Métaux stratégiques : l’Europe tremble, la Chine menace de freiner ses exportations

Pékin a annoncé, lundi, que les exportations de gallium et germanium seront soumises à l’aval du gouvernement. Une étape de plus dans les tensions commerciales sino-américaines et qui place l’Europe dans une position difficile. En effet, la Chine produit l’essentiel de ces métaux précieux et des terres rares, des minerais cruciaux pour le développement de nombreuses technologies.
Maxime Heuze
Les exportations de gallium et de germanium nécessiteront désormais une licence avant de pouvoir être autorisées en Chine.
Les exportations de gallium et de germanium nécessiteront désormais une licence avant de pouvoir être autorisées en Chine. (Crédits : Reuters)

Je t'aime, moi non plus. Voilà comment pourraient être décrites les relations entre la Chine et les Etats-Unis. Alors que la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen est arrivée ce jeudi à Pékin et a prôné une « concurrence saine » entre la Chine et les États-Unis, la Chine a lancé de nouvelles menaces non-dites à Washington lundi.

Lire aussiRéindustrialisation : la France peut-elle sécuriser l'approvisionnement des métaux stratégiques ?

À compter du 1er août, les exportations de gallium -un minerai que l'on trouve dans les circuits intégrés, les LED et les panneaux photovoltaïque- et de germanium -indispensable pour les fibres optiques et l'infrarouge- nécessiteront une licence avant de pouvoir être autorisées en Chine. De plus, le destinataire final des exportations et l'objet de leur utilisation devront être précisés, ont annoncé les autorités chinoises.

Bloquer l'accès à des métaux stratégiques aux Etats-Unis

Pékin justifie officiellement ces mesures par la nécessité de « préserver la sécurité et les intérêts nationaux » en faisant passer la Chine avant l'étranger concernant l'approvisionnement de ces métaux stratégiques.

En réalité, il s'agit d'une nouvelle étape dans l'envenimement des relations sino-américaines. « C'est une décision géopolitique qui traduit une tendance de raidissement des relations entre les deux superpuissances qui ne se voit plus seulement avec des mots, mais aussi avec des actions », analyse, en effet, Sylvain Bersinger, économiste au cabinet Asterès et spécialiste de l'économie chinoise.

Illustration de ces tensions qui concernent notamment Taïwan, convoitée par Pékin, mais défendue par les Etats-Unis : fin 2022, Washington a décidé de limiter les exportations de machines de production de semi-conducteurs de pointe, en particulier celles du fabricant néerlandais ASML. En réponse, fin mai, la Chine a interdit l'utilisation des semi-conducteurs de l'Américain Micron dans certains secteurs pour motifs sécuritaires et menace donc maintenant implicitement de bloquer l'accès de ces métaux stratégiques aux USA et leurs alliés.

Lire aussiBataille sur le marché des semi-conducteurs : la Chine frappe un grand coup en bannissant Micron

Un risque d'embargo des terres rares chinoises

Pour l'instant, même si la Chine représente 80% de la production mondiale de gallium et de germanium, selon des chiffres de la Commission européenne, « il ne s'agit que d'un coup de semonce » estime Christian Mion Senior Partner chez EY, spécialiste des matières premières. Ce dernier affirme que « l'annonce de la Chine ne va pas avoir d'effet sur la quantité de ressources disponibles, puisque les réserves de ces deux métaux sont présentes ailleurs dans le monde. Un embargo sur ces derniers provoquera, au pire, une tension temporaire sur la chaîne logistique et une augmentation des prix ». De gros mineurs, dont le Congolais, la Gécamines, le Russe, Rostec, et la société néerlandaise, Nyrstar, pourraient, en effet, remplacer les exportations chinoises. « Nous allons produire du germanium (pour remplacer le matériau) qui n'est pas disponible sur le marché », a d'ailleurs déjà déclaré à Reuters le président de la Gécamines, Guy Robert Lukama.

LIRE ICI NOTRE DOSSIER SPÉCIAL  « LES MÉTAUX STRATÉGIQUES, NERF DE LA GUERRE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE »

Mais la vraie menace est ailleurs. Au-delà du gallium et du germanium, avec ces restrictions Pékin fait craindre un arrêt des exportations de terres rares ce qui « serait alors beaucoup plus grave pour nous » alerte le consultant. Et pour cause, bien que ces minerais (qui tirent leur nom de leur faible concentration dans le sol) soient présents sur de nombreux continents, la Chine a extrait 58% de la production mondiale et raffiné 89% en 2022. Problème, ces métaux sont cruciaux dans la confection de nombreux objets électroniques et numériques. Selon l'Agence internationale de l'énergie (IEA), les besoins en technologies bas-carbone, notamment pour les moteurs de véhicules électriques ou les éoliennes en mer, pourraient multiplier par sept la demande mondiale, d'ici 2040, soit près de 2 millions de tonnes par an, contre 280.000 tonnes en 2022.

L'Union européenne pourrait pâtir de la guerre commerciale sino-américaine

Consciente des risques pour son économie, la Commission européenne a annoncé, mardi 4 juillet, préparer « une analyse détaillée de leur impact potentiel [ndlr, des restrictions annoncées par la Chine] sur les chaînes d'approvisionnement mondiales et l'industrie européenne », a indiqué une porte-parole de l'Union européenne. « Nous appelons la Chine à adopter une approche où les restrictions et contrôles sont basés sur des considérations de sécurité claires dans le respect des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) », a-t-elle ajouté.

En cas d'arrêt des exports de Gallium, germanium ou même de terres rares, « les Européens se retrouveront dans une position délicate, car les Américains et les Australiens vont trouver des sources de productions alternatives », regrette Christian Mion.

Car le Vieux continent ne dispose pas de mines pour le moment et « l'éventuelle exploitation n'interviendra pas avant dix ou quinze ans, délai minimum pour ouvrir une mine et la mettre en service » affirme le Présidente du groupe d'experts sur les ressources minérales de la transition bas carbone Dominique Viel, dans une note. À l'inverse, l'Australie et les Etats-Unis disposent déjà de nombreuses mines et produisent respectivement 8% et 15% des terres rares au niveau mondial, selon l'Institut des études géologiques des États-Unis.

« En cas d'embargo de la Chine sur les terres rares, il y aura, bien sûr, quelques frictions, car les mines américaines et australiennes, ou autres devront augmenter leurs capacités de production ce qui prendra un peu de temps. Les Européens seront probablement servis après les pays producteurs et pourraient, en conséquence, manquer de ces métaux à court terme », anticipe François Candelon, directeur monde du BCG Henderson Institute, expert de la Chine.

Malgré ces risques les Européens ont décidé de répondre à la menace... par une autre menace. L'UE pourrait ainsi envisager « des actions dans le cadre de l'OMC ». Mais « l'OMC est une coquille vide car les Etats-Unis et la Chine prennent des décisions en dehors de cette institution depuis plusieurs années », rétorque Sylvain Bersinger, qui considère cependant que « cela montre que l'Europe est prête à prendre des contre-mesures. Dans les mois à venir, nous pourrions voir d'autres sanctions croisées et des nouvelles restrictions ». Une escalade des tensions qui pourrait finir par nuire au développement des nouvelles technologies et à la transition écologique en Chine comme en Occident.

LIRE NOTRE DOSSIER-

Maxime Heuze

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 07/07/2023 à 21:50
Signaler
Il faut lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Éditions. L'auteur sous forme de fiction dévoile la réalité des coups tordus de la Chine qui en échange des minéraux rares dont elle dispose en quantité s'accapare les ressources essentielles d'un...

à écrit le 07/07/2023 à 13:45
Signaler
Après s'être mis la corde au cou de l'électrique pour tous, on découvre avec stupéfaction que l'Europe va dependre de ka Chine pas libérale pour deux sous et deviendra son vassal comme la Russie.. Et comme dirait ldx, c'est le bon sens de l'état str...

à écrit le 07/07/2023 à 12:43
Signaler
Comment l'occident et en particulier l'europe apres avoir gele les divers comptes et proprietes russes et autres oligarques pouvait croire une seconde qu'il n'y aurait pas un retour de baton ? Les alliances nouvelles commencent a montrer la real poli...

le 07/07/2023 à 15:37
Signaler
En l'occurrence, le retour de bâton sera pour la Chine, qui n'a un monopole que sur l'exploitation des terres rares. Des mines alternatives sont déjà en cours de réouverture, notamment aux Etats-Unis.

à écrit le 07/07/2023 à 12:02
Signaler
L'UE devait se méfier des états totalitaires et de leurs affidés . La Chine et la Russie sont hostiles vis à vis des occidentaux, avant de se lancer dans des énergies renouvelables, il serait urgent de financer massivement des énergies comme le solai...

le 07/07/2023 à 15:16
Signaler
ou 716 éoliennes de 5MW , ou 478 éoliennes de 7,5MW

à écrit le 07/07/2023 à 11:03
Signaler
L'UE découvre qu'elle ne dispose pas des matières premières nécessaires à sa stupide transition énergétique. On va bien rire quand la Chine va faire main basse sur Taiwan et que l'UE restera sans voix pour éviter des sanctions encore plus dures. En...

à écrit le 07/07/2023 à 10:29
Signaler
C'est très bien. Espérons que ça va obliger l'UE à réagir plus énergiquement. La Chine s'est accaparée une grande partie des ressources minières de cette planète. Mais il reste toujours des mines hors Chine dans lesquelles l'UE peut investir sans ta...

à écrit le 07/07/2023 à 8:46
Signaler
C'est très bien. La Chine garde ses minerais et nous interdisons l'exportation de leurs voitures électriques. Pour commencer.

le 07/07/2023 à 15:19
Signaler
Oui, une taxe douanière de 100% sur les voitures (électriques ou pas) importées de Chine. Pour 1€ de sanction chinoise, il faut les pénaliser immédiatement (pas dans 5 ans) de 2€ de produits chinois.

à écrit le 07/07/2023 à 8:25
Signaler
Ça y est nos minables dirigeants européistes sont enfin en train de se regarder dans une glace et c'est particulièrement moche en effet, l'UE à marche forcée était un échec assuré mais l'argent a ses raisons que la raison ignore et à force de l'ignor...

le 07/07/2023 à 10:42
Signaler
Pour beaucoup de dirigeants européens, la première de leurs motivations est de protéger leurs trônes, leurs hauts salaires et les avantages directs ou négociables contre € ou cadeaux, liés à la fonction : notoriété, logistique, invitations, passe-dro...

le 07/07/2023 à 10:48
Signaler
Et qu'aurait pu faire la France seule en dehors de l'UE ?

le 07/07/2023 à 11:28
Signaler
"Et qu'aurait pu faire la France seule en dehors de l'UE ? " Beaucoup mieux suffit juste d’avoir la capacité de réflexion suffisante ce dont visiblement nos dirigeants français sont dépourvus je l'avoue. La question précise étant:"Est-ce qu'avec leur...

à écrit le 07/07/2023 à 8:23
Signaler
L'Union Européenne est gérée par des fonctionnaires et bureaucrates dont on n'a plus voulu dans leurs pays respectifs : c'est quasiment un placard doré. Ne croyez pas qu'ils vont devenir stratèges de par leur "promotion"...

le 07/07/2023 à 8:55
Signaler
Depuis quand la fonction publique décide ?. On voit que vous ne connaissez même pas le fonctionnement de votre propre pays mais pour ça faut il encore s y intéresser au lieu de brailler de vitupérer …comme vous faites d’hab le politique décide la...

le 07/07/2023 à 8:55
Signaler
Depuis quand la fonction publique décide ?. On voit que vous ne connaissez même pas le fonctionnement de votre propre pays mais pour ça faut il encore s y intéresser au lieu de brailler de vitupérer …comme vous faites d’hab le politique décide la...

à écrit le 07/07/2023 à 8:20
Signaler
C'est une sanction suite aux restrictions d'export de cartes graphiques Nvidia. L'arroseur arrosé

le 07/07/2023 à 15:40
Signaler
Détrompez-vous, les Chinois s'arrosent eux-mêmes dans cette affaire. Xi est hors sol.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.