Uni va s’en sortir mieux que la France….
Parce que le Royaume-Uni ne dépend pas du tourisme, de la culture et des industries aéronautiques et automobiles européennes et américaines ? Parce que le Royaume n’a pas de compagnies aériennes, d’agences de voyages, de croisiéristes, de chaines d'hôtels, qui bossent à l'international? Et qu’il ne dépend pas des flux d’investissement internationaux (et paradis fiscaux) qui sont en berne ?
Et puis, pour l’instant le hard brexit n’est pas encore acté, il faut donc être patient.
Et le maitre financeur US de l’économie UK n’est pas vraiment en grande forme !
Mais suffisamment puissant pour peser sur le gaz russe dans le quel le R-U est impliqué, ou pour effacer le mirage chinois des espoirs de la finance britannique. Tandis que le changement de statut de Hong Kong ne va pas faciliter les affaires financières britanniques déjà en cours.
Mais seul, le Royaume-Uni sera bien plus fort pour renégocier avec le Japon, la Chine, l’Inde, la Russie, les Etats-Unis, l’Australie et les autres du club Commonwealth, et le Club de Londres supplantera le Club de Paris, et Londres aura bien plus de poids pour négocier des postes stratégiques dans des organisations internationales.
:>))
Le jusqu'au-boutisme de Johnson va envoyer le pays dans le mur !
Réponse de le 31/08/2020 à 13:13 :
Nostalgique de la politique de l'étouffoir de l'ami Hollande, chien-chien à sa chan-chancelière ? Macron a été plus fou, certes, il a réussi à percer les poches des Allemands pour éviter de nous matraquer d'impôts. Mais bon...
Réponse de le 31/08/2020 à 13:29 :
Ah mais je partage complètement votre analyse du naufrage du RU, que je ne comptais déjà même plus dans l'Europe. Mais je doute que la France ait un bien meilleur avenir. Simon.
a écrit le 31/08/2020 à 9:07 :
pas gagné pour le "singapore sur tamise" promis au moment du brexit
a écrit le 31/08/2020 à 8:55 :
en france 2022 apres les Elections !!!!!
Réponse de le 01/09/2020 à 11:43 :
Vous semblez ignorer que notre dette est nationale,donc émise en notre nom a tous.Il faudra bien la rembourser,les impots sont la pour cela
a écrit le 31/08/2020 à 6:22 :
Les Britanniques sont pragmatiques, les mesures possibles annoncées impacteront peu les ménages de la classe moyenne et permettront à l'économie de ne pas sombrer.
En France la marge de manœuvre est plus étroite car les impôts sur le capital et les sociétés sont bien plus élevés qu'au RU.
En outre en France les deux fleurons Tourisme et Aéronautique étant au fond du trou pour quelques années ,l'avenir y est très sombre.
Lorsque l'UE va se déliter sous la poussée des égoïsmes nationaux bien naturels ,la disparition de l'Euro et le retour à une monnaie de singe va être une étape dure sur le chemin du recouvrement de notre souveraineté 🤣😂🤣
Réponse de le 02/09/2020 à 8:09 :
Malheureusement pour des britanniques, l'idée répandue que les impôts sur sociétés sont bien plus élevés sont pas tout à fait vraies. Si le taux d'IS au RU et plus bas (19%), l'assiette est bien plus large. Le taux effectif payés par les sociétés est 2x inférieur en France. Les bénéfices des entreprises Françaises sont similaires aux consoeurs britanniques mais l'IS encaissé en France en 2019 etait 31 Mrds alors qu'au RU elle atteint 70 Mrds
Réponse de le 02/09/2020 à 8:10 :
Malheureusement pour des britanniques, l'idée répandue que les impôts sur sociétés sont bien plus élevés sont pas tout à fait vraies. Si le taux d'IS au RU et plus bas (19%), l'assiette est bien plus large. Le taux effectif payés par les sociétés est 2x inférieur en France. Les bénéfices des entreprises Françaises sont similaires aux consoeurs britanniques mais l'IS encaissé en France en 2019 etait 31 Mrds alors qu'au RU elle atteint 70 Mrds
a écrit le 30/08/2020 à 22:29 :
Les brexiteurs nous avaient vendu un paradis fiscal aux portes de l'UE. Encore un mensonge.
a écrit le 30/08/2020 à 21:22 :
Une partie de notre dette ne sera jamais remboursée grâce à la mutualisation de la dette, 1er pas vers une Europe fédérale..
Les anglais ne bénéficient pas de la manne de la BCE.
Le Brexit est-il vraiment si BÉNÉFIQUE pour la GB ?
a écrit le 30/08/2020 à 20:20 :
Ils ont voulu le Brexit eh ! Bien dansez ou chantez maintenant
a écrit le 30/08/2020 à 19:49 :
Il n'y a pas d'argent magique qui sortirait du chapeau du prestidigitateur comme par enchantement. On peut penser cependant que la solution de création monétaire est la moins douloureuse dans la mesure où l'on l'utilise dans la même proportion que les autres, gardant ainsi l'équilibre des taux de change entre les grandes devises. Sauf à faire s'écrouler la monnaie, une bonne partie de la dette devra cependant bien être remboursée par une augmentation des impôts à un moment ou à un autre. Aujourd'hui, le gouvernement ne promet seulement qu'il n'y aura pas d'augmentation des impôts avant le retour à la situation antérieure au covid. Mais après il le faudra bien car souvenons nous qu'avant le covid nous avions déjà un déficit chronique d'environ 100 milliards d'euros par an.
a écrit le 30/08/2020 à 18:57 :
Quelle crise ? Covid ou Brexit ?
a écrit le 30/08/2020 à 18:37 :
Il faut monter l’impôt sur les sociétés pour pouvoir aider les entreprises. Logique !
Les très riches on n'y touche pas.
En tout cas le projet du global Britain, hub mondial fiscalement attractif prend l'eau.
a écrit le 30/08/2020 à 18:28 :
y en a au moins un dans le lot qui est honnete et promet les hausses d'impots que tout le monde attend
les autres ne sont que de vils menteurs qui ne promettent que des cheques qui seront ' payes par personne'
a écrit le 30/08/2020 à 18:21 :
Voilà le blanc-seing qu'attendait Macron : "si même les anglais le fond..."
a écrit le 30/08/2020 à 17:20 :
Sachant qu'il n'ont pas d'obole a donner a Bruxelles... c'est tout bénef pour leur économie!
a écrit le 30/08/2020 à 15:56 :
tout ça pour ça

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :