Le vin français, cette victime collatérale du conflit qui oppose Washington et Bruxelles

 |   |  769  mots
Signe que les taxes du 18 octobre font déjà des victimes, la valeur des exportations des vins de Bordeaux aux États-Unis a chuté de 46% en novembre sur un an.
Signe que les taxes du 18 octobre font déjà des victimes, la valeur des exportations des vins de Bordeaux aux États-Unis a chuté de 46% en novembre sur un an. (Crédits : REGIS DUVIGNAU)
En représailles à des subventions versées à Airbus par les États européens, Washington a été autorisé par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à appliquer des taxes, notamment sur le vin français. La filière s'inquiète des conséquences de cette guerre commerciale.

Les vins français sont toujours "dans la gueule du loup" et menacés de nouvelles sanctions américaines dans le différend qui oppose Washington et Bruxelles sur Airbus et Boeing, malgré la trêve évoquée cette semaine sur la taxe numérique.

"Depuis le milieu de la semaine, nous avons senti un allègement de la pression concernant d'éventuelles rétorsions américaines à la volonté française d'instituer une taxe numérique, mais les exportations de vins français sont soumises depuis le 18 octobre à des taxes de 25% dans un conflit aéronautique Boeing/Airbus qui peut encore s'envenimer d'ici la mi-février", résume pour l'AFP un haut responsable de la filière viticole.

"Nous nous inquiétons du risque de durcissement du conflit aéronautique qui pénalise nos exportations mois après mois" ajoute Bernard Farges, président de la Confédération nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie à appellations d'origine contrôlées (CNAOC). "Les vins français sont dans la gueule du loup" ajoute-t-il.

Outre les vins français, Washington a été autorisé par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à appliquer ces taxes sur l'huile d'olive espagnole, les fromages italiens et les whiskies écossais, en représailles à des subventions versées à Airbus par les États européens.

Lire aussi : Après le "go" de l'OMC, Washington passe à l'acte et taxe les Airbus à 10%

En France, toute la filière viticole a demandé au gouvernement la mise en place rapide d'un "fonds de compensation français des entreprises impactées" pour défendre un secteur "attaqué dans un conflit qui n'est pas le sien".

"Gagner du temps"

L'inquiétude est d'autant plus forte qu'avec un chiffre d'affaires de plus d'un milliard d'euros en 2018, "les États-Unis sont le premier marché d'exportation en valeur des vins français", rappellent M. Farges et Louis Fabrice Latour, vice-président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS).

Signe que les taxes du 18 octobre font déjà des victimes, la valeur des exportations des vins de Bordeaux aux États-Unis a chuté de 46% en novembre sur un an.

Pour MM. Farge et Latour, la trêve entrevue sur le dossier numérique permet seulement de "gagner du temps" et "ne règle pas le dossier Airbus".

La France a fait savoir cette semaine qu'elle reportait le prélèvement cette année d'une taxe sur les géants du numérique pour éviter de nouvelles taxes américaines dans le domaine du luxe et des champagnes. Paris attend désormais la suspension formelle par l'administration Trump de la procédure ouverte en décembre contre la taxe française sur le numérique qui pourrait déboucher sur des sanctions.

Sur le dossier Airbus de surcroît, "il y a un système qui s'appelle carrousel au sein du ministère du Commerce américain qui permet, au bout de quatre mois après le déclenchement des premières taxes, de revoir en l'alourdissant leur montant ou leur objet, ce que les Américains peuvent faire à tout moment jusqu'au 15 ou 16 février, puisque l'OMC leur a accordé le principe de taxer jusqu'à 7,5 milliards de dollars de flux commerciaux et qu'ils n'ont pas rempli leur quota le 18 octobre", s'inquiète M. Farges.

"Ils n'ont utilisé que 1,4 milliard sur les 7,4 dont ils disposaient. Ils ont une capacité à monter la température qui n'est pas très rassurante", précise une source proche des négociations.

"Exception agricole et alimentaire"

À son tour, l'UE devrait être autorisée l'an prochain par l'OMC à imposer des sanctions douanières contre les États-Unis, accusés d'avoir subventionné Boeing. "Mais le monde du vin français ne pourra pas attendre si longtemps" estime un professionnel.

Lire aussi : Sanctions américaines : les Etats-Unis déconseillent l'UE de prendre des mesures de rétorsion

Pour régler le différend, le nouveau commissaire européen au Commerce, Phil Hogan -ancien commissaire à l'Agriculture - s'est rendu à la mi-janvier à Washington.

Dans la foulée, Donald Trump et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ont annoncé cette semaine à Davos leur volonté de conclure dans les prochaines semaines un accord commercial global, une déclaration surprise pour tenter de calmer le jeu des deux côtés de l'Atlantique.

Pour défendre le secteur agricole français et européen, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a indiqué cette semaine que la France souhaitait désormais obtenir une "exception alimentaire et agricole" dans le commerce mondial pour les futurs traités de libre-échange, afin d'épargner ces secteurs des guerres commerciales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2020 à 18:24 :
"a été autorisé par l'Organisation mondiale du commerce (OMC)"
j'avais lu qu'il existait le symétrique vs les subventions versées à Boeing, que c'était en cours à l'OMC (que Trump critique sauf quand ça l'arrange) mais que ça trainait, trainait, .... sans doute des recours pour faire durer, durer, ....
a écrit le 27/01/2020 à 17:17 :
Puisqu'en macronnie on a l'habitude de toujours voir le bon coté des choses, on devrait se dire que trump ce grand "humaniste" nous aide dans la campagne contre l'alcoolisme
personne ne peut être contre ca
(on me dit dans l'oreillette que les consommateurs français ou étrangers vont se tourner vers d'autres alcools ou vins issus d'autres pays, peu importe, on va pas finasser, les bonnes nouvelles, c'est des bonnes nouvelles),
a écrit le 27/01/2020 à 16:30 :
étant en bourgogne je puis vous informer sur la bonne santé du vin a voir les + 25% d augmentation des prix a la vente des hospices de Beaune en novembre 2019 ça roule sur l or depuis un moment par contre les bourguignons trinquent sur les prix ça part tout a l étranger et puis l Europe appliquera bientôt les taxes suite a l affaire boeing a l omc et ce sera le retour de bâton !
Réponse de le 28/01/2020 à 3:05 :
Bravo, les Bourgogne supplantent facilement la piquette vendue a l'export en provenance de Bordeaux.
a écrit le 27/01/2020 à 13:50 :
C'est marrant l'histoire de "l'arroseur arrosé". En effet on peut remarquer sur les dernières années une très forte augmentation du prix des vins toutes appellations.
Au lieu de les envoyer aux Etats Unis, faites profiter les consommateurs français en baissant les prix du vin car nous , nous serons toujours là. Arrêtez de vous plaindre c'est justement l'incident qui va vous permettre de revenir sur Terre. Et en plus pour l'empreinte carbone cela sera meilleur ….
Réponse de le 27/01/2020 à 14:50 :
Ben non justement, le marché français est de moins en moins porteur : en 1960 on consommait 100 L de vin par tête, en 2015 on est descendu à 42 L par tête (pour diverses raisons : évolution consommation / campagnes anti-alcool / sécurité routière / etc...)
Le marché français seul ne saurait absorber les exportations faites aux US, si celles-ci venaient à diminuer.
Et fabriquer du vin aujourd'hui, cela coûte cher : entre les normes, la stabilité du produit, les rendements en baisse (réchauffement / catastrophes naturelles), le consommateur qui veut consommer mieux...
On n'est plus en 1950 où chaque famille à la campagne détenait un bout de vigne et produisait une piquette imbuvable...
a écrit le 27/01/2020 à 13:29 :
Et encore des aides rapides pour cette filière déjà bien privilégiée, mais quand les autres filières agricoles sont impactées par les décisions politiques ou le mauvais temps, on n'en parle pas et on ne les aides pas plus que le minimum électorale.
a écrit le 27/01/2020 à 12:53 :
D'autant que cette filière n'y peut rien sur les américains nous punissent juste à cause de nos dirigeants européens incompétents et corrompus.

Il leur serait en plus bien plus simple d'exposer les dossiers qu'ils ont contre nos larbins des marchés financiers afin de punir l'europe, de ce fait s'ils s'attaquent à des innocents c'est bien qu'ils cherchent à montrer les défaillances dramatiques de notre UE sous nos yeux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :