Royaume-Uni : le fonds de pension du Centre de recherche contre le cancer est financé par l'industrie du tabac

Le fonds de pension du Cancer Research UK (CRUK), le centre de recherche contre le cancer, investit dans les industries du tabac et du pétrole, a révélé le Guardian lundi dernier.
Le fonds de pension USS a investi 211 millions de livres dans British American Tobacco l'an dernier.
Le fonds de pension USS a investi 211 millions de livres dans British American Tobacco l'an dernier. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les révélations du Guardian sont pour le moins ironiques. Les retraites des scientifiques du centre de recherche britannique CRUK, qui passent leur vie à faire avancer la recherche contre les maladies sont financées, en partie, grâce à l'industrie du tabac. Une information qui semble irréelle quand on sait que 80% des cas de cancer des poumons sont directement liés au tabagisme, selon l'industrie Curie.

Mais ce n'est pas tout, l'argent du fonds de pension des universitaires, "Universities Superannuation Scheme" (USS) est aussi en grande partie investi dans l'industrie du pétrole (344 millions de livres pour Royal Dutch Shell).

"Nous sommes régulièrement soumis à un contrôle afin d'assurer que l'argent du CRUK est dépensé efficacement dans la lutte contre le cancer. Comment cela peut-il être en accord avec le fait que la plupart d'entre nous partira à la retraite grâce à de l'argent gagné grâce à des investissements dans l'industrie du tabac", s'est plaint une scientifique employée par une grande université au Guardian.

Investir éthiquement

La campagne Tobacco Free Investment, lancée par le docteur Bronwyn King en Australie tente de pousser les fonds de pension a ne plus investir dans l'industrie du tabac. Le président de l'association européenne de santé publique (EUPHA) a déclaré qu'il appelait les investisseurs institutionnels européens comme USS à emboîter le pas.

A lire aussi Fonds souverain norvégien : combien coûte l'éthique ?

Le 22 mai dernier, à l'occasion de la réunion de l'Union for international cancer control (UICC), Thomas Buberl, le nouveau patron du groupe Axa a annoncé qu'il n'investirait plus dans le tabac. Ce qui signifie céder immédiatement en Bourse les 200 millions d'euros d'actions que l'assureur possède dans les entreprises du tabac. Un sacrifice que les grands groupes commencent timidement à envisager.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.