Les Allemands majoritairement favorables à une rupture de l'accord UE-Turquie

 |   |  236  mots
Le ministre des Affaires étrangères allemand Frank-Walter Steinmeier a rejeté la volonté exprimée ces derniers jours par l'Autriche de geler les négociations d'adhésion avec Ankara. (graphique: Statista*)
Le ministre des Affaires étrangères allemand Frank-Walter Steinmeier a rejeté la volonté exprimée ces derniers jours par l'Autriche de geler les négociations d'adhésion avec Ankara. (graphique: Statista*) (Crédits : Reuters)
Selon un sondage publié dimanche par le Bild am Sonntang, 52% des Allemands veulent rompre l'accord l'accord européen passé avec avec Ankara sur la question des réfugiés, et deux tiers sont favorables à un gel immédiat de l'aide versée. Une majorité d'Européens sont contre une intégration de la Turquie à l'UE, selon un autre sondage (graphique).

Une majorité d'Allemands estiment que l'Union européenne (UE) devrait rompre l'accord conclu avec la Turquie pour freiner les arrivées de migrants et réfugiés sur le territoire européen ainsi que les négociations d'adhésion avec Ankara, montre un sondage publié dimanche par le Bild am Sonntag.

L'accord conclu en mars dernier a drastiquement réduit le nombre d'arrivées de demandeurs d'asile en Grèce, qui se comptaient par milliers dans les mois précédents. Mais selon l'enquête de l'institut Emnid, 52% des Allemands souhaitent y mettre un terme, alors que 35% veulent le voir perdurer.

Il n'y a pas d'alternative selon la chancellerie

Plus des deux tiers des 502 personnes interrogées le 4 août dernier sont également favorables à un gel immédiat de l'aide financière versée à la Turquie en vertu de cet accord et 66% préconisent la rupture des négociations d'adhésion (cette proportion monte même à 86%, selon un autre sondage, voir graphique), alors que l'accord migratoire a promis de les accélérer.

Le directeur de la chancellerie fédérale, Peter Altmaier, a prévenu vendredi dans une interview au Berliner Zeitung qu'il n'existait pas d'alternative à cet accord. Parallèlement, le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a rejeté la volonté exprimée ces derniers jours par l'Autriche de geler les négociations d'adhésion avec Ankara.

(avec AFP)

* graphique réalisé par Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2016 à 19:30 :
Je pense que les allemands commencent à comprendre ce que signifie l'immigration à outrance, et ce n'est qu'un début. La ''charité chrétienne'' a ses limites et personne n'est dupe de la véritable raison de la décision du Kaiser Merkel, qui prend ses décisions seule, et dans le seul intérêt de l'Allemagne. Le chômage est très bas en Allemagne, ce qui a tendance à la montée des salaires, et cela est du au manque de personnel jeune et qualifié car les naissances en Allemagne sont inférieures aux décès et après 10 à 20 ans cela commence à se sentir. C'est afin de faire baisser les salaires que le Kaiser Merkel a décidé d'ouvrir en grand les portes de l'Allemagne et de l'Europe.
En France le problème est identique, l'immigration a été utilisée pour casser le marché du travail et inonder le marché de personnel étranger, en surnombre et non qualifié. Ce n'est pas le travail qui manque ce sont les personnes en âge de travailler qui sont artificiellement en surnombre. Si la courbe des naissances s'était développée naturellement, suivant les souhaits des français de souche, nous n'aurions pas les 5 000 000 de chômeurs qui encombrent nos services sociaux actuellement et nous ne subirions pas la paupérisation qui se développe actuellement en France. Il est patent, que si la population en France se développe de cette façon, cela est dû, aux familles d'émigrés qui ont plus d'enfants que les français de souche et à terme, après une ou deux générations servent d'armée de chômeurs utile à une minorité, qui exploite la misère humaine, dans un intérêt financier immédiat à court terme, sans se soucier des conséquences à long terme. Je pense que c'est ce qu'il risque d'arriver en Allemagne, à très court terme et là, les allemands souffriront beaucoup, et peut-être, comprendront-ils qu’ils se sont fait berner.
a écrit le 10/08/2016 à 19:30 :
Je pense que les allemands commencent à comprendre ce que signifie l'immigration à outrance, et ce n'est qu'un début. La ''charité chrétienne'' a ses limites et personne n'est dupe de la véritable raison de la décision du Kaiser Merkel, qui prend ses décisions seule, et dans le seul intérêt de l'Allemagne. Le chômage est très bas en Allemagne, ce qui a tendance à la montée des salaires, et cela est du au manque de personnel jeune et qualifié car les naissances en Allemagne sont inférieures aux décès et après 10 à 20 ans cela commence à se sentir. C'est afin de faire baisser les salaires que le Kaiser Merkel a décidé d'ouvrir en grand les portes de l'Allemagne et de l'Europe.
En France le problème est identique, l'immigration a été utilisée pour casser le marché du travail et inonder le marché de personnel étranger, en surnombre et non qualifié. Ce n'est pas le travail qui manque ce sont les personnes en âge de travailler qui sont artificiellement en surnombre. Si la courbe des naissances s'était développée naturellement, suivant les souhaits des français de souche, nous n'aurions pas les 5 000 000 de chômeurs qui encombrent nos services sociaux actuellement et nous ne subirions pas la paupérisation qui se développe actuellement en France. Il est patent, que si la population en France se développe de cette façon, cela est dû, aux familles d'émigrés qui ont plus d'enfants que les français de souche et à terme, après une ou deux générations servent d'armée de chômeurs utile à une minorité, qui exploite la misère humaine, dans un intérêt financier immédiat à court terme, sans se soucier des conséquences à long terme. Je pense que c'est ce qu'il risque d'arriver en Allemagne, à très court terme et là, les allemands souffriront beaucoup, et peut-être, comprendront-ils qu’ils se sont fait berner.
a écrit le 09/08/2016 à 22:16 :
Bonne nouvelle , nos aussi.... le n'y a rien à attendre de ce type de pays....
a écrit le 09/08/2016 à 20:03 :
Le RU est le plus favorable, intérêts financiers obligent?
a écrit le 09/08/2016 à 10:08 :
Merkel vit sur les réformes de Schroeder et la puissance de l'économie allemande. Jamais une dirigeante allemande n'aurait fait autant d'erreurs de jugement : accueil de 1 million de migrants, ouverture de centrales à charbon, refus d'aider la Grèce, négociation unilatérale avec les Chinois sur le photovoltaïque, chantage à l'argent pour la vente d'Opel... Vivement qu'elle s'en aille pour que l'Europe avance enfin. Pour l'instant, la prédiction de Mitterrand est avéré: c'est l'Allemagne contre l'Europe.
a écrit le 09/08/2016 à 5:09 :
elu ps.
"Les promesses n'engagent que ceux qui y croient". De Gaulle.
La Turquie n'est pas et ne sera jamais democratique au sens Occidental.
Il n'y a qu'a relire son histoire. C'est simple et supputer une possible" entree" en regard de la mondialisation n'est pas un argument. Son economie est une farce.
a écrit le 08/08/2016 à 22:21 :
LA TURQUIE DOIT RENTRER DANS L UNION EUROPEENE SINON ELLE VAS SE RADICALISEZ ? ET L OCCIDENT SERAS PERDANT???
Réponse de le 09/08/2016 à 21:29 :
...et l'orthographe ???
Réponse de le 10/08/2016 à 21:35 :
L'union européenne n'est pas un rempart contre la radicalisation (il faut vivre dans une grotte pour penser qu'il n'y a eu aucun attentat islamiste en Europe cette année).

Avec des frontières turques en carton et la politique européenne en termes de frontières, l'intégration de la Turquie n'est rien d'autre qu'un cheval de Troie même pas déguisé.
a écrit le 08/08/2016 à 20:17 :
La Turquie n'a rien à faire dans l'UE et les " purges " récentes faites par Erdogan lui ajoutent une dimension ANTI-DEMOCRATIQUE éliminatoire .
Sa difficulté à reconnaître ses erreurs historiques telles que le génocide arménien ne
plaide pas non plus en faveur de son accueil dans une Europe déjà TROP TRES LARGEMENT CONTESTEE ET BIEN PEU UNIE .
a écrit le 08/08/2016 à 19:11 :
la globalisation et la mondialisation sont irréversibles!tot ou tard la Turquie rentrera dans l'europe.pourquoi ne pas anticiper et lui imposer en échange des promesses de réformes démocratiques?c'est un pays a l'économie et a la démographie dynamiques!que demander de plus?c'est le bon sens meme!
Réponse de le 08/08/2016 à 19:44 :
Oui, vous avez raison. le commerce mondiale serait quand même plus simple si l'ensemble des pays faisaient partie de l'Union. J'ai entendu dire que les discussions avaient commencées avec la Malaisie, mais que les amendements Nutella posaient problème. Pouvez-vous nous en dire plus?
Réponse de le 09/08/2016 à 1:29 :
@elu ps
La pensée libérale au sommet de son art! Même le Tina cher à la Dame de Fer est au rendez-vous. Bravo elu p"s".
Quant à la démographie dynamique, c'est justement un des points qui inquiètent. Vivons-nous sur la même planète?
Réponse de le 10/08/2016 à 16:03 :
Un petit rappel du droit européen:
L'admission d'un nouvel état se décide à l'unamité. Si un seul pays membre s'y oppose, l'adhésion n'aura pas lieu.
Le nombre de députés européens est calculé selon la population. La Turquie étant de fait plus peuplée que n'importe quel pays membre, elle aurait de fait le plus grand nombre de députés et représenterait à elle seule la majorité pouvant ainsi bloquer tout processus.
Enfin, la Turquie semble s'éloigner de plus en plus des idéaux démocratiques européens auxquels tout pays souhaitant adhérer à l'UE doit respecter.

Petit rappel historique/géopolitque:
Le processus d'adhésion de la Turquie à l'UE est déjà soumis à des réformes démocratiques, lesquelles Erdogan semble mettre aux orties (pour être polie).
La Turquie ne reconnait pas Chypre. Comment peut elle prétendre adhérer à un groupe de pays alors qu'elle ne reconnait pas l'un de ses membres?
Un accord d'union douanière existe déjà entre la Turquie et l'UE.
a écrit le 08/08/2016 à 18:49 :
Le graphique ci-dessus parle de lui-même !

Non et nous ne voulons pas de cet accord farfelu passé avec la Turquie comme nous ne souhaitons pas du reste l'intégration de la turquie dans l'UE.

A vrai dire si nous avions un référendum sur l'UE le résultat sera assurément pour la fin de cette UE fasciste et mortifère
a écrit le 08/08/2016 à 18:36 :
Par souci de cohérence la rupture doit se faire avec l'islam toutes obédiences confondues .
a écrit le 08/08/2016 à 16:29 :
Je ne comprends toujours qu'on puisse encore discuter avec la Turquie de son entrée dans l'Europe.
Nous avons déjà plus ou moins flingué l'Europe en y faisant entrer trop de pays trop vite! Et ce sous la pression des américains (géopolitique) et anglais (grand marché économique).
Allons nous faire encore une fois la même erreur avec la Turquie?
Ne vous étonnez pas après si une grande majorité des peuples européens rejettent de plus en plus cette Europe...
a écrit le 08/08/2016 à 16:29 :
Je ne comprends toujours qu'on puisse encore discuter avec la Turquie de son entrée dans l'Europe.
Nous avons déjà plus ou moins flingué l'Europe en y faisant entrer trop de pays trop vite! Et ce sous la pression des américains (géopolitique) et anglais (grand marché économique).
Allons nous faire encore une fois la même erreur avec la Turquie?
Ne vous étonnez pas après si une grande majorité des peuples européens rejettent de plus en plus cette Europe...
a écrit le 08/08/2016 à 16:22 :
...Il n'y a p as que les allemands qui souhaiteraient une rupture des négociations avec la Turquie qui n'est d'ailleurs pas géographiquement en Europe. Mais pour cela il faudrait que les citoyens soient écoutés et que ces technocrates de Bruxelles veuillent les entendre...la démocratie en Europe n'est pas encore d'actualité.
Réponse de le 08/08/2016 à 18:11 :
C'est faux, 3% de la la Turquie est géographiquement en Europe, la région de la Thrace. De toute façon les turcs eux memes ne veulent pas y entrer dans votre UE
a écrit le 08/08/2016 à 16:06 :
Comment se fait il que ce soit Madame Merkel qui parle au nom de tous les peuples d'Europe, qui d'après votre sondage sont tous clairement en désaccord avec elle ?
Y compris les Allemands, d'ailleurs.
a écrit le 08/08/2016 à 15:57 :
Quel est le rapport entre l'accord UE-Turquie concernant les réfugiés et l’adhésion de la Turquie dans l'UE ? Aucun. Un grand titre bien trompeur.
Réponse de le 08/08/2016 à 18:51 :
Les deux vont de pair : nous ne voulons ni de la turquie dans l'UE ni d'un accord farfelu avec ce pays islamiste !

Que junker arrête la bibine avant tout
a écrit le 08/08/2016 à 15:12 :
C'est insultant, après l'accord de Merkel -qui décide pour nous tous-, voilà qu'on nous parle de l'opinion des Allemands.
Sujet important en effet ; l'UE, c'est le nouveau Reich ?
Réponse de le 08/08/2016 à 18:52 :
OUI !
a écrit le 08/08/2016 à 11:46 :
Tout le monde sait que la politique de Mme Merkel est dictée par le grand patronat allemand qui a besoin de bras pour faire tourner ses usines. Les réfugiés seront les bienvenus tant que le chômage ne montera pas . Sa générosité n' est que de circonstance et pas comme le croit les gentils bobos mondialistes l'expression d' un humaniste chrétien.
Par contre, elle a oublié que le peuple allemand a aussi son mot à dire, et ça elle va bientôt s'en rappeler.
a écrit le 08/08/2016 à 10:55 :
La Turquie était un moyen de dissimuler l'immigration en ralentissant le flux, mais le nombre ne fera qu'augmenter!
a écrit le 08/08/2016 à 9:02 :
Comme le dit Bmi les commentaires sont désastreux, toujours issus des quelques fous furieux d'extrême droite qui polluent les forums français de leurs idées intolérantes, sans argument, bêtes à manger du foin, comment faites vous pour ne pas le voir ?

La Turquie en ce moment fait preuve de peu de démocratie c'est une certitude mais l'Allemagne en imposant les crises d'austérité à tous les peuples européens n'est pas beaucoup plus propre sur elle et notre europe et son manque de légitimité populaire est toute merdeuse.

Par ailleurs il est évident que la Turquie se sert de l'immigration pour faire plier l'union européenne à sa volonté mais si nous avions une europe sûre d'elle avec des dirigeants compétents et donc non au service exclusif des marchés financiers et des grandes fortunes européennes il est évident que la pression sur la politique intérieure de la Turquie serait bien plus efficace.

Seulement voilà notre europe actuelle est d'une faiblesse sans commune mesure et n'importe qui, sauf les peuples bien entendu dont elle a oublié l'existence depuis belle lurette, du coup peut lui faire du chantage elle se fait immédiatement manipuler.
Réponse de le 08/08/2016 à 13:49 :
Et au delà de ces constats lénifiants vous proposez quoi mis à part traitez les gens de fous furieux quand leurs idées vous déplaisent l'intolérance elle est chez vous!
Réponse de le 08/08/2016 à 18:19 :
Vous n'avez pas lu mon commentaire et c'est vraiment dommage car il ne se limite pas au terme de "fous furieux".

Les ressentiments c'est pas bon en politique, c'est pas bon en économie car c'est pas bon pour l'analyse et la capacité de recul sur les phénomènes.

" l'intolérance elle est chez vous"

C'est la nouvelle méthode des trolls !? "C'est toi qui l'a dit c'est toi qui l'est !" Vu que c'est la deuxième fois que je le lis. A mais c'est vrai déjà que vous devez pas être plus de deux je suppose que pendant les vacances vous êtes tout seul, pas facile de se renouveler donc.

On progresse ya pas à dire...
Réponse de le 08/08/2016 à 20:01 :
Je ne suis pas un décideur politique ou économique, si nous voulons régler ce problème c'est tous ensemble que nous devons le résoudre, arrêter de hurler et de courir dans tous les sens me parait déjà être une étape fondamentale.

La violence ne fait qu'engendrer la violence.

Et merci de me dire en quoi mes propos pourraient être qualifiés de fous furieux, ça va pas être facile vu que je prône la tolérance générale.
Réponse de le 08/08/2016 à 20:26 :
Oui ! Et alors !
En 15 lignes, vous proposez quoi ?
A part " fous furieux " ... Vous êtes d'une REFLEXION PROFONDE MAIS
AU SEUL SENS DE CREUSE .
Réponse de le 08/08/2016 à 23:44 :
Un peu simpliste votre vue de l'UE.... Il ne sert a rien de raisonner avec des slogans ou d'enfiler des préjugés en guise de vérité...comment connaissez-vous si bien l'UE pour dire qu'elle oublie sa mission ? Moi, je la connais, et je puis vous dire que travailler pour le tas de "gugusses" qui s'expriment si bêtement sur ces sites, ça n'en vaut pas vraiment la peine !!! Qu'ils finissent par s'entretuer, s'ils ne veulent pas s'aider mutuellement, et "on" s'en lavera les mains, ils l'auront mérité... La sottise, c'est ce qui détruit le mieux et le plus vite !!!
Réponse de le 09/08/2016 à 9:21 :
"Vous êtes d'une REFLEXION PROFONDE MAIS
AU SEUL SENS DE CREUSE ."

Je ne comprends absolument rien à cette phrase pourriez vous me dire je vous prie ce que vous avez voulu exprimer ?
Réponse de le 09/08/2016 à 9:24 :
Oui Maduf en effet la bêtise est destructrice mais elle va d'abord s'en prendre aux gens qui n'y sont pour rien, c'est ça qui me chagrine.

Si les fous furieux s’entre-tuaient qu'entre eux sachez bien que je m'en laverais totalement les mains mais en général la bêtise porte bien son nom.
a écrit le 07/08/2016 à 22:12 :
Appliquons la méthode australienne, nous devons bien avoir quelques îles un peu perdu à travers le vaste monde. Et basta l'angélisme suicidaire.
Réponse de le 08/08/2016 à 8:46 :
l'angélisme suicidaire ?

N'importe quoi, ici c'est un site économique, cela n'a rien à voir avec la morale chrétienne vous devriez allez sur les sites spécialisés pour ça à savoir ceux qui ne savent rien mais disent tout.
a écrit le 07/08/2016 à 19:49 :
"Peter Altmaier, a prévenu vendredi dans une interview au Berliner Zeitung qu'il n'existait pas d'alternative à cet accord"

Ce monsieur et sa patronne n'ont pas le mandat pour parler au nom de toute l'Europe.
Ca suffit !
L'accord peut être modifié, les frontières renforcées, l'adhésion refusée. Cela se passera ainsi de toute façon quoi qu'en dise l'Allemagne. La Turquie n'est plus un partenaire digne de confiance (frontière passoire, chantage, double jeu avec l'EL etc ... les purges complètent tout ca).
Réponse de le 07/08/2016 à 23:53 :
Avant elle l était plus maintenant
Réponse de le 08/08/2016 à 8:47 :
"Cela se passera ainsi de toute façon quoi qu'en dise l'Allemagne"

ah bon !? C'est madame Irma qui l'a prédit ?
Réponse de le 10/08/2016 à 16:16 :
L'Allemagne peut dire ce qu'elle veut, l'adhésion d'un nouveau membre est soumis à l'unamité des membres. Un seul pays pose son véto et c'est bloqué. Alors 5 pays...
Regardez la Macédoine bloquée parce que la Grèce n'est pas d'accord avec le nom de ce pays.
a écrit le 07/08/2016 à 18:24 :
Mme Merkel a joué une carte personnelle dans les accords avec la Turquie, accords imposés aux autres partenaires qui n'ont aucun moyen aujourd'hui , demain sera un autre jour, de contrer la domination allemande en Europe. La chancelière balaie le vouloir des citoyens de l'Union y compris à priori le retournement de veste de ses concitoyens hier pour, aujourd'hui contre, demain????. La Turquie ne sera jamais un pays de l'Union car bien des gouvernements pour ne pas sauter devront passer par un référendum. La Turquie montre aujourd'hui son pouvoir dictatorial le danger demain une vision expansionniste quitte à faire fi des frontières et pourquoi pas comme elle l'a déjà fait, s'allier avec le diable. Reste à l'Union et cela aurait déjà du être fait , armer et former les Kurdes seul rempart contre la mégalomanie turque et contrer le génocide "programmé" de digne peuple. La Turquie est le futur problème des occidentaux, problème qui ira jusqu'où???? . L'Union ne peut pas continuer à baisser la culotte devant la Turquie qui dépend trop de l'économie de l'occident, économie seule arme actuelle à faire plier M. Erdogan.
Réponse de le 08/08/2016 à 4:09 :
et qu'en dit Moi President ?? On l'entend sur beaucoup de sujets très hypothétiques, comme sa re-election mais pas sur celui-là. Pourtant il nous concerne tous...
a écrit le 07/08/2016 à 18:00 :
Les relations avec le Turquie tournent au vinaigre; et osons le dire, nous avons notre part de responsabilité: cela fait trop longtemps que l'UE fait des promesses à la Turquie, lui faisant miroiter une possible adhésion.. Personnellement, j'aurais trouvé acceptable une adhésion de la Turquie, montrant que l'UE n'est pas une affaire de religion, aussi acceptable voire plus que d'autres pays de l'Est.. il est vrai qu'aujourd'hui, ce temps semble bien loin.
a écrit le 07/08/2016 à 17:02 :
Bruxelles cherche à tout prix à faire disparaître la culture Celtique, fédératrice de l'Europe des peuples. Mais cela revient à laisser toute la place à une autre culture beaucoup moins tolérante. Les seigneurs Carolingiens nous ont déjà imposé la culture chrétienne il y a environ 1000 ans, avec toutes les guerres et massacres que cela à généré. Il ne faudrait pas recommencer la même erreur en nous imposant une culture incompatible que les allemands aussi rejettent.
Réponse de le 07/08/2016 à 17:51 :
Capétien ...Serait mieux!!!
Réponse de le 08/08/2016 à 8:51 :
"Bruxelles cherche à tout prix à faire disparaître la culture Celtique, fédératrice de l'Europe des peuples."

Oui voilà il est évident que c'est sa priorité...

Non mais c'est quoi ces commentaires ???
a écrit le 07/08/2016 à 16:35 :
'Qu'il n'existe pas d'alternative à cet accord'.... ce ministre devrait savoir que l'on ne se moque pas impunément et continuellement de l'avis du peuple sur son destin....
Réponse de le 07/08/2016 à 18:46 :
Ok donc vous êtes d'accord pour accueillir 3 millions de syriens en France?? Vous n'arrivez pas à gérer 5000 personnes à calais, dites moi un peu comment vous allez faire avec des millions. Les commentaires sont pitoyables. Aidons la Turquie au lieu de l'enfoncer
Réponse de le 08/08/2016 à 8:55 :
Merci Bmi, ces commentaires viennent du site d'extrême droite Fdesouche ou nombreux autres sites dont le but est de "ré-informer les français", de la part d'adeptes du négationnisme cela en dit long sur leurs intentions...

Et ils polluent la totalité des forums avec leurs idées du moyen age mais ne rions pas, les médias sont persuadés que c'est la majorité des français qui pense comme ça et leur font une publicité abondante et permanente.

C'est désespérant...
Réponse de le 08/08/2016 à 9:13 :
Non qu'ils restent au Moyen Orient c'est leur place !La Turquie doit rester un partenaire commercial mais elle n'a pas sa place dans l'Europe..Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil' on commence à connaitre par cœur le refrain en France .Nos amis Allemand ont raison de refuser la politique de leur chancelière. Ils peuvent observer la réussite du vivre ensemble en France et en Belgique n'est ce pas....
Réponse de le 08/08/2016 à 10:41 :
Je constate que personne ne répond à la question et en plus les commentaires sont complètement à côté de la plaque. Demander aux turcs s'ils veulent entrer dans l'UE ?? Gardez votre Europe en crise

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :