Cameron prête à la France sa base de la Royal Air Force à Chypre

 |   |  592  mots
Le Premier ministre Britannique, en visite à l'Elysée, dévoilera cette semaine son plan d'action
Le Premier ministre Britannique, en visite à l'Elysée, dévoilera cette semaine son plan d'action (Crédits : Eric Gaillard/Reuters)
Dans sa volonté de soutenir François Hollande dans sa lutte contre Daech en Syrie, le Premier ministre britannique a annoncé lors d'une conférence de presse la mise à disposition de sa base de la Royal Air Force située à Chypre. Le chef de l'exécutif britannique a également plaidé pour une action renforcée au niveau européen.

Article publié le 23/11/2015 à 11h17, mis à jour à 12h45 et à 13h02 et à 15h29.

Après une moment de recueillement partagé avec François Hollande aux abords du Bataclan, où plus de 80 personnes sont mortes lors de attentats du 13 novembre, le Premier ministre britannique, en visite en France, a plaidé lundi 23 novembre au côté du président français pour des frappes britanniques contre l'organisation Daech (acronyme arabe de l'État islamique) en Syrie.

"Je soutiens absolument l'action entreprise par le président Hollande pour lutter contre Daech en Syrie et je suis convaincu que le Royaume-Uni doit faire la même chose", a dit David Cameron lors d'une conférence de presse à l'Elysée.

Un vote à la chambre des Communes dans la semaine

"Cette semaine, je présenterai au Parlement britannique notre stratégie d'ensemble", a-t-il ajouté. Reste que le vote devant la chambre des Communes s'annonce délicat pour le Premier ministre, deux ans après qu'elle a refusé de voter une intervention contre Bachar el-Assad, échaudée par les expériences libyennes et irakiennes.

A noter qu'en octobre dernier, dans une interview à CNN, l'ancien Premier ministre travailliste Tony Blair était revenu sur l'intervention britannique en Irak, reconnaissant des "erreurs de planification" qui avait contribué à favoriser l'émergence du groupe terroriste Daech.

     | Lire L'invasion de l'Irak a joué un rôle dans l'émergence de Daech, reconnaît Tony Blair

Mais le fait que le groupe terroriste a explicitement menacé ces derniers jours Rome, Londres et Washington, et qu'une victime du Bataclan était de nationalité britannique contribueront peut-être à changer la donne lors du vote. Ainsi le Premier ministre britannique a-t-il souligné la menace que représentaient "les combattants étrangers de retour dans leur pays", ajoutant que "cela [exigeait] une action européenne".

Mise à disposition d'une base de la Royal Air Force

François Hollande a annoncé que les frappes françaises en Syrie allaient encore s'intensifier. Le porte-avions Charles-de-Gaulle va permettre, a-t-il dit, de "frapper et frapper dur contre Daech", a ajouté le président français, ajoutant que l'objectif était d'infliger le plus de dégâts possibles à l'organisation terroriste.

     I Lire aussi En trois jours, la France frappe trois fois Daech en Syrie

Quant à David Cameron, il a annoncé que le Royaume-Uni allait mettre à disposition des forces françaises sa base de la Royal Air Force à Akrotiripour les aider à lutter contre Daech:  "J'ai offert au Président Hollande d'utiliser la base de la Royal Air Force à Akrotiri pour les chasseurs français engagés dans des opérations contre Daech, et une aide supplémentaire  pour le ravitaillement en vol" . La base aérienne d'Akrotiri, sur l'île de Chypre, est située à une centaine de kilomètres des frontières syriennes et à 70 kilomètres des côtes grecques. En complément, une frégate opérationnelle appartenant au Royaume-Uni est déjà en place pour accompagner le Charles de Gaulle en Syrie. Toutefois, il n'est toujours pas question d'envoyer des troupes au sol.

Défense: Londres compte investir 17 milliards d'euros

Parallèlement à ces annonces, un livre blanc vient d'être diffusé par le 10, Downing Street qui affirme que les services du Premier ministre envisagent un investissement de 12 milliards de livres supplémentaires sur dix ans (environ 17 milliards d'euros) pour moderniser et renouveler ses équipements de défense. Il évoque notamment l'achat d'avions chasseurs de sous-marin et d'avions de surveillance maritime.

Au cours des dix années à venir, les dépenses d'équipements militaires en Grande-Bretagne devraient ainsi être portées à 178 milliards de livres (250 milliards d'euros environ).

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2015 à 18:27 :
"les services du Premier ministre envisagent un investissement de 12 milliards de livres supplémentaires sur dix ans (environ 17 milliards d'euros) pour moderniser et renouveler ses équipements de défense. Il évoque notamment l'achat d'avions chasseurs de sous-marin et d'avions de surveillance maritime."
En clair le Royaumes-Uni annonce qu'il va commander des patrouilleurs maritimes, certainement des P-3 Orion. Par contre je vois mal l'utilité de ces avions pour lutter contre Daesh, n'est-ce pas plutôt pour contrer la marine russe ??
Réponse de le 23/11/2015 à 19:46 :
le UK n'a plus de patrouilleurs Nimrod apparemment. Nous les aidons donc à traquer les sous-marins russes au large de l'Ecosse, je crois, avec des Atlantique 2.
les Atlantique 2 sont aussi engagés dans les opérations contre l'EI (cf.opex360.com).
a écrit le 23/11/2015 à 13:58 :
Et que dire de la france qui, tout en roulant des mécaniques qui font se tordre de rire le monde entier, fait tout pour faire du commerce avec le Qatar qui est l'un des financiers du "terrorisme" international ? Faisant par voie de conséquence directe et indéniable de la france l'un des bailleurs de fonds de ce même "terrorisme" ? Mais bon, bla-bla-bla... Pour ça, les polichinelles français sont très forts ..
Réponse de le 23/11/2015 à 14:53 :
Il suffit de regarder la photo de l'article pour éclater de rire à la vue de notre splendide président boudiné dans son manteau !!!
Réponse de le 23/11/2015 à 17:34 :
que dire? ne serait-tu pas boudiné du cerveau ? gardes pour toi tes réflexions à deux francs six sous !
a écrit le 23/11/2015 à 13:54 :
la priorité est de casser les milliers de soutiens à Daèche dans l'hexagone .Quand nous serons sûr de nos arrières il sera éventuellement temps de considérer les sables du désert .
Réponse de le 23/11/2015 à 16:35 :
S'il faut "casser les milliers de soutiens à daech en france", comme vous dites, auant dire qu'il faut raser le pays. Ce pays qui, faisant tout pour faire des affaires avec l'un des plus grands soutiens financiers de Daech (le Qatar), devient immanquablement l'un des plus grands pourvoyeurs de fonds du terrorisme international. CQFD. Mais plutôt que de se laisser manipuler par les faux arguments mensongers des sous-Bush à la française qui provoquent sciemmen le "terrorisme" sur le territoire français, ne serait-il pas plus intelligent de privilégier l'égalité et l'intégration sociales, l'enseignement et la véritable intégration... ? Mais bon, ce qui marche fort bien ailleurs et ce qui est intelligent (surtout !) es forcément voué à l'échec en france. Le jour où la france sera intelligente, où elle arêera de détruire ailleurs ce q'est pas fchue de construire chez elle, de provoquer la légitime haine partou dans le monde à grands coups de guerre injustifiables (Libye, Syrie, Afghanistan, Mali...) ou de coups d'état fomentés depuis Paris (Côte d'Ivoire, Madagascar...) et où ne fera plus rigoler dans le monde entier, cela se saura...
a écrit le 23/11/2015 à 13:25 :
C'est là où l'on voit qu'il n'y a pas trop d'Europe, mais au contraire que l'on manque d'Europe !
Comment se fait-il que la mise à disposition de base militaire d'un pays européen nécessite plus d'une centaine de morts pour qu'on y pense enfin ?? Ça devrait être systématique !
Plus d'Europe, au niveau militaire, ça ne veut pas dire ne rien faire en attendant que les autres fassent ! Ça veut dire que, dès lors qu'une intervention extérieure est approuvée par l'ONU, que c'est l'Europe qui doit financer le carburant nécessaire, le remplacement des munitions (y compris missiles), bref.. toute la logistique !
Plus d'Europe, ça voudrait dire que des moyens soient mis en commun, à la disposition de chacun des états, en fonction des besoins, et financés par tous : avions ravitailleurs, transports de troupe, matériels logistiques, avions canadair pour lutter contre les feux de forêt, vedettes rapides pour les douanes, etc..
Les brigades Franco-allemande ne sont pas vraiment mobilisables... le matériel SI !
Et la surveillance des frontières grecques, c'est dans l'intérêt aussi des allemands, des britanniques, des danois, etc etc. ET ça, ce ne doit pas être négociable pour un état qui veut être européen !
Quand à homogénéiser la courbure des concombres, on s'en fout franchement, surtout si ce n'est pas pour l'export !!!
a écrit le 23/11/2015 à 12:22 :
Le problème n'est pas qu'en Syrie, il est à quelques stations de métro du centre de Paris.
Des banlieues dans lesquelles on peut trouver des armes, de la drogue ou les filles sont
bousculées simplement en raison de leur habillement . Elles ne peuvent plus acheter d’alcool dans les supermarchés ou simplement avoir le droit de fumer une cigarette.
Monsieur Hollande ferait mieux de s'occuper de ces zones de non droit , c'est la priorité.
Réponse de le 23/11/2015 à 12:55 :
Il est certain qu'il faudra aussi un retour de la souveraineté nationale dans les "quartiers", qui passe entre autres contre une lutte implacable contre les trafics, une pression policière massive, une justice qui condamne durement tous les manquements à la loi et qui applique effectivement les condamnations.
Réponse de le 24/11/2015 à 0:27 :
Le problème en France est que les quartiers dont vous parlez ne sont justement pas qu'à quelques stations de métro de Paris. Ils sont généralement à plus d'une heure du centre de Paris en transports en commun, raison pour laquelle ces quartiers se paupérisent et se guettoïsent.

On a décidé dans les années 70 d'entasser tous les immigrés dans les barres HLM des quelques villes enclavées et sans emplois qui voulaient bien d'eux. Tous ces maires qui refusent depuis des années la construction d'HLM dans leur commune bourgeoise, on en paye un peu le prix aujourd'hui...
a écrit le 23/11/2015 à 12:03 :
Après les grands discours, service minimum de " nos partenaires" consternant
Réponse de le 23/11/2015 à 12:57 :
La plupart ont cru, après la chute finale du communisme et la fin de la guerre froide, pouvoir toucher les dividendes de la paix et réduire considérablement leur effort de défense et d'armement, alors qu'il aurait plutôt fallu le réorienter en raison du choc des civilisations qui a commencé à se profiler peu après.
Réponse de le 23/11/2015 à 13:17 :
D. Cameron ira t-il jusqu'à faire pression sur la City pour faire cesser le business avec ces gens-là ? j'en doute.
Réponse de le 24/11/2015 à 0:30 :
À la décharge de Cameron, ça n'est pas un manque de volonté de sa part, mais de ses parlementaires.

Quant au silence du reste de l'Europe, il est en effet assourdissant.
a écrit le 23/11/2015 à 11:50 :
Une petite precision -- Akrotiri n'est pas une base de la Royal Navy mais une base importante de la RAF sous souverainite britannique, Elle est deja utiltisee par l'armee de l'air pour les Tornandos pour attaquer Daesh en Iraq et par les avions ravaitalleurs qui soutiennent les avions de la coalition dont l'armee de l'air francaise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :