Télétravail : "une marge de progression considérable"

 |  | 580 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : C. Koch - Licence Pixabay)
Selon le sociologue Bruno Marzloff, les petites entreprises, hormis les start-up, sont scotchées au lieu du travail parce qu'un certain nombre d'activités ne sont pas éligibles au télétravail et la notion de contrôle y est souvent plus prégnante. En revanche, il estime qu'associer systématiquement télétravail et travail à domicile est une erreur. Selon lui, le télétravail n'est pas une commodité mais une rupture sociétale.

"La marge de progression du télétravail est considérable", affirme le sociologue Bruno Marzloff, spécialiste des mobilités et auteur de "Sans bureau fixe" (FYP, 2013).

Comment expliquer le recul du télétravail après le déconfinement ?

Bruno Marzloff : La raison majeure me semble être la perception par la hiérarchie d'une perte de contrôle des travailleurs. C'est la résistance qu'oppose le système en général depuis l'avènement du télétravail. Avant le Covid, selon les enquêtes, on était entre 3 et 10% de télétravailleurs selon la fréquence de télétravail. On est passé à 30% pendant le confinement. Pourquoi tout d'un coup des activités sont-elles...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :