Turquie : le pays vote, Erdogan en danger

 |   |  589  mots
Erdogan a admis que cette élection ne sera pas une promenade de santé. Il n'a pas exclu cette semaine que l'AKP soit contrainte de former un gouvernement de coalition.
Erdogan a admis que cette élection ne sera pas "une promenade de santé". Il n'a pas exclu cette semaine que l'AKP soit contrainte de former un gouvernement de coalition. (Crédits : UMIT BEKTAS)
Le pays doit se rendre aux urnes dimanche pour des élections législatives et présidentielles. Selon les sondages, Erdogan ne devrait pas être élu dès le premier tour.

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche matin à 08h00 locales (05h00 GMT) en Turquie pour des élections législatives et présidentielle qui constituent le plus grand défi lancé à Recep Tayyip Erdogan depuis qu'il est arrivé au pouvoir voici une quinzaine d'années. Plus de 56 millions d'électeurs sont appelés aux urnes à travers l'ensemble du pays et les opérations de vote prendront fin à 17h00 locales (14h00 GMT). Ce scrutin est le premier au plan national depuis le référendum de 2017 par lesquels les Turcs ont, à une courte majorité, approuvé une révision de la Constitution qui renforce les pouvoirs du chef de l'Etat.

Les sondages prédisent qu'Erdogan ne devrait pas l'emporter dès ce premier tour de la présidentielle mais qu'il devrait être élu au second tour, qui se tiendra le 8 juillet. Sa formation islamo-conservatrice, l'AKP (Parti de la justice et du développement) pourrait perdre la majorité absolue au parlement, ce qui augurerait de tensions entre le pouvoir législatif et l'exécutif. Si le parti pro-kurde HDP (Parti démocratique des peuples) dépasse le seuil des 10% nécessaire pour disposer d'élus au parlement, il sera d'autant plus difficile à l'AKP d'être majoritaire.

Le défi d'un "apprenti"

En provoquant des élections anticipées avec plus d'un an d'avance sur la date prévue, novembre 2019, Recep Tayyip Erdogan a paru dans un premier temps déstabiliser ses adversaires. Mais ces derniers ont réussi à créer un élan lorsque Muharrem Ince a été désigné en mai candidat du Parti républicain du peuple (CHP, laïque). Tenant samedi son dernier meeting de campagne à Istanbul, devant plusieurs centaines de milliers de personnes, Muharrem Ince a promis d'en finir avec la dérive autoritaire du pouvoir. Il a ajouté que s'il était élu, il lèverait dans les 48 heures l'état d'urgence imposé après la tentative de putsch de juillet 2016.

Recep Tayyip Erdogan, âgé de 64 ans, dénonce le manque d'expérience de son adversaire, son cadet de 10 ans, qu'il qualifie d'"apprenti". Mais dans une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux, on l'entend déclarer que cette élection ne sera pas "une promenade de santé". De même, il n'a pas exclu cette semaine que l'AKP soit contrainte de former un gouvernement de coalition.

L'enjeu de la démocratie

Parmi les autres candidats à la présidentielle figure Selahattin Demirtas, le leader emprisonné du HDP. Dans son dernier appel à voter, lancé au moyen d'un clip vidéo depuis la prison de haute sécurité où il est détenu pour des accusations touchant au terrorisme, il a estimé que "si le HDP ne peut pas siéger au parlement, c'est l'ensemble de la Turquie qui sera perdante. Soutenir le HDP, c'est soutenir la démocratie!"

Recep Tayyip Erdogan a imputé le putsch manqué à l'un de ses anciens alliés, le prédicateur musulman Fethullah Gülen, qui vit en exil aux Etats-Unis, et il s'en est pris de ce fait aux partisans du prédicateur. Selon les Nations unies, 160.000 personnes ont été incarcérées dans le cadre de la répression après l'échec du putsch et un nombre équivalent de personnes, parmi lesquelles des enseignants et universitaires, des magistrats et des militaires, ont été démises de leurs fonctions. Les détracteurs d'Erdogan, ainsi que l'Union européenne à laquelle la Turquie souhaite toujours adhérer, estiment que le président turc a profité de la répression post-putsch pour réprimer toute opposition.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2018 à 11:18 :
///TOUTE NATION A LE GOUVERNEMENT QU ELLE MERITE /// ///JOSEPH CONTE DE MASTRE///
a écrit le 24/06/2018 à 18:58 :
Quasi Dictature avant ce jour, Dictature Absolue, après cette parodie d'élection, d'un déjà Dictateur. Nous n'irons plus en vacances là : risque d'emprisonnement, pour fausses accusations. Dommage, ce Peuple était Francophile et fort Gentil.
Réponse de le 25/06/2018 à 11:33 :
C’est quoi une dictature?

Pouvez vous «  argumenter » de manière cohérente sans avoir recours «  à des jugements toutes faites ou reçus.

dictature :
interdictions de masse et changer les « fondements » d’un pays dit démocratique.

Ce n’est pas «  encore » une dictature à mon sens.Mais si M Erdogan change les lois pour réformer ( moderniser) sans toucher à la laïcité et renforce le pouvoir du corps de justice : ça reste une démocratie malgré tout.

Réponse de le 26/06/2018 à 15:06 :
Réponse à Citoyen Ordinaire.
Faut pas confodre:
la Turquie reste pour le moment une république, pas une démocratie. Par ailleurs, même pendant les peu nombreuses années de son histoire où il n'y avait pas de dicature ou une "république de parti unique", la démocratie n'était pas vraiment donnée en raison de l' "Etat profond" qui bafouait allégrement les libertés les plus fondamentales (surtout des Kurdes et des militants de gauche ou des droits humains)
a écrit le 24/06/2018 à 16:21 :
Erdogan est le seul et l unique fils de Dieu. Quand il veut il peut......
a écrit le 24/06/2018 à 14:40 :
ÉCHEC POUR PARLÉ DE PAIX
971 113 DRUMMONDVILLE
☆HOMME DIEU PÈRE 50°
a écrit le 24/06/2018 à 12:51 :
Erdogan en danger ! Mais non, les urnes vont etre bourrees de bulletins et hop vogue la dictature.
Quand on voit la descente de ce pays depuis quelques annees. Les turcs ont du souci a se faire.
a écrit le 24/06/2018 à 12:29 :
Comment? Il ne refera pas des élections si le résultat ne lui convient pas comme pour le dernier renouvellement de son parlement?
a écrit le 24/06/2018 à 11:20 :
SI L EUROPE AVAIS MAINTENUE SA PROMESSE DINTECRATION DE LA TURQUIE DANS L EUROPE TOUS AURAIS ETAIS PLUS SIMPLE EN TURQUIE?MAINTENENT OU VAS BASCULE LA TURQUIE???
Réponse de le 25/06/2018 à 3:41 :
Dintecration ? Vous voulez dire, integration ? Accepter la Turquie dans l'Europe ! Mais oui bien sur, il y a tellement de points communs desormais avec la France et ses populations d'origines musulmanes.
Sainte Sophie a ete une eglise, ne le saviez-vous pas ?
A propos vous connaissez Sainte Sophie ?
Réponse de le 25/06/2018 à 11:25 :
à matin «  calmes »,

Pendant les «  croisades  ( stupides)» les églises et les mosquées étaient transformées...

Aujourd’hui Sainte Sophie , Aya Sophia est un musée ouvert aux publics .

Magnifique architecture et fresques , vitraux , tableaux de l’époque.
Un patrimoine «  universel » a voir absolument dans sa vie.
a écrit le 24/06/2018 à 10:51 :
Serait que l'AKP perde non seulement la majorité absolue mais aussi la majorité relative, et que Erdogan soit obligé de partir en laissant à son successeur les pouvoirs renforcés pour rétablir l'état de droit et laïque.

Malheureusement, vu le mépris d'Erdogan pour la démocratie, il y fort à parier que les élections seront pipées pour empêcher qu'Erdogan perde le pouvoir.

Au pire, en cas de défaite, on peut s'attendre à un coup d'état de sa part menant à une annulation des élections sous un prétexte quelconque.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :