Rencontre inédite entre Japon et Corée du Sud pour renouer le dialogue

 |   |  491  mots
Park Geun-Hye a accueilli Shinzo Abe à la Maison bleue, la présidence sud-coréenne, où les deux dirigeants se sont serré la main en souriant.
Park Geun-Hye a accueilli Shinzo Abe à la Maison bleue, la présidence sud-coréenne, où les deux dirigeants se sont serré la main en souriant. (Crédits : REUTERS/Song Kyung-Seok/Pool)
Les dirigeants japonais, Shinzo Abe, et sud-coréen, Park Geun-Hye, se sont rencontrés pour la première fois depuis près de quatre ans. Il est peu probable que les deux pays règlent tous leurs différends mais la rencontre est déjà symbolique et une forme de triomphe de la "realpolitik". Les États-Unis préféreraient voir leurs deux alliés militaires se concentrer ensemble sur la réponse à apporter aux ambitions chinoises dans la région.

Une première depuis 2012. La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a rencontré lundi 2 novembre le Premier ministre japonais Shinzo Abe lors d'un sommet bilatéral. Il doit permettre à ces deux alliés clés de Washington en Asie d'apaiser leurs relations.

"Rappelez-vous que c'est le premier sommet entre les deux pays depuis près de quatre ans. Donc il ne faut pas trop en attendre", a déclaré à l'AFP le politologue Hong Hyun-Ik, de l'Institut Sejong de Séoul. Et d'ajouter :

"L'important est de créer un canal normal de dialogue pour permettre ensuite des discussions et une coordination plus technique."

Les ambitions chinoises comme objectif commun

De nombreux contentieux historiques et territoriaux opposent Séoul et Tokyo, ce qui contrarie la Maison blanche qui préférerait voir ses deux alliés militaires se concentrer ensemble sur la réponse à apporter aux ambitions chinoises dans la région.

     | Lire Et si les tensions en mer de Chine dégénéraient en un conflit armé majeur ?

Il est peu probable que les deux pays règlent tous leurs différends, mais la rencontre est déjà symbolique et une forme de triomphe de la "realpolitik".

Depuis son arrivée au pouvoir en février 2013, la présidente sud-coréenne avait toujours refusé toute idée de sommet bilatéral tant que Tokyo n'aurait pas fait amende honorable, notamment sur la question des femmes dites de "réconfort", ces dizaines de milliers d'Asiatiques enrôlées de force dans les bordels de l'armée impériale nippone. Lundi, elle a accueilli Shinzo Abe à la Maison bleue, la présidence sud-coréenne, où les deux dirigeants se sont serré la main en souriant. Une nette évolution par rapport aux précédentes entrevues très froides entre les deux dirigeants.

De nombreuses sources de conflits

La brouille entre les deux pays avait également été la cause de la fin des rencontres trilatérales annuelles entre la Corée du Sud, la Chine et le Japon. Les trois pays se sont à nouveau réunis dimanche à Séoul, pour la première fois depuis 2012.

La présidente sud-coréen Park Geun-hye, le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le Premier ministre chinois Li Keqiang lors d'une rencontre à Séoul le 1er novembre 2015

Le Japon a reconnu en 1993 sa culpabilité dans l'exploitation des femmes dites "de réconfort". Un fonds avait alors été établi pour verser des réparations financières à ces femmes mais, au grand dam de Séoul, il avait été financé par des dons privés et non par le gouvernement japonais. Au-delà, Tokyo estime que les questions liées à la Guerre ont été réglées en 1965 à la faveur de l'accord qui a rétabli les liens diplomatiques entre Tokyo et Séoul.

Les deux voisins s'opposent aussi sur la souveraineté d'îlots isolés en mer du Japon, les îles Dokdo, selon l'appellation coréenne, et les Takeshima selon l'appellation japonaise. Situées à mi-chemin entre les deux pays, ces îles sont contrôlées par la Corée du Sud, mais revendiquées par Tokyo.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2016 à 16:23 :
C vraiment coule
a écrit le 02/11/2015 à 10:18 :
Le Japon ne reconnait toujours pas officiellement les horreurs des unité 731.. 100..7xx etc au prétexte qu' un tribunal civil japonais l' aurait lui reconnu au milieu des années 2000..
les officiels japonais pourront donc toujours en toute impunité se recueillir sur les stèles des criminels de guerre.. et occulter ceux non jugés par les alliés américains.. sans compter l' usage des armes chimique et bactériologique niponne employés par les usa lors de la guerre de Corée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :