Brexit : les députés britanniques déboussolés par le dernier projet de loi de Boris Johnson

 |  | 852 mots
Lecture 5 min.
Pour Boris Johnson, la séance s'annonce agitée lundi après-midi à la Chambre des Communes, où le texte doit être débattu puis voté en deuxième lecture, malgré la large majorité dont dispose le gouvernement de Boris Johnson.
Pour Boris Johnson, la séance s'annonce agitée lundi après-midi à la Chambre des Communes, où le texte doit être débattu puis voté en deuxième lecture, malgré la large majorité dont dispose le gouvernement de Boris Johnson. (Crédits : HANDOUT)
Revenir sur ce qui a déjà été signé "est un acte potentiellement nuisible pour notre pays", a ainsi estimé samedi l'élu conservateur Robert Neill. La présentation la semaine dernière de ce projet controversé a déclenché un tollé dans les rangs mêmes de la majorité conservatrice, une crise digne des épisodes les plus dramatiques de la saga du Brexit. De l'aveu même du gouvernement britannique, son projet de loi "sur le marché intérieur" viole le droit international.

Les députés britanniques se penchent lundi sur le projet de Boris Johnson de revenir sur l'accord encadrant le Brexit, qui a déclenché un tollé au sein même de la majorité conservatrice et la colère des Européens en pleines négociations commerciales.

La présentation de la loi "sur le marché intérieur" la semaine dernière a déclenché une crise digne des épisodes les plus dramatiques de la saga du Brexit, lancée il y a plus de quatre ans par la victoire du "leave" au référendum et que certains pensaient terminée avec la sortie historique du Royaume-Uni du bloc européen en janvier dernier.

Lire aussi : Royaume-Uni: un Brexit en panne mais un PIB britannique qui poursuit son rebond (+6,6% en juillet)

Les anciens Premiers ministres Major et  May très critiques

Ce projet donne à Londres le pouvoir de prendre unilatéralement des décisions commerciales dans sa province d'Irlande du Nord, pouvoirs censés être partagés avec les Européens selon l'accord de Brexit conclu l'année dernière.

De l'aveu même du gouvernement britannique, son projet viole le droit international. Il a sans surprise mis de l'huile sur le feu de négociations déjà poussives censées arriver à un accord de libre-échange et éviter une rupture brutale au 1er janvier prochain, date qui marque la fin de la période de transiton amortissant le divorce.

Il a aussi été très critiqué dans la classe politique britannique, notamment par quatre anciens Premiers ministres, dont les conservateurs John Major et Theresa May.

Lire aussi : Pandémie puis Brexit sans accord ? Le Royaume-Uni risque un double choc

La séance s'annonce agitée lundi après-midi à la Chambre des Communes, où le texte doit être débattu puis voté en deuxième lecture, malgré la large majorité dont dispose le gouvernement de Boris Johnson.

Un précédent dommageable pour la crédibilité du Royaume-Uni

Revenir sur ce qui a déjà été signé "est un acte potentiellement nuisible pour notre pays", a ainsi estimé samedi l'élu conservateur Robert Neill, qui a déposé un amendement limitant les pouvoirs du gouvernement concernant toute atteinte à l'accord de Brexit.

"Cela porterait atteinte à notre réputation et rendra plus difficile la conclusion de futurs accords commerciaux".

"Blocus alimentaire", la dernière outrance de Boris Johnson?

Dans une tribune publiée samedi, Boris Johnson a tenté de convaincre ses députés de la nécessité d'adopter ce projet de loi.

Selon lui, il vise à empêcher l'UE de mettre à exécution sa "menace" -réfutée par les Européens- d'instaurer un "blocus" alimentaire entre la province d'Irlande du Nord et la Grande-Bretagne, en vertu du régime spécial prévu par le traité du Brexit, si le Royaume-Uni ne se montre pas plus conciliant dans leurs négociations commerciales.

Ces dispositions douanières complexes de l'accord de Brexit visaient notamment à éviter le retour d'une frontière entre la République d'Irlande, membre de l'UE, et la province britannique, conformément à l'accord de paix de 1998 qui a mis fin à trois décennies de violences.

Cependant, si l'UE refuse de mettre le Royaume-Uni sur la liste des pays autorisés à exporter des produits alimentaires sur son territoire, "ce sera automatiquement illégal pour l'Irlande du Nord d'importer de la nourriture depuis" le reste du pays, a averti dimanche le négociateur britannique David Frost. Il a accusé les Européens d'avoir "explicitement" averti que cette inclusion ne serait pas "automatique", d'où la nécessité de la loi pour permettre de poursuivre les échanges.

Lire aussi : Brexit: l'UE en colère contre Johnson qui l'accuse de préparer un "blocus alimentaire"

La Chambre des Lords déjà très hostile

S'il est adopté à la Chambre des Communes, le projet controversé devra ensuite franchir l'obstacle de la Chambre des Lords, chambre haute du Parlement, où les critiques ont fusé face à une violation assumée du droit international risquant d'affaiblir la voix de Londres sur la scène internationale.

Le chef de l'opposition, le travailliste Keir Starmer, s'est lui aussi prononcé contre le texte, qu'il juge "mauvais" et "contreproductif", mais s'est dit ouvert à une négociation.

Malgré la crise déclenchée par ce projet, les discussions se poursuivent entre négociateurs britanniques et européens pour tenter d'arriver à un accord de libre-échange.

Éviter un "no deal" économiquement catastrophique

Elles doivent reprendre cette semaine à Bruxelles mais une huitième session la semaine dernière n'a promis aucune percée majeure sur les principaux blocages, à savoir le respect par Londres de règles évitant de créer une concurrence inéquitable aux portes de l'UE et les conditions de l'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques.

Les deux parties ont affirmé qu'un accord devait être conclu en octobre pour éviter un "no deal". Pour mémoire, un "no deal" consiste à revenir à l'instauration de droits de douanes entre le Royaume-Uni et le bloc européen et risquerait d'aggraver la crise économique historique provoquée par la pandémie de nouveau coronavirus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2020 à 15:20 :
Tellement déboussolés qu'ils ont voté pour...

Vous perdez la raison.
a écrit le 15/09/2020 à 12:18 :
Chaque ménage français va donc percevoir en moyenne 1 300 € de « l'Europe moyennant le versement de plus de 2 500 € d’impôt.
Payer 80 milliards pour en recevoir 39, merci, les anglais auront au moins échappés à ça !
a écrit le 15/09/2020 à 11:18 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:18 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:18 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:18 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:17 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:16 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:15 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:15 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:15 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:14 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:13 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:13 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:13 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:13 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:12 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:12 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:12 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:12 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 15/09/2020 à 11:11 :
Donc vous ne voyez pas aux élections? Je ne savais pas que les européens vivaient dans une dictature....mon dieu, heureusement que vous êtes là....lol
a écrit le 14/09/2020 à 21:16 :
Outre la sortie du mécanisme de la CJUE consécutive au Brexit, Boris Johnson envisage d’abroger certaines dispositions du Human Rights Act (loi sur les droits de l’homme incorporant des éléments de la Convention Européenne des Droits de l’Homme), et ce afin de faciliter l’expulsion des immigrés illégaux. Une leçon donnée aux mondialistes qui ont décidément du mal à se remettre du Brexit, après nous avoir envoyé leurs quotas d' immigration décidés par l' UE.
a écrit le 14/09/2020 à 20:33 :
Boris Johnson a tout fait pour empêcher Theresa May d'obtenir un accord. Maintenant il fait tout pour couler son accord à lui. Il devrait lui aussi écrire un livre sur l'art de la négociation comme son homologue américain.
a écrit le 14/09/2020 à 18:20 :
errata
' les britanniques ne comprennent pas ce que fait minitrump'
pas seulement les deputes
d'ailleurs les gens ne sont pas idiots ils se disent qu'effectivement ils vont prendre ca dans les gencives
a écrit le 14/09/2020 à 17:46 :
Un ultime levier de pression pour tenter d'avoir le beurre et l'argent du beurre ?
Les règles de l'OMC c'est fait pour le cas général, vouloir garder des contacts privilégiés, c'est sentimental ? Trump va leur vendre du porc à mi-prix du GB en échange d'autres choses, un accord doit être favorable, apporter un plus ($$) sinon c'est un looser, l'accord.
Ça semble très défavorable à l'industrie automobile le no-deal mais ils s'en remettront c'est has been la voiture, surtout le volant à gauche. :-) L'interdépendance entre pays c'est un peu la base de l'UE anti-guerre, chacun dépend des autres, mais(et) ça crée des toiles d'araignées inextricables.
a écrit le 14/09/2020 à 17:09 :
"Malgré la crise déclenchée par ce projet, les discussions se poursuivent entre négociateurs britanniques et européens pour tenter d'arriver à un accord de libre-échange."

Mais à quoi bon continuer à perdre du temps à discuter, si cela peut être dénoncé ensuite ?

Je pense que l'on a perdu assez de temps (et d'argent).

Chers représentants de l'U.E. vous avez une occasion en or, de faire cesser ce vaudeville, en faisant porter l'échec de tout cela sur la perfide Albion.
Saisissez-là !!
a écrit le 14/09/2020 à 16:44 :
En parlant de britannique :

Il n'est pas prêt d'oublier cette soirée. Un jeune britannique vient d'être condamné à 10.000 livres (environ 10.800 euros) d'amende pour avoir organisé une soirée avec 50 convives alors que les rassemblements de plus de 30 personnes sont interdits, raconte Sky News. La police du Nottinghamshire a confirmé avoir infligé une lourde amende à un jeune homme "imprudent" de 19 ans qui avait organisé une fête à son domicile de Lenton vendredi 11 septembre.
a écrit le 14/09/2020 à 16:18 :
L'Europe est malade de l'intérieur, Boris Johnson fait bien de s'en protéger.
a écrit le 14/09/2020 à 15:58 :
Le noeud du problème vient de la relation privilégiée entre l'Irlande et le royaume Uni. Tant que les deux états faisaient partie de l EU, Cette relation qui fait des irlandais et des britanniques des citoyens bénéficiant des mêmes droits chez l'autre, bien plus que les européens, ne posait pas un problème insurmontable...les irlandais continuant à dépendre du bon vouloir des anglais au sein de la CTA , permettant à l'île tout entière de ne pas avoir de frontières en dur mais obligeant la République à rester en dehors de Schengen...pourquoi réunifier l'île alors que les deux parties y trouvent leur compte. La GB sortie , soit l'île est réunifiée, soit une frontière est érigée afin de délimiter l EU du royaume Uni. Hélas, pour permettre à l'Irlande de rester une, il a été imaginé ce protocole qui tôt ou tard volera en éclats. Soit l'île est unifiée au sein de l EU, soit une frontière en dur deviendra inévitable. Dernière solution, la République dort de l EU pour vivre dans l'ombre du royaume Uni.
a écrit le 14/09/2020 à 14:41 :
On peut encore compter sur l'administration qu'est l'UE de Bruxelles pour faire une mauvaise publicité a un récalcitrant!
a écrit le 14/09/2020 à 14:16 :
C'est probablement sont denier baroud d'honneur.
a écrit le 14/09/2020 à 13:30 :
Je pense que BORIS JOHNSON réagis comme tout chef de pays, qui protège sa population contre l'invasion ennemie.
Ce qui est immorale, c'est que l'UE serait capable pour les intérêt des technocrates BRUXELLOIS de faire blocus sur le Royaume Unis.
Réponse de le 14/09/2020 à 14:58 :
@Marvel69. N'oublions pas les épisodes précédents.
1) BJ voulait au tout début rester ds l'Europe.
2) Il a changé son fusil d'épaule et a milité pour le Brexit.
3) Lorsque le référendum est passé, tous les politiques pro-Brexit (dont BJ) ont disparu.
4) BJ s'est faire réélire avec la rhétorique "vous allez voir ce que vous allez voir : on sortira de l'Europe coûte que coûte fin 2019".
5) BJ a signé les textes sur l'Irlande dont il est question ici.
6) Maintenant il pousse un porjet de lois où il est conscient de violer ces textes.
Si ces textes sont nuisibles au peuple britanique pourquoi les at-il signé fin 2019 (point 5) ? Vous pourriez répondre : il n'avait pas le choix. Dans ce cs, pourquoi est-il parti avec sa rhétorique évoqué à mon point 4. Pourquoi avoir menti au peuple comme la majorité des politiques pro-Brexit ?


@Marvel69 : Là ou vous voyez la défense du peuple, moi je ne vois que de l'opportunisme avec BJ. Remettre en question les accords signés il y a moins d'un an, ça ne va pas aider le peuple britannique qui a besoin de signer de nombreux accords commerciaux avec les différents pays de prt le monde. Liberté (ne plus être sous le joug européen) ne veut pas dire irresponsabilité !

Et je rajouteri que c'est le même BJ qui après avoir publié son projet de loi enfreignant la loi la semaine dernière, demande le lendemain aux Britannique de respecter scrupuleusement les nouvelles lois/règles sanitaires.

Bref, BJ prend son peuple, les européens, tout le monde pour des abrutis.
Réponse de le 14/09/2020 à 19:28 :
Vous estimez donc que ni les irlandais du Nord ni les ecossais ne font partie de la population du Royaume Uni ? Hypothese interessante que n'auraient pas reniee les partisans de Francois Asselineau s'il en restait.
a écrit le 14/09/2020 à 13:20 :
Ben dites donc le RU qui devait s'écraser face à la puissance européenne, au final, comme je le disais, ce sont eux qui font danser les dirigeants européens non élus démocratiquement et c'est tellement logique, tout le monde le voyait sauf les inconditionnels naïfs européistes habituels ceux qui avec leur obsession ont mené au troisième Reich, l'Europe à tout prix !

Toutes les failles, multiples et béantes de l'UE devraient être exploitées par ce pays qui grâce à la redécouverte de sa liberté a des marges de manœuvres bien plus importantes que le consortium européen financier construit par ses banques pour ses banques par définitions rigides comme du béton, trop enterrées dans des logiques de dumping fiscal et social pour y entrevoir un quelconque espoir de vie.

Et dire qu'il y a peu ils se moquaient encore de nous français et de nos traditionnels "pourparlers" ! Ça aide pas mal quand même hein ? :-)
a écrit le 14/09/2020 à 13:07 :
On prend Boris Johnson pour un imbécile ?? Le gouvernement britannique qui, (à la différence du gouvernement français), a en tête la défense de son pays et des ses citoyens, avant toute autre considération, a déjà fait ses calculs, bien sûr ! Il a sous-pesé le pour et le contre. Et il sait que les accords OMC valent mieux qu'un mauvais accord. Les mois et les années qui viennent, avec l'exemple britannique, vont démontrer au nez et à la barbe de tout le monde que l'UE ne sert.... à rien, et que l'on vit très bien sans !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :