Des fonds de pension « à la française » à la fin de l'année

 |   |  549  mots
Axa veut prendre 15 à 20% du marché des futurs fonds de pension, qui verraient le jour à la fin de l'année
Axa veut prendre 15 à 20% du marché des futurs fonds de pension, qui verraient le jour à la fin de l'année (Crédits : © Mick Tsikas / Reuters)
Les actifs des assureurs correspondant aux systèmes de retraites sur-complémentaires pourront être investis plus fortement en actions, prévoit le projet de loi Sapin présenté ce mercredi. Plusieurs dizaines de milliards iraient ainsi vers les entreprises

Sans drame, alors que l'évocation de ce terme provoquait voilà quelques années de vives réactions, la France va se convertir aux fonds de pension. Le projet de loi Sapin présenté ce mercredi, qui intègre des mesures défendues auparavant par Emmanuel Macron, prévoit la création de tels fonds d'ici la fin de l'année. Il est vrai que le gouvernement a pris des précautions : pas question de remettre en cause le système existant de retraite par répartition. A ce stade, il s'agit seulement de permettre aux systèmes de retraite sur-complémentaires, strictement privés, d'être gérés dans une optique de plus long terme. Permettant un meilleur financement de l'économie.

130 milliards investis à long terme

Depuis le premier janvier, les structures de retraite privée (gérées par des assureurs, Instituts de prévoyance) sont soumises à des règles correspondant à celles de l'assurance vie -Solvency 2- exigeant un surcroît de fonds propres et limitant les investissements à risque. L'idée du gouvernement est d'offrir plus de souplesse dans la gestion de ce qui correspond aux retraites collectives de type Madelin et article 83, soit un actif total d'environ 130 milliards d'euros. Ces actifs seraient affranchis des règles de l'assurance vie, afin de donner plus de marge de manœuvre aux gestionnaires. Pour résumer, ils pourront avoir un horizon d'investissement plus long -correspondant à la préparation de la retraite-, qui autorise une pondération plus importante des titres risqués, comme les actions. La part des actions pourrait augmenter d'une dizaine de points dans ces portefeuilles. Avec, à la clé, deux effets positifs sur le financement de l'économie.

Pour les grandes entreprises et le "private equity"

D'un part, ces fonds pourront investir à long terme dans les grandes entreprises, ce qui permettra à celles-ci de tabler sur un noyau d'actionnaires stable. D'autre part, ils pourront financer les entreprises innovantes. Le financement du « private equity », aujourd'hui, ne représente que 1% de l'actif des assureurs. « Aller jusqu'à 3 ou 4%, comme le pratiquent les fonds de pension étrangers représenterait quelques milliards supplémentaires, qui représenteraient un financement non négligeable, eu égard à la taille limitée du secteur » indique-t-on à Bercy.

Au total, selon l'entourage du ministre de l'Economie, plusieurs dizaines de milliards d'euros pourraient être orientés vers le financement des entreprises. Pour le futur retraité, le système pourrait aussi être gagnant, le rendement des actions étant supérieur à long terme.

 Axa prendrait 15 à 20% de ce marché

Les assureurs accueillent positivement cette réforme. Dès son annonce, en novembre dernier, Axa avait indiqué qu'il visait 15 à 20% du marché des futurs "fonds de pension à la française". "Nous avons une part de marché qui est très importante en termes de retraite collective, entre 15 et 20 milliards. Donc on peut avoir entre 15 et 20% des 130 milliards", avait déclaré Nicolas Moreau, président-directeur général d'Axa France.

"Je trouve cela formidable. On avait éventuellement le projet de se mettre au Luxembourg pour faire ça. On va pouvoir rester en France puisqu'il y a ce trou réglementaire qui va être comblé en France", avait commenté Nicolas Moreau. "Il faut que l'on fasse le tri dans l'ensemble de nos contrats de retraite collective et qu'on lance éventuellement de nouveaux produits", avait-il précisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2016 à 17:56 :
Bonjour Mr sapin, Enfin le changement du mammouth c'est maintenant!
Salutations
a écrit le 01/04/2016 à 17:53 :
Décidément les paleo-dogmes de la gauche tradi sont piétinés, il y a quelque années seul le prefon des fonctionnaires était permis, à condition que ce ne soit pas trop public. pauvres frondeurs le socialisme de Papa fait eau de toute part , quel naufrage et la torpille n'est meme pas de droite! ! !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :