Brexit : les discussions reprennent sur fond de tensions politiques à Londres

 |   |  638  mots
Le discours désastreux de Theresa May lors du congrès annuel de son Parti conservateur mercredi dernier à Manchester et la fronde d'une trentaine de députés conservateurs n'ont pas contribué depuis à redonner de l'optimisme aux négociateurs.
Le discours désastreux de Theresa May lors du congrès annuel de son Parti conservateur mercredi dernier à Manchester et la fronde d'une trentaine de députés conservateurs n'ont pas contribué depuis à redonner de l'optimisme aux négociateurs. (Crédits : Phil Noble)
Les équipes britanniques et européens se rencontrent pour la cinquième fois depuis juin ce lundi, pour une semaine de discussions allégée. Ne croyant guère à une avancée décisive des négociations avant le Conseil européen des 19 et 20 octobre prochains, Bruxelles a les yeux rivés sur Londres, où Theresa May est en grande difficulté.

Négociateurs européens et britanniques se retrouvent lundi à Bruxelles pour leur cinquième session de discussions sur les termes du Brexit. Sans grand optimisme. La Commission européenne ne s'attend pas à une avancée majeure de nature à permettre à Michel Barnier, le négociateur en chef des Européens, de recommander l'ouverture de la seconde phase des négociations, qui porteront sur le cadre de la future relation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Cette décision dépendra des chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept, dont le prochain sommet est prévu les 19 et 20 octobre. Dans cette optique, le Parlement européen a recommandé l'ajournement de l'évaluation des progrès réalisés

Mais pour lancer la seconde phase, les Européens attendent des avancées sur les modalités du divorce (la première phase), et notamment sur les trois principaux préalables posés par l'Union européenne (solde de tout compte, droits des ressortissants européens au Royaume-Uni et britanniques dans l'UE, frontière nord-irlandaise).

"Nous n'avons pas encore réalisé aujourd'hui sur ces trois sujets le 'progrès suffisant' pour entamer en toute confiance la deuxième phase de la négociation", a dit Michel Barnier cette semaine devant le Parlement européen.

Signaux contradictoires

L'agenda de cette cinquième session de négociation est plus léger que les précédents "rounds". Aucune rencontre en public n'est prévue à son ouverture entre Michel Barnier et David Davis, le ministre britannique du Brexit, et aucune discussion n'a été programmée pour la journée de mercredi.

Le 28 septembre dernier, à l'issue du quatrième tour de négociations, Barnier avait fait état d'une "nouvelle dynamique" insufflée par le discours de Theresa May à Florence, où la Première ministre britannique s'est prononcée pour la première fois en faveur d'une période de transition d'environ deux ans après le divorce et s'est efforcée de rassurer les Européens sur le respect des engagements budgétaires de Londres.

Mais dès le lendemain à Tallinn, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, relevait qu'il faudrait des "miracles" pour passer à la seconde phase des négociations dès le Conseil européen des 19 et 20 octobre.

Pas d'accord ? "C'est le sentiment qui progresse"

Le discours désastreux de Theresa May lors du congrès annuel de son Parti conservateur mercredi dernier à Manchester et la fronde d'une trentaine de députés conservateurs n'ont pas contribué depuis à redonner de l'optimisme aux négociateurs. Et la crise politique britannique pourrait franchir un nouveau cap: le Sunday Times rapporte dimanche que la dirigeante conservatrice n'exclut pas de rétrograder son ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson. Ce dernier a exposé en septembre sa vision d'un "Brexit glorieux" perçue par de nombreux observateurs comme une attaque dirigée contre la politique de May.

Face à cette incertitude, diplomates et fonctionnaires européens ont accentué les préparatifs en prévision d'un divorce sans accord, qui semble gagner en crédibilité. "C'est le sentiment qui progresse", confirme un haut responsable européen. "Il faut intégrer le fait qu'il ne s'agit pas d'un processus rationnel", ajoute-t-il, assurant qu'économiquement, la victoire du camp du Brexit lors du référendum de juin 2016 n'avait déjà pas beaucoup de sens.

"Il n'est donc pas improbable que les Britanniques fuient à nouveau les impératifs économiques et que nous finissions par sauter dans le vide faute d'accord politique", ajoute-t-il.

Pour l'heure, les dirigeants européens ne peuvent faire guère plus qu'observer le déroulement des choses à Londres et spéculer sur la capacité de Theresa May à se maintenir au pouvoir. "Qui sait si nous aurons encore un interlocuteur lors du sommet des 19 et 20 octobre", s'est interrogé ce week-end un responsable européen.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2017 à 16:23 :
"Je relis vos 2 commentaires, aucun fait juste du blabla. Je vous en donne au moins 3 totalement public et totalement vérifiables et ça vous enrage comme...les brexiters acharnés britanniques, c'est très drôle."

Incompréhensible.

"Très illustratif que vous parliez de religion, c'est tout à fait ça, incantation, anathème et procès en trahison (ie hérésie)"

JE trouve aussi, un dogme n'étant au final qu'une croyance.

"Aucun leader du brexit n'est fichu d'avancer un plan cohérent, ni les bénéfices attendus de cette démarche."

ET donc la seule liberté n'est pas une motivation suffisante pour vous ?

" La blague courante c'est où sont les licornes?"

Ah oui c'est vachement marrant comme blague ça... hilarant même...

"Soit rester dans dans cette UE tout nulle, sans y rester..."
a écrit le 09/10/2017 à 14:41 :
Le Brexit n'aura pas lieu, on va trouver une excuse pour ne pas le faire.
Il n'y a que les pauvres et les ploucs qui ont voté pour le Brexit, on ne va quand même pas prendre en compte ce que pensent ces sans-dents.
a écrit le 09/10/2017 à 12:47 :
Il fallait se douter que notre oligarchie financière refuserait le brexit, elle utilise sa puissance économique et donc politique puisque les partis politiques professionnels européens lui appartenant, pour faire capoter cette sortie de l'UE.

Les médias européens après avoir traité les anglais de fachos concentrent leurs tirs, sous les ordres de leurs actionnaires milliardaires propriétaires bien entendu, sur Theresa May, dernière politicienne a vouloir valider l'opinion de son peuple.

"Il n'y a pas d'alternative démocratique aux traités européens." Juncker
Réponse de le 09/10/2017 à 13:12 :
Ce qui tirent sur Mme May ce sont les amis de Boris Johnson, soit les tenants d'un hard brexit comme on dit Outre Manche ( et au demeurant les plus fervents néolibéralistes).
Par ailleurs, mais c'est sans doute un détail pour vous, elle a perdu sa majorité absolue, après avoir déclenché une élection anticipée en faisant campagne justement sur un Brexit dur, donc une politique rejetée majoritairement par son peuple.
Enfin, je ne sais pas si vous connaissez Murdoch et Dacre mais en matière de milliardaires propriétaires de journaux on ne fait pas mieux, allez voir les médias qu'ils possèdent et leurs lignes éditoriales...
Vous feriez un formidable Brexiter, complètement allergique à la réalité et complètement enfermé dans vos fantasmes.
Réponse de le 09/10/2017 à 13:38 :
Encore une messe néolibérale, j'ai vraiment l'impression d'avoir dix ans quand ma marraine grenouille de bénitier voulait me convaincre de faire ma communion, il a fallu que je lui réponde que quand même avec un enfant qui meure toutes les 3 secondes de faim, si dieu existe il est quand même plutôt méchant son dieu, ça l'a calmé.

Mais elle n'avait pas d'intérêt avec l'église contrairement à vous qui passait votre temps en prêches et inquisitions néolibérales avec systématiquement aucun argument, aucun lien, que des banalités affligeantes que vous martelez à la nausée cela commence à devenir franchement insupportable de ne pas pouvoir écrire pour défendre nos amis anglais sans avoir un échantillon de haine pur venant nous dire que les anglais sont fous qu'il faut donc que l'UE les mette sous tutelle.

Votre vision de cette Europe correspond parfaitement à son dogme déshumanisé au possible ne se concentrant que sur la volonté des hommes d'affaires européens et crachant autant que possible sur l'opinion du peuple, on peut revoir toutes ces messes avec l'indépendance en catalogne qui déplait aux marchés financiers.

Alors encore une fois à votre propagande j'oppose du concret que vous ne lirez pas car vous n'êtes pas là pour la vérité vous êtes là pour induire les gens en erreur:

"« Brexit », David Cameron pris à son propre piège" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/02/CASSEN/54706

Allez adieu mon père et bonne évangélisation !
Réponse de le 09/10/2017 à 17:09 :
Je vous ai répondu en haut, une erreur d'aiguillage.

Et vu que notre échange est vraiment... passionnant il y a une suite même, faites attention de ne pas répondre de suite donc vous seriez obligé de faire une autre réponse pour écrire en dernier.

Ne me remerciez pas vous savez, j'ai été sur le forum de rue89 privatisé par les trolls de toutes sortes j'ai beaucoup d'expérience.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :