Ressources naturelles : à partir d'aujourd'hui, l'humanité vit à crédit

 |   |  358  mots
Réduire les émissions de carbone permettrait non seulement de ralentir le réchauffement du climat, mais aussi de réduire l'empreinte écologique à l'échelle mondiale, souligne Global Footprint Network.
"Réduire les émissions de carbone permettrait non seulement de ralentir le réchauffement du climat", mais aussi de "réduire l'empreinte écologique à l'échelle mondiale", souligne Global Footprint Network. (Crédits : reuters.com)
Cette année, il aura suffi de seulement huit mois aux humains pour consommer toutes les ressources naturelles que la Terre peut produire et renouveler en un an, calcule l'ONG Global Footprint Network. Ce phénomène s'accélère chaque année depuis les années 1970.

Le "jour du dépassement" est arrivé. A partir de ce jeudi 13 août, et jusqu'au 31 décembre, l'humanité vit en situation de dette écologique, puisqu'elle a consommé la totalité des ressources que la planète est en mesure de renouveler en un an.

Calculé par l'ONG Global Footprint Network en prenant en compte l'empreinte carbone ainsi que les ressources consommées pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction et l'eau, cet "overshoot day" survient de plus en plus tôt dans l'année, s'alarme l'organisation. En 2013, il était tombé le 17 août, alors qu'en 1970 le "jour du dépassement" était survenu le 23 décembre. Depuis, la date n'a cessé de régresser, signe d'une consommation de plus en plus décalée par rapport aux ressources disponibles.

L'humanité a besoin de "1,6 planète", chiffre en constante augmentation

En 2015, "il aura fallu moins de huit mois à l'humanité pour consommer toutes les ressources naturelles renouvelables que la Terre peut produire en un an", déplore Global Footprint Network. Pour l'ONG basée en Californie, qui dresse ce bilan tous les ans, il s'agit d'"une indication claire que le processus d'épuisement des ressources naturelles s'accélère".

Elle estime qu'il faudrait désormais 1,6 planète pour subvenir aux besoins actuels de l'humanité.

Réduire les émissions pour alléger le déficit écologique

Seul espoir, une réduction des émissions mondiales de gaz carbonique (CO2), objectif principal de la conférence des Nations unies sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre. En 2030, si ces émissions ne diminuent pas, la population mondiale aura en effet englouti son "budget écologique" dès le 28 juin, alors que, "si nous réduisons nos émissions de CO2 de 30%" par rapport à leur niveau actuel, le "jour du dépassement" sera reculé au 16 septembre, estime l'ONG.

"Réduire les émissions de carbone permettrait non seulement de ralentir le réchauffement du climat", mais aussi de "réduire l'empreinte écologique à l'échelle mondiale", souligne Global Footprint Network. Une "première chance sérieuse de réduire le déficit écologique qui croît irrémédiablement depuis les années 1970".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2015 à 13:42 :
ESSAI
a écrit le 17/08/2015 à 0:02 :
Il y avait plus de famine dans le monde il y a un siècle et pourtant nous étions beaucoup moins nombreux. La capacité de production alimentaire n'est pas une constante, on l'a beaucoup fait progresser et on peut encore peut largement l'augmenter. La Chine était sous alimentée il y a 50 ans, elle ne l'est plus, et l'Inde a fait d'énormes progrès. L'espérance de vie est en progrès dans le monde entier, sauf dans les pays en guerre. Quant à la population terrestre, elle augmente encore mais la natalité est en baisse et toutes les projections prévoient une stabilisation autour de 10 milliards ou moins. Il est faux de dire que la situation se dégrade, au contraire, elle s'améliore.
a écrit le 14/08/2015 à 19:19 :
Ce "Jour du dépassement" est intervenu en moyenne 4 jours plus tôt ces dernières années, soit 1,1% plus tôt (4 sur 365). Or La population mondiale augmente avec une inexorable régularité d'environ 80 millions d'humains tous les ans, et pour cette année, sur un total de 7,3 milliards, cela correspond à 1,1%.
Simple coïncidence évidemment...
a écrit le 14/08/2015 à 7:43 :
Bah ! En ce qui me concerne, ça devrait être suffisant pour me mener jusqu'au bout. Les générations futures se débrouilleront.
a écrit le 13/08/2015 à 20:43 :
DENATALITEZ ET DECROISSANCE SUFIRONS A RALENTIR LA SURCONSOMATION DES HOMMES AVIDES DE BIEN MATERIEL???N
a écrit le 13/08/2015 à 12:53 :
"Tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre, l'humanité sera confrontée au problème global de sa survie " selon récit "les corps indécents". O y vient à très grands pas. Qui peut encore en douter ?
a écrit le 13/08/2015 à 12:17 :
Absolument faux, nous sommes quantité négligeable par rapport à la masse de la terre, un peu de modestie.
a écrit le 13/08/2015 à 12:07 :
En l'absence d'une autre planète, si on ne peut plus produire suffisamment pour tout le monde, la seule possibilité est la réduction du monde. La guerre est une bonne option. Vues les tensions actuelles, nous y allons tout droit. Les idées néo-libérales et le complexe militaro-industriel vont enfin parachever leur oeuvre.
Réponse de le 13/08/2015 à 13:47 :
on pourrait aussi reduire la consommation mais c est vrai que c est difficile a accepter pour la population (ca existe partiellement quand meme , par ex une voiture ou un frigo moderne consomme bien moins que l equivalent de 1970)

Par contre je suis pas sur qu une guerre regle le probleme. vu la puissance de destruction de l arme atomique (cf hiver nucleaire), on va juste eliminer la civilisation voire l homme.
De toute facon, la guerre n a rien a voir avec le liberalisme ou un quelconque complexe miltaro industriel, cro magnon allait deja defoncer la tete de son prochain pour s accaparer ses ressources

la solution serait une baisse drastique de la natalite (mais impossible a mettre en place). Mais peut etre qu une bonne epidemie/canicule va regler le probleme
Réponse de le 14/08/2015 à 12:11 :
@CD: malheureusement c'est un peu plus compliqué. Nous avons fait de gros progrès en sobriété énergétique, mais ceux ci sont annulés par les effets rebonds. Ex: nos voitures consomment de moins en moins, mais nous faisons toujours plus de km/an/hab, nos logements consomment moins, mais la surface/hab augmente beaucoup plus vite (décohab, garde partagée, idéal d'un enfant/chambre, création de dressing, etc...). Et nous avons toujours plus de matériel connecté... La technologie à elle seule ne suffira pas, il faut un changement de nos mentalités

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :