Défense aérienne : le pas de deux entre la France et la Turquie se poursuit

 |   |  579  mots
Le futur système de défense aérien doit garantir à la Turquie une autonomie totale en matière d'emploi et permettre un choix souverain du niveau d'intégration au sein de l'OTAN,
Le futur système de défense aérien doit "garantir à la Turquie une autonomie totale en matière d'emploi et permettre un choix souverain du niveau d'intégration au sein de l'OTAN", (Crédits : MBDA)
Paris et Ankara ont signé à l'occasion de la visite vendredi à Paris du président turc Recep Tayyip Erdogan un contrat d'étude de définition d'un futur système de missiles dans le cadre du programmec Loramids.

Peu à peu, MBDA et Thales sont en train de construire une véritable histoire avec la Turquie en vue de fournir un système de défense aérienne aux militaires turcs. Après la signature en novembre d'une lettre d'intention entre la France, l'Italie et la Turquie pour renforcer leur coopération dans le secteur de la défense antimissile, Paris et Ankara ont fait un pas de plus en signant à l'occasion de la visite vendredi à Paris de Recep Tayyip Erdogan un contrat d'étude de définition d'un futur système de missiles dans le cadre du programme turc Loramids (Long-Range Air and Missile Defense System).

Ce système doit "garantir à la Turquie une autonomie totale en matière d'emploi et permettre un choix souverain du niveau d'intégration au sein de l'OTAN", a expliqué le communiqué d'Eurosam publié vendredi.

D'une durée de 18 mois, cette étude a été confiée aux groupes turcs, Aselsan et Roketsan, et au consortium européen Eurosam, composé de MBDA et Thales. Grâce au contrat signé vendredi, les trois groupe partenaires vont donc préparer le développement et la production d'un futur système de défense aérienne et antimissile à partir de briques technologiques développées pour le système de défense aérien SAMP/T et le missile ASTER produit par Eurosam. Le futur système devra être prêt "au milieu de la prochaine décennie" avec une capacité militaire conçue pour "contrer les menaces les plus difficiles (avions furtifs, drones, missiles de croisière et missiles balistiques)", a affirmé Eurosam.

"L'activité de développement conjointe devrait soutenir le propre programme de la Turquie tout en ouvrant des perspectives d'export et de coopération à long terme entre la Turquie, l'Italie et la France", a précisé le consortium.

Ankara avait choisi un groupe chinois

Bref si rien n'est gagné encore, cela prend une tournure intéressante pour Eurosam, qui revient de loin, très loin. Car en 2013, à la surprise générale, la Turquie avait choisi un groupe chinois, CPMIEC, pour la fourniture d'un système de défense aérienne, qui est  stratégique pour Ankara. Une gifle pour les Etats-Unis mais aussi pour la France et l'Italie qui proposaient en vain à Ankara depuis plusieurs années un système de défense aérienne, à partir du programme franco-italien SAMP/T. Toutefois, le contrat avec les Chinois, évalué entre trois et quatre milliards de dollars, avait été ensuite annulé par la Turquie en 2015.

Les discussions entre la Turquie et Eurosam avaient repris en coulisse dans le courant de 2014 après la sélection de CPMIEC. Des longues discussions qui ont abouti à un premier pas concret en juillet 2017, quand Eurosam a signé un protocole d'accord avec les deux industriels turcs pour développer sur le long terme un futur système de défense aérienne.

Sélection des missiles sol-air russe S-400

En septembre, la Turquie avait jeté un nouveau trouble en révélant qu'elle recevrait dès 2019 ses premiers missiles sol-air russes S-400. Très pressée d'obtenir un système de défense aérienne, la Turquie a assuré ne pas avoir d'autre choix que d'acheter les missiles russes en l'absence d'alternative meilleur marché au sein des pays de l'OTAN. Cette commande, qui a suscité de très nombreuses inquiétudes au sein des membres de l'OTAN, n'a toutefois pas arrêté les discussions entre Eurosam et la Turquie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2018 à 12:40 :
Et MDBA a t il pris en compte les intérêts de la Grèce, constamment agressée depuis de siècles par les turques, qui occupent la moitié du territoire hellénique?
a écrit le 07/01/2018 à 18:48 :
La Turquie est un pays qui a acheter des missile s400 de défense antiaérienne.... Ils est regrettable que se pays est dès relation si impliqué avec les islamistes de tous type...
Personnellement , je suis contre le renforcement militaire de la Turquie .... Sa politique d'expansionniste territoriales ( Syrie) , et le non respeçter de droit élémentaire des individus posse la questions sur la politique conduit dans se pays .... La France et l'Europe dois entreprendre une politique d'isolement diplomatie et economique de se pays ...
Réponse de le 08/01/2018 à 8:03 :
A vos ordres... Les turcs n'attendent que vos instructions pour faire leur marché.
a écrit le 06/01/2018 à 21:32 :
Erdogan doit-être sûr qu'il n'accéderai jamais à l'U.E et doit aussi savoir que la France est le premier pays à s'opposer à sa demande d'adhésion pour la seule raison que la Turquie est un pays Islamique.
Réponse de le 07/01/2018 à 18:46 :
@ Ali ;


Très , très bien vu .
Réponse de le 08/01/2018 à 8:05 :
C'est juste. A savoir qui de la France, de l'Union européenne, ou de la Turquie sera perdante...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :