Élections européennes : 4 Français sur 10 dans l'indifférence

 |   |  739  mots
Les élections européennes auront lieu du 23 au 26 mai prochains.
Les élections européennes auront lieu du 23 au 26 mai prochains. (Crédits : Reuters)
Avant le scrutin du 26 mai, 42% des Français interrogés par BVA expriment un désintérêt pour ces élections. C'est six points de plus que lors de la précédente enquête menée en mars. La République en marche (24%) et le Rassemblement national (20%) demeurent en tête. Ils sont suivis des Républicains (13,5%).

Les craintes d'une forte abstention se multiplient. Selon le dernier baromètre réalisé par BVA pour La Tribune, Europe 1 et Orange, 42% des Français expriment un désintérêt pour ce scrutin contre 36% au mois de mars et 35% en février. À l'opposé, 56% des Français se disent intéressés contre 62% en février et mars. Il n'y a donc pas eu de regain d'intérêt après le débat organisé par l'audiovisuel public marqué par la cacophonie entre les douze têtes de listes invitées le 4 avril à débattre.

> Lire aussi : Débat télé des Européennes : les 12 candidats ont-ils raté leur premier round ?

À quelques semaines de l'échéance, l'effritement de l'attrait des électeurs pour le renouvellement du Parlement européen n'annonce pas de bonnes nouvelles. L'institut de sondage estime que la participation pourrait se situer entre 44% et 50% sachant qu'il y a une grand part d'incertitude. Si 57% des personnes interrogées ont exprimé une intention de vote et se disent sûres de leur choix, 32% ont la volonté d'aller glisser un bulletin dans l'urne mais peuvent encore changer d'avis. Enfin, 11% ont exprimé un vote blanc ou nul. Face à cette importante volatilité du corps électoral, il reste moins de deux mois aux forces politiques en présence pour convaincre les électeurs de se rendre aux urnes. Depuis les premières élections européennes, le taux de participation n'a cessé de se dégrader passant de 61% en 1979 à 42,6% en 2014.

Un désengagement des jeunes

Dans le détail, 29% des personnes interrogées se montrent "pas vraiment intéressées" et 13% se disent "pas du tout intéressées". A l'inverse, 33% indiquent qu'ils sont "assez intéressés" et 23% affirment qu'ils sont "très intéressés". Sur l'échantillon interrogé par l'organisme de sondages, de fortes disparités apparaissent entre les générations. Chez les 18-34 ans, seuls 46% se disent intéressés contre 77% chez les plus de 65 ans. Cet écart de 31 points traduit un véritable fossé à l'égard de cette campagne. Par catégorie socioprofessionnelle, ces élections suscitent de l'intérêt chez une grande majorité de cadres (66%) et de retraités (74%). A l'inverse, les employés et les ouvriers auraient tendance à se détourner de cet enjeu (48%).

Dans le champ politique, les sympathisants de la République en marche sont les plus nombreux en proportion (84%) à exprimer de l'engouement. Viennent ensuite les partisans du Parti socialiste (69%) et ceux des Républicains (71%). A la France insoumise (65%), chez Europe Ecologie les Verts (64%) ou au Rassemblement national  (64%), cet attrait est moins visible. Enfin, par zone géographique, les résultats obtenus par l'institut spécialisé dans les enquêtes d'opinion illustre un écart entre les communes rurales inférieures à 2.000 habitants (52%) et les zones urbaines comme les villes moyennes (entre 20.000 et 100.000 habitants) ou l'agglomération parisienne (60%).

La droite gagne du terrain

Sur l'échiquier politique, la droite avance ses pions progressivement. La tête de liste aux européennes pour les Républicains, François Xavier Bellamy remporte 1,5 point d'intentions de vote en avril pour atteindre 13,5% contre 12% en mars. C'est la progression la plus importante par rapport au dernier sondage réalisé par BVA. L'ancienne ministre chargée des Affaires européenne Nathalie Loiseau stagne à 24% pour la liste de la République en marche tout en restant en tête des intentions. Elle est suivie de la liste du Rassemblement national (RN) menée par Jordan Bardella qui atteint 20%, en recul d'un point. En quatrièmes position arrive la liste de la France Insoumise (LFI) emmenée par Manon Aubry. Elle gagne 0,5 point à 8%. La liste du Parti socialiste (PS) dirigée Raphaël Glucksmann gagne un peu de terrain (0,5 point) à 5,5%. Le recul le plus marqué concerne la liste Europe-Ecologie-les-Verts conduite par Yannick Jadot (-1,5 point à 7%).

____

Méthodologie : étude réalisée par l'institut BVA auprès d'un échantillon interrogé par Internet du 10 au 11 avril 2019. L'enquête est réalisée à partir d'un échantillon de 1.402 inscrits sur les listes électorales, identifiés au sein d'un échantillon de 1.504 Français, représentatif de la population nationale âgée de 18 ans et plus. Les intentions de vote qui figurent dans le rapport de BVA reposent sur la base des personnes inscrites sur les listes électorales, certaines d'aller voter et ayant exprimé une intention de vote, soit 679 individus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2019 à 9:56 :
Amusant cette stat ! Il n'y a eu que 42% de participation en 2014 alors ça donne plus 6 Français sur 4, ça me semble beaucoup plus réaliste !

Imaginez comme tout le monde s'en tamponne : 42% de participation en Europe en 2014 !!!!! 42 % !!!! Par contre attention quand ça ne va plus alors là on va sortir tout casser !
a écrit le 13/04/2019 à 8:32 :
...autant d'indifference si on dit : vote anti-Macron ?
a écrit le 12/04/2019 à 20:43 :
Encore un exemple et s'il en fallait un de plus de la toxicité de l' UE "La Commission européenne a adressé fin novembre une nouvelle mise en demeure à la France, lui demandant "un calendrier précis" de mise en concurrence d'un "nombre significatif" de concessions hydroélectriques actuellement exploitées par EDF."

Pour refuser ces injonctions destructrices de la souveraineté économique de la France (comme la privatisation d'ADP, de la FDJ et d'Engie !), il n'y a que le FREXIT !

Nous voterons pour la liste "Ensemble pour le FREXIT", avec l'UPR -
Réponse de le 13/04/2019 à 9:02 :
Le 7 février 2018, le gouvernement Philippe, après avoir fait savoir à l’interfédérale des salariés du secteur hydroélectrique français qu’il ne trouvait rien à redire au principe, a donc acté la privatisation. D’ici 2022, 150 des plus grands barrages (plus de 20 mètres de haut) devraient être vendus, pour une puissance totale de 4,3 GW équivalant à celle de trois réacteurs nucléaires de nouvelle génération. Le reliquat du parc public, sauf effondrement global, sera mis à l’encan avant 2050. EDF, société détenue à 83,5 % par l’État, gère 85 % des 433 concessions du pays (une concession représente un ou plusieurs barrages raccordés à une même centrale électrique). Engie et des structures régionales comme la Compagnie nationale du Rhône ou la Société hydroélectrique du Midi se partagent les 15 % restants.Cela faisait dix ans que la Commission européenne réclamait cette privatisation, avec un acharnement spécial et suspect de la part de la commissaire à la concurrence Margrethe Vestager depuis sa nomination en 2014. Macron et Philippe l’ont signée, sans l’ombre d’une hésitation. Il s’agit de mettre fin à l’abus de « position dominante » d’EDF, incompatible avec l’article 106 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.On n’est plus à une incohérence près. Le secteur nucléaire, réputé stratégique mais en faillite, on n’y touche pas ; en revanche, le secteur hydroélectrique, très profitable mais réputé non stratégique par notre tandem, on peut le vendre à la découpe. Les charognards rôdent depuis longtemps et se sont fait connaître : E.ON (Allemagne), Enel (Italie), Statkraft (Norvège), Fortum (Suède), Vattenfall (Suède) et Alpiq (Suisse), entre autres.
a écrit le 12/04/2019 à 11:39 :
Manque de transparence en cause. Exemple: les élus sortants ne présentent pas de compte-rendu de mandat; et, du reste, qui les connaît?
Mais le job a été fructueux, qu'il s'agisse de la réglementation concernant les travailleurs détachés, les aides aux travail des femmes; la défense des valeurs démocratique; sans compter la CAP.
Les mêmes qui ne se déplaceront pas pour ces élections n’auront de cesse de honnir "Bruxelles"!
Réponse de le 12/04/2019 à 15:06 :
remember 2005 : aucune raison de se déplacer, en premier lieu respecter les décisions d'un vote.....
Réponse de le 13/04/2019 à 8:33 :
.... c'est la démocratie "avancée" (il faudrait préciser le sens du substantif ! )
a écrit le 12/04/2019 à 10:55 :
Qu'allons nous faire des élus britanniques le 1 er novembre? Remettre tout à plus tard, c'est la devise de l' Europe excepté pour nous interdire de ramasser les escargots de Bourgogne, ou pour nous imposer telle mesure inapplicable. Le transfert mensuel de l'assemblée entre Strasbourg et Bruxelles est aussi une incongruité coûteuse. souvent, nous ne connaissons pas notre député à l'Assemblée nationale, ce n'est pas pour connaître nos députés européens qui seront de plus en plus , pour la prochaine mandature ,des illustres inconnus sortis de nulle part: comment leur faire confiance?
a écrit le 12/04/2019 à 10:33 :
Les sondages c est une vraie fumisterie.
Et les pieds nickelés présents sur la liste lrem ne font pas avancer les choses. Sur les eurodéputés qui sont en place ce n est guère mieux.
Quand je vois les députés lrem actuels c est une misère....Quand je vois que certains demandent que les français doivent tous payer l impôt sur le revenu ils me font rire jaune car la csg tes sont déduits chez tous les travailleurs et cela represente plus de 177 milliards par ans et ils ne le savent même pas. C est aussi vrai dans tous les autres domaines. Bref ils sont ridicules du matin au soir. Reste a faire le ménage aussi dans le gouvernement.....certains sont la risée de tous les journalistes et d une grande partie des français..comment MACRON PEUT IL EYRE CRÉDIBLE. Entre déni et les mensonges et les facks news.
a écrit le 12/04/2019 à 10:10 :
"Chez les 18-34 ans, seuls 46% se disent indifférents"

Qu'est-ce que ca va donner quand le vote sera à 16 ans.

La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé que le vote de jeunes âgés de 16 à 18 ans serait expérimenté à Paris durant les élections européennes, cela dans l'optique d'une généralisation à l'ensemble des Français.
Cela ne signifie pas que les jeunes Parisiens pourront réellement voter lors de ce scrutin, la Ville ne pouvant pas se substituer à la Constitution ou au code électoral. Il s'agira donc dans les faits d'une simulation organisée dans une douzaine de lycées, et destinée à être le plus proche possible de la réalité.
a écrit le 12/04/2019 à 10:04 :
L'indifférence est un problème majeur. Après cela on trouve les gwns qui votent mais comme ci c'était des élections nationales. On est mal, mais on se plaint sans voter.
a écrit le 12/04/2019 à 9:40 :
la FRANCE ! et sa légitimité démocratique 24% . est elle encore crédible ?
a écrit le 12/04/2019 à 9:33 :
Élections européennes : 4 Français sur 10 dans l'indifférence

L'Europe de Bruxelles a tellement cassé la France, massacré les Français, dilapidé le patrimoine industriel Français, bradé les infrastructures de la France,

plus que de l'indifférence,

c'est un rejet MASSIF des bureaucrates voyous corrompus de Bruxelles qui devraient tous être traduits par devant une Justice d'Exception pour atteinte aux intérêts supérieurs de la Nation,

ils faudra qu'un jour ils croupissent tous et toutes dans des prisons sommaires sur une ile au milieu de l'océan de détritus plastiques dans lequel il devront manger leurs excréments
Réponse de le 12/04/2019 à 10:07 :
ne faites pas comme les Britanniques qui blâment l'UE pour tout, c'est trop facile et injustifiable.
a écrit le 12/04/2019 à 9:06 :
"C'est six points de plus que lors de la précédente enquête menée en mars."

Là les gars il y a des trous dans le raisonnement...

"Européennes 2014. La grande victoire de l'abstention" https://www.courrierinternational.com/article/2014/05/26/la-grande-victoire-de-l-abstention

On était déjà à 54% d'abstention en France, vous nous dites que c'est pire que l'année dernière en parlant de 4 personnes sur 10 exprimant leur désintérêt...

"Les faits sont têtus, il est plus facile de s'arranger avec les statistiques" Marc Twain
a écrit le 12/04/2019 à 8:35 :
Rien de nouveau. La participation a été voisine de 40% en 2014 en France et dans l'UE.
Cordialement
a écrit le 12/04/2019 à 7:40 :
Pourquoi les élus sortants ne présentent pas leur bilan d'activité ? Qui les connaît du reste? On a le sentiment d'être en présence d'un parlement fantôme. Comment s'étonner de l'indifférence des Français pour qui cette élection n'est qu'un galop d'essai des candidats à la présidentielle. Pourtant l'oeuvre réglementaire du parlement européen est importante qu'il s'agisse des droits des femmes ou des travailleurs.
a écrit le 12/04/2019 à 7:15 :
il y a quelque chose d'illogique à se détourner des élections de nos députés européens: nous accusons le Parlement Européen de nous imposer des règles limitant les pouvoirs de notre gouvernement; nous devenons ainsi des Gilets Jaunes vis à vis de l'Europe. Il faudrait rappeler que la règle des 3% de déficit rapporté au PIB a été proposée par des brillants esprits français (sous MITTERRAND), qu'elle n'a aucun fondement économique et que nos gouvernements ont été incapables de la respecter.
a écrit le 12/04/2019 à 7:05 :
Votez pour l es élections européennes pour quoi faire ? Votez pour les élections des immigrés là ok ils nia plus des français dommage
a écrit le 11/04/2019 à 23:42 :
Pourquoi dans l'indifférence? Parce l'UE agit dans l'ombre et l'arbre que représente "nos représentants" cache la forêt des non-élus de Bruxelles!
a écrit le 11/04/2019 à 22:53 :
LREM à 24 %, bfm macron l'annonce.
Je n'y crois pas.
Réponse de le 11/04/2019 à 23:57 :
Rapporté à la participation (40 à 50%), ca laisse LREM à 10-12% du corps électoral.
C'est très loin d'être un succès.

En France, il suffirait que les abstentionnistes arrêtent de bouder pour renverser la table, pacifiquement et efficacement.

Tous les populistes, de droite, de gauche et LREM, ne survivent que parce que nous sommes paresseux.
a écrit le 11/04/2019 à 22:52 :
LREM à 24 %, bfm macron l'annonce.
Je n'y crois pas.
a écrit le 11/04/2019 à 21:10 :
Je suis persuadé que François Asselineau va créer la surprise. En tous cas, je me suis inscrit sur les listes électorales pour recommencer à voter, bien motivé par LREM... Serais-je le seul ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :