Brexit : le gouvernement miné par les divisions

 |   |  408  mots
Les négociations entre Londres et l'Union européenne risquent de prendre du retard.
Les négociations entre Londres et l'Union européenne risquent de prendre du retard. (Crédits : Clodagh Kilcoyne)
La division continue de régner au sein du gouvernement britannique au sujet du Brexit, le ministre du Commerce international balayant dimanche la nécessité d'une période de transition post-Brexit défendue par le ministre des Finances.

Dans une interview au Sunday Times, le ministre du Commerce Liam Fox a déclaré qu'il n'a "pas participé à de telles discussions si, déjà, elles ont eu lieu", au sujet d'une éventuelle période de transition de trois ans après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, prévue en mars 2019.

> Lire aussi : Brexit : le ministre anglais des Finances défend une transition de trois ans

Un consensus d'apparence

Le ministre des Finances Philip Hammond avait, de son côté, insisté vendredi sur le fait qu'il y avait un "large consensus" au sein du gouvernement conservateur afin d'atténuer les effets du Brexit et éviter aux Britanniques "une rupture brutale du jour au lendemain".

M. Hammond a ajouté qu'en conséquence, les éventuelles restrictions à l'immigration, principal cheval de bataille des Brexiters, ne seront pas mises en place immédiatement et que le principe de libre circulation des personnes sera maintenu pendant trois ans après la concrétisation du Brexit.

Liam Fox a répliqué dimanche, affirmant que cette perspective allait à l'encontre du résultat du référendum du 23 juin 2016 lors duquel près de 52% des Britanniques ont opté pour le divorce avec l'UE. "Nous avions été clair, retrouver le contrôle de nos frontières était l'une de nos priorités", a-t-il insisté.

Une transition qualifiée de "dangereuse"

Le ministre du Commerce international a reçu l'appui de l'ancien secrétaire d'Etat au Brexit, David Jones, qui a qualifié une éventuelle période de transition de "terriblement dangereuse". Il a accusé M. Hammond de "manœuvrer" au moment où la Première ministre Theresa May est en vacances en Italie.

Gerard Lyons, l'ancien conseiller économique du ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, a également attaqué "l'alarmisme" de Philip Hammond sur les risques d'un Brexit sans transition. "Cela me rappelle le passage de l'an 2000 lorsque les ordinateurs devaient s'arrêter", a-t-il écrit dimanche dans le Daily Telegraph.

Les négociations avec l'UE sur le Brexit ont été entamées en juin sur trois questions clés : les droits futurs des citoyens européens installés au Royaume-Uni, le règlement financier du divorce, et la question de la frontière irlandaise.

Mais selon des sources diplomatiques européennes, elles pourraient bien prendre du retard faute de "clarté" du côté britannique, empêchant probablement le démarrage des discussions sur les futures relations commerciales, prévu initialement en octobre.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2017 à 21:53 :
Qu'importe la "propagande" comme vous le dites, ou la faiblesse présumée de T.May.
Ce qui importe c'est le Brexit et que l'EU soit ENFIN débarrassée de UK.
Depuis leur adhésion (???) UK n'a pas cessé de bloquer tous progrès pour une meilleure intégration au sein de l'EU.
Mais ils n'ont réussi qu'à bloquer le processus
Les Britanniques nous reprochent les mensonges de leurs dirigeants d'alors pour accepter d'entrer dans l'Union, comme ils ont avalé les mensonges de leurs dirigeants d'aujourd'hui pour voter en faveur du Brexit.
Merci à Farrage, Johnson et cie et vive le Brexit.
a écrit le 31/07/2017 à 11:05 :
Les marcheurs en marche... maintenant paumés dans le bois des conseillers de l'administration ! Le vote blanc... la proportionnelle.... le doit à l'erreur.... Ferrand... Pennicaud... Et ça continue.... !!! Décidément, l'Assemblée de Danton au Macron le Robespierre reste sourd aux attentes du Peuple .... Va-t-il falloir descendre vers le Parlement pour virer tous ces politiques juste bon à causer entre eux sous le contrôle des énarques ? Ca grogne dans les chaumières de France .... Grrrr....
Réponse de le 31/07/2017 à 14:02 :
Tiens ,je pensais que je lisais un papier sur le Brexit et les divisions visibles au sein du governement Britanique., me trompe je?
a écrit le 31/07/2017 à 11:05 :
Les marcheurs en marche... maintenant paumés dans le bois des conseillers de l'administration ! Le vote blanc... la proportionnelle.... le doit à l'erreur.... Ferrand... Pennicaud... Et ça continue.... !!! Décidément, l'Assemblée de Danton au Macron le Robespierre reste sourd aux attentes du Peuple .... Va-t-il falloir descendre vers le Parlement pour virer tous ces politiques juste bon à causer entre eux sous le contrôle des énarques ? Ca grogne dans les chaumières de France .... Grrrr....
Réponse de le 01/08/2017 à 21:29 :
Métarienvu
a écrit le 30/07/2017 à 18:22 :
L'équation est simple:on a bafoué la démocratie représentative.Plutot que de faire un référendum populaire tronqué,on aurait du faire voter la chambre des députés,plus représentative.Il est encore temps d'arreter la folie du brexit
Réponse de le 31/07/2017 à 9:59 :
Le peuple a décidé même si ceci ne vous convient pas . On voit bien qu'aujourd'hui une sorte intelligentsia cherche a détourné le référendum et à faire en sorte que le BREXIT ne se fasse plus ! La démocratie a fonctionné , le peuple s 'est exprimé , si en Angleterre , le peuple est volé de son choix alors d'autres pays emboîteront pas le pas .Tant que l' Europe , ne sera pas des nations , laissant chacun libre de ses choix culturels et de politique interne , alors des gens voudront en sortir .
a écrit le 30/07/2017 à 14:37 :
La France étant une poubelle à ciel ouvert car si dans certains pays les fleurs tapissent les bords de route nous al déco est plus poubelles à ciel ouvert comme rien ne change au contraire ou peut dire que les élus locaux s'en accommode volontiers. Notre super mario de l'environnement le ministre écolo lui est complétement déconnecté de ce type de sujet une France propre n'est pas dans son logiciel environnemental. Bravo amis chinois vous ne voulez plus nos poubelles pour la France pas de problème car nous sommes déjà une poubelle à ciel ouvert.
Réponse de le 30/07/2017 à 20:51 :
L'article parle du Brexit, la Chine "poubelle" c'en est un autre...
a écrit le 30/07/2017 à 14:10 :
Pour rappel, l'article 50 permet de prolonger les négociations. En outre, il n'interdit nullement d'abandonner la procédure devant mener au départ du Royaume-Uni de l'UE. Les intéressés peuvent en apprendre davantage en lisant ce petit article bien fait: www.europa-blog.eu/brexit-article-50
Réponse de le 30/07/2017 à 18:01 :
l'art 50 permet de prolonger les négociations : certes ... mais pas par une décision unilatérale ! or, c'est unilatéralement, du côté britannique, que le retard s'accumule ! pas sur que l'UE ai intérêt ni même envie d'accepter une prolongation ! ou alors, les britanniques devront lacher des concessions supplémentaires...
a écrit le 30/07/2017 à 13:40 :
Le travail de propagande de l'AFP continue dans les journaux subventionnés par l' Union. Régulièrement, pour ne pas dire chaque semaine, nous avons le droit un article sur la faiblesse présumée du gouvernement de Theresa May sur la question du Brexit et son corollaire, la puissance de la commission européenne. Lorsqu'on discute avec les Britanniques, il semble que cela est totalement exagéré et que la perte de siège au parlement est à relativiser. Son pari a été certes perdu, mais ils sont partis reste le premier au Royaume-Uni.
Réponse de le 30/07/2017 à 16:22 :
You are absolutely right. One reads a whole lot of propaganda in French papers...
Réponse de le 31/07/2017 à 11:11 :
May a perdu sa majorité absolue au parlement, alors qu'elle voulait la renforcer. Où que ce soit, on appelerait ça un échec cuisant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :