Taxes américaines sur l'acier et l'aluminium : la Corée du Sud veut riposter

 |   |  247  mots
La Corée du Sud va utiliser tous les moyens possibles pour répondre à la décision des Etats-Unis de taxer les importations d'aluminium et d'acier.
La Corée du Sud va utiliser "tous les moyens possibles" pour répondre à la décision des Etats-Unis de taxer les importations d'aluminium et d'acier. (Crédits : Kim Joo-hyung/Yonhap via Reuters)
Donald Trump avait provoqué un tollé international après avoir annoncé vouloir taxer les importations d'acier et d'aluminium. La Corée du Sud n'a pas dit son dernier mot. D'autre part, le pays devra décider s'il adhère ou pas à la nouvelle version du Partenariat transpacifique, qui doit éliminer les droits de douane sur des produits industriels et agricoles.

La Corée du Sud va "utiliser tous les moyens possibles" pour répondre à l'imposition par les Etats-Unis de droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium, a annoncé lundi le ministre des Finances.

"Nous allons faire comprendre clairement quelle est notre position", a déclaré Kim Dong-yeon lors d'une réunion politique à Séoul.

"(Le gouvernement) va utiliser tous les moyens possibles et faire le maximum pour répondre aux mesures américaines sur l'acier", a-t-il ajouté, sans donner davantage de précision sur les actions envisagées.

Le président américain Donald Trump a signé jeudi dernier les déclarations imposant des tarifs douaniers de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, précisant cependant qu'ils n'entreraient pas en vigueur avant quinze jours et soulignant que Washington restait ouvert à leur modification ou leur retrait pays par pays.

Lire aussi : Taxes douanières sur l'acier et l'aluminium : Trump provoque un tollé international

Quid du Partenariat transpacifique (CPTPP) ?

Kim Dong-yeon a aussi expliqué que le gouvernement sud-coréen allait décider, d'ici à la fin du premier semestre, s'il allait adhérer ou non à la nouvelle version du Partenariat transpacifique, appelé Partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP), signé jeudi dernier par onze pays, mais pas les Etats-Unis.

Ce nouvel accord ambitionne d'éliminer les droits de douane sur des produits industriels et agricoles entre les onze pays - Australie, Brunei, Canada, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2018 à 14:30 :
La solution, pour faire plier l'Allemagne, serait de pénaliser les pays selon les excédents des balances commerciales. Il est bien évident que l'on ne peut pas accepter des excédents permanents et énormes comme ceux de l'Allemagne dans l'UE.
Les excédents de l'Allemagne provoquent le chômage et l'exode des jeunes dans les pays déficitaires, ceux-ci se désindustrialisent, surtout la France et l'Italie. Beaucoup de jeunes, souvent hautement qualifiés, quittent le vieux continent pour aller renforcer les économies Outre-Atlantique et Australie. Le dumping social compétitif préconisé par l'Allemagne n'est pas la solution, ces pays ne peuvent le gagner, étant défavorisés par des facteurs naturels.
Ceci cause des dommages irréversibles à l'UE.
a écrit le 15/03/2018 à 9:00 :
Ce qui me paraîtrait juste ce serait de pénaliser les pays selon les excédents des balances commerciales. Il est bien évident que l'on ne peut pas accepter des excédents permanents et énormes comme ceux de l'Allemagne et de la Chine.
Surtout entre les pays de l'UE les excédents de l'Allemagne provoquent le chômage et l'exode des jeunes dans les pays déficitaires qui se désindustrialisent, surtout l'Italie. Ces jeunes, souvent hautement qualifiés, quittent le vieux continent pour aller renforcer les économies Outre-Atlantique et Australie. Le dumping social compétitif préconisé par l'Allemagne n'est pas la solution, ces pays ne peuvent le gagner, étant défavorisés par des facteurs naturels.
Ceci cause des dommages irréversibles à l'UE.
a écrit le 13/03/2018 à 17:04 :
Cette crise prouve que pour faire disparaître les déséquilibres des balances commerciales il nous faut un accord au niveau mondial.
Il est normal qu'un pays, défavorisé par des facteurs naturels propres, se voyant submergé par des produits venant de l'étranger, réagisse pour protéger son industrie nationale et éviter le chômage. Beaucoup de jeunes d'Europe du sud hautement qualifiés ont été amené à s'expatrier vers d'autres continents, l'Allemagne étant considérée par beaucoup comme inamicale.
Le dumping social compétitif préconisé notamment par l'Allemagne en Europe, n'est certainement pas la solution.
Pour éviter que ces pays déficitaires ne soient amené à prendre des mesures protectrices, il nous faut trouver un modus vivendi qui assure un équilibre des balances commerciales entre pays avantagés et pays désavantagés, surtout quand ces pays ont une monnaie commune. Des mesures compensatoires doivent être envisagées afin d'éviter les déséquilibres entre pays appartenant à la Zone EURO mais naturellement inégaux.
a écrit le 12/03/2018 à 9:07 :
"Le gouvernement) va utiliser tous les moyens possibles et faire le maximum pour répondre aux mesures américaines sur l'acier""

Ouais bon enfin, même l'UE est allée plus loin dans les paroles (si toutefois on peut imaginer Mike le poulet sans tête parler hein... ) pour au final totalement s'écraser, donc cela ne semble rien d'autre qu'une déclaration de principe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :