OMC : l'Europe se prépare à Bruxelles avant la conférence de Nairobi

 |   |  445  mots
A Bruxelles, les ministres feront entre autres un point sur l'avancée des négociations entre l'UE et Washington avec la commissaire européenne au Commerce Cécilia Malmström.
A Bruxelles, les ministres feront entre autres un point sur l'avancée des négociations entre l'UE et Washington avec la commissaire européenne au Commerce Cécilia Malmström. (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Les ministres évoqueront notamment les négociations commerciales en cours, dont celles concernant le partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP ou Tafta).

A quelques jours de la 10e conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qui se déroulera du 15 au 18 décembre à Nairobi, les 28 ministres de l'Union européenne se retrouvent ce vendredi 27 novembre à Bruxelles, à l'occasion du Conseil "Affaires étrangères" - Commerce de l'UE, présidé par le ministre du Luxembourg Jean Asselborn. Les ministres se pencheront notamment sur la stratégie à suivre, concernant les questions liées au développement, à la concurrence, à l'exportation, à la transparence, et sur les résultats qui peuvent être espérés.

Quelles perspectives ?

Ce, alors même que le Brésilien Roberto Azevedo qui dirige depuis septembre 2013 l'organisation chargée du commerce international, a indiqué qu'aucun "progrès" n'avait été constaté dans les négociations préparatoires. "Il faudra se battre sérieusement" pour atteindre un résultat et réfléchir à "notre avenir", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Genève.

Interrogé sur les chances de succès de cette conférence, qui se tient tous les deux ans et pour la première fois en Afrique, Roberto Azevedo a répondu qu'il était un "homme réaliste", sachant que les pays-membres restent divisés sur quasiment tous les sujets.

Selon lui, la question importante est de savoir ce qui se passera après Nairobi, notamment en ce qui concerne l'agenda de Doha. Ce calendrier composé des dossiers en suspens du cycle de négociations commerciales entamé en 2001 n'est en effet toujours pas bouclé. En juillet dernier, les pays membres de l'OMC ont une nouvelle fois échoué à se mettre d'accord.

Les accords bilatéraux se multiplient

Voilà quatorze ans que les discussions patinent, sur fond de profusion d'accords bilatéraux et régionaux, à l'instar du partenariat transatlantique (dit TTIP ou Tafta) en négociations entre Bruxelles et Washington. S'il voyait le jour, il donnerait naissance au plus gros accord de libre-échange jamais signé et viendrait s'ajouter à la multitude d'accords qui ne cessent de fleurir. De quoi mettre un peu plus de plomb dans l'aile de l'OMC, dont certains doutent de plus en plus du rôle.

     | Lire L'OMC a-t-elle encore un avenir ?

D'ailleurs, ce vendredi à Bruxelles, les ministres feront un point sur l'avancée de ces négociations avec la commissaire européenne au Commerce Cécilia Malmström.

Ils doivent également évoquer les négociations commerciales menées par l'UE avec les pays du Mercosur (Argentine, brésil, paraguay, Uruguay, Venezuela), l'Asie, ainsi que quelques pays de l"Asean (Malaisie, Myanmar, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam). Sans oublier les pourparlers trilatéraux entre l'UE, la Russie et l'Ukraine, ainsi que les relations entre Pékin et Bruxelles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2015 à 17:05 :
Il faut être conscient que nous ne sommes plus propriétaire de notre Pays mais simple locataire et bientôt expulsable a l'issue de la période hivernale! Donc ne vous faites pas d'illusion!
a écrit le 27/11/2015 à 17:03 :
Il faut être conscient que nous ne sommes plus propriétaire de notre Pays mais simple locataire et bientôt expulsable a l'issue de la période hivernale! Donc ne vous faites pas d'illusion!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :