Donald Trump dispense l'Union européenne de taxes sur les métaux

 |   |  445  mots
Donald Trump, le 8 mars dernier, avait annoncé que des tarifs douaniers allaient s'appliquer dans un délai de quinze jours.
Donald Trump, le 8 mars dernier, avait annoncé que des tarifs douaniers allaient s'appliquer dans un délai de quinze jours. (Crédits : KEVIN LAMARQUE)
Le président américain Donald Trump a autorisé jeudi la suspension jusqu'au 1er mai des taxes des Etats-Unis sur les importations d'acier et d'aluminium de plusieurs de leurs partenaires importants, dont l'Union européenne.

Donald Trump a décidé jeudi d'exempter provisoirement l'Union européenne et six pays tiers des droits de douanes qui vont s'appliquer aux importations d'acier et d'aluminium à compter de ce vendredi.

Dans une proclamation présidentielle diffusée jeudi soir par la Maison-Blanche, le président américain précise que les pays membres de l'Union européenne de même que l'Argentine, l'Australie, le Brésil, la Corée du Sud, le Canada et le Mexique éviteront jusqu'au 1er mai ces barrières douanières.

Donald Trump, le 8 mars dernier, avait annoncé que des tarifs douaniers allaient s'appliquer dans un délai de quinze jours, soit à compter de ce vendredi, sur les importations d'acier (25%) et d'aluminium (10%). Mais le président américain, qui avait déjà accordé des exemptions au Canada et au Mexique dans le cadre de la renégociations de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna), avait également ouvert la voie à des négociations pays par pays.

"J'ai déterminé que les moyens nécessaires et appropriés de traiter la menace pour notre sécurité nationale posée par les importations de produits en acier en provenance de ces pays est de poursuivre ces discussions et d'exempter de droits de douanes les importations en provenance de ces pays pour le moment", explique-t-il dans cette déclaration.

Merkel avait prévenu : des contre-mesures étaient prêtes

Angela Merkel avait annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi à Bruxelles que les dirigeants européens étaient encore dans l'expectative quant à l'issue des négociations commerciales menées avec Washington pour éviter les droits de douane sur l'acier et l'aluminium.

Auditionné jeudi au Sénat, le représentant spécial au Commerce de l'administration Trump, Robert Lighthizer, a déclaré que l'Union européenne serait exemptée de ces 25% de droits de douane sur l'acier et de 10% sur l'aluminium.

Plus tôt dans la journée, la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, qui a rencontré à plusieurs reprises des membres de l'administration Trump à Bruxelles et à Washington depuis l'annonce de ces taxes, avait déclaré avoir bon espoir que les Etats-Unis exempteraient l'UE.

Mais, s'exprimant en clôture de la première journée du Conseil européen à Bruxelles, Angela Merkel a relevé que la décision de Trump n'était pas encore totalement claire.

"Nous pensons que des droits de douane ne sont pas justifiés et nous cherchons à avoir davantage de discussions", a-t-elle dit à la presse.

"S'ils augmentent les droits de douane, nous répondrons pas des contre-mesures. C'est notre opinion commune", a-t-elle ajouté après le dîner des chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'UE.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2018 à 18:27 :
La solution, pour faire plier l'Allemagne et la Chine, serait de pénaliser les pays selon les excédents des balances commerciales. Il est bien évident que l'on ne peut pas accepter des excédents permanents et énormes comme ceux de l'Allemagne dans l'UE.
Les excédents de l'Allemagne provoquent le chômage et l'exode des jeunes dans les pays déficitaires, ceux-ci se désindustrialisent, surtout la France et l'Italie. Beaucoup de jeunes, souvent hautement qualifiés, quittent le vieux continent pour aller renforcer les économies Outre-Atlantique et Australie. Le dumping social compétitif préconisé par l'Allemagne n'est pas la solution, ces pays ne peuvent le gagner, étant défavorisés par des facteurs naturels.
Ces excédents chroniques et énormes causent des dommages irréversibles à l'UE.
Réponse de le 26/03/2018 à 19:51 :
Le cout du travail en Allemagne est plus élevé que dans la zone euro.
Voila pour le dumping social.
Sinon pénaliser les pays en fonction de l'excédent commercial , ça veut dire taxer un pays si il fait des produits de meilleur rapport qualité/prix qu'un autre. Pas sûr que le consommateur s'y retrouve.
Par contre avec la Chine il faut une réciprocité des relations commerciales.
Réponse de le 28/03/2018 à 12:43 :
Le dumping social compétitif (je ne parle pas des salaires) préconisé par l'Allemagne pour les pays déficitaires, n'est pas la solution, ces pays ne peuvent le gagner, étant défavorisés par des facteurs naturels et immovables.
a écrit le 23/03/2018 à 14:11 :
Ô merci grand seigneur Trump de votre mansuétude et de votre magnanimité.

Je suppose que des gens de votre entourage vous ont expliqué qu'on en pouvait pas prendre TOUT le monde TOUT le temps pour des jambons.
Réponse de le 24/03/2018 à 15:35 :
"TOUT le temps" non mais 8 ans oui

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :