Marché du travail : l'OCDE fustige le manque d'intégration des immigrés

 |   |  692  mots
(Crédits : Reuters)
En dépit de récentes améliorations, les immigrés connaissent toujours de sérieuses difficultés à s'intégrer sur le marché du travail regrette l'OCDE dans un rapport rédigé en collaboration avec la Commission européenne.

Alors que les pays membres de l'ONU ont approuvé lundi 10 décembre un pacte mondial sur les migrations, l'OCDE et la Commission européenne viennent de publier un rapport qui permet d'établir une comparaison internationale de l'intégration des populations immigrées. Il apparaît que "si l'intégration des immigrés et de leurs enfants sur le marché du travail s'est améliorée dans de nombreux pays ainsi que leurs conditions de vie", de nombreuses difficultés persistent. Les compétences des immigrés restent "largement inexploitées, entravant à la fois la croissance économique et l'inclusion sociale."

Par ailleurs, sur la période 2008-2016, "14% environ des personnes nées à l'étranger déclarent appartenir à un groupe victime de discrimination fondée sur l'origine ethnique ou la nationalité" dans l'Union européenne.

Un taux de chômage plus élevé

Sur les 74 indicateurs examinés par les experts, les disparités au niveau des taux de chômage sont particulièrement criantes. "Dans tous les pays de l'OCDE et des pays de l'Union européenne, les immigrés connaissent des taux plus élevés que les populations nées dans le pays." Et la crise de 2008 est loin d'avoir arrangé la situation.

Sur la dernière décennie, les différences se sont accrues, particulièrement dans le sud de l'Europe en raison notamment de sérieuses difficultés économiques. La crise des dettes souveraines a amplifié les effets de la crise sur le marché du travail dans ces pays déjà fortement fragilisés. Par ailleurs, les auteurs du rapport soulignent que lorsqu'ils se retrouvent au chômage, les immigrés reçoivent moins d'indemnités que le reste de la population, sans avancer de raisons précises.

Plus de travail temporaire

Les emplois occupés par les immigrés sont souvent plus précaires que ceux pourvus par le reste de la population. Selon les données du document, les personnes nées à l'étranger ont bien plus souvent des contrats temporaires que le reste de la population.

Par ailleurs, les experts notent que les immigrés sont plus souvent surqualifiés que les autres actifs notamment dans l'ensemble des pays de l'Union européenne. Le taux de travailleurs surqualifiés chez les immigrés atteint 34% contre 21% pour les autres actifs occupés.

Une pauvreté plus marquée

L'une des des conséquences de ces inégalités est que la pauvreté est bien plus marquée chez les personnes immigrées. "Près de 30% des immigrants dans les pays développés et en Europe vivent dans une pauvreté relative contre 19% et 17% des personnes nées dans le pays."

Par ailleurs, la part des immigrés pauvres ayant un travail est environ deux fois plus élevée que dans les pays de l'OCDE ou de l'Union européenne. Ces disparités se retrouvent également dans les revenus. Selon les chiffres de l'institution internationale basée à Paris, le revenu annuel médian d'un ménage composé d'immigrés se situe autour de 20.000 euros dans les pays membres de l'OCDE et 16.000 euros en Europe, soit 10% de moins que les autres citoyens.

Un niveau d'éducation parfois plus élevé

La part des plus diplômés est supérieure chez les immigrés (37%) que chez les natifs du pays (33%). Cela est particulièrement flagrant parmi les immigrés arrivés dans les pays de l'OCDE il y a moins de 10 ans (42%). Cependant, dans les pays de l'OCDE et de l'Union européenne, 11% et 12% des immigrés ont un niveau d'éducation relativement bas contre 7% et 5% pour les natifs.

Enfin, les résultats indiquent que les générations les plus récentes affichent des niveaux d'études et des résultats scolaires en progression. Cela se traduit par des taux de décrochage scolaire plus faible et un niveau scolaire plus élevé. "Toutefois, les enfants d'immigrés continuent d'accuser un certain retard par rapport aux enfants de parents nés dans le pays, notamment en Europe, tandis que l'inverse est vrai dans quelques pays seulement, par exemple au Canada."

Lire aussi : Les discriminations accentuent fortement le chômage des immigrés

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2018 à 10:40 :
Quel article partisan !!!
Incroyable cette façon de faire culpabiliser maintenant les patrons d'entreprise, principalement les PME.
Perso j'ai travaillé dans plusieurs sociétés où il y avait des travailleurs issus de l'immigration, souvent travailleurs et sociables, mais la plupart étaient sous qualifiés et il était difficile de les faire monter en compétences.
Si on se contente de faire allusion aux étudiants étrangers dans les grandes écoles effectivement ils sont très qualifiés, pas ceux qui pointent au Pole Emploi ...
Bientôt on va nous dire que les salariés français sont des idiots sans diplômes, sans idées et sans culture technique et qu'à cause d'eux les entreprises ne font plus de croissance ...
Un seul mot pour ce torchis : LAMENTABLE
a écrit le 11/12/2018 à 23:50 :
Où et quand ce pacte mondial a t-il été expliqué et débattu ? totalement escamoté en réalité, c'est la politique européenne du fait accompli : la souveraineté de l'état n'existe pas, d’ailleurs " souverainiste " est limite un gros mot. Derrière le beau discours humaniste d’accueil des migrants, se cache la motivation économique, comme le prouve l'injonction de l'OCDE de mieux intégrer (ne pas dire utiliser) les capacités des migrants. Surtout ne pas parler des raisons qui les ont poussé à quitter leur pays que nos guerres devaient pacifier, et encore moins de créer les conditions économiques favorables à leur retour. Frontex, l'agence européenne de gardes-frontières et de garde-côtes va être au chômage !
https://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N1VD4F3
a écrit le 11/12/2018 à 14:50 :
1 - On ne leur a pas demandé de venir.
2 - Ils seraient plus productifs chez eux.
3 - Et la question est : veulent-ils s'intégrer ? Non, eh bien dehors.
Quant aux "welcome refugiees" que tous ces gens en prennent un chez eux et qu'ils assument sa subsistance jusqu'au bout. La France dépense déjà 4,5 milliards d'€ pour les illégaux (AME, MNA) et Macron vient de signer le Pacte machin, nous n'avons pas fini de cracher au bassinet.
a écrit le 11/12/2018 à 11:59 :
Quel que soit leur niveau ils seraient probablement plus heureux dans leur pays et nous plus heureux sans eux. Qu'il y ait une immigration, de culture et de religion différente, très modérée comme par le passé est tout à fait normal ainsi que celle de ceux qui fuient la guerre, le chaos ou la persécution il serait inhumain de ne pas l'accepter mais toutefois à condition qu'ils aient envie de s'intégrer. Niet pour ceux qui veulent garder leurs coutumes au quotidien. Oui pour ceux qui gardent leur coutumes pour le folklore
a écrit le 11/12/2018 à 10:48 :
Travaillons d'abord à donner du travail à nos jeunes qui sont trop souvent au chômage ou galèrent en début de carrière!
On verra pour les migrants ensuite.
a écrit le 11/12/2018 à 10:37 :
Je ne me rappelle pas qu' on ait eu besoin de demander aux pays d' accueil de de faire le maximun pour intégrer les espagnols, portugais, italiens, vietnamiens, arméniens. Ils se sont fondus naturellement dans les populations autochtones. Y aurait il des populations moins facilement intégrables ? ce que suggère l' OCDE.
a écrit le 11/12/2018 à 10:05 :
Avec l'augmentation de la productivité amenée par les nouvelles technologies et l intelligence artificielle les emplois peu qualifiés vont disparaître et toucheront d'abord les immigrés et les français les plus vulnérables, l'avenir s'annonce sombre sur le plan de l'emploi dans les pays industrialisés ! L'OCDE du haut de sa tour d'ivoire paraît complètement déconnecté des réalités du monde faisant abstraction des barrières sociales, culturelles, linguistiques et religieuses qui font la mentalité humaine.
a écrit le 11/12/2018 à 9:50 :
ONU et OCDE n'ont pas à faire la leçon sans arrêt. Les Français ont déjà bien assez de problèmes.
a écrit le 11/12/2018 à 9:33 :
EUROPE :

1/ 17 millions de personnes sans emploi soit 8.5 % (population active) dans la zone euro !
dont :
- 15 % de jeunes européens de - de 25 ans !

2/ taux de chômage variant de 2,3 % (Allemagne) à 19 % (Gréce) : France : 9,3 % !
moyenne européenne : 8 %

EUROPA FIRST !!!!!!!!!!

l'Immigration c'est après avoir traité ce PASSIF !!!!!
Réponse de le 11/12/2018 à 9:46 :
Totallement d'accord, des analyses sur l'intégrations des immigrés dans un pays qui a déjà d'autres soucis avec une population aux abois, un taux de chômage élevé , une industrie en déclin et une transition de nouvelles technologie qui va mettre sur le carreau bon nombre de personnes mais où les détendeurs de cette technologie vont concentrer tous les capitaux sans le redistribuer par le travail au reste de la population vu que cette technologie a besoin de moins de personnes non qualifiées.
a écrit le 11/12/2018 à 9:29 :
Un diplôme n'implique pas une capacité à s'intégrer à une autre culture. Beaucoup de français rentrent du Canada ou des USA à cause du mode de vie qui ne correspond pas à leurs attentes. Pour un français, pas de pause repas est impensable. C'est exactement ce qui se passe en France avec des immigrés qualifiés qui préfèrent rentrer dans leur pays pour y trouver une meilleure qualité de vie. Les diplômes entre les pays ne sont pas non plus tous équivalents. J'ai vu des ingénieurs indiens refuser des postes en France car leur niveau de vie aurait été inférieur à celui de leur pays. J'ai aussi vu des ingénieurs marocains effarés devant leur facture de chauffage et autres charges, car ils ne savent pas ce que c'est dans leur pays. Et un être humain a aussi des racines...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :