Taxes américaines : "colère" et "consternation" des exportateurs français de vins et spiritueux

 |  | 452 mots
Lecture 3 min.
La FEVS appelle l'UE à mettre un coup de collier pour résoudre enfin ce conflit entre Airbus et Boeing.
La FEVS appelle l'UE à "mettre un coup de collier pour résoudre enfin ce conflit entre Airbus et Boeing". (Crédits : Benoit Tessier)
Les décisions américaines coûteront plus d'un milliard d’euros a la filière française des vins et spiritueux, estime sa fédération d'exportateurs, la FEVS, qui dénonce une 2e vague de taxes "encore plus puissante que la première".

La filière française des vins et spiritueux est "sacrifiée pour un différend sur l'aéronautique", a dénoncé ce jeudi sa Fédération d'exportateurs FEVS, après l'annonce de droits de douane supplémentaires par Washington dans le cadre d'un vieux litige entre Boeing et Airbus.

Lire aussi : Le vin français, cette victime collatérale du conflit qui oppose Washington et Bruxelles

"On redoutait l'escalade du conflit, on y est, et ça va durer", a déploré auprès de l'AFP le président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux français, César Giron, estimant que le manque à gagner pourrait dépasser le milliard d'euros pour la filière viticole.

"Il n'y a plus d'échappatoire"

À trois semaines de la fin de son mandat, l'administration Trump a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi qu'elle s'apprêtait à imposer des droits de douane supplémentaires sur des produits européens, notamment les vins (hors vins effervescents comme le champagne) et cognacs.

Washington y est autorisé par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans le cadre de son interminable différend avec l'UE sur les aides aux géants de l'aéronautique.

Lire aussi : Après le "go" de l'OMC, Washington passe à l'acte et taxe les Airbus à 10%

Depuis octobre 2019, les États-Unis imposent un droit de douane de 25% sur les vins tranquilles de moins de 14 degrés, vendus en contenants de moins de deux litres.

Selon les informations de la FEVS, cette taxe de 25% va désormais s'étendre à l'ensemble des vins tranquilles, y compris en vrac, ainsi qu'aux spiritueux à base de vin, comme le cognac.

"De nouvelles catégories (de produits) sont inclues, il n'y a plus d'échappatoire, c'est toute la filière issue des vignobles qui est impactée", a regretté César Giron, exprimant sa "colère" et sa "consternation".

Le manque à gagner de la filière française était jusque-là estimé à 600 millions d'euros.

Une "2e vague (de taxes) encore plus puissante que la première"

"La 2e vague (de taxes) est encore plus puissante que la première", a relevé le président de la Fédération, rappelant que les États-Unis était "le marché le plus important au monde pour les vins et spiritueux".

La FEVS appelle l'UE à "mettre un coup de collier pour résoudre enfin ce conflit entre Airbus et Boeing" et à "compenser les entreprises françaises et européennes qui sont les dommages collatéraux de ce conflit interminable".

Lire aussi : Droits de douane américains: Airbus regrette une escalade "contre-productive"

La Fédération demande aussi au gouvernement français de soutenir la filière. "Il fait la sourde oreille", a reproché M. Giron.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2021 à 9:40 :
"Le deuxième producteur malaisien d'huile de palme interdit aux Etats-Unis" https://www.latribune.fr/economie/international/le-deuxieme-producteur-malaisien-d-huile-de-palme-interdit-aux-etats-unis-869543.html

Sous Trump, incroyable, pauvres petits chefs malaisiens qui peuvent plus violer leurs salariées librement hein, quelle honte !

La sémantique anti-américaine sous une europe héritière du quatrième Reich commence à franchement donner la nausée.
a écrit le 02/01/2021 à 15:32 :
PAS tres coherent nos politiques et nos agriculteurs quand ils veulent pouvoir vendre à l'etranger mais imposer aux grandes surface de n'acheter que Francais .ex allez à une manif d'agriculteurs et regardez la marque de leurs tracteurs !!!!!! pensons aussi aux bas revenus qui voudraient bien mais peuvent pas acheter Francais c'est trop cher
Réponse de le 03/01/2021 à 20:24 :
Pour acheter francais,encore faut il avoir des produits à proposer!
Pour info :.tracteur 0 .idem moissoneuse bateuse.
a écrit le 31/12/2020 à 22:29 :
C'est très bien comme ça. Les producteurs français ont l'occasion de prouver que le vin français mérite le prix exorbitant qui est demandé.
a écrit le 31/12/2020 à 22:29 :
C'est très bien comme ça. Les producteurs français ont l'occasion de prouver que le vin français mérite le prix exorbitant qui est demandé.
a écrit le 31/12/2020 à 17:13 :
Il faut taxer les enseignes américaines de la junk food , du soda, qui "obesifient", "diabetisent" la population , coûte des milliers de vies et des dizaines de milliards à notre système de santé.
Plus généralement : US GO HOME !
a écrit le 31/12/2020 à 15:52 :
1 Md aux exportateurs ! faux ce sont les importateurs qui paieront , à moins que les règles de l économie aient changées .
Quant à Airbus la naiveté à un cout et ca apprend à grandir .
a écrit le 31/12/2020 à 15:27 :
Il y a une façon très simple d'y répondre. Il suffit que tout un chacun arrête d'acheter tout ces gadjets américains iphones et tuti quanti. N'oublions pas que nous ne sommes pas que des consommateurs mais aussi des consom-acteurs.Se plaindre c'est bien. Agir c'est mieux.
Réponse de le 01/01/2021 à 17:52 :
Le consom-acteur est une chimère car désormais il n'existe que des adulescents mentalement attardés soudés aux écrans du jeux vidéo aux réseaux d'asociaux...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :