Brexit : Londres se prépare à participer aux élections européennes le 23 mai

 |  | 804 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Reuters)
La Première ministre Theresa May, qui poursuit ses difficiles tractations avec l'opposition travailliste, a formellement demandé aux Européens un report de la date du Brexit au 30 juin, tout en précisant que le départ du Royaume-Uni pourrait intervenir plus tôt, si l'accord de retrait était ratifié par le Parlement. Après Angela Merkel, Theresa May rencontrera Emmanuel Macron mardi soir à Paris, à la veille du conseil européen extraordinaire à Bruxelles.

[Article publié le 08.04.2019, mis à jour le 09.04 à 10h09 avec les derniers rebondissements]

Cette semaine s'annonce décisive. À quatre jours du Brexit, initialement prévu le 29 mars mais repoussé au 12 avril, Theresa May se débat pour trouver une solution transpartisane permettant de faire sortir son pays de l'Union européenne avec un accord approuvé par le Parlement. La cheffe du gouvernement a estimé le week-end dernier qu'il y avait désormais un choix clair pour le Royaume-Uni : sortir de l'Union européenne avec un accord, ou ne pas quitter le bloc du tout.

Le président français Emmanuel Macron recevra ce mardi à 18h00 Theresa May, attendue également à Berlin pour rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel, à la veille du conseil européen extraordinaire qui se tiendra à Bruxelles. Elle y défendra notamment un report du Brexit jusqu'au 30 juin 2019.

Dans cette perspective, Londres a ainsi pris lundi soir les mesures légales requises pour participer aux élections européennes, le 23 mai. Dans le même temps, la Chambre des Lords a approuvé une proposition de loi donnant au Parlement le pouvoir d'examiner, voire de modifier, le projet de report du Brexit de Theresa May. Ils ont également réaffirmé leur refus du "no-deal".

Theresa May n'a pas bougé sur les "lignes rouges" (Corbyn)

Theresa May, qui a échoué à trois reprises à faire adopter par la Chambre des communes l'accord de retrait qu'elle a négocié avec Bruxelles, s'est tournée la semaine dernière vers l'opposition travailliste dans l'espoir de sortir de l'impasse actuelle. Un virage à 180° dans la stratégie de la dirigeante conservatrice.

Le chef de file du Labour, Jeremy Corbyn, avait fait savoir samedi qu'il attendait de voir bouger les "lignes rouges" fixées par la dirigeante conservatrice. Selon le Sunday Times, le gouvernement britannique pourrait inscrire dans la loi un accord douanier avec l'UE dans le but de convaincre les Travaillistes de soutenir un accord sur le Brexit. Mais le gouvernement n'a pas encore donné les engagements nécessaires, a expliqué Jeremy Corbyn à la presse :

« Le problème est que le gouvernement ne semble pas bouger de ses lignes rouges initiales (...) J'ai plaidé la cause d'une union douanière avec l'Union européenne, pour l'accès au marché, et en particulier la protection des droits des consommateurs, de l'environnement, et de ceux qui travaillent (...). Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu ces engagements », a-t-il expliqué.

Le chef de la diplomatie britannique (Foreign Office), Jeremy Hunt, l'admet : "les discussions engagées ne sont pas faciles". Des discussions techniques ont bien eu lieu lundi soir entre le parti d'opposition et les Tories, mais sans déboucher sur une issue politique.

« On ne peut pas entrer dans ces discussions avec des grosses lignes rouges sinon il ne sert à rien de discuter. Mais nous sommes très clairs sur le type de Brexit que nous voulons. C'est dans notre programme et nous l'avons affiché », a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni fixe au 23 mai la date des élections européennes, juste au cas où...

Lors du sommet extraordinaire à Bruxelles mercredi, les Vingt-Sept examineront notamment la demande de Theresa May de reporter la date du Brexit au 30 juin, avec la possibilité pour le Royaume-Uni de se retirer plus tôt si un accord est trouvé.

Ironie de la situation, le gouvernement britannique a été contraint d'annoncer lundi soir qu'il organiserait des élections européennes le 23 mai, près de trois ans après le référendum de 2016.

En théorie, selon le dernier calendrier qu'ils ont fixé, le Brexit doit donc intervenir le 12 avril, puisque la Chambre des communes, malgré trois tentatives, n'a toujours pas réussi à dégager une majorité sur l'Accord de retrait. Si cet Accord finit par être ratifié avant le 12 avril, la date du Brexit serait, toujours en théorie, reportée au 22 mai.

--

[NE PAS RÉUTILISER] Brexit étapes

[Les législateurs britanniques ont rejeté l'accord de retrait pour la troisième fois le 29 mars - le jour même où le Royaume-Uni était censé quitter l'Union européenne. Crédits : Reuters]

--

Rees-Mogg promet de mener la vie dure à l'UE si le Brexit est reporté

Le député conservateur britannique Jacob Rees-Mogg, un des chefs de file des "Brexiters", a dénoncé dimanche l'incapacité de la Première ministre Theresa May à tenir ses promesses et menacé de mener la vie dure à l'Union européenne si le Royaume-Uni devait en rester membre. Il a notamment suggéré que Londres oppose son veto au budget pluriannuel européen.

L'élu conservateur, qui préside le groupe eurosceptique ERG au sein du Parti conservateur de Theresa May, a aussi promis de s'opposer au projet d'intégration européenne accrue porté par le président français Emmanuel Macron.

« Si nous sommes contraints de rester (dans l'UE), nous devrons en être le membre le plus difficile possible », a-t-il déclaré sur Sky News.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2019 à 13:09 :
Encore une belle trahison de « l’élite dirigeante », comme pour le référendum de 2005 en France et en hollande. Tout cela semble normal, mais c’est la démocratie qui est en pleine déroute ou bafouée, c’est comme on veut…
a écrit le 10/04/2019 à 8:22 :
Nous voilà fixé, l'Europe c'est la France et l'Allemagne les autres on s'en tape !
Le Brexit c'est terminé alors il ne va rester que le populisme, en gros rien de nouveau.
a écrit le 10/04/2019 à 7:41 :
J espère que les partis politiques anglais refuseront tout candidature des hommes politiques pro Brexit dans leurs listes.on ne peut pas cracher dans la soupe et vouloir la manger n’est ce pas M Farage
Réponse de le 10/04/2019 à 8:25 :
Ouf un facho démocratique , Ca me rassure je croyais que nous étions en démocratie ! On peut aussi les mettre en prison si vous préférez la version chinoise, c'est comme vous voulez du moment que nous sommes une démocratie ! Waooo vous lire ça fait froid dans le dos !
Réponse de le 10/04/2019 à 14:47 :
Jc. Vous préférez qu ils viennent semer la zizanie dans l UE ,il n y en a pas assez.c’est bien la démocratie
A partir du moment où tout le monde joue le jeu.je ne pense pas que cela soit le cas
a écrit le 09/04/2019 à 21:22 :
Le no brexit ce fait de plus certain , la reculade de la France lui donne de l avenir .
a écrit le 09/04/2019 à 20:38 :
L'Allemagne accepte un report ce soir jusqu'à début 2020. Macron va suivre comme tout vassal qu'il est. Ca me désole cette soumission à notre voisin.
a écrit le 09/04/2019 à 13:52 :
J'ai hâte de voir cela , les anglais qui votent aux élections européennes , les pro-brexit et les populistes européens ( RN , j'en passe et des meilleurs....) vont faire une jaunisse , leur foie ne va pas supporter .
a écrit le 09/04/2019 à 12:16 :
L'Angleterre est déjà le membre de l'UE qui pose le plus de problème aux autres.
Si UK reste, rien de nouveau sur ce plan là
L'UE devrait les faire sortir le 12 Avril. Repousser le Brexit pour en être au même point dans 1 an, quel intérêt? Ils ont eu 3 ans pour se mettre d'accord mais c'est impossible.
Le temps jouera contre les brexiters de toute façon
a écrit le 09/04/2019 à 11:46 :
"Après Angela Merkel, Theresa May rencontrera Emmanuel Macron mardi soir à Paris, " je serais à la place des autres pays d'Europe, je ne serais pas franchement satisfait de ces rencontres qui me mettent sur la touche. Finalement l'UE n'est qu'un vaste entourloupe.
Réponse de le 09/04/2019 à 12:05 :
Ce n'est pas l'UE qui a demandé à May d'aller voir Macron et Merkel. C'est une initiative de May.
Vous accusez pour le plaisir d'accuser.
Si Robert va voir jacqueline et Monique sans en parler à Jean Claude, vous faites des reproches à ....Jean Claude ? Bizarre votre mode de fonctionnement
Réponse de le 09/04/2019 à 13:59 :
réponse à Fake News: Si vous faites partie d'un groupe de 28 et que trois ou 4 membres du groupe prennent des décisions dans votre dos, êtes vous toujours content de faire parti de ce groupe? Que pense la Pologne et la Hongrie à ce sujet? Mettez vous à leur place! Ils doivent adorer! A moins que votre mode de fonctionnement personnel ...
a écrit le 09/04/2019 à 11:42 :
L'UE de Bruxelles fuit de partout, il serait temps de combler les plus grosses voies d'eaux au lieu de vouloir en faire de moins visible en pensant rester a flot!
Réponse de le 09/04/2019 à 12:06 :
Si l'UE est un titanic, expliquez moi pourquoi les Brit hésitent tant à quitter le navire. Il vaut mieux un gros paquebot même si il n'est pas parfait qu'une chaloupe pour affronter la tempête !
Réponse de le 09/04/2019 à 14:02 :
La tempête est dans l'UE de Bruxelles, non a l'extérieur, mais... vous avez surement une explication!
a écrit le 09/04/2019 à 11:38 :
L'UE doit trembler face aux menaces de Rees-Mogg. Dans la situation où il est par rapport à l'UE le RU n'est plus en mesure de mener la vie dure à celle-ci.
a écrit le 09/04/2019 à 10:47 :
Espérons qu'ils partent-ils le 12.L'Espagne ,à cause de Gibraltar ,pourrait bien créer la surprise !
a écrit le 09/04/2019 à 10:44 :
Il faudrait qu'ils sachent enfin un jour ce qu'ils veulent. On ne peut les assurer pendant encore des mois de tout et du contraire. Donc ils ne doivent pas participer aux européennes
a écrit le 09/04/2019 à 10:31 :
le 12 avril, ca doit etre fini
apres on peut negocier pour la suite, mais il faut respecter sa parole ( ou annuler definitivement toute sortie, bien sur)
a écrit le 08/04/2019 à 18:58 :
"Grand guignolesque"-"Abracadabrantesque", bref British !
Comme d'habitude, ils essaient d'enfumer tout le monde pour en retirer le plus d'avantages possibles avec en prime les éructations du sieur Jacob Rees-moog qui croit être encore au siècle de la Reine Victoria.
a écrit le 08/04/2019 à 18:40 :
Basta, maintenant ça suffit, il faut mettre un terme à cette comédie. Que les dirigeants européens prennent leurs responsabilités et vite.
a écrit le 08/04/2019 à 18:21 :
Le problème est le même depuis 3 ans

Les anglais veulent partir mais surtout ne pas perdre les avantages du marché européen
May va enfumé tout le monde
Et personne n’aura le courage de dire Stop on en a marre de vos histoires depuis 50 ans
a écrit le 08/04/2019 à 17:36 :
L'UE de Bruxelles fuit de partout, il serait temps de combler les plus grosses voies d'eaux au lieu de vouloir en faire de moins visible en pensant rester a flot!
a écrit le 08/04/2019 à 17:32 :
L'UE de Bruxelles fuit de partout, il serait temps de combler les plus grosses voies d'eaux au lieu de vouloir en faire de moins visible en pensant rester a flot!
a écrit le 08/04/2019 à 17:03 :
L'UE de Bruxelles fuit de partout, il serait temps de combler les plus grosses voies d'eaux au lieu de vouloir en faire de moins visible en pensant rester a flot!
a écrit le 08/04/2019 à 16:35 :
Non, NOn et NON ! on va pas non plus attendre la fin de leurs tergiversations et attendre qu'ils participent aux élections européennes ou l'UKIP va littéralement " putter le shit on le fan " :-) faut leur dire qu'ils assument leurs con...... Deux ans qu'ils nous cassent les pieds en nous disant qu'ils veulent sauter, alors qu'ils le fassent ....qu'ils dégagent maintenant !

Il y a tant d'autres projets Européens à discuter....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :