Turquie : nouvelle hausse de l'inflation à +85,51%, du jamais vu depuis 1997

L'inflation ne cesse de grimper en Turquie avec un nouveau record atteint en octobre à 85,51% sur un an contre 80,2% en septembre. Une hausse vertigineuse des prix qui s'explique par le refus de la Banque centrale turque de remonter ses taux et fermer le robinet des liquidités. À l'inverse, elle persiste à les baisser régulièrement faisant perdre toujours plus de valeur à la livre.
En Turquie, l'augmentation des prix à la consommation poursuit une hausse constante depuis le début du 21e siècle.
En Turquie, l'augmentation des prix à la consommation poursuit une hausse constante depuis le début du 21e siècle. (Crédits : CAGLA GURDOGAN)

Tous les mois, le scénario se répète : en Turquie, l'augmentation des prix à la consommation poursuit une hausse constante depuis le début du 21e siècle. En octobre, l'inflation a atteint un nouveau record à 85,51% sur un an au mois d'octobre, contre 80,2% en septembre. Elle n'avait jamais été aussi haute depuis l'année 1997 quand elle culminait à 85,67%, selon les données officielles publiées ce jeudi.

Si le chiffre officiel semble déjà très haut, il pourrait être sous-estimé. Il est, en effet, contesté par les économistes indépendants du Groupe de recherche sur l'inflation (Nage) qui affirment que la hausse des prix atteint 185% sur l'année - dont 115% depuis le 1er janvier.

Maintien des taux bas

La Turquie n'est pas le seul pays à être confronté à l'inflation qui touche également les Etats-Unis, l'Union européenne ou encore la Norvège. Des pays et communautés donc les banques centrales ont, pour lutter contre la flambée des prix, pris la décision de resserrer leur politique monétaire. Mercredi, la Réserve fédérale américaine a ainsi annoncé le sixième relèvement consécutif de son taux directeur qui se situe désormais 3,75 et 4,00%. Le 27 octobre, la Banque centrale européenne a procédé à son troisième relèvement, de 75 points de base. De même, mi-août, la Banque centrale de Norvège a effectué une hausse son taux directeur de 50 points de base.

Lire aussiInflation en Turquie : pourquoi la politique d'Erdogan pourrait provoquer une crise monétaire

Un tel resserrement fait ainsi grimper les taux d'intérêt des banques aux ménages et entreprises et réduit ainsi la consommation et donc la demande. L'objectif : tenter de freiner l'inflation. Mais ce n'est pas la stratégie adoptée par la Turquie qui persiste à baisser régulièrement le taux directeur pratiqué par la Banque centrale du pays. En octobre, il est, en effet, de nouveau descendu pour le troisième mois consécutif, passant de 12% à 10,5%.

La Banque centrale turque avait alors justifié son choix en citant une nouvelle fois les « incertitudes sur la croissance mondiale et les risques géopolitiques ». « Le processus de désinflation débutera avec le rétablissement d'un environnement de paix dans le monde et la disparition des effets de base de l'inflation », avait-elle précédemment assuré en juin dernier.

Inquiétude pour la croissance économique

La Turquie n'est pas le seul pays à retarder une hausse de ses taux directeurs. Au Japon aussi, la Banque centrale (BoJ) persiste à maintenir une politique ultra-accommodante, caractérisée par son taux négatif de 0,1% sur les dépôts des banques auprès d'elle (pour les inciter à prêter davantage) et ses achats illimités d'obligations publiques japonaises pour plafonner leurs rendements à dix ans à 0,25%... Le pays connaît pourtant, lui aussi, une inflation qui s'accélère même si, à 3%, elle reste bien inférieure aux niveaux atteints en Turquie ou au sein de la zone euro (le 19 pays à avoir adopté la monnaie unique) où elle culminait en octobre à 10,7% sur un an. Elle s'éloigne toutefois de l'objectif fixé par la BoJ de 2%.

Mais cette dernière estime que les conditions ne sont pas encore réunies pour un resserrement monétaire au Japon et craint qu'une hausse des taux ne fragilise la reprise de la croissance du pays, largement pénalisée par la lutte contre l'épidémie de Covid-19. Car, en influant à la baisse sur la demande, une politique monétaire plus stricte a également pour effet de pénaliser la croissance économique pouvant entraîner une récession. C'est notamment le risque qui plane sur la zone euro. « Il ne s'agit plus de savoir si nous allons entrer en récession, mais de savoir de quelle sévérité sera cette récession (...) Une récession cet hiver en zone euro est imminente », ont ainsi prévenu les analystes du cabinet Oxford Economics. Le PIB de la zone euro a augmenté de 0,2% sur la période juillet-septembre par rapport au trimestre précédent, après avoir déjà mieux résisté que prévu au 2e trimestre (+0,8%), selon les chiffres d'Eurostat publiés le 31 octobre.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 06/11/2022 à 19:56
Signaler
La Turquie n'a aucune dette extérieure , la lire turque devrait donc être une devise très forte, contrairement aux Etats-Unis, pays surendetté dont la devise, le dollar, devrait être au plus bas . Les Etats-Unis imposent au monde , par la menace mil...

à écrit le 03/11/2022 à 19:03
Signaler
Erdogan mise sur Poutine pour augmenter son business avec la Russie et se faire livrer autant de gaz et de pétrole que nécessaire à prix d'ami. Les canailles sont faites pour s'entendre. Seulement, ça pourrait aussi tourner vinaigre pour Poutine ...

à écrit le 03/11/2022 à 14:01
Signaler
SUPER ERDOGAN...il va ruiner son pays et sa population...

à écrit le 03/11/2022 à 12:10
Signaler
Au lieu de sans cesse conspuer ceux qui ne font pas comme tout le monde, pour des raisons ou ad'utres, il conviendrait de les louer et d'observer le résultat de leurs actes pour apprendre. La différence est une richesse.

le 04/11/2022 à 14:08
Signaler
Mes amis de Turquie me témoignent qu'il y a en effet peu a apprendre de la situation actuelle à part que l'inflation est néfaste économiquement et rend les gens fous. Car derrière l'inflation officielle, il y a l'inflation non officielle: imaginez l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.