Comme Varoufakis, Stiglitz voit une France intimidée par l'Allemagne

 |   |  282  mots
Il y a une forme d'intimidation de l'Allemagne, a jugé l'économiste Joseph Stiglitz, en campagne de promotion pour son dernier livre, La grande fracture.
"Il y a une forme d'intimidation" de l'Allemagne, a jugé l'économiste Joseph Stiglitz, en campagne de promotion pour son dernier livre, "La grande fracture". (Crédits : Reuters)
Selon le prix Nobel d'économie, le gouvernement français n'a pas été capable de tenir tête à l'Allemagne pendant la crise grecque. Il rejoint la position de l'ex-ministre grec des Finances qui estime que Paris n'était même pas capable de "présenter son point de vue" au sein de l'Eurogroupe.

Après avoir pris la défense du gouvernement grec face aux dirigeants allemands pendant plusieurs mois, le co-prix Nobel 2001 monte à nouveau au créneau. "Il y a une forme d'intimidation" de l'Allemagne, a jugé l'économiste Joseph Stiglitz, en campagne de promotion pour son dernier livre, "La grande fracture".

Depuis quelques mois, Joseph Stiglitz multiplie les critiques contre une Allemagne qui "n'a ni bon sens économique ni compassion", selon lui.

Il est ainsi allé dans le sens de Yanis Varoufakis, l'ancien ministre des Finances grec, qui mène un bras de fer avec l'Allemagne. "Je le crois", a lancé le prix Nobel, lors d'un entretien à l'AFP. "Le gouvernement de centre-gauche en France n'a pas été capable de tenir tête à l'Allemagne" sur les orientations budgétaires ou face à la crise grecque, a ainsi estimé l'ancien chef économiste de la Banque mondiale.

"Le gouvernement français n'avait pas l'autorité nécessaire"

Varoufakis soulignait notamment sur la faiblesse de la France à la table des négociations de l'Eurogroupe: "À l'intérieur des sommets européens, à l'intérieur de l'Eurogroupe, j'ai senti que le gouvernement français n'avait pas l'autorité nécessaire pour défendre ou même simplement présenter son point de vue", a-t-il notamment expliqué, dimanche 23 juillet, en marge de la Fête de la Rose.

Le 10 juillet, le membre de Syriza estimait dans The Guardian que l'Allemagne utilisait la crise grecque pour imposer sa conception de l'Europe. "Ma conviction est que le ministre des finances allemand veut que la Grèce soit évincée de la monnaie unique pour susciter une crainte de tous les diables chez les Français et leur faire accepter son modèle d'une zone euro disciplinaire."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2015 à 8:53 :
Etant expatrie, j'ecoute ou je lis dans le pays ( Europe) ou j'habite les informations politiques, economiques, sociales, etc...Je vois donc comment la France est '' traitee''. Je peux comparer avec les informations francaises A2 ou autres. La France n'est pas tres consideree sur le plan politique et economique. Pays centralise, beaucoup de fonctionnaires, grande donneuse de lecons ( arrogante), greves a repetition, etc...etc...L' Allemagne par contre citee comme une reference d' un pays ou les '' gens bossent et produisent''. La France produit des ''elites ou super diplomes'' qui ne creent pas d'emplois prives ( les vrais).'' L'elitisme a la francaise'' a fait de ce pays des gens qui ont des emplois privilegies et le reste un nombre important de chomeurs. La preuve cela fait des decennies que les syndicats ( privilegies) en France defendent les fonctionnaires et peu les gens du prive. Je me repete par plaisir...ce n'est pas avec des ''ENARQUES FONCTIONNAIRES ET CARRIERISTES'' de la politique que de vrais emplois seront crees. C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle, on ne peut reformer la France. La '' CASTE DE L'ENARQUIE'' a le pouvoir et ne tient pas a '' scier la branche'' sur laquelle . elle est tres bien assise ( avantages, remunerations, carrieres politiques, etc..etc..).
a écrit le 02/09/2015 à 14:03 :
L' economie n'etant pas une '' science ou matiere'' exacte, chaque individu peut pretendre a dire ou ecrire ce qu'il veut. C'est ce que je fais ! Depuis la fin de la 2eme guerre mondiale, on a les resultats economiques de la France et de l' Allemagne . L' Elitisme a la francaise , les cols blancs ''super-diplomes'' , hauts fonctionnaires et j'en passe....gouvernent la France depuis plusieurs decennies. Centralisme ou Jacobisme, une republique ou le '' roi-president'' decide de presque tout. Pendant ce temps, les ''hommes de terrain'' en Allemagne gagnaient des parts de marche sur la France. Comment un '' ENARQUE FONCTIONNAIRE FRANCAIS'' peut-il creer des emplois sinon qu'avec l'argent public ( nos impots) des postes de fonctionnaires. C'est ce qu'a fait la France....Chirac, G.D'Estaing,Hollande, Royal, un exemple de noms d'une caste de gens ''diplomes'' mais a mes yeux incompetents a faire une France vraiment industrielle. A part de '' FAIRE BRILLER DES DIPLOMES'' en France, tout cela ne sert pas a creer de vrais emplois . L' Enarquie s'est emparee de la France et cette '' caste'' conduit le pays avec un nombre de chomeurs importants depuis longtemps.
Réponse de le 03/09/2015 à 21:46 :
tout à fait d'accord d'aileurs supprimons l'ENA ou reformons la manière dont sont organisées les elections présidentielles : on aura peut être une chance d'echapper à cette malédiction!
a écrit le 01/09/2015 à 22:04 :
L'Europanique a coulé en deux temps, le Sud puis le Nord...
La relance fonctionnaire à la française comme modèle mondial. L’Etat crée l’emploi, surtout le chômage. On fait des relances travaux publics avec des ronds-points à 500000 euros, l’art et la littérature subventionnés, l’Etat relance la croissance, n’a-t-on pas moins que les autres dans le contexte de fort chômage en Europe et de faible croissance voire négative. La compétitivité est-elle monétaire ou bien n’est-ce pas un travail à l’export ? Plus de fonctionnaires, de dépenses et d’impôts avec Mr Pleinpot pour plus de croissance, avons-nous la relance ? Les pôles sont-ils compétitifs avec une industrie qui perdrait des parts. L’Etat arrête-t-il la croissance par décret municipal, où sont les ETI ?
a écrit le 01/09/2015 à 19:51 :
Cela confirme ce que pense la plupart des français. Vivement mai 2017 que l'on tourne la page de ce quinquennat.
a écrit le 01/09/2015 à 18:54 :
@churchill
Vos interventions suscitent des polémiques !
En ce qui concerne les prix Nobel, les seuls à considérer sont ceux de Physique, Chimie, Médecine et Littérature. Pour les Mathématiques, ce sont la médaille Fields et le Prix Abel. Pour l'Economie et la Paix, les nominations ne sont pas effectuées par le Comité Nobel et sont assez folkloriques (voir lauréats des "prix Nobel" de la Paix)

Monsieur Joseph Stiglitz et tous les économistes de salon peuvent raconter des histoires, ils ne sont pas "au front" pour négocier en face des chefs des Etats. Dans ce cadre d'ailleurs, la prestation de monsieur Yanis Varoufakis ne peut pas être qualifiée de positive.
Cordialement
a écrit le 01/09/2015 à 17:36 :
"le gouvernement français n'avait pas l'autorité nécessaire pour défendre ou même simplement présenter son point de vue"
Avaitil seulement un point de vue ?
a écrit le 01/09/2015 à 17:03 :
Ces économistes ne comprennent vraiment rien à la politique.
Hollande est bien plus rusé et subtil qu'on le pense.
A partir du moment où, avec l'appui d'Obama et de Matteo Renzi, il a obtenu que la Grèce ne soit pas acculée au Grexit, il était d'accord avec Merkel pour maintenir la pression sur les politiques grecs, quels qu'ils soient.
Il sait bien qu'un jour, dans un an ou deux, il faudra alléger la dette grecque, mais pas maintenant, cela ne serait pas compris par les opinions publiques allemande, espagnole, portugaise, irlandaise etc...
a écrit le 01/09/2015 à 16:27 :
Et ils répondent quoi nos ministres et le commissaire de mes"deux" à Varoufaquis et stiglitz.....
Réponse de le 01/09/2015 à 16:47 :
... et à Piketty ... parce qu'on est sur les m^mes raisonnements ...
a écrit le 01/09/2015 à 16:19 :
Hollande et ses comparses ne sont pas la France. Ils représentaient 20% des voix des inscrits au 1er tour des présidentielles et représentent actuellement environ 13%. Mais le fait est que cette bande de nuls fait beaucoup de mal au pays en ne défendant pas nos intérêts !!!
Réponse de le 02/09/2015 à 16:06 :
@Patrickb
si je comprends bien vous faites partie de ces tristes individus qui sans vergogne ont contesté la légitimité de l'élection présidentielle de 2012?
je suis loin de me retrouver dans la politique actuelle de nos gouvernants, mais F. Hollande et ses "comparses", s'ils ne sont pas la France, la gouvernent en toute légitimité, comme la fait son prédécesseur N. Sarkozy et ses "comparses".
Vous n'avez rien de mieux à faire que de baver sans arrêt sur les uns et les autres?
Réponse de le 02/09/2015 à 21:39 :
Exactement ,bien dit ,et en plus 30% des français ne sont même pas représentés ,et si l'on se rappelle de 2005 ,on se demande si nous toujours en démocratie.....
a écrit le 01/09/2015 à 15:47 :
Dansles statistiques européennes la FRANCE est elle compter,??? car chez nous dans notre beau pays le chômage continue de monter de monter et HOLLANDE et VALLS de descendre, de descendre ......
a écrit le 01/09/2015 à 15:41 :
Avec FH la France n'est pas intimidée par l'Allemagne elle se "couche devant l'Allemagne" au nom de l'unité Européenne. La France est grande quand elle affirme ses idées par contre quand elle se laisse broyer par la moulinette libérale de Bruxelles elle n'existe plus!
a écrit le 01/09/2015 à 14:58 :
juste au passage, les idees des prix nobel valent ce qu'elles valent
dans son bouquin sur la resolution des crises, krugmann propose bien d'embaucher des gens a ne rien faire ( ' depenses publique', dans les modeles macroeconomiques), genre creuser des trous et les reboucher, car il vaut mieux ca que ne rien faire
okokok, a court terme, on voit ce que ca donne dans is/lm, mais ce qu'il ne veut pas voir c'est ce qui se passe apres....
Réponse de le 01/09/2015 à 15:33 :
c est deja applique en france ,on appelle ca les fonctionnaires ..!!
Réponse de le 01/09/2015 à 16:07 :
Réponse de canari, cerveau de canari. J'ai du mal à croire qu'en 2015 on puisse encore écrire de telles bêtises. Sans fonctionnaires, aucun État ne fonctionne. Sans État, aucune entreprise privée n'existe.
Réponse de le 01/09/2015 à 16:23 :
Et vous ,vous voyez ce qu il y a apres?
Réponse de le 01/09/2015 à 16:40 :
@"Réponse de Réponse intelligente"
La productivité de la fonction publique française est catastrophique et en surnombre d'au moins un million de fonctionnaires. Mais comme bon gauchiste vous inversez l'ordre des priorités. La priorité n'est pas la nécessité d'une fonction publique (ça on a déjà ce qu'il faut!) mais la nécessité d'un secteur privé dynamique pour créer des emplois et... payer les fonctionnaires.
Réponse de le 01/09/2015 à 18:03 :
@tartemolle...La fonction publique Française d'état dépense moins en valeur qu'un fonctionnaire fédéral US en coût/par agent (forces armées comprises)...Et si on compare les fonctionnaires territoriaux je vous rappelle par exemple que les répartitions sont entièrement différente qu'en France et par exemple que les forces de police sont sur des budgets municipaux et New York dépense largement plus que Paris pour tous ses "fonctionnaires" (et un lieutenant de la NYPD touche 60 000€ de salaire annuel en moyenne)...La justice a 10 fois plus de moyens que nous et c'est équivalent dans l’éducation publique sauf que leur prof sont 2 fois plus payé que les nôtres ...et comme cela se passe pas super bien les riches vont tous dans des écoles privés a 20-30 000€ l'année et je pense que les US ne sont pas un pays communiste
a écrit le 01/09/2015 à 14:55 :
stiglitz et ses amis n'ont donne que 2 millions sur le site de crowdfunding indiegogo pour le renflouement de la grece
c'est tres peu d'autant que le nobel price palpe a lui seul 1 million de dollars
alors s'il pouvait suggerer a tous ses amis genereux de faire des tres gros cheques a la france et a la grece, au lieu de s'en prendre aux allemands, merci d'avance ( et ca evitera le projet francais de ' retraite a 50 ans pour tous financee par personne via eurobonds allemands')
a écrit le 01/09/2015 à 14:55 :
Qu'il m'explique en quoi nous sommes intimidés en faisant un bras d'honneur contant a l'Europe (donc budgetairement a l'Allemagne) sur notre budget systematiquement en deficit ?
Du grand n'importe quoi, on peut etre prix nobel et avoir un parti pris tel qu'on dit des aneries.
Réponse de le 01/09/2015 à 16:32 :
Stiglitz et Krugman sont systématiquement mis en avant par nos médias et nos socialistes, considérant que tout ce qu'ils disent vaut paroles d'évangile avec l'argument "ils sont prix Nobel".
Ce ne sont que des keynésiens attardés qui ont d'ailleurs obtenu leur prix Nobel sur des aspects techniques et non sur une quelconque théorie économique validée.
Réponse de le 01/09/2015 à 16:56 :
à Tartemolle : Stiglitz et Krugman ont l'avantage de donner des explications à une crise et d'expliquer pourquoi les différents pays qui suivent d'autres politiques ne s en sortent pas. Pour vous faire plaisir (et uniquement pour ça !) on peut toujours dire que leur politique n'améliorerait rien, qu'il y aurait d'autres écueils, mais ca ne pourrait pas être pire ....
Réponse de le 01/09/2015 à 17:48 :
@Labo: Stiglitz et Krugman sont surtout des economistes qui ont quitté le champ de leur specialité economique pour faire de la politique.
Krugman est par exemple un specialiste reconnu du commerce international...or il passe son temps depuis quelques années a ne parler que de ce qui ne concerne pas son champ de competence specifique. idem pour Stiglitz soit dit en passant. Cela les conduit inevitablement a dire des choses qui ne sont pas necessairement juste.

Petit exemple récent: Krugman estimant que le grexit n'aura quasiment aucun impact douleureux pour la Grece. Au meme moment 200 exonomistes grecs publient une tribune expliquant le contraire.

Krugman et Stiglitz sont juste extremement publicisé. ca ne rend pas forcement leurs analyses sur des sujets qui ne sont pas du ressort de leur specialité plus pertinentes que les (tres nombreuses) autres moins publicisées.
a écrit le 01/09/2015 à 14:29 :
Si la France n'a pas (plus) l'autorité de l'Allemagne c'est avant tout la résultante de 1- sa faible croissance de ces dernières années 2- son incapacité a remettre ses finances en ordre et à tenir ses engagements 3- le recours permanent a des dérogation et au contournement des pactes budgetaires

Tout cela fait que la France a perdu son autorité et une partie de sa crédibilité. Pas besoin de chercher plus loi.

A cela il faut rajouter que la France est paralysé par l'enjeu Européen depuis 10 ans et un fameux référendum raté. la France ne propose donc plus rien ou presque depuis 10 ans, à cause de cela (et encore, avant ce fameux réferendum, une partie des élités politico-administrative francaise se desinteressait deja des affaires européennes...d'ou le retard frnacais sur quasi toutes les grandes questions européennes).

" zone euro disciplinaire"----> Aucune Union monétaire ne peut tenir la route sans un minimum de regles macro-economiques sur l'endettement. Alors certes il faudra des formes de tranferts financiers pour pereniser le tout, mais cela ne peut que se faire si c'est accompagné d'une forme de discipline budgetaire. Stiglitz le sait parfaitement pourtant....mais l'Euro et son importance dans la construction Européenne c'est quelque chose qu'il n'a jamais vraiment compris (comme Krugman).
Réponse de le 01/09/2015 à 16:27 :
Stiglitz comme Krugman sont des keynésiens invétérés qui n'ont toujours pas compris que le keynésianisme a échoué partout et de tout temps comme le socialisme qui s'en prévaut.
Réponse de le 01/09/2015 à 17:52 :
@tartemolle: ce sont surtout des economistes américains qui ne comprennent rien aux dynamiques politiques européennes et qui tout auréolé de leurs prix Nobel mérité sur des sujets particuliers (assymetrie de l'information pour Stiglitz / commerce international pour Krugman) croient dès lors que savoir a peu pres tout sur tout.

J'ai encore en mémoire ces grand moments prohpétiques ou Krugman estimait qu'une bulle immobilière ferait le plus grand bien à l'economie des US^^ Ou alors quand il a prohétisé que l'Europe central ne ferait jamais partie de l'UE (6 mois apres il etait contredit).
a écrit le 01/09/2015 à 14:28 :
Sans intérêt.
Réponse de le 01/09/2015 à 16:22 :
Aucun intérêt. Ce type fait partie des épaves keynésiennes médiatiques comme Krugman qui prônent un endettement mortifère par clientélisme social-démocrate débridé. Stiglitz ne sait que louanger l'endettement, aucun intérêt effectivement.
a écrit le 01/09/2015 à 13:28 :
Incroyable de la bouche d'un pseudo prix Nobel.La vérité c'est que c'est l'Allemagne le premier créancier de la Grece et la France le second .La Grece ne doit pas de l'argent aux banques allemandes ou françaises ,mais aux états français et allemand ce qui change tout ;Pour preter aux grecs ,la France et l'Allemagne ont elles memes empruntées sur les marchés allourdissant ainsi leur propre dette .40 milliards pour la France ça fait une dette de 700 € par habitant que chacun de nous devra bel et bien payer (y compris pour sa femme et ses enfants 2800 € pour un couple )si notre pays efface la dette grecque .La Grece dit qu'elle ne veut pas rembourser ou le faire à ses conditions et elle a le culot de venir demander à ses créanciers de nouveaux prets !C'est du grand foutage de gueule .La France et l'Allemagne empruntent à des taux trés bas en en faisant profiter la Grece qui serrait incapable d'emprunter à de tels taux trés loin de là si elle trouve des créanciers qui veulent daigner lui preter .A tout ceux qui defendent la Grece aveuglepent ,il faut leur rappeller une chose .Quand un particulier emprunte en France ,on lui fait signer un engagement dans lequel est stipulé ''''un pret vous engage à le rembourser ,verifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager '''De plus tous les jours chez nous des gens sont saisis par milliers ,expulsés de chez eux pour des dettes non payées on leur laisse une table des chaise et un lit et les huissiers se foutent des gosses qui pleurent et de parents mis dans l'angoisse ,mais là ,les belles ames du PS FDG ou d'ailleurs on ne les entend pas et le vrais scandale grec en France c'est bien celui là et pas un autre !Que chacun se regarde dans une glace avant de critiquer l'Allemagne qui elle sait defendre sa population ........
Réponse de le 01/09/2015 à 14:31 :
Ce raisonnement ne tient pas bien la route : il tait s'il n'ignore pas l'astuce du néo -libéralisme monétariste : faire comme de la nationalisation ou du collectivisme tout en les accusant, tout simplement en mutualisant les passifs du privé et en usant jusqu'à la corde du monétarisme des taux zéro et de la fausse monnaie avec le quantitative easy. Easy jusqu'à la faillite. Personne n'a tort , ni Stiglitz, ni Varoufakis le radicalissime, ni l'Allemagne. La France a ce que ses partis de gouvernement, hier l'UMPS, aujourd'hui l'RPS, prononçable Herpès ont fait d'identique. La comptabilisation budgétaire de cette "gouvernance" n'en est que la conséquence.
Réponse de le 01/09/2015 à 15:25 :
Bonjour,

SAZ, vous oubliez de dire qu'en 1953, l'allemagne s'est vu annuler (enfin reportée à une date ultérieur, puis annulée en 1990) sa dette (de guerre, mais également des emprunts réalisés entre les 2 guerres).
Ils pourraient donc peu-être être un peu plus indulgent, non ?
a écrit le 01/09/2015 à 13:19 :
Ca résume bien la déception qu'a produit Hollande et les politiques très libérales et très inefficaces de ses gouvernements : absentéisme, face à l'ultralibéralisme europeen ! et peut être m^me ce qui est pire, suivisme !
a écrit le 01/09/2015 à 13:18 :
c est du n importe quoi!
a écrit le 01/09/2015 à 13:14 :
il est plus facile de parler avec l'autorité nécessaire quand on a une économie robuste et des comptes publics au carré, que quand on passe son temps à mendier des délais pour rentrer dans les clous. Les déficits accumulés au cours des décennies précédentes et la perte de substance économique qui en a résulté sont évidemment la cause de la faiblesse française.
a écrit le 01/09/2015 à 13:11 :
C'est surtout l'incapacité française à remonter la pente, qu'il s'agisse de croissance, d'industrie, maintenant même d'agriculture, et, conséquence inévitable, de finances publiques et sociales et non l'intimidation supposée par l'Allemagne qui est dramatique. Ce marasme français persistant est, à part la Grèce (qui, pourtant, malgré les errements du premier semestre de Syriza, a conservé un peu de croissance) et peut être l'Italie et le Portugal, sans équivalent en Europe.
Réponse de le 01/09/2015 à 15:13 :
Moi je dis que ce marasme français, si on excepte tous les autres pays de l'UE, est sans équivalent dans l'UE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :