Brexit : faute d'accord le PIB britannique chuterait de 9,3% en 15 ans

 |   |  243  mots
La Première ministre britannique Theresa May.
La Première ministre britannique Theresa May. (Crédits : Piroschka Van De Wouw)
Le Brexit aura un coût pour l'économie britannique, quel que soit le scénario de sortie de l'Union européenne, a averti, ce mercredi, le gouvernement britannique dans un rapport qui souligne que l'accord négocié par Theresa May limitera, lui, les dégâts.

Le divorce entre Londres et Bruxelles ne se fera pas sans frais. Alors que le vote des députés britanniques le 11 décembre sur l'accord scellé par la Première ministre Theresa May dimanche avec les 27 autres pays de l'Union européenne (UE) s'annonce loin d'être gagné pour Mme May, un rapport remis au gouvernement britannique indique qu'une sortie sans accord amputerait le Produit intérieur brut du Royaume-Uni de 9,3% en 15 ans.

L'accord trouvé par Theresa May, décrié y compris par le Parti conservateur de la Première ministre Theresa May, coûtera lui 3,9% au PIB du pays, dans l'hypothèse où le Royaume-Uni conclurait tous les accords de libre-échange qu'il espère,selon le document de 83 pages.

Minimiser le coût du Brexit

Le document souligne toutefois que tous ces chiffres doivent être pris avec des pincettes "en raison des incertitudes inhérentes à ce type d'analyse économique". "D'un point de vue purement économique, quitter l'UE aura un coût (...). Ce que la Première ministre essaie de faire, c'est minimiser ce coût", a affirmé en début de matinée le ministre des Finances Philip Hammond sur la BBC Radio 4.

Le gouvernement ne donne pas de chiffres concrets mais selon des économistes cités par l'agence PA, un PIB moins élevé de 3,9% représente environ 100 milliards de livres d'ici 2030, soit un chiffre bien plus élevé que l'actuel contribution du gouvernement britannique au budget de l'UE.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2018 à 10:32 :
Qu'il est drôle de voir l'inquiétude de l'UE de Bruxelles sur le sort futur de la GB au lieu de s'occuper de ceux qui sont encore dans le club.
a écrit le 29/11/2018 à 10:21 :
On a encore ressorti la boule de cristal, celle que l'on a utilisé lors de la mise en place du dogme européiste pour "la croissance" et "le bonheur des peuples" et l'on voit le résultat!! Personne se plaint!!?
a écrit le 29/11/2018 à 10:09 :
Ils ont vraiment pas de chance, déjà qu'au lendemain du referendum ils ont eu une terrible recession où l'on a même vu reparaitre des cas d'anthropophagie tellement c'etait terrible tout comme l'avaient déjà prévu nos estimables economistes distingués
Réponse de le 29/11/2018 à 10:27 :
Et heureusement que les anti-brexit ont empêché que les enfants se fassent eux-aussi manger !

De véritables héros...
a écrit le 29/11/2018 à 9:55 :
La fin du monde pour le RU !

Ça fait trois ans qu'on nous la promet pour demain... Grotesque.

« Brexit », les raisons de la colère" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/08/MASON/56082 (article gratuit)
a écrit le 28/11/2018 à 21:44 :
Avez vous remarqué le nombre d'ânes-à-listes qui de ce côté si du channel, nous prévoient de longue date le paradis pour la grande Bretagne brexitée à tel point qu'ils préconisent le frexit.
a écrit le 28/11/2018 à 18:19 :
Ceux qui s'étaient moqués du project fear en disant qu'il ne s'était finalement pas réalisé, que l'UE allait paniquer face à une contagion généralisée se rendent compte maintenant que le Brexit est devant eux et pas derrière: bref ça panique, mais à Londres.
a écrit le 28/11/2018 à 16:47 :
Géopolitique ! Que va-t-il se passer avec la main d’œuvre à bas coût qui a traversé la manche pour le "paradis Anglais". Pensez-vous que les Anglais vont les retenir de leur coté ou les "encourager" à repasser la manche pour aller au "paradis des allocs" ?
a écrit le 28/11/2018 à 16:29 :
De toute façon, les idéologues aiment détruire, alors un peu plus, un peu moins...
a écrit le 28/11/2018 à 15:37 :
Je suis subjugé par les prévisions des économistes à 12 ans! Vous y croyez vous? Ils n'arrivent même pas à faire un modèle qui marche sur des prévisions à 2 ans voire même un an, alors imaginez : 12 ans!
C'est juste Mme MAY qui veut faire passer son accord auprès des anglais et utilise la politique de la peur. Cela va couter cher aux anglais!
Mais pour le moment, l'économie du Royaume Unis se porte plutôt bien et évolue depuis le vote du Brexit de meilleure manière que celui de la France! Tout ceux qui avaient annoncé un coût terrible immédiat après le vote du Brexit en ont été pour leur frais.
Alors annoncer une catastrophe à un terme de 12 ans! C'est ridicule, votre qualité informationnelle est pitoyable pour ne pas dire plus!
Réponse de le 28/11/2018 à 16:04 :
La seule justification de l' UE en plus de racketter les pays du club, c' est d'animer le Project Fear et à trop en faire, il n' y aura plus grand monde de dupes ..
Joseph Stiglitz prix Nobel d' économie : "L' UE inspire la peur pour rester unie"
https://www.youtube.com/watch?v=UV_DxnB7GH4&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2H4fUvNMBughVLTgL_XK54K837jTmh0zASWsdf1wDu7ZZ-H6r_pixEhzA
Réponse de le 28/11/2018 à 16:29 :
Le Royaume-uni a son brexit, la France a sa transition écologique... chacun son boulet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :