Pas de "guerre des monnaies" pour les pays du TPP

 |   |  275  mots
Cette déclaration commune répond à leur souhait, a affirmé dans un communiqué la Représentation américaine au commerce extérieur (USTR), ajoutant que c'est la première fois qu'un tel engagement sur les monnaies était adopté en marge d'un accord de libre-échange.
Cette déclaration commune répond à leur souhait, a affirmé dans un communiqué la Représentation américaine au commerce extérieur (USTR), ajoutant que c'est la "première fois" qu'un tel engagement sur les monnaies était adopté en marge d'un accord de libre-échange. (Crédits : Forex)
Les douze pays signataires de l'accord de libre-échange transpacifique se sont engagés dans une déclaration conjointe publiée jeudi à éviter les "dévaluations compétitives", et toute manipulation de taux de change.

C'est inédit. Les douze pays signataires de l'accord de libre-échange transpacifique (TPP) se sont engagés à ne pas mener de guerre des monnaies, selon une déclaration conjointe publiée jeudi. "Chaque pays s'abstiendra de toute dévaluation compétitive", peut-on ainsi lire sur ce document publié le même jour que l'ensemble de ce traité commercial qui réunit l'Australie, Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les Etats-Unis et le Vietnam.

Cette déclaration commune répond à leur souhait, a affirmé dans un communiqué la Représentation américaine au commerce extérieur (USTR), ajoutant que c'est la "première fois" qu'un tel engagement sur les monnaies était adopté en marge d'un accord de libre-échange.

Les Etats signataires, qui pèsent 40% du produit intérieur brut mondial, s'engagent également à "éviter de manipuler les taux de change (...) afin de gagner un avantage compétitif déloyal", ajoute le document.

Des contrôles réguliers

Pour s'en assurer, ces pays auront l'obligation de rendre publiques leurs interventions sur les marchés des changes "au moins chaque trimestre", est-il indiqué.

Cette annexe au TPP vise implicitement le géant chinois qui n'est pas signataire du traité mais que Washington accuse de déprécier artificiellement sa monnaie pour doper ses exportations.

Des élus du Congrès américain exigeaient qu'une clause sur les "dévaluations compétitives" soit intégrée au traité du TPP afin que la Chine s'y soumette si elle voulait rejoindre cette vaste zone de libre-échange commercial.

Lire aussi : la Chine entre dans la guerre des monnaies

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2015 à 9:17 :
Éviter la guerre des monnaie veut dire faire une politique d'austérité, a la recherche d'une compétitivité, au dépend de sa population, pour le grand bonheur des "multinationales"! L'UE va devoir accroitre l’austérité pour se mettre a leur niveau!
a écrit le 05/11/2015 à 19:17 :
C'est à dire créer un sme, voire un Euro avec différentes monnaie. Soit, "avec" un dollar qui varie dans tous les sens, 1 ou 2 pays seront des Grèce... Chiche que c'est abandonné dans 6 mois..?? Comme d'hab., les us n'ont rien compris.
a écrit le 05/11/2015 à 19:11 :
La zone euro est l'exemple parfait de zone ou on ne peux faire de dévaluation compétitive. Évidement c'est due à une monnaie.

Mais le résultat, c'est l'obligation de dévaluation interne qui est bien pire car seul les salariés sont touchés et les réglages nécessaires à l'économie ne peuvent se faire que ponctuellement et sur une période de rédaction ou de négociation d'une loi, donc la spéculation à largement le temps de faire le ménage et les dégât politique sont très important (on le constate avec Hollande). Si il n'y a pas de dévaluation interne, c'est l'explosion du chômage.

L'expression "dévaluation compétitive" ne sert qu’une classe qui a gros à perdre en terme de valeur sur les économies. Donc pour éviter de faire perdre de la valeur à de l'argent qui dort, sur l'épargne, les placement.... Les pauvres et chômeurs n'ont qu'a crever...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :