Berlin veut cesser de faire la leçon budgétaire aux européens

 |   |  518  mots
Des erreurs ont certainement été commises dans le passé, précise Olaf Scholz, une allusion claire à la position très rigoriste adoptée dans le passé par le conservateur Wolfgang Schäuble, gardien de l'orthodoxie budgétaire dans son pays et en Europe.
"Des erreurs ont certainement été commises dans le passé", précise Olaf Scholz, une allusion claire à la position très rigoriste adoptée dans le passé par le conservateur Wolfgang Schäuble, gardien de l'orthodoxie budgétaire dans son pays et en Europe. (Crédits : Reuters)
L'Allemagne doit cesser de donner des leçons budgétaires aux autres pays européens, assure le futur ministre des Finances dans une interview publiée samedi.

Berlin doit arrêter de donner des leçons budgétaires aux autres pays européens, assure le futur ministre des Finances dans une interview publiée samedi. Le social-démocrate Olaf Scholz (SPD), qui devrait être le prochain occupant au ministère des Finances dans le gouvernement d'Angela Merkel, estime que l'Allemagne "ne doit pas dicter aux autres Etats européens comment ils devraient se développer", dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Der Spiegel.

"Des erreurs ont certainement été commises dans le passé", ajoute-t-il, une allusion claire à la position très rigoriste adoptée dans le passé par le conservateur Wolfgang Schäuble, gardien de l'orthodoxie budgétaire dans son pays et en Europe. Wolfgang Schäuble n'hésitait pas à réprimander les pays du sud de l'Europe pour leurs écarts sur les déficits publics. Il est aussi resté pour de nombreux pays européens comme celui qui tenta d'exclure la Grèce de la zone euro au pire de la crise de la dette.

Le ministère des Finances était depuis huit ans la chasse gardée du parti chrétien-démocrate (CDU) d'Angela Merkel, qui a dû abandonner ce portefeuille-clé aux sociaux-démocrates pour arracher un accord de coalition cette semaine avec le SPD et rester au pouvoir. Cet accord, où la signature social-démocrate est nettement palpable, apporte un soutien prudent aux idées de réformes pro-européennes lancées par le président français Emmanuel Macron.

Attachement à l'équilibre budgétaire

Des moyens budgétaires spécifiques pourraient être mis en œuvre comme "point de départ d'un futur budget d'investissement dans la zone euro", indique ce document. M. Scholz assure aussi que l'Allemagne participera "de manière significative" pour combler les milliards d'euros qui vont manquer au budget européen des suites du Brexit. La décision de confier le portefeuille des finances au SPD a fait fortement grincer les dents au sein du parti de la chancelière allemande, où l'on craint de voir un ministre des Finances aux mains du SPD lâcher la bride sur le contrôle de la dette.

M. Scholz assure toutefois que son parti va rester attaché à l'équilibre budgétaire de l'Etat fédéral. "Les sociaux-démocrates veulent des finances solides", a déclaré celui qui est à ce jour le maire de Hambourg. L'accord de coalition prévoit une manne de 46 milliards d'euros pour des investissements dans l'économie et le social, mais l'Allemagne pourrait être encouragée à dépenser plus compte tenu de sa santé économique et sous la pression de ses partenaires européens.

Le budget global de l'Etat fédéral va représenter quelque 1.400 milliards d'euros de dépenses au cours des quatre prochaines années, rappelle M. Scholz. La marge de manœuvre pour dépenser plus "va dépendre d'une croissance supplémentaire et des recettes fiscales qui en découlent", a-t-il dit. L'accord de coalition stipule également que les partis partenaires au gouvernement s'entendent sur "l'objectif d'un budget équilibré sans nouvelle dette et en conformité avec les exigences de la Constitution".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2018 à 14:04 :
Allemagne et donner des leçons aux autres pays sont synonymes.
Pour qu'elle cesse de le faire il faudrait que les Allemands ne soient plus des Allemands.
Ils ont cela dans le sang. (angeboren)
Autant attendre la semaine des quatre jeudis.
a écrit le 12/02/2018 à 18:45 :
C'est trop beau pour être vrai.
C’est un cadeau de la part des sociaux-démocrates, peut être ont-ils l’intention de dépenser de l’argent : dans la transition énergétique, le social, relancer leur industrie et promouvoir l’export,.. ? il semblerait qu’ils soient à jour.
J’ai trouvé, ils ont un (grave !) problème d’infrastructures : https://beyondthemaps.wordpress.com/2016/08/20/ronds-points-en-europe/. A se demander comment ils ont pu devenir aussi performants avec de telles lacunes.

Plus sérieusement, si les taux d’intérêt augmentent, les financiers Allemands ou Européens n’auront pas besoin de nous rappeler à l’ordre.
Les mesures de notre gouvernement sont actuellement critiquées, surtout par la droite, sous prétexte qu'elles avantagent les plus riches, ou qu'elles sont trop restrictives sur les dépenses... on aura tout entendu : une façon de défendre la veuve, l’orphelin et la dépense publique. Cela en devient ubuesque, une sorte de pléonasme politique.

Du coup je ne comprends pas trop pourquoi le gouvernement s’entête à vouloir équilibrer les comptes et réduire les déficits. Mieux vaut faire "open bar" comme ses prédécesseurs depuis quelques décennies. Sinon il risque de se mettre la France à dos pour rien.

Je m’interrogeais sur les motivations : volonté de bien faire, ou manque d’expérience politique ?
Si c’est la deuxième raison, c’est très facile à corriger, il suffit d’aller voir la définition du mot démagogie. Tout y est.
Si c’est la volonté de bien faire, on ne peut que souhaiter bon courage au gouvernement.
Réponse de le 12/02/2018 à 22:07 :
Vous ne comprenez pas, sérieusement ...? Mais il fait le job que lui assigne la feuille de route de Bruxelles ou GOPE, d' ailleurs a t-il le choix à votre avis, qui commande à Macron ...?
https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
a écrit le 12/02/2018 à 12:34 :
Pourquoi les pays qui vivent au dessus de leur moyen, comme la France depuis des décennies, devrait dépenser moins tant que les autres paient et garantissent pour eux.
Heureusement les allemands appellent les autres pays à l'ordre, ce n'est que le bon sens qui manque malheureusement à certains.
a écrit le 11/02/2018 à 11:12 :
Paroles, paroles...
a écrit le 11/02/2018 à 10:52 :
Je crois que rien ne changera.... car la stabilité budgétaire est le maître mot chez nos amis Allemands (sauf en cas de crise financière majeure).
Il faudrait citer un document officiel (j'écris bien officiel) sur lequel il est écrit que monsieur W. Schäuble a tenté d'exclure la Grèce de la ZE lors de la dernière crise de 2015.
Cordialement
Réponse de le 11/02/2018 à 13:37 :
La Grèce est parvenue cette semaine à emprunter sur les marchés. Autrement dit preuve est maintenant faite que Schaüble a sauvé la Grèce.
Réponse de le 11/02/2018 à 19:24 :
Schauble ou les réflexes d'une europe décadente figée dans le passé.

"Charles Wyplosz: «Wolfgang Schaüble est un criminel»" https://www.letemps.ch/economie/charles-wyplosz-wolfgang-schauble-un-criminel

Début:"Charles Wyplosz, professeur d’économie à l’IHEID de Genève, constate que la reprise économique en Europe est réelle, mais reste fragile. Il accuse la politique d’austérité imposée par le ministre allemand des Finances d’avoir créé plusieurs millions de chômeurs européens"
a écrit le 11/02/2018 à 10:40 :
que les financiers allemands continuent à se faire des marges bénéficiaires indécentes sur la dette grecque....
Réponse de le 11/02/2018 à 19:48 :
pourriez nous décrire leurs méthodes. merci de nous faire partager votre savoir.
Réponse de le 11/02/2018 à 22:12 :
des marges sur la dette greque ? vous etes sur ?? il y a eut un hair cut sur leur dette ce qui fait que les creanciers retrouveront JAMAIS leurs mises initiale. Et sur les credits offerts apres la crise, ils ne rembourseront jamais, c est le contribuable des autres pays qui va passer a la caisse (pour l instant on se contente de repousser les echeances histoire de ne pas indisposer les electeurs). Les gros beneficiaires de la dette grecs sont les grecs qui ont empruntes et dilapide l argent (ah les JO d athene)
a écrit le 11/02/2018 à 9:19 :
A différence de l'Allemagne la France produit peu ou pas, de plus la production made in France n'est pas en phase avec les salaires y compris pour les produits agricoles ce qui revient à dire que toute relance par la fiche de paie se verra sur un déficit commercial lui en augmentation. Cela date depuis des décennies et nos gouvernants formés dans le même moule, déconnectés de la réalité économique des citoyens parle en masse monétaire bien loin du porte monnaie de la majorité des consommateurs. Le gouvernement actuel n' y échappe pas au contraire en dehors mais bien connus des discours pompeux. Autre conséquence très visible le chômage de masse que malheureusement nous ne pourrons plus réduire d'une manière significative. Le RSA est un marqueur important de cette impossibilité à réduire ce fléau mais aussi notre retard en matière de formation la réformette apprentissage pas financée encore une, présentée est bien loin des besoins mais aussi l'éducation avec des écoles sous équipées en moyen de demain, nous sommes encore aux équipements d'hier stylos et crayons pour la majeure partie des primaires et collèges. La France grace à la bienveillance de Bruxelles mais aussi une France spécialiste dans les jeux d'écritures ne sera jamais dans les règles budgétaires européennes et surtout pour son redressement économique . Conclusion merci à ce nouveau ministre qui va permettre aux politiques français de continuer sur notre trajectoire de déficit qui imposera aux gouvernements de s'attaquer, comme l'avait écrit France Stratégie recadrée pour une question politique par le premier ministre, à l'imposition du patrimoine immobilier des citoyens d'une manière simple l'état décidera de la part qui lui revient, continuer par taxes et autres créativité politiques taxes et impositions sur l'assurance vie puis d'ici quelques années sur les livrets.....
Réponse de le 11/02/2018 à 13:41 :
Vous avez parfaitement raison, d'autant plus que les Allemands sont en mesure dès aujourd'hui et sans difficulté aucune de faire face à une crise financière mondiale... ce n'est pas du tout le cas de la France qui se relève péniblement d'une longue et épuisante convalescence.

Oui, la situation économique de la France est en effet assez préoccupante :

1) Le taux de chômage structurel se situe maintenant autour de 9%;
2) L'État ne réduit pas ses dépenses et s'engage dans des projets qui ne sont pas du tout financés;
3) La hausse des taux d'intérêts va faire que la dette française ne peut que s’alourdir à court ou moyen terme, donc, la charge de la dette;
4) La désindustrialisation de la France ne peut elle-aussi que continuer inexorablement... le produit Français est aussi trop cher pour sa qualité;
5) Et la France continue à emprunter pour payer le panier d'épicerie.

Sans des revenus supplémentaires très substantiels (retour important de chômeurs sur le marché du travail, vente des participations de l'État dans des entreprises, privatisions de toutes sortes, etc.), l'État n'a d'autres choix que de réduire de façon drastique ses dépenses ou bien d'augmenter les taxes et les impôts... et je pense que limite des Français a été dépassée depuis longtemps.
Réponse de le 11/02/2018 à 18:31 :
Vous avez raison de signaler que les conservateurs ont gagné en réduisant la France à une épave (ou presque). Cependant j'observe que le déficit des uns profite aux autres malgré une monnaie commune surévaluée selon certains. Alors qu'il y a quelques années, ce pays faisait, à sa façon, pas mal de réussites dont Concorde avec un pays ayant désormais préféré quitter l'Europe. Aujourd'hui il donne dans le commercial pour le GOPE et autres autorités supranationales. Rappelons juste qu'en 1965 nous n'avions plus de dette et que celle-ci fut réactivée par une loi dite "Pompidou Rothschild" tout un programme. Désormais la question est simple : on fait l'Europe ou on la quitte?
Réponse de le 12/02/2018 à 22:14 :
@Wempochi La France ne sera jamais compétitive dans l' Ue, on vous le dit et le redit tous les jours en stakhanovistes appliqués quand vous tentez de nous vendre votre Europe amendable, celle qui ira mieux demain, comme depuis 40 ans à l' heure ou les anglais qui ont tout compris brexitent.

Pas d' issue donc sans le FREXIT et voilà à nouveau pourquoi dans la bouche de v. BROUSSEAU passé par la BCE!

https://www.upr.fr/actualite/france/frexit-urgent-vincent-brousseau
Réponse de le 12/02/2018 à 22:16 :
@Roger 26 Quelle question Roger, quelle question mais au seul usage des hérétiques, on la quitte bien sûr !!
a écrit le 11/02/2018 à 9:08 :
le pb n'est pas de donner des lecons de morale........ c'est les francais qui en donnent en expliquant pourquoi a titre personnel ils n'appliquent pas leurs bons conseils......
le pb c'est que quand on a une regle du jeu commune chacun doit la respecter au lieu d'annoncer qu'il a un passe droit........
pour le reste l'allemagne n'a pas de pbs de depense publique, mais d'impots et de consommation, alors au lieu de faire n'importe quoi, il faudra bien reflechir.......
cela dit les francais croient que parce qu'il est spd il va faire du m'enfoutisme a la hollance....... un allemand reste un allemand, quelque soit sa couleur politique ( sauf Die Linke, mais bon, c'est un peu a part)
a écrit le 10/02/2018 à 21:51 :
Du fait de la bonne santé de son outil de prduction, la dépense publique supplémentaire allemande profitera d'abord... à l'Allemagne, contrairement à la France où toute dépense supplémentaire profite d'abord... à la Chine, à l'Allemagne,...
Réponse de le 11/02/2018 à 3:51 :
commentaire très interessant : la dépense publique profite en premier lieu aux ponctionnaires et ensuite le PIB est une gigantesque escroquerie puisqu'il met une dépense dans un produit : du fait de l'effondrement de l'économie française et de la quasi disparition de l'appareil productif français, nous achetons tout à l'étranger : un jour , peut-être pas si lointain, nous le paierons cher et plus cher que la Grèce !!! mais ce sont nos "chers" ponctionnaires qui en seront totalement et personnellement responsables !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :