Taxes sur l'acier et l'aluminium  : Washington pour l'heure inflexible à l'égard de Bruxelles

 |   |  343  mots
(Crédits : LEAH MILLIS)
L'Union européenne n'a pas obtenu satisfaction sur sa demande d'être exemptée des taxes douanières décidées jeudi par Washington sur les importations d'acier et d'aluminium.

 L'Union européenne n'a pas obtenu satisfaction sur sa demande d'être exemptée des taxes douanières décidées jeudi par Washington sur les importations d'acier et d'aluminium, a annoncé samedi la commissaire au Commerce Cecilia Malmström, à l'issue d'une réunion avec Robert Lighthizer, le représentant au Commerce américain, venu à Bruxelles pour une réunion prévue de longue date et le ministre japonais de l'Economie Hiroshige Seko qui exige aussi que le Japon soit exempté des taxes américaines.

"Discussions franches"

Les discussions sur le sujet se poursuivront la semaine prochaine.

"Nous n'avons pas obtenu de clarté immédiate sur la procédure pour être exemptés et les discussions vont se poursuivre la semaine prochaine", a indiqué Cecilia Malmström sur son compte twitter.

"Nous sommes un allié proche et un partenaire commercial des Etats-Unis et à ce titre l'Union européenne doit être exclue des mesures annoncées" par le président Donald Trump, a-t-elle répété, en précisant que les discussions avaient été « franches ».

Pour rappel, Donald Trump a signé jeudi les déclarations imposant des droits de douane à l'importation de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium, précisant cependant qu'ils n'entreraient pas en vigueur avant quinze jours et soulignant que les Etats-Unis restaient ouverts à leur adaptation pays par pays.

Macron met en garde Trump

L'Europe a exporté 5,3 milliards d'euros d'acier et 1,1 milliard d'euros d'aluminium en 2017 vers les Etats-Unis. Les alliés et les rivaux des Etats-Unis ont dénoncé depuis jeudi le net virage protectionniste américain et une attaque contre le libre-échange. Le chef de l'Etat français Emmanuel Macron a mis en garde vendredi soir Donald Trump contre les conséquences de sa décision.

"De telles mesures visant des pays alliés, qui respectent les règles du commerce mondial, ne seraient pas efficaces pour lutter (contre) les pratiques déloyales", a-t-il affirmé. "L'Europe répondra de manière claire et proportionnée contre toute pratique infondée et contraire aux règles du commerce mondial", a-t-il averti.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2018 à 17:23 :
Cette crise prouvent que pour faire disparaître les déséquilibres des balances commerciales il nous faut un accord au niveau mondial.
Il est normal qu'un pays, défavorisé par des facteurs naturels propres, se voyant submergé par des produits venant de l'étranger, réagisse pour protéger son industrie nationale et éviter le chômage. Beaucoup de jeunes d'Europe du sud hautement qualifiés ont été amené à s'expatrier vers d'autres continents, l'Allemagne étant considérée par beaucoup comme inamicale.
Le dumping social compétitif préconisé notamment par l'Allemagne en Europe, n'est certainement pas la solution.
Pour éviter que ces pays déficitaires ne soient amené à prendre des mesures protectrices, il nous faut trouver un modus vivendi qui assure un équilibre des balances commerciales entre pays avantagés et pays désavantagés, surtout quand ces pays ont une monnaie commune. Des mesures compensatoires doivent être envisagées afin d'éviter les déséquilibres entre pays appartenant à la Zone EURO mais naturellement inégaux.
a écrit le 12/03/2018 à 7:53 :
Notre agité national menace les USA de rétorsion au nom de l'Union Européenne. Ah que je ris, que je ris.
Comme si le sieur Macron était empereur de l'Europe désunie. Comme si Caïus Julius Bruxellus était un parangon de la défense des intérêts européens et français.
Qu'ils arrêtent de fantasmer. Les USA totalisent plus d'habitants que les 26 pays de l'UE et protègent leurs industries et emplois. Pas besoin de chercher plus loin. Une guerre commerciale contre les USA serait beaucoup plus préjudiciable à l'UE qu'aux américains.
En huit mois ces euro-techno-incapables n'ont même pas su protéger leur pré carré du textile chinois qui a mis à plat les filières françaises et italiennes pendant que les USA fermaient leurs frontières en une semaine.
Qu'est ce que Macron s'imagine, que le coq français va faire peur au couguar américain ?
a écrit le 11/03/2018 à 10:22 :
On peut critiquer le bonhomme mais c'est oublier que que c'est un peut le coeur de son programme ne vous fier pas au alarmiste c'est a cause de ces même personne qu'il est "impossible" de réindustrialiser la France et d'autre pays du nord et que les usines sont durablement implanté en chine ou en inde.
A chaque réforme essayant de bousculer quelque peu le rapport de force actuel ils haussent le ton parle de catastrophe, de mesure dévastatrice, de mauvais résultat, mais c'est aussi à force de les écouter qu'on en est là, à ne rien faire, et à laisser l'économie de marché nous bouffer petit à petit jusqu'à ce que l'état soit complètement impuissant devant les dérives.
Réponse de le 11/03/2018 à 13:01 :
Je suis votre raisonnement... et j'ajouterais que la France est déjà tout à fait impuissante et hors circuit... malgré les gesticulations médiatiques.

Mais pour moi, la vraie question est la suivante : est-ce que l'UE est capable de jouer un rôle sérieux et crédible sur l'échiquier mondial face à deux entités aussi homogènes et coordonnées (sur le plan politique et économique) que les États-Unis et la Chine ?

Une Europe forte est plus que souhaitable, mais est-ce même possible ?
a écrit le 10/03/2018 à 22:58 :
Taxer les imports des Groupes Coca-Cola et Pepsi.
a écrit le 10/03/2018 à 21:57 :
Il faut développer les sous marins torpilles nucléaires à la poutine !
100 mégatonnes par sous marins, frappes coordonnées, vladimir s'occupe de la cote ouest nous de la cote est.
C'est révolutionnaire ! Les explosions synchronisées provoqueront une vague de 60 mètres de haut ravageant tout sur sont passage jusqu'à wash-ington !
Impossible d'en connaitre immédiatement l'origine.
C'est très écologique, pas de poussières radioactive dans l'atmosphère, ça reste au fond des oceans.
On est en guerre ou on y est pas, faut savoir !
a écrit le 10/03/2018 à 20:15 :
Si l'acier et l'alu sont dans le TAFTA, y aura aucun problème, ça sera en application des accords contenus.
Si le TAFTA n'est pas signé, Trump dira que les taxes seront réduites si l'UE le signe, il ne connait que les deals. Un coup de semonce, le grand méchant, et ensuite y a moyen d'atténuer les décisions à condition de se plier aux exigences qui y sont liées (voir l'histoire du mur avec le Mexique, il ne voulait pas signer sais plus quoi si le budget du mur n'était pas décidé, un peu particulier comme méthode de gestion d'un pays).
On taxera le jus d'orange de Floride (j'achète des oranges de Tunisie), les amandes de Californie (j'en achète d'Espagne, ou Sicile), le beurre de cacahouètes (ça sert à quoi ? Remplace l'huile de palme ?).
Réponse de le 11/03/2018 à 13:24 :
Un accord de libre-échange (TAFTA) entre les États-Unis et l'UE est tout à fait irréaliste et utopique... pour deux raisons très simples :

D'un côté, pour qu'il y ait un accord, les États membres de l'UE doivent tout d'abord s'entendre et se coordonner entre eux, ce qui est une idée aussi improbable que saugrenue d'autant que pour des sujets moins complexes les États sont souvent en profond désaccord politique sinon des adversaires acharnés sur le plan économique.

D'un autre côté, il faudrait que les Américains y voient un réel intérêt sur le plan économique, que les nouvelles conditions de libre-échange leur permettent de faire mieux et davantage qu'à l'heure actuelle... alors là, si vous voyez Trump s'intéresser à l'Europe, c'est dans le but de la diviser pour mieux régner.
a écrit le 10/03/2018 à 20:02 :
Que l'Europe taxe de 25 % les produits Apple par exemple...ah bon, vous me dites qu'elle ne taxera rien du tout, comme d'habitude ! Plus facile d'embêter les citoyens européens par ses réglementations à répétition.
Réponse de le 11/03/2018 à 8:16 :
les produits apple sont fabriqués en Chine
Réponse de le 11/03/2018 à 8:16 :
les produits apple sont fabriqués en Chine
Réponse de le 12/03/2018 à 17:48 :
Pffff. Il doit y avoir 2 % de valeurs ajouté en chine... l'assemblage des pieces dans la boite quoi. Apple c beaicoup de valeurs ajoutés US
Réponse de le 13/03/2018 à 17:31 :
Il suffirait de taxer les produits venant de pays chroniquement excédentaires comme l'Allemagne, la Chine ou le Japon.
À quoi bon par exemple taxer les produits Grecs, acier ou autres, la Grèce étant chroniquement déficitaire. elle fait vivre et travailler les autres pays.
a écrit le 10/03/2018 à 19:47 :
La véritable cible de Trump en Europe c'est l'Allemagne... mais est-il vraiment capable de l'atteindre... sans trop se faire mal lui-même ? Rien n'est moins sûr. Bruxelles est un rideau de soie facile à percer et à traverser... une illusion politique et économique que son président Juncker n'a pas l'harmonique suffisamment claire pour une cloche fêlée.
a écrit le 10/03/2018 à 19:31 :
Ah ben tiens ce n'est plus l'union sacrée du reste du monde contre le protectionnisme c'est l'europe qui viennent supplier, trump de ne pas taxer son acier.

Et ils nous refont le coup de la menace alors qu'ils l'ont déjà fait et que rien ne s'est passé, ça doit lui en toucher une sans faire faire bouger l'autre au trump.

Dire que l'europe est la patrie de Sophocle, de Machiavel et de Nietzsche et que nos dirigeants politiques sont tellement incultes qu'ils ne sont pas capables de comprendre trump.

L'orgueil pitoyable, tout ce qui lui reste, incapable d'essayer de remettre l'europe en route contre trop occupée à la piller, de notre oligarchie, nous fait encore plus décrocher vis à vis des états unis.

Vite un frexit, on peut peut-être encore sauver les meubles avec de vrais dirigeants..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :