Ukraine : en cas d'embargo sur le pétrole russe, le prix du baril pourrait atteindre 300 dollars, prévient la Russie

Alors que les Etats-Unis discutent avec l'Union européenne pour interdire les importations de pétrole russe, Moscou a mis en garde lundi contre des « conséquences catastrophiques pour le marché mondial » de la mise en place d'un tel embargo. Selon le vice-Premier ministre russe, chargé de l'Énergie, Alexandre Novak, « la flambée des prix risque d'être imprévisible et d'atteindre plus de 300 dollars pour un baril, voire plus ». Ce dernier a également brandi la menace de stopper le gazoduc Nord Stream 1 qui alimente l'Europe en gaz.

6 mn

(Crédits : Reuters)

Alors que les Etats-Unis discutent avec l'Union européenne pour interdire les importations de pétrole russe et que Washington est prêt à agir seul en cas de refus des pays européens, dont beaucoup de dépendent grandement des importations énergétiques en provenance de Russie, Moscou a mis en garde lundi contre des « conséquences catastrophiques pour le marché mondial » de la mise en place d'un tel embargo. Selon le vice-Premier ministre russe, chargé de l'Énergie, Alexandre Novak, « la flambée des prix risque d'être imprévisible et d'atteindre plus de 300 dollars pour un baril, voire plus », a-t-il affirmé, cité par les agences de presse russes.

DERNIERE MINUTE | Coup de tonnerre ! Les Etats-Unis imposent un embargo sur le pétrole russe

Pour ce dernier, il est impossible de remplacer rapidement les livraisons du pétrole russe vers le marché européen par celles d'une source alternative.

« Cela prendra plusieurs années et ce sera bien plus cher pour les consommateurs européens qui seront les victimes principales d'un tel scénario » a-t-il averti.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord a frôlé dimanche les 140 dollars vers 23h00 GMT, proche de son record absolu de juillet 2008 où il avait tutoyé les 150 dollars.

Un pétrole a 300 dollars ferait bondir les prix à la pompe à plus de 3 euros le litre pour le SP95. En effet, dans le Parisien, Francis Pousse, le président des distributeurs de carburant (hors grande surfaces) chez Mobillans, le syndicat des métiers de la distribution et des services de l'automobile, explique qu'"un dollar d'augmentation du baril entraîne entre 0,7 centime et 1 centime d'euro d'augmentation à la pompe". Déjà, avec un baril à 250 dollars (230 euros), le litre de SP95 atteindrait presque la barre des 3 euros (2,87 euros).

Lire aussi 6 mnFrance : avec la guerre russe en Ukraine, le prix du gazole a bondi de 14 centimes le litre en une semaine, et ce n'est pas fini

Représailles russes : geler les livraisons de gaz

 « Préoccupée » par les discussions autour d'un embargo sur le pétrole, la Russie pourrait prendre également des mesures de représailles sur l'alimentation en gaz de l'Europe, dont près de 40% des importations proviennent de la Russie (55% pour l'Allemagne). Alors que l'Allemagne a suspendu le mois dernier le processus de certification du gazoduc Nord Stream 2 devant la relier à la Russie, Moscou a prévenu qu'il pourrait geler les livraisons via Nord Stream 1. «Nous avons le droit de prendre une décision similaire et d'imposer un embargo sur les arrivées de gaz via le gazoduc Nord Stream 1 », a, en effet, déclaré Alexandre Novak. Ce gazoduc qui achemine du gaz russe vers l'Europe est rempli actuellement « à 100% ».

« Mais nous n'avons pas pris une telle décision pour le moment (...). Bien que les hommes politiques européens nous poussent à cela avec leurs déclarations et accusations », a souligné Alexandre Novak.

Lire aussi 6 mnGaz russe : pourquoi l'Europe est piégée

Discussion entre Américains et Européens

Aux Etats-Unis, le président américain Joe Biden, qui est soumis à une pression politique intense pour couper cette source de revenus essentielle à la Russie, "n'a pas pris de décision à ce stade" sur un éventuel embargo sur le gaz et le pétrole russes, a dit lundi sa porte-parole Jen Psaki. Relativisant les divergences entre les Etats-Unis et l'Europe, elle a indiqué que le sujet avait été abordé lundi lors d'une conversation du président américain avec les dirigeants allemand, français et britannique. Jen Psaki a notamment insisté lourdement, sur "les circonstances très différentes" pour les Américains et les Européens en matière d'hydrocarbures russes. En effet, environ 30% des besoins de l'Europe en pétrole sont assurés par la Russie, contre 8% seulement pour les Etats-Unis. La Maison Blanche se montre en effet très soucieuse de ne pas fissurer plus que nécessaire la cohésion quasiment parfaite montrée jusqu'ici par les Occidentaux en matière de sanctions économiques contre la Russie.

Lire aussi 6 mnPétrole russe : pourquoi s'en passer sera une véritable gageure

Selon Washington, les Etats-Unis, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni sont "déterminés à continuer d'augmenter le coût" infligé à la Russie en réponse à l'invasion de l'Ukraine, selon un communiqué publié par la Maison Blanche. Le communiqué français évoque lui "leur détermination à renforcer les sanctions" à l'encontre de la Russie et du Bélarus, tandis que celui des Britanniques promet de "continuer à faire pression sur la Russie". Seul le communiqué publié par Berlin n'aborde pas du tout la question des sanctions, insistant surtout sur les "nouvelles possibilités d'aide humanitaire pour l'Ukraine" qui ont également été discutées. Lundi, Olaf Scholz a fait savoir que les importations d'énergie fossile en provenance de Russie étaient "essentielles" pour la "vie quotidienne des citoyens" en Europe, et a assuré que l'approvisionnement du continent ne pouvait être assuré autrement à ce stade.

L'UE veut supprimer sa dépendance vis-à-vis de la Russie

Pour autant, les dirigeants de l'Union européenne conviendront cette semaine de supprimer progressivement la dépendance de l'Union vis-à-vis des importations de gaz, de pétrole et de charbon russes, montre lundi un projet de déclaration que Reuters a consulté. Les dirigeants des pays de l'UE se réuniront jeudi et vendredi pour un sommet à Versailles afin de s'entretenir du renforcement de la capacité de défense commune de l'Union et de la possibilité pour l'Ukraine de devenir membre de l'UE.

Ils discuteront également des moyens de rendre l'UE stratégiquement indépendante des fournisseurs mondiaux dans certains secteurs clés comme les puces électroniques, la santé et l'alimentation.

"Nous sommes convenus de réduire progressivement notre dépendance à l'égard des importations de gaz, de pétrole et de charbon russes", indique le projet de déclaration des dirigeants.

L'UE y parviendra "notamment en diversifiant ses approvisionnements et ses itinéraires, y compris par l'utilisation du gaz naturel liquéfié (GNL) et le développement du biogaz et de l'hydrogène" et "en accélérant le développement des énergies renouvelables et la production de leurs principaux composants, ainsi qu'en rationalisant les procédures d'autorisation pour les projets énergétiques", indique le projet.

Il mentionne également l'amélioration de l'interconnexion des réseaux européens de gaz et d'électricité et la synchronisation complète de ses réseaux électriques, ainsi que le renforcement des plans d'urgence de l'UE pour la sécurité de l'approvisionnement.

Lire aussi 6 mnPour remplacer le pétrole russe, les Etats-Unis se tournent vers... le Venezuela

 (Avec AFP et Reuters)

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 37
à écrit le 09/03/2022 à 13:55
Signaler
Si il y a eu la seconde guerre mondiale c'est parce qu'on avait mis à terre, voire au 5eme sous-sol l'Allemagne après la première... L'Europe soumise aux US, se réveille en montant sur ses ergots....il faut se méfier de ce qui se passe aujourd'hui où...

le 09/03/2022 à 18:08
Signaler
"L'Ukraine a élu un artiste soit, mais un artiste qui n'a rien compris à la géopolitique." il était d’ailleurs l'acteur principal de Serviteur du peuple en 2015, une émission télévisée humoristique diffusée sur la chaîne 1+1 dans laquelle il inc...

à écrit le 09/03/2022 à 12:33
Signaler
et tout ca pour gaver les bandits de la ponction publique aussi inutile que rentiers !!!

à écrit le 08/03/2022 à 21:17
Signaler
C'est René Dumont qui doit être content de voir depuis l'au-delà que son souhait se rapproche : il préconisait le litre d'essence à 5 francs soit 4 euros d'aujourd'hui, si le baril monte à 300 dollars, son but sera bientôt atteint. Peut-être que les ...

le 08/03/2022 à 22:32
Signaler
A 70 $ le sp98 était à la pompe à 1.45 € max.. A 100/110 $ le sp98 était à la pompe à 1.90 € ça cette année.. En 2008 le pétrole à 150 $ le sp98 à la pompe à 1.80 € mais €/$ à 1,50 alors qu'aujourd'hui la parité est très nettement défavorable à l'€: ...

à écrit le 08/03/2022 à 14:39
Signaler
Bonjour, les sanctions prises contre la Russie sur injonction des USA, sans réfléchir aux conséquences vont, in fine, inéluctablement se retourner contre les pays de...l'UE, qui nous donnent ainsi une nouvelle preuve de l'incompétence majeure de leu...

à écrit le 08/03/2022 à 13:54
Signaler
On va se taper un choc pétrolier à la 1973, et on ne l'aura pas volé. Et on va tous payer pour tous ces donneurs de leçon et ces redresseurs de tort, et les bureaucrates va-t-en guerre de l'Otan. Si Poutine est vraiment fou, alors il ne fallait pas...

à écrit le 08/03/2022 à 12:46
Signaler
Après + 60% hier, le nickel est suspendu aujourd'hui pour toute la journée.. + 100 %... x 5 en 3 jours.. Reset économique.

à écrit le 08/03/2022 à 12:30
Signaler
L'Europe devrait s'allier avec la Russie, ce serait bien mieux pour tout le monde, notre économie et notre défense nous pourrions renvoyer les usa dans leur pays et à terme arrêter de financer le terrorisme et le pillage des pays comme l'Ukraine...

à écrit le 08/03/2022 à 12:15
Signaler
Il n'y a pas de solutions. Nos gouvernants de l'ancien monde n'ont pas été capable d'anticiper, Merkel bien sûr mais aussi Chirac en supprimant le service militaire, Hollande en maintenant une force armée dans un pays hostile pendant de trop nombre...

le 08/03/2022 à 12:54
Signaler
Les usa, la gb, ( la Pologne, l'ukraine, tous les ex du bloc de l'est car sous drapeau us ), la France, l'Australie, la Russie, la Chine, l'Inde, le Pakistan, Israël, l'Arabie Saoudite, l'Iran voilà j'pense qu'il y a le compte.. en gros faut pas êtr...

à écrit le 08/03/2022 à 11:53
Signaler
La seule solution viable pour l'Europe que je vois c'est un mix Nucléaire + Hydrogène. Hydrogène produit en très très grande quantité avec de nouvelles centrales nucléaires et du renouvelable (qui ont par définition une production d'électricité disc...

à écrit le 08/03/2022 à 11:26
Signaler
La nuisance US envers l'UE continue, après avoir voulu livrer de F16 à la Pologne , ils veulent nous interdire le pétrole et le gaz russe. Pendant ce temps leurs exportations battent le plein. Qui va enfin nous sortir de ce pétrin fabriqué !!!

à écrit le 08/03/2022 à 10:58
Signaler
Se passer des importations russes est possible, simplement cela ne pourra se faire que progressivement, le risque étant bien sûr qu’au bout d’un certain temps, une fois la guerre terminée, l’on se dise que finalement il est beaucoup plus pratique de ...

le 08/03/2022 à 12:26
Signaler
Lorsque à la fin des " événements " d'Algérie celle ci a prit son indépendance, la France a continuée ses essais atomique jusqu'en..... 1966 en Algérie... par ailleurs votre indignation n'est pas la mienne, le " on " étant alors de trop..

à écrit le 08/03/2022 à 10:57
Signaler
Il n'y a aucune alternative credible au gaz russe hors pour l'l'électricité le nucléaire. L'eolien n'est viable que couplé à des centrales thermiques gaz , voir charbon, le GNL n'est disponible qu'en quantité limité comme le biogaz qui est tres dange...

à écrit le 08/03/2022 à 10:43
Signaler
En dehors de l'économique on va finir par avoir des problèmes. Il y a les belligérants, ceux qui prennent des sanctions, et l'immense reste du monde. Et eux aussi vont déguster, souvent plus que nous, il n'y a pas que le pétrole, mais par ricochet la...

le 08/03/2022 à 11:48
Signaler
Le comportement des occidentaux sera toujours jugé moins négativement que celui de la Russie. C'est eux qui ont déclenché l'invasion d'un état souverain voisin. Je pense même plutôt que le risque soit l'inverse, que l'on reproche aux occidentaux de n...

le 08/03/2022 à 12:32
Signaler
Comme en Irak ou l'Ukraine a activement participer à la destruction totale ? Ou comme en Syrie ? Voire en Lybie ? Au Yémen alors ? Le Panama plutôt ? Etc...

à écrit le 08/03/2022 à 10:17
Signaler
Je suis sûr qu'il suffirait de convaincre les pays du golf, les pays africains et quelques autres dont l'Iran d'augmenter leurs capacités de production pour combler une partie du manque à gagner. Comme le prix du carburant est fait de 65% de taxes, ...

le 08/03/2022 à 11:03
Signaler
Non aucun pays , ni meme tous les pays ensemble ne peuvent combler la production russe , le pic pétrolier est derrière nous , chaque année on perd un peu plus en production de pétrole . Le premier exportateur , l'Arabie, sort son petrole d'une napp...

à écrit le 08/03/2022 à 10:14
Signaler
Big problem in future. 300€ le baril et quoi d'autre, 100 balles, et un mars. Si le bareil de 152 litres augmente autant à la bourse alors le prix a la pompe passe à 3€ /litre. Inimaginable. Impossible. La guerre en ukraine des russes, le pétrole qu...

le 08/03/2022 à 11:06
Signaler
L'hydrogene , le miroir aux alouettes, pour produire de l'hydrogène , qui n'existe pas à l'état naturel sur cette planète , il faut plus d'énergie qu'il en restitue . Tout est dit, c'est comme le mouvement perpetuel , y a toujours quelqu'un pour y cr...

à écrit le 08/03/2022 à 10:08
Signaler
300 dolars le baril ! Les gens vont encore en baver ah ben voilà une perspective intéressante !: CAC40 + 2.70 là tout de suite. ^^

le 08/03/2022 à 11:07
Signaler
Consequence : revolution, emeutes , destruction , guerre civile , ... merci Macron

le 08/03/2022 à 11:39
Signaler
Le CAC moins 16 % depuis le début de l'année. Vous prenez un chiffre en instantané pour en faire une généralité.

le 08/03/2022 à 13:06
Signaler
Tu prends ce que tu veux pour dire ce que tu veux je tombe juste sur cette coïncidence et cette surprise de voir la bourse dans le vert tandis que toutes les nouvelles sont mauvaises alors je me dis qu'une bonne nouvelle mais seulement pour eux doit ...

à écrit le 08/03/2022 à 9:26
Signaler
Ce n'est pas bientôt fini de nous obliger à nous suicider ?! Pour un pays pour lequel les dirigeants occidentaux disent eux-mêmes qu'ils n'enverront pas leurs soldats faire la guerre ! Il faut arrêter de se monter le bourrichon et siffler la fin de l...

à écrit le 08/03/2022 à 9:19
Signaler
On fait la morale à la Russie au nom de la démocratie, et on va traiter avec le gouvernement qui l'a détruite sciemment ces dernières années. Les masques tombent : il n'y a que le fric qui compte.

à écrit le 08/03/2022 à 9:16
Signaler
Vive la propagande russe tandis que l'offre russe ne réprésente que 20 % du marché mondial ce qui en son absence ne pourrait que faire monter les prix de 25 % maxi.

à écrit le 08/03/2022 à 8:58
Signaler
C'est normal depuis le temps qu'on nous rabbache qu'il faut payer au juste prix au producteur!!! Politique qui ne mène à rien

à écrit le 08/03/2022 à 8:36
Signaler
Depuis 30 ans, l'Europe, au travers de ses multiples instances, aurait du s'occuper activement de son indépendance pour l'énergie, les matières premières stratégiques, certains produits industriels (puces, ...), soit par production locale, soit par d...

le 08/03/2022 à 8:45
Signaler
L Europe est dominée par des lobbys. De ses industriels et autres… il est temps de faire le ménage … et de pointer les responsabilités des précédents gouvernements européens dans l’Eure ensemble ed des commissions barroso etc… ce sont eux et leurs ga...

le 08/03/2022 à 8:47
Signaler
L Europe est dominée par des lobbys. De ses industriels et autres… il est temps de faire le ménage … et de pointer les responsabilités des précédents gouvernements européens dans l’Eure ensemble ed des commissions barroso etc… ce sont eux et leurs ga...

le 08/03/2022 à 9:02
Signaler
.... " Le communiqué français évoque lui "leur détermination à renforcer les sanctions" à l'encontre de la Russie et du Bélarus, tandis que celui des Britanniques promet de "continuer à faire pression sur la Russie". Seul le communiqué publié par Ber...

à écrit le 08/03/2022 à 8:26
Signaler
Bah visiblement ça leur fait pas peur à nos dirigeants européistes de nous en faire baver le plus possible : Allez zou on y va ! Chiche !

à écrit le 08/03/2022 à 8:19
Signaler
les americians sont pour un embargo, ca mettrait la russie au tas, sans que ca leur coute trop cher, et sans risque de guerre pour eux; et ca leur permettrait d'avoir des debouches pour leur petrole et leur gnl, apres avoir verifie leur autosuffisanc...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.