Allemagne  : la croissance ralentit moins que prévu

 |   |  353  mots
Selon des chiffres provisoires, les exportations allemandes ont augmenté au deuxième trimestre, par rapport au premier trimestre 2016, tandis que les importations ont légèrement reculé.
Selon des chiffres provisoires, les exportations allemandes ont augmenté au deuxième trimestre, par rapport au premier trimestre 2016, tandis que les importations ont légèrement reculé. (Crédits : REUTERS/Fabian Bimmer)
La croissance du PIB allemand a ralenti au deuxième trimestre 2016, certes, mais moins que prévu, grâce aux exportations.

L'Allemagne a vu sa croissance ralentir au deuxième trimestre mais moins que redouté, avec une progression de 0,4 % de son Produit intérieur brut (PIB) à laquelle a notamment contribué le commerce extérieur. Une baisse de régime de la première économie européenne était attendue au deuxième trimestre après un début d'année sur les chapeaux de roue, avec une croissance de 0,7 % enregistrée au premier trimestre. La première estimation du chiffre de la croissance, corrigé des variations saisonnières et publié par l'Office fédéral des statistiques Destatis, est néanmoins meilleure qu'escompté. Les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset tablaient ainsi sur une hausse du PIB de seulement 0,2 % par rapport au premier trimestre.

Bons chiffres du commerce extérieur

Alors que le commerce extérieur avait freiné la croissance allemande en début d'année, il a cette fois contribué à la hausse du PIB au deuxième trimestre, selon Destatis. "Selon des chiffres provisoires, les exportations ont augmenté par rapport au premier trimestre 2016 tandis que les importations ont légèrement reculé", indique l'office dans un communiqué. Les dépenses privées et publiques dans le pays ont également tiré l'économie allemande sur la période d'avril à juin. Une bonne nouvelle pour la zone euro, car cela prouve que, lorsque l'Allemagne se soucie de sa demande et de dépense plutôt que d'épargne et de sa seule compétitivité coût, la croissance est plus forte et bénéficie au reste de ses partenaires de l'Union monétaire.

Croissance attendue d'1,7 % en 2016

Par ailleurs, sur un an, l'Allemagne a connu une croissance de 3,1 % au deuxième trimestre, une "hausse plus vue depuis cinq ans", souligne Destatis. Le gouvernement allemand et la Bundesbank, la banque centrale allemande, attendent pour l'ensemble de l'année une croissance du PIB de 1,7 %. C'est un peu mieux qu'en France, où Bercy prévoit une croissance du PIB français d'1,5 % en 2016, alors que la Banque de France prédit pour sa part une hausse d'1,4 % du PIB cette année.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :