Pas de 1er mai syndical unitaire à cause de... la présidentielle

 |   |  734  mots
L'appel explicite ou non à voter Emmanuel Macron divise le camp syndical qui, du coup, ne défilera pas de façon unitaire le 1er mai, à la différence d'en 2002. Si la CFDT et l'Unsa appellent clairement à voter Macron, ce n'est pas le cas de la CGT, FO ou de Solidaires qui veulent faire barrage au FN.
L'appel explicite ou non à voter Emmanuel Macron divise le camp syndical qui, du coup, ne défilera pas de façon unitaire le 1er mai, à la différence d'en 2002. Si la CFDT et l'Unsa appellent clairement à voter Macron, ce n'est pas le cas de la CGT, FO ou de Solidaires qui veulent "faire barrage" au FN. (Crédits : REUTERS)
A la différence de 2002, les organisations syndicales ne manifesteront pas ensemble le 1er mai. Si la CFDT et l'Unsa appellent clairement à voter en faveur d'Emmanuel Macron, les autres syndicats préfèrent soit ne pas donner de consigne de vote (FO), soit appeler à faire barrage au FN (CGT et CFTC).

Qu'il est loin ce 1er mai 2002. Cette année-là, ce fameux 21 avril, l'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle aux dépens du candidat socialiste Lionel Jospin avait créé un choc et un état de sidération. Le 1er mai, durant l'entre-deux tours, 1,5 million de personnes descend dans les rues de Paris pour dire « non » au Front national et l'ensemble des organisations syndicales défilent dans un même cortège unitaire.

Quinze plus tard, c'est un tout autre scénario. Marine Le Pen accède à son tour au second tour... Certes, l'émotion est palpable mais ce n'est pas la ruée dans la rue pour manifester une opposition au Front national... Et même les syndicats qui avaient, pour une fois, l'occasion d'afficher un front commun le 1er mai n'y sont pas parvenus, faute de pouvoir dégager un mot d'ordre unique et rassembleur...

Deux défilés distincts, faute d'un mot d'ordre commun

Alors, lundi 1er mai, il y aura deux rassemblements distincts. D'un côté, la CFDT et l'Unsa, ainsi que la Fage (syndicats étudiants). Et, de l'autre, la CGT, FO, FSU et Solidaires. Mais même entre ces quatre confédérations les choses n'ont pas été faciles. La CGT souhaitait mettre l'accent sur une double revendication. Politique, d'abord, avec un message explicitement anti FN ; sociale, ensuite en mettant en avant le pouvoir d'achat, notamment. FO, qui ne veut jamais intervenir sur le terrain politique, ne voulait entendre parler que d'un mot d'ordre social (protection sociale, sauvegarde du service public, etc.). Finalement, un terrain d'entente « médian » a été trouvé avec un mot d'ordre  "1er-Mai : journée internationale de lutte des travailleuses et travailleurs. En finir avec les reculs sociaux qui font le terreau de l'extrême droite !".

"Le message pour la CGT c'est évidemment contre l'extrême droite - pas une voix pour le Front national - et en même temps pour le progrès social", a déclaré à l'AFP Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT.

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière, lui, se veut prudent. Intervenant jeudi 28 avril sur Europe 1, il a décidé de ne pas donner de consigne de vote - une tradition pour FO - pour le second tour ni de dire pour qui il allait voter. « Ce n'est pas la même chose entre les deux programmes », rappelle-t-il. "Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles. Nous ne sommes pas des directeurs de conscience ».

Cependant, Jean-Claude Mailly a mis en garde Emmanuel Macron sur son programme : « S'il est élu, il aura une lourde responsabilité (...). Il faut qu'il rassemble et évite d'être clivant", citant en exemple, "l'accentuation de la loi Travail, l'assurance chômage".

La CFDT appelle clairement à voter Macron

Dans l'autre camp syndical, on ne veut pas de mot-d'ordre en demi-teinte. Laurent Berger veut que les choses soient claires. Il l'a dit mercredi 27 avril sur RTL :

« Il n'y a qu'une solution c'est de voter pour le candidat qui reste (...) c'est Emmanuel Macron. Ça ne vaut pas acceptation de son programme c'est simplement pour faire barrage au Front National. Et quand on est une organisation syndicale comme la CGT, je ne comprends pas qu'on ne veuille pas exprimer cela. »

In fine, donc, dans le camp syndical, La CFDT et l'Unsa ont clairement appelé à voter pour Emmanuel Macron. De son côté, à l'instar de Force Ouvrière, la CFE-CGC a décidé de ne pas donner de consigne de vote se déclarant « indépendante de tous partis politiques ».
La CGT, la CFTC, Solidaires et FSU ont, elles, lancé un appel à "faire barrage" au FN, sans pour autant inviter leurs adhérents respectifs à voter explicitement pour le candidat d'En marche !

Mais l'exercice est complexe pour les syndicats qui doivent tenir compte de la liberté de vote de leurs adhérents. Or, un intéressant sondage Harris Interactive, réalisé pour la revue Liaisons Sociales à l'issue du premier tour, montre que si Emmanuel Macron est arrivé en tête chez les proches de la CFDT avec 48%, Marine Le Pen, elle, a réalisé des scores non négligeables dans les rangs syndicaux. Elle a obtenu son plus fort score au sein des sympathisants de Force Ouvrière (24%). Elle a capté 15% chez les sympathisants CGT, 14% à la CFTC comme à l'Unsa, 13% à la CFE-CGC, 13% chez Solidaires, 9% à la FSU et 7% à la CFDT

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2017 à 18:22 :
Qu'un syndicat appelle à voter Macron en dit long sur son parcours.

Je vois sur votre vidéo que Jadot n'hésite pas une seconde à voter Macron, Jadot le gars qui a appelé à voter Hamon qui a fait 6% mais qui permet là aussi de comprendre pourquoi les verts sont tombés si bas, sont quasiment inexistants dans les diverses élections mais continuent quand même à s'exprimer au seul nom d'eux-mêmes. Pathétique.
a écrit le 01/05/2017 à 18:16 :
Macron accélèrera la désintégration de l'Union européenne. Le destin de l'Europe est scellé. La Bible dit : « Et [le roi du Nord = la Russie depuis la seconde moitié du XIXe siècle. (Daniel 11:27)] retournera dans son pays avec de grandes richesses [1945], et son coeur sera contre la sainte alliance [l'hostilité envers les chrétiens], et il agira [cela signifie l'activité dans l'arène internationale], et retournera dans son pays [1991-1993. La désintégration de l'Union soviétique et du Pacte de Varsovie. Les troupes russes retournent à leur terre]. Au temps fixé retournera » (Daniel 11:28, 29a). Le retour de la Russie dans ce contexte signifie aussi la désintégration de l'Union européenne et l'OTAN. Macron est un cheval de Troie pour l'UE.
a écrit le 01/05/2017 à 16:15 :
48 ans de socialisme ont achevé la france. Le socialisme a tout infiltré. Il a manipulé les citoyens et utilisé les pauvres. Hollande et son poulain macron ont achevé le travail de mitterrand : le pays est totalement fracturé et ouvert à l'ennemi. La gehenne approche....
a écrit le 01/05/2017 à 15:08 :
A bas la minorité agissante. Le peuple silencieux aura ta peau.
a écrit le 01/05/2017 à 14:21 :
FO et Jean-Claude Mailly, qui se réclament de "ne pas être des directeurs de conscience".
Ce n'est pas peu dire.
Il y a des situations où ce n'est pas qu'une question de conscience, mais d’honnêteté, de justice et de morale.
a écrit le 01/05/2017 à 14:09 :
Ils vont peut-être retrouver leur unité quand Macron va démanteler le code du travail, et revoir les conditions de l'assurance chômage. Hollande, c'était du gâteau par rapport au programme d'En Marche.
a écrit le 01/05/2017 à 13:23 :
Le monde entier est préoccupé par la Corée du Nord, Trump, Poutine et se fout royalement de notre élection national. Essayons de construire, de coopérer, éviter les agitations inutiles pour un petit pays minuscule sans réel poids mondial.
a écrit le 28/04/2017 à 15:25 :
Berger le patron de la CFDT, avec ses fifrelins de service, sont une imposture, il ne sont que les serviteurs très zélés du MEDEF CAC40 pour mater les salariés du privé ;
a écrit le 28/04/2017 à 10:29 :
Ces syndicats pèsent énormément sur vos prélèvement sociaux vous vous en rendrez compte leur du calcul de vos retraites respectives .
a écrit le 27/04/2017 à 18:42 :
Je suis tout à fait d'accord avec vous Frédéric.
Effectivement ce syndicat n'est que la cinquième colonne. On voit déjà ce qui se dessine avec Berger, maintenant qu'il fanfaronne en étant la première centrale syndicale on voit bien qu'il va accepté tout ce que Macron va décider. Il va avoir l'impression de défendre les salariés. Eh bien non il va avoir les salariés comme déja pour les retraites en 2003 avec Fillon. Moi aussi j'étais cfdt à l'époque, mais depuis la casse des retraites ( il parait qu'ils appellent cela une réforme ) je me suis tiré à toute vitesse de cette mouvance patronale. Boutique d'en face au moins eux ne signe pas n'importe quoi comme le bâton de Berger.
Toujours ambigu ce mec, comme un serpent il va la ou il trouve son beurre, en tout cas il n'a aucune consigne à donner pour voter. Ce n'est pas son rôle, mais peut être qu'il veut un ministère. Le ministère de la destruction sociale.!!!!!!!!!!
a écrit le 27/04/2017 à 16:13 :
La cfdt n'est que la cinquième colonne fait par les patrons pour casser le front syndical j'ai payé ce syndicat pendant des années quand j'etais jeune et naïf le jour ou je me suis trouvé face au patron plus personne alors que j'avais raison sur le fond même un syndicat cgt de l'entreprise que je remercie au passage a proposé de me defendre j'ai refusé parce que ce n'etait pas à eux de me defendre j'ai du aller devant le tribunal pour gagner ma bataille et j'ai gagné haut les mains cela ne m'etonne pas du tout qu'ils apellent à voter macron ils sont capable de nous dire voter medef

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :