Guerre en Ukraine : nouveaux bombardements en direction de la plus grande centrale nucléaire d'Europe

La centrale de Zaporijia, la plus grande d'Europe avec six réacteurs de 1.000 mégawatts chacun, est la cible de bombardements dont s'accusent mutuellement l'Ukraine et la Russie. De nouvelles frappes sont intervenues dans la journée de samedi. Le président ukrainien menace de riposter contre les troupes russes ciblant la centrale nucléaire de Zaporijia ou effectuant des frappes depuis son territoire. Le maire d'Energodar, la ville où se trouve la centrale, dénonce le terrorisme nucléaire "pur et simple" de la Russie.
La centrale nucléaire de Zaporijia est la plus grande d'Europe.
La centrale nucléaire de Zaporijia est la plus grande d'Europe. (Crédits : Reuters)

MAJ : article initialement publié à 9h42 et mis à jour à 17h47 le 14/08 avec les déclarations du maire d'Energodar.

La pression autour d'une possible catastrophe nucléaire à la centrale de Zaporijia, la plus grande d'Europe et dont les forces russes se sont emparées le 4 mars dernier, s'accroît encore un peu plus. Samedi, Kiev et Moscou ont de nouveau échangé des accusations de tirs sur cette centrale nucléaire, visée à plusieurs reprises depuis une semaine.

"Limitez votre présence dans les rues d'Energodar! Nous avons reçu des informations sur de nouvelles provocations de la part des occupants" russes, a indiqué sur Telegram l'agence nucléaire ukrainienne Energoatom, republiant le message d'un dirigeant local d'Energodar - ville dans laquelle se trouve la centrale - resté loyal à Kiev.

"Selon les témoignages des habitants, des bombardements sont à nouveau en cours en direction de la centrale nucléaire de Zaporijjia (...) L'intervalle entre le départ et l'arrivée des tirs est de 3-5 secondes", ajoute le message.

"Terrorisme nucléaire"

D'après un communiqué des renseignement militaires ukrainiens, l'une des frappes a endommagé une unité de pompage et une autre "a entraîné la destruction partielle du service d'incendie responsable de la sécurité de la centrale nucléaire". Selon eux, "les occupants (russes) bombardent la centrale nucléaire (...) depuis le village de Vodiané, situé à proximité immédiate".

Les premières frappes, celles du 5 août, ont aussi touché un transformateur de ligne électrique haute tension, entraînant l'arrêt automatique du réacteur n°3 et le démarrage de ses groupes électrogènes de secours.

"Les risques augmentent chaque jour", a déclaré par téléphone à l'AFP Dmytro Orlov, le maire d'Energodar, ajoutant que les tirs au mortier sur la centrale sont devenus quotidiens et dénonçant un "terrorisme nucléaire pur et simple" de la Russie, qui "peut se terminer de façon imprévisible à n'importe quel moment".

Dans son allocution quotidienne, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé un "chantage russe" autour du site nucléaire. Il a, par ailleurs, prévenu que son armée ripostera contre les troupes russes ciblant la centrale nucléaire de Zaporijia ou effectuant des frappes depuis son territoire.

"Chaque soldat russe qui tire sur la centrale ou tire en s'abritant derrière la centrale doit comprendre qu'il deviendra une cible spécifique pour nos services secrets et de renseignement, ainsi que pour notre armée", a-t-il déclaré sur sa chaîne Telegram.

La Russie accuse les forces ukrainiennes

Sans surprise, la Russie accuse, de son côté, les forces ukrainiennes d'être à l'origine de ces tirs.

"Energodar et la centrale nucléaire de Zaporijjia sont à nouveau sous le feu des militants (du président ukrainien Volodymyr) Zelensky", a déclaré sur Telegram un membre de l'administration militaire et civile prorusse, Vladimir Rogov. Les projectiles sont tombés "dans des zones situées sur les berges du Dniepr et dans la centrale", a-t-il affirmé, sans faire état de victime ni de dégâts.

Prise au cœur du conflit qui oppose l'Ukraine et la Russie, cette centrale nucléaire, composée de six réacteurs de 1.000 mégawatts, inquiète au plus haut point Kiev mais aussi la communauté internationale. Le patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a ainsi demandé de pouvoir y accéder "aussi vite que possible", au cours d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité.

Malgré l'inquiétude grandissante, la sûreté nucléaire reste assurée

De son côté, le Secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, a, lui aussi, mis en garde, jeudi dernier, contre une "catastrophe" si les opérations militaires se poursuivaient autour du site.

Toutefois, Emmanuelle Galichet, enseignante-chercheuse en sciences et technologies nucléaires au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), se montre rassurante. Interviewée par La Tribune, elle estime que la sûreté nucléaire de la centrale de Zaporijia est, pour l'instant, assurée, même si "le risque zéro n'existe pas".

Lire aussiCentrale nucléaire de Zaporijia (Ukraine): « Si le risque zéro n'existe pas, tout est fait pour assurer la sûreté en profondeur »

 Avec AFP

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 15/08/2022 à 15:28
Signaler
LCI, la chaîne de la CIA-MOSSAD/UE/DOLLAR/EURO/OTAN ment matin midi et soir sur ordre de Biden/macron sur les nazis ukrainiens, avec l'aide qui bombardent la centrale nucléaire de Zaporidjia. Ce n'est évidemment pas l'armée russe qui bombarde ses p...

à écrit le 15/08/2022 à 8:38
Signaler
On voit mal l'intérêt de se bombarder eux-mêmes même si chaque guerre apporte ses innombrables lots d'aberrations de ce genre, comme Hitler financé par les grands familles allemandes par exemple ou la boucherie de 14-18 orchestrée par l'oligarchie fr...

à écrit le 14/08/2022 à 17:06
Signaler
Quel serait l'intérêt si les médias ne relataient pas le fait? Pas la moindre, c'est ainsi que fonctionne le terrorisme!

à écrit le 14/08/2022 à 13:59
Signaler
Triste article de la tribune. C'est les ukrainiens qui bombardent la centrale. Il n y a peu de doute à ce sujet.

le 14/08/2022 à 22:29
Signaler
On cas de accident nucléaire c’est plutôt la Russie la Bélarus et Ucraine les premiers à être en danger Je ne voit pas l’intérêt de bombarder là centrale

le 15/08/2022 à 12:48
Signaler
Vous avez peu de doutes en fonction de vos convictions. Moi, j'ai la certitude que c'est les Russes qui ont tout intérêt a créer une catastrophe nucléaire sur le sol Ukrainien. Ça leur permettrait de masquer leur défaite a venir, de compliquer la rec...

à écrit le 14/08/2022 à 12:13
Signaler
Les russes se comportent comme des terroristes, à la différence qu'ils ne revendiquent pas leurs attentats.

le 14/08/2022 à 21:19
Signaler
Ce sont les ukrainiens qui bombardent la centrale, vous n'avez qu'à regarder une carte pour voir qu'elle se situe en territoire conquis par les russes : ces derniers ne vont pas bombarder un site qu'ils contrôlent et qu'ils comptent bien utiliser pou...

à écrit le 14/08/2022 à 12:10
Signaler
Les Russes n'ont aucun intérêt a bombarder la centrale nucléaire vu qu'elle est du bon côté du Dniepr et qu'ils veulent l'utiliser pour alimenter la Crimee. Les Ukrainiens vont tout faire pour la rendre partiellement (et si possible totalement)inuti...

à écrit le 14/08/2022 à 11:54
Signaler
Après tout, un arrêt de la centrale pourrait mettre fin partiellement à la guerre : Plus d'énergie, plus de guerre

à écrit le 14/08/2022 à 11:19
Signaler
Si a centrale nucléaire serait gravement touchée par les russes, tout les pays de l'OTAN avec l'Amérique doivent déclencher le feu Nucléaire et raser la Russie, sans aucune hésitation. Perdu pour perdu, c'est la seule et dernière réaction à avoir.

le 14/08/2022 à 12:12
Signaler
Vous êtes le client parfait visiblement. Les russes se bombarderaient eux mêmes alors qu'ils occupent et sont à l'intérieur.. ce qui est magnifique est que l'on vous raconte n'importe quoi et vous ingurgité sans peine aucune. Le monde est formidable....

le 15/08/2022 à 4:43
Signaler
Brillante analyse....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.