Comme Varoufakis, Stiglitz voit une France intimidée par l'Allemagne

Selon le prix Nobel d'économie, le gouvernement français n'a pas été capable de tenir tête à l'Allemagne pendant la crise grecque. Il rejoint la position de l'ex-ministre grec des Finances qui estime que Paris n'était même pas capable de "présenter son point de vue" au sein de l'Eurogroupe.
Il y a une forme d'intimidation de l'Allemagne, a jugé l'économiste Joseph Stiglitz, en campagne de promotion pour son dernier livre, La grande fracture.
"Il y a une forme d'intimidation" de l'Allemagne, a jugé l'économiste Joseph Stiglitz, en campagne de promotion pour son dernier livre, "La grande fracture". (Crédits : Reuters)

Après avoir pris la défense du gouvernement grec face aux dirigeants allemands pendant plusieurs mois, le co-prix Nobel 2001 monte à nouveau au créneau. "Il y a une forme d'intimidation" de l'Allemagne, a jugé l'économiste Joseph Stiglitz, en campagne de promotion pour son dernier livre, "La grande fracture".

Depuis quelques mois, Joseph Stiglitz multiplie les critiques contre une Allemagne qui "n'a ni bon sens économique ni compassion", selon lui.

Il est ainsi allé dans le sens de Yanis Varoufakis, l'ancien ministre des Finances grec, qui mène un bras de fer avec l'Allemagne. "Je le crois", a lancé le prix Nobel, lors d'un entretien à l'AFP. "Le gouvernement de centre-gauche en France n'a pas été capable de tenir tête à l'Allemagne" sur les orientations budgétaires ou face à la crise grecque, a ainsi estimé l'ancien chef économiste de la Banque mondiale.

"Le gouvernement français n'avait pas l'autorité nécessaire"

Varoufakis soulignait notamment sur la faiblesse de la France à la table des négociations de l'Eurogroupe: "À l'intérieur des sommets européens, à l'intérieur de l'Eurogroupe, j'ai senti que le gouvernement français n'avait pas l'autorité nécessaire pour défendre ou même simplement présenter son point de vue", a-t-il notamment expliqué, dimanche 23 juillet, en marge de la Fête de la Rose.

Le 10 juillet, le membre de Syriza estimait dans The Guardian que l'Allemagne utilisait la crise grecque pour imposer sa conception de l'Europe. "Ma conviction est que le ministre des finances allemand veut que la Grèce soit évincée de la monnaie unique pour susciter une crainte de tous les diables chez les Français et leur faire accepter son modèle d'une zone euro disciplinaire."

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 39
à écrit le 04/09/2015 à 8:53
Signaler
Etant expatrie, j'ecoute ou je lis dans le pays ( Europe) ou j'habite les informations politiques, economiques, sociales, etc...Je vois donc comment la France est '' traitee''. Je peux comparer avec les informations francaises A2 ou autres. La France...

à écrit le 02/09/2015 à 14:03
Signaler
L' economie n'etant pas une '' science ou matiere'' exacte, chaque individu peut pretendre a dire ou ecrire ce qu'il veut. C'est ce que je fais ! Depuis la fin de la 2eme guerre mondiale, on a les resultats economiques de la France et de l' Allemagn...

le 03/09/2015 à 21:46
Signaler
tout à fait d'accord d'aileurs supprimons l'ENA ou reformons la manière dont sont organisées les elections présidentielles : on aura peut être une chance d'echapper à cette malédiction!

à écrit le 01/09/2015 à 22:04
Signaler
L'Europanique a coulé en deux temps, le Sud puis le Nord... La relance fonctionnaire à la française comme modèle mondial. L’Etat crée l’emploi, surtout le chômage. On fait des relances travaux publics avec des ronds-points à 500000 euros, l’art et l...

à écrit le 01/09/2015 à 19:51
Signaler
Cela confirme ce que pense la plupart des français. Vivement mai 2017 que l'on tourne la page de ce quinquennat.

à écrit le 01/09/2015 à 18:54
Signaler
@churchill Vos interventions suscitent des polémiques ! En ce qui concerne les prix Nobel, les seuls à considérer sont ceux de Physique, Chimie, Médecine et Littérature. Pour les Mathématiques, ce sont la médaille Fields et le Prix Abel. Pour l'Ec...

à écrit le 01/09/2015 à 17:36
Signaler
"le gouvernement français n'avait pas l'autorité nécessaire pour défendre ou même simplement présenter son point de vue" Avaitil seulement un point de vue ?

à écrit le 01/09/2015 à 17:03
Signaler
Ces économistes ne comprennent vraiment rien à la politique. Hollande est bien plus rusé et subtil qu'on le pense. A partir du moment où, avec l'appui d'Obama et de Matteo Renzi, il a obtenu que la Grèce ne soit pas acculée au Grexit, il était d'ac...

à écrit le 01/09/2015 à 16:27
Signaler
Et ils répondent quoi nos ministres et le commissaire de mes"deux" à Varoufaquis et stiglitz.....

le 01/09/2015 à 16:47
Signaler
... et à Piketty ... parce qu'on est sur les m^mes raisonnements ...

à écrit le 01/09/2015 à 16:19
Signaler
Hollande et ses comparses ne sont pas la France. Ils représentaient 20% des voix des inscrits au 1er tour des présidentielles et représentent actuellement environ 13%. Mais le fait est que cette bande de nuls fait beaucoup de mal au pays en ne défend...

le 02/09/2015 à 16:06
Signaler
@Patrickb si je comprends bien vous faites partie de ces tristes individus qui sans vergogne ont contesté la légitimité de l'élection présidentielle de 2012? je suis loin de me retrouver dans la politique actuelle de nos gouvernants, mais F. Hollan...

le 02/09/2015 à 21:39
Signaler
Exactement ,bien dit ,et en plus 30% des français ne sont même pas représentés ,et si l'on se rappelle de 2005 ,on se demande si nous toujours en démocratie.....

à écrit le 01/09/2015 à 15:47
Signaler
Dansles statistiques européennes la FRANCE est elle compter,??? car chez nous dans notre beau pays le chômage continue de monter de monter et HOLLANDE et VALLS de descendre, de descendre ......

à écrit le 01/09/2015 à 15:41
Signaler
Avec FH la France n'est pas intimidée par l'Allemagne elle se "couche devant l'Allemagne" au nom de l'unité Européenne. La France est grande quand elle affirme ses idées par contre quand elle se laisse broyer par la moulinette libérale de Bruxelles e...

à écrit le 01/09/2015 à 14:58
Signaler
juste au passage, les idees des prix nobel valent ce qu'elles valent dans son bouquin sur la resolution des crises, krugmann propose bien d'embaucher des gens a ne rien faire ( ' depenses publique', dans les modeles macroeconomiques), genre creuser ...

le 01/09/2015 à 15:33
Signaler
c est deja applique en france ,on appelle ca les fonctionnaires ..!!

le 01/09/2015 à 16:07
Signaler
Réponse de canari, cerveau de canari. J'ai du mal à croire qu'en 2015 on puisse encore écrire de telles bêtises. Sans fonctionnaires, aucun État ne fonctionne. Sans État, aucune entreprise privée n'existe.

le 01/09/2015 à 16:23
Signaler
Et vous ,vous voyez ce qu il y a apres?

le 01/09/2015 à 16:40
Signaler
@"Réponse de Réponse intelligente" La productivité de la fonction publique française est catastrophique et en surnombre d'au moins un million de fonctionnaires. Mais comme bon gauchiste vous inversez l'ordre des priorités. La priorité n'est pas la n...

le 01/09/2015 à 18:03
Signaler
@tartemolle...La fonction publique Française d'état dépense moins en valeur qu'un fonctionnaire fédéral US en coût/par agent (forces armées comprises)...Et si on compare les fonctionnaires territoriaux je vous rappelle par exemple que les répartition...

à écrit le 01/09/2015 à 14:55
Signaler
stiglitz et ses amis n'ont donne que 2 millions sur le site de crowdfunding indiegogo pour le renflouement de la grece c'est tres peu d'autant que le nobel price palpe a lui seul 1 million de dollars alors s'il pouvait suggerer a tous ses amis gene...

à écrit le 01/09/2015 à 14:55
Signaler
Qu'il m'explique en quoi nous sommes intimidés en faisant un bras d'honneur contant a l'Europe (donc budgetairement a l'Allemagne) sur notre budget systematiquement en deficit ? Du grand n'importe quoi, on peut etre prix nobel et avoir un parti pris...

le 01/09/2015 à 16:32
Signaler
Stiglitz et Krugman sont systématiquement mis en avant par nos médias et nos socialistes, considérant que tout ce qu'ils disent vaut paroles d'évangile avec l'argument "ils sont prix Nobel". Ce ne sont que des keynésiens attardés qui ont d'ailleurs...

le 01/09/2015 à 16:56
Signaler
à Tartemolle : Stiglitz et Krugman ont l'avantage de donner des explications à une crise et d'expliquer pourquoi les différents pays qui suivent d'autres politiques ne s en sortent pas. Pour vous faire plaisir (et uniquement pour ça !) on peut toujo...

le 01/09/2015 à 17:48
Signaler
@Labo: Stiglitz et Krugman sont surtout des economistes qui ont quitté le champ de leur specialité economique pour faire de la politique. Krugman est par exemple un specialiste reconnu du commerce international...or il passe son temps depuis quelqu...

à écrit le 01/09/2015 à 14:29
Signaler
Si la France n'a pas (plus) l'autorité de l'Allemagne c'est avant tout la résultante de 1- sa faible croissance de ces dernières années 2- son incapacité a remettre ses finances en ordre et à tenir ses engagements 3- le recours permanent a des déroga...

le 01/09/2015 à 16:27
Signaler
Stiglitz comme Krugman sont des keynésiens invétérés qui n'ont toujours pas compris que le keynésianisme a échoué partout et de tout temps comme le socialisme qui s'en prévaut.

le 01/09/2015 à 17:52
Signaler
@tartemolle: ce sont surtout des economistes américains qui ne comprennent rien aux dynamiques politiques européennes et qui tout auréolé de leurs prix Nobel mérité sur des sujets particuliers (assymetrie de l'information pour Stiglitz / commerce int...

à écrit le 01/09/2015 à 14:28
Signaler
Sans intérêt.

le 01/09/2015 à 16:22
Signaler
Aucun intérêt. Ce type fait partie des épaves keynésiennes médiatiques comme Krugman qui prônent un endettement mortifère par clientélisme social-démocrate débridé. Stiglitz ne sait que louanger l'endettement, aucun intérêt effectivement.

à écrit le 01/09/2015 à 13:28
Signaler
Incroyable de la bouche d'un pseudo prix Nobel.La vérité c'est que c'est l'Allemagne le premier créancier de la Grece et la France le second .La Grece ne doit pas de l'argent aux banques allemandes ou françaises ,mais aux états français et allemand c...

le 01/09/2015 à 14:31
Signaler
Ce raisonnement ne tient pas bien la route : il tait s'il n'ignore pas l'astuce du néo -libéralisme monétariste : faire comme de la nationalisation ou du collectivisme tout en les accusant, tout simplement en mutualisant les passifs du privé et en us...

le 01/09/2015 à 15:25
Signaler
Bonjour, SAZ, vous oubliez de dire qu'en 1953, l'allemagne s'est vu annuler (enfin reportée à une date ultérieur, puis annulée en 1990) sa dette (de guerre, mais également des emprunts réalisés entre les 2 guerres). Ils pourraient donc peu-être ê...

à écrit le 01/09/2015 à 13:19
Signaler
Ca résume bien la déception qu'a produit Hollande et les politiques très libérales et très inefficaces de ses gouvernements : absentéisme, face à l'ultralibéralisme europeen ! et peut être m^me ce qui est pire, suivisme !

à écrit le 01/09/2015 à 13:18
Signaler
c est du n importe quoi!

à écrit le 01/09/2015 à 13:14
Signaler
il est plus facile de parler avec l'autorité nécessaire quand on a une économie robuste et des comptes publics au carré, que quand on passe son temps à mendier des délais pour rentrer dans les clous. Les déficits accumulés au cours des décennies pré...

à écrit le 01/09/2015 à 13:11
Signaler
C'est surtout l'incapacité française à remonter la pente, qu'il s'agisse de croissance, d'industrie, maintenant même d'agriculture, et, conséquence inévitable, de finances publiques et sociales et non l'intimidation supposée par l'Allemagne qui est d...

le 01/09/2015 à 15:13
Signaler
Moi je dis que ce marasme français, si on excepte tous les autres pays de l'UE, est sans équivalent dans l'UE.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.