Brexit : Paris face à une rude concurrence pour l'Autorité bancaire européenne

 |   |  932  mots
La candidature de Paris a prévu deux options, l'une dans le quartier de la Défense et l'autre dans le centre-ville, dans un lieu gardé secret, options qui correspondent aux souhaits de l'EBA,  l'Autorité bancaire européenne.
La candidature de Paris a prévu deux options, l'une dans le quartier de la Défense et l'autre dans le centre-ville, dans un lieu gardé secret, options "qui correspondent aux souhaits de l'EBA", l'Autorité bancaire européenne. (Crédits : Reuters)
Installée à Londres, l'Autorité bancaire européenne va quitter le Royaume-Uni avant la mise en œuvre effective du Brexit, au printemps 2019. Paris, aux côtés de sept autres villes, est sur les rangs pour accueillir ses 190 employés. Certaines candidates ont dégainé les avantages fiscaux ou en nature.

Bruxelles, Paris, Luxembourg, Francfort, Varsovie, Vienne, Prague ou bien Dublin ? Dans moins de deux mois, l'Autorité bancaire européenne (EBA), chargée de garantir le bon fonctionnement du secteur bancaire dans l'UE, saura dans quelle ville se situera sa nouvelle adresse. Actuellement à Londres, l'EBA devra quitter la tour Canada One du quartier d'affaires de Canary Wharf une fois le Brexit devenu effectif, au printemps 2019.

Si l'ABE n'emploie "que" 190 personnes, contre près de 900 pour l'Agence européenne du médicament qui doit aussi déménager, huit capitales ont posé leur candidature pour l'accueillir. Toutes examinées par la Commission européenne, qui a rendu publiques ses conclusions samedi 30 septembre. Pas de note ni de classement, mais une évaluation selon six critères permettant d'en savoir un peu plus sur les chances de chacune.

| Lire aussi Brexit: la "pérennité", "essentielle" pour les agences qui vont quitter Londres

Le désir de continuité favorise la proximité géographique ?

La première exigence élémentaire, à savoir la présence de locaux suffisamment grands, est respectée par toutes les candidatures. Varsovie propose la plus petite superficie de bureaux (4.150 mètres carrés, soit la surface actuelle de l'EBA). Paris a prévu deux options, l'une dans le quartier de la Défense et l'autre dans le centre-ville, dans un lieu gardé secret, "qui correspondent aux souhaits de l'EBA". Les prétendantes se distinguent assez rapidement sur la manière d'assurer une transition fluide, critère de la plus haute importance pour la Commission européenne.

Les villes les plus riches et proches de Londres, comme Francfort, Paris et Luxembourg, ont prévu une voire plusieurs stratégies en vue du transfert des activités de l'autorité. Toutes trois, au même titre que Bruxelles et Dublin, mettent également en avant leur place centrale au sein du continent et l'accessibilité en un temps réduit depuis Londres et de nombreuses autres capitales. Deux critères centraux qui semblent donner une longueur d'avance à ces candidatures, au détriment de Prague, Varsovie et même Vienne, plus éloignées et donc moins pratiques pour mettre en oeuvre une transition fluide avant mars 2019.

| Lire aussi : Brexit : Paris siège "idéal" pour l'Autorité bancaire selon Bruno Le Maire

"La possibilité [pour l'autorité] de maintenir ses effectifs actuels est également essentielle pour la continuité", affirme la Commission. Dans cette optique, les villes les plus attractives d'un point de vue géographique, de la taille et du patrimoine culturel partent avec un avantage. Dublin, par exemple, profite du partage de la langue anglaise avec le Royaume-Uni, tandis que Paris met l'accent sur la présence d'écoles internationales et la volonté de soutenir les conjoints des employés dans leur installation et leur recherche d'emploi.

Avantages fiscaux ou locaux gratuits

Les capitales plus éloignées et moins bien dotées, comme Varsovie et Prague, compensent avec des avantages fiscaux et en nature : une exemption de TVA, pour la première, et une contribution gouvernementale pendant cinq ans aux coûts des transports et des loisirs pour la capitale Tchèque.

Enfin, certaines candidatures tentent de convaincre les chefs d'Etats, qui voteront lors de trois tours successifs pour élire la ville hôte, en promettant des coûts de location très bas, voire nuls. Des manœuvres qui ne devraient pas laisser insensibles, si elles permettent à l'UE d'économiser de l'argent. Ainsi, Luxembourg promet purement et simplement de mettre les locaux gratuitement à la disposition de l'EBA et le gouvernement autrichien prévoit, lui, de payer le loyer pendant 25 ans. De son côté, Paris assure que l'Etat accordera 1,5 million d'euros pour couvrir les frais de prise à bail et d'aménagement des nouveaux locaux.

Les capitales proches géographiquement de Londres et proposant d'ores et déjà des locaux aménageables semblent donc tenir la corde. À première vue, Paris, qui remplit la grande majorité des critères, apparaît en bonne position. Mais ses concurrents disposent d'arguments de poids. Y compris des candidatures comme celle de Prague, qui détaille la manière dont l'EBA restera fonctionnelle lors du déménagement, au contraire de la capitale française.

Equilibre géographique

Surtout, la Commission européenne souhaite rééquilibrer géographiquement la distribution de ses grandes agences, ce qui pourrait pénaliser Paris.

En effet, la France dispose déjà de trois agences européennes décentralisées (l'Office communautaire des variétés végétales, l'Agence de l'Union européenne pour les chemins de fer et, surtout, l'Autorité européenne des marchés financiers, l'ESMA), soit davantage que les autres pays candidats. L'Allemagne n'en a "que" deux, mais non des moindres, l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA, Cologne) et l'Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (l'EIOPA, Francfort). Sans compter la Banque centrale européenne (BCE), installée à Francfort : dans un contexte de relocalisation de certaines équipes des grandes banques internationales dans la plus grande ville du land de Hesse, l'EBA aurait toute sa place dans un grand "hub" réglementaire européen.

Présentée comme un atout dans la candidature de Paris, la présence d'autres agences européennes est susceptible de refroidir les chefs d'Etat de l'UE. De plus, dans l'hypothèse d'une victoire de Lille dans la course à l'obtention de l'Agence européenne du médicament (EMA), l'Hexagone ne pourra pas accueillir les deux institutions.

Les ministres des 27 Etats membres voteront le 20 novembre lors d'un scrutin à plusieurs tours et à bulletin secret.

| Lire aussi : Lille est-elle en bonne position pour accueillir l'Agence européenne du médicament ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2017 à 18:29 :
Hidalgo quasi- Communiste et sa majorité municipale extreme gauche P.C.F et " verts " ! c'est pas pour vous çà : c'est tout ce que vous dénigrez ( votre doctrine Marxiste).
a écrit le 04/10/2017 à 10:27 :
Francfort n'est pas la capitale de Hessen, c'est Wiesbaden
a écrit le 04/10/2017 à 9:48 :
"Avantages fiscaux ou locaux gratuits"

Pour des spécialistes de la fraude fiscale c'est marrant... Mais ça fait des bons gros chèques aux politiciens et ça c'est important.
a écrit le 04/10/2017 à 8:26 :
Les arguments massue d'Hidalgo ! : on pourra se rendre a son travail en vélo ou a pied , se baigner dans la Seine a l'horizon 2028 ou utiliser les installations olympiques dès 2025 !
Paris va l'emporter haut la main ......
a écrit le 04/10/2017 à 7:16 :
Obtenir l’Agence pour le médicament est bien plus important en terme de retombées économiques et d’emplois
a écrit le 04/10/2017 à 3:48 :
Conclusion c’est comme les ventes aux enchères qui va faire le plus gros chèque pour avoir 190 emplois Rapatriés ? Tant pis pour les autres critères
a écrit le 03/10/2017 à 23:09 :
La réponse risque bien de déplaire aux gommeux politiques français : "Vous avez choisi les JO, c'est bien assez pour vous, les choses sérieuses se passeront ailleurs".
a écrit le 03/10/2017 à 22:49 :
La Tribune, s'il vous plait! L'EASA est basée à Cologne. Et ce n'est pas Francfort la capitale de la Hesse, mais Wiesbaden. Francfort est la plus grande ville en Hesse.
a écrit le 03/10/2017 à 21:08 :
Tant qu'à choisir entre les 2 candidatures françaises, je préfère, et de loin, la candidature lilloise pour l'agence du médicament !
d'une part il y a plus d'emploi à la clef, et surtout, y en a marre du parisianisme permanent qui ramène tout sur Paris !!!
a écrit le 03/10/2017 à 20:52 :
ces agences doivent rester dans la zone euro !
a écrit le 03/10/2017 à 20:37 :
hahaha
le pays ou la finance est l'ennemi hereditaire ( apres le RU et l'Allemagne...), enfin, sauf quand il s'agit de financer gratuitement le systeme social! veut accueillir des sales banquiers plein aux as qui volent des syndicalistes d'ultra gauche sur leur dos laborieux?
he ben ma bonne dame, ou va le pays!!!!!!!!!!!
dieu merci, la france a mis le grand capital dehors, elle n'a plus d'industrie qui est intensive en capital, et la ca sera pareil!
a écrit le 03/10/2017 à 17:59 :
Il serait normal que cette agence aille dans un pays de l'est. Peu d'agence y sont représentée (cela serait donc plus juste) et cela sera peut-être aussi un moyen de renforcer leur sentiment d'appartenance sans qu'ils aient sans cesse la sensation de se sentir lésés... même si c'est une étape nécessaire mais suffisante. Une contrepartie à cela serait peut-être aussi qu'ils cessent d'acheter des armes américaines et maintenant des trains chinois...
Réponse de le 03/10/2017 à 21:03 :
... sauf si on se retrouve avec une agence européenne présente dans un pays anti-européen !!!
(cf la pologne qui profite des aides structurelles européennes pour achetre ... américain !!!)
Réponse de le 03/10/2017 à 22:03 :
Entièrement d accord !!
Réponse de le 04/10/2017 à 11:05 :
Si avec tout l'argent versé par l'UE, tu trouves que les pays de l'Est sont lésés, c'est que tu n'y connais pas grand chose. Cela dit, il serait insultant pour l'Europe que l'endroit choisi soit un paradis fiscal (Irlande et Luxembourg notamment).
a écrit le 03/10/2017 à 17:32 :
Le Luxembourg, çà va de soit : avantageux, et voisin de Bruxelles. La Maire Aubryste !!! de Paris anti-économie de marché, accueillant çà, non !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :