Éliminé dès le premier tour, Bay (FN) rend Philippot responsable de sa défaite

 |   |  418  mots
Les critiques de Nicolas Bay exprimées au lendemain du premier tour des législatives ne nommaient personne, c'est bien le vice-président du FN Florian Philippot qui semblait être dans la ligne de mire.
Les critiques de Nicolas Bay exprimées au lendemain du premier tour des législatives ne nommaient personne, c'est bien le vice-président du FN Florian Philippot qui semblait être dans la ligne de mire. (Crédits : Stephane Mahe)
Après une présidentielle perçue comme un semi-échec, le premier tour des législatives laisse présager une issue décevante pour le Front National, qui ne devrait même pas pouvoir constituer un groupe parlementaire. Et dès le lendemain du scrutin, les langues ont commencé à se délier...

Il y a de l'eau dans le gaz entre les pontes de l'extrême-droite française... Interrogé par Le Parisien lundi 12 juin, le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, a appelé son parti à "s'interroger" sur son programme et son organisation, après la déconvenue du premier tour des législatives. Et c'est en réalité Florian Philippot qui est directement visé : "J'ai été le premier à regretter que certains aient fait entendre des voix discordantes au sein du parti au lieu de se concentrer sur la campagne".

Une partie de l'état-major frontiste reprocherait en effet au bras droit de Marine Le Pen d'avoir semé la confusion en créant une association, baptisée "Les Patriotes" en pleine campagne des législatives. Le vice-président du parti d'extrême-droite avait toutefois affirmé au moment de l'annonce que cette association restait "dans le FN" et n'avait comme objectif que la "victoire de Marine Le Pen". Nicolas Bay en a ensuite remis une couche sur Florian Philippot et sa ligne de pensée souverainiste et anti-euro :

"L'euro fait effectivement partie des sujets très dissuasifs pour une partie de notre électorat", diagnostique celui qui est également directeur de campagne pour ces législatives.

"Les prochains mois pourront être consacrés à élaborer une stratégie pour être plus rassembleurs, à s'interroger sur notre programme et sur notre organisation", ajoute-t-il.

Deux têtes de gondole battues ?

Alors qu'il se présentait dans la 6e circonscriptible de la Seine-Maritime, Nicolas Bay n'a pas réussi à se qualifier pour le second tour pour seulement 20 voix, au profit du candidat de La France insoumise Sébastien Jumel, qui sera opposé à un candidat de La République en marche. De son côté, Florian Philippot est certes arrivé en tête au premier tour de la 6ème circonscription de Moselle avec 23,79% des voix, mais reste en ballottage défavorable face au candidat REM Christophe Arend, qui a obtenu 22,01% des suffrages exprimés et devrait bénéficier d'un report de voix plus important.

Le premier tour des élections législatives a globalement sonné dimanche comme un nouveau revers pour le Front national, qui ambitionnait il y a quelques semaines encore d'envoyer une délégation massive à l'Assemblée nationale mais en est désormais réduit à espérer avoir une poignée de députés, ce qui explique que les tensions se ravivent au sein du parti.

Lire aussi #Législatives | Tous les résultats circonscription par circonscription

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2017 à 21:31 :
Le FN c'est environ 25% des votants... les 75% autres s'unissent toujours pour lui faire barrage, aux présidentielles et aux législatives évidemment! Cela pose quand même un problème de démocratie, le FN ce sont 11 millions d'électeurs qui n'ont ... rien. On peut en dire presque autant pour les électeurs de la France insoumise qui sont tout de même 7,5 millions. Ces 2 partis (dont les programmes économiques et européens sont très proches) , c'est quasiment la moitié de l'électorat français qui n'a pas voix au chapitre. La révolution n'est plus très loin.
a écrit le 13/06/2017 à 19:06 :
Pour quoi s'est-il présenté sous l'étiquette FN alors que d'après la "chronologie", il était certain de se prendre une pelle ?
a écrit le 13/06/2017 à 16:15 :
P52 à bien établi la chronologie , mais avant de juger les erreurs politiques des uns et des autres il serait souhaitable que le FN nous fasse savoir qui a mené la discussion avec Dupont Aignan .
Il semblerait que le décrochage soit concomitant a son association et à l amateurisme des du pole économique . Marine n avait pas tous les atouts pour la confrontation , en plus de l erreur de ton .
Il faudrait que le nouvel argumentaire ressemble à celui de Melenchon pour que la sortie de l euro , fasse parti seulement d un plan B.
a écrit le 13/06/2017 à 16:15 :
Haha, ça c'est la bonne nouvelle des législatives.

Se faire dégager pour 20 voix, trop drôle !
a écrit le 13/06/2017 à 11:18 :
Il faut prendre les choses dans l’ordre où elles se sont déroulées :

1) Trois jours avant le deuxième tour de l’élection présidentielle, Marine le Pen fait une prestation considérée comme lamentable lors de son débat face à Emmanuel Macron où outre son agressivité déplacée, sa nullité dans tous les domaines apparait évidente pour les millions de gens qui ont regardé le débat, notamment sur la question de la sortie de l’Euro qu’elle se montre totalement incapable d’argumenter de manière sérieuse face à Emmanuel Macron, proférant même des inepties monumentales, par exemple en affirmant qu’elle voulait rétablir la monnaie commune qui existait avant l’Euro alors qu'il n'y a eu aucune monnaie commune avant l'Euro mais une période intermédiaire où un certain nombre de pays étaient déjà entrés dans l'Euro alors que les billets de banque et les pièces de monnaie en Euro n’étaient pas encore imprimés, l’Écu qui existait avant n’était pas une monnaie commune, ni une monnaie de transaction. Ce qui ne signifie pas qu'un système de double monnaie ne peut pas exister, mais simplement qu'il n'a jamais existé avant l'Euro pour les pays participants. Marine le Pen avait, du reste déjà proféré à plusieurs reprises cette ineptie).
2) Au deuxième tour elle fait un score décevant: moins de 34% alors que des sondages d’après premier tour la donnaient à 40%.
3) Des hauts responsables du Front National mettent en cause, non pas la prestation lamentable de Marine Lepen mais la proposition du FN de sortir de l’Euro et celui qui la porte plus particulièrement au FN, Florian Philippot.
4) Ce dernier interrogé ensuite par la presse indique que si le FN abandonne la sortie de l’Euro, renonce à restaurer la souveraineté de la France dans tous les domaines, y compris dans le domaine monétaire, il sera contraint de quitter le FN.
5) De hauts responsables du FN, dont Nicolas Bay, lui tombent dessus l’accusant de chantage.
6) Florian Philippot crée alors son association « les patriotes » exacerbant les critiques contre lui des responsables du FN.
7) Les élections législatives confirment le déclin du FN, Florian Philippot, sa proposition de sortir de l’Euro et son association « les patriotes », servent de boucs émissaires.

La suite, on verra. Elle dépend aussi de circonstances qui ne concernent pas que le FN.
Réponse de le 13/06/2017 à 12:21 :
1) à moi la victoire
2) au FN l'échec
a écrit le 13/06/2017 à 9:13 :
C'est le concept même de l’extrême droite, de toujours chercher des boucs émissaires.
Je ne sais pas si vous avez remarqué mais avec eux, c'est toujours la faute des autres.

Ce n'est ni une preuve de responsabilité, ni de rationalité.

En accusant à droite, à gauche, l'Europe, les réfugiés, les banquiers, le tout Paris, et n'importe qui d'autre, ça détourne l’attention de leur incompétences et ne parlons du reste.
C'est tout juste un parti défouloir pour des personnes en manque d'abus de pouvoir, de haine et de violence, si l'on en croit l'histoire.

Un jour les Français vont comprendre que le FN ne mérite pas plus de 5 % des voix et encore.

On pourrait presque se demander ce que Philippot est allé faire dans cette galère ?

.
Réponse de le 13/06/2017 à 12:18 :
@velkavatar : entièrement d'accord avec vous!
Le politique ne consiste pas à faire des selfies en 2 min avec des salariés mécontents, ça ne consiste pas à avoir le petit jeux de mots qui va bien, ça ne consiste pas à sortir les mêmes phrases tel un slogan publicitaire. Il faut avant tout avoir 1) des convictions pour le pays (et pas que pour sa petite personne) et 2) un programme concret. Le FN n'a ni l'un ni l'autre. Je ne dis pas que les autres hommes soient bcp mieux, mais ils sont moins pires quand même.
Réponse de le 13/06/2017 à 23:37 :
Voilà qui est excellemment résumé.
Merci et bravo
a écrit le 13/06/2017 à 8:28 :
Aucun regret pour ce "candidat" qui passe son temps sur les plateaux télé au lieu de faire du terrain. Ce qu'oublie de dire ce monsieur c'est que la très mauvaise prestation télévision de Madame Le Pen lors du débat de l'entre deux tours de la présidentielle a découragé beaucoup de monde de voter FN. Elle s'est sabotée toute seule et a prouvé l'incapacité du FN a gouverner les pays. Quand aux guerres internes entre pro Philippot ( et frère) qui n'ont pas compris qu'ils étaient rejetés par la base en raison de leur mode de vie personnel et les antis qui ont un niveau intellectuel assez bas, laissons les se déchirer en interne.
a écrit le 13/06/2017 à 8:27 :
"C'est pas ma faute, c'est lui" .

Un peu de maturité SVP ;-)
a écrit le 13/06/2017 à 7:24 :
Frontnational, zieg heil.
a écrit le 12/06/2017 à 20:12 :
Ok
a écrit le 12/06/2017 à 18:32 :
si N. Bay avait fait campagne dans sa circonscription plutôt que dans les médias nationaux , il serait au 2ème tour et avait toutes ses chances face à l'inconnu de lrem .
a écrit le 12/06/2017 à 16:55 :
"Une stratégie pour être plus rassembleur"? C'était déjà le cas avant: dénoncer les problèmes sans apporter de solution pour ratisser large.
Tous les jeunes du FN semblent sortir du même moule: manipulation et insinuation calomnieuse, critique systématique et rien de constructif.
Et pour les vieux?
Collard, 69 ans, quel bilan de son activité de député?Pathétique....
a écrit le 12/06/2017 à 16:03 :
Et pourtant qu'est-ce que les médias ont couvert cette candidature de Bay, beau gosse totalement médiatico compatible donc, sans jamais parler de l'hypothèse front de gauche.

Alors même si je fais presque aussi peu confiance au front de gauche qu'au front national, il est tout de même flagrant de constater comme le front de gauche est soit méprisé soit insulté par les médias.

Quand à Nicolas bay, futur donc numéro deux de marine le pen, il va avoir bien du mal à faire aussi bien que philippot surtout sans le joker marion le pen.

Il semblerait que l'imposture FN soit enfin menacé et par aucun de ceux qui se disent ennemi juré, seulement par son propre fonctionnement, parce qu'il est et ça c'est beau.

La gauche est morte nous affirment en coeur les médias et bien non c'est la politique professionnelle qui avec plus de 51% d'abstention est belle et bien morte mais c'est sûr ça fait pas terrible quand il faut faire passer le concept marketing néolibéral macron forcément.
Réponse de le 13/06/2017 à 8:06 :
C'est surtout sur l'ambiguité de la sortie de l'Euro , on dirait qu'ils n'ont pas comprit ce qui leur arrive, et je parie que cela arrivera de meme avec le conducteur du camion actuel, lui il veut sauver l'Euro et l'Europe, rien que cela !!!!! démentiel.
Réponse de le 13/06/2017 à 13:18 :
Tout ceci est logique si on prend du recul sur les évènements.

Avant que le FN remporte 25% des voix aux européennes la sortie de l'europe ne se discutait même pas c'était programmé en eux, depuis que le parti touche des millions de la part l'union européenne le discours est devenu bien plus trouble pour au final nous dire qu'ils veulent y rester.

C'est un parti d’imposteurs il n'y a que les médias qui ne le voient pas même une bonne partie de son électorat le sait et c'est bien pour cela qu'il ne le suit pas aux législatives. Faire peur oui mais de là à leur donner du pouvoir quand même...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :