Le retour de la guerre des monnaies ?

 |   |  597  mots
Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi. / DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, guerre monétaires et connivences.

Faut-il parler d'un retour de la guerre des monnaies ? Depuis le printemps 2014, les grandes manœuvres semblent avoir repris sur le front du change.

La BCE, d'abord dès avril, a dérogé à sa posture habituelle de réserve par rapport aux mouvements de change. A travers la voix de Mario Draghi, elle a pointé le risque déflation et émis un avis sur la surévaluation de l'euro. La BCE, n'a eu de cesse depuis d'allier le geste à la parole en se fixant pour objectif de rehausser son bilan de 1.000 milliards d'euros.

"Refouler chez les autres sa déflation"

C'est ensuite l'offensive de la banque du Japon en octobre qui marque les esprits. Elle a encore dopé le gigantesque programme d'assouplissement quantitatif, avec pour conséquence un décrochage du yen.

Et depuis août, les 5 banques qui ont baissé leurs taux directeurs (la banque d'Israël, la BCE, la Banque de Pologne, de Corée du Sud ou du Chili). Seul le Brésil, menacé par l'inflation et sur la défensive a relevé ses taux.

Refouler chez les autres sa déflation, voilà qui semble être plus que jamais le maitre mot des politiques nationales, puisque l'Europe, jusque-là grande région neutre et dindon de la farce semble avoir rejoint le terrain de bataille.

La glissade de l'euro

Et depuis les mouvements de change sont édifiants. L'euro a glissé de 11 % par rapport à ses points hauts du printemps. Et les PECO ont accompagné le mouvement. Il a également perdu 12% par rapport au yuan qui est peggé sur le dollar.

Simultanément, le yen s'est déprécié de plus de 12% par rapport au dollar, autrement dit, la récente contre-offensive de la banque du Japon fait plus que neutraliser les effets de la baisse de l'euro pour l'économie nippone. Doit-on voir là une guerre totale ou plutôt un glissement consenti par les Etats-Unis. La  connivence américaine est probable. Car la FED sait aussi qu'il est de l'intérêt de l'économie américaine d'éradiquer le poison de la déflation là où il est le plus virulent. Autrement dit au Japon et en Europe.

En revanche, il est clair que cet ajustement consenti au sein des économies avancées crée des frictions et des tensions régionales périphériques moins bien contrôlées. Elle attise la guerre des monnaies au sein des régions et suscite des contre-offensives. Notamment en Asie. La Corée notamment peut difficilement voir sa monnaie s'apprécier face à ses deux concurrents que sont l'Allemagne et le Japon. Il n'est pas étonnant de voir que le Won a accompagné la moitié de la baisse du yen et de l'euro. Et l'on se dit aussi que dans ce contexte, le peg du Yuan sur le dollar devient de plus en plus problématique.

La déconfiture du rouble

Celle-là est bien intentionnelle de la part des Etats-Unis et de l'Europe et subie par la Russie. Et en laissant glisser le Japon et l'Europe, les Etats-Unis savent aussi qu'ils compliquent un peu plus l'équation des pays émergents en crise. L'ajustement des pays développés déstabilise ainsi certains pays émergents déjà fragilisés. A l'instar du real brésilien, sur la défensive.

 Au final, nous sommes entre guerre et connivence monétaire. Une connivence entre pays développés qui attise les vendettas régionales et déstabilise les pays les plus vulnérables.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :