Espagne : le taux de chômage sous les 20 %, mais pas de "miracle"

 |   |  1651  mots
Les services ont tiré l'emploi espagnol au troisième trimestre.
Les services ont tiré l'emploi espagnol au troisième trimestre. (Crédits : © Jon Nazca / Reuters)
Le taux de chômage espagnol s'est situé à 18,91 % au troisième trimestre en Espagne, du jamais vu depuis plus de 6 ans et demi. Mais faut-il pour autant parler de "miracle" grâce aux "réformes" ?

Pour la première fois depuis le troisième trimestre 2010, le taux de chômage en Espagne est passé sous les 20 % de la population active en se fixant, au troisième trimestre 2016, à 18,91 %. Selon l'Institut national des statistiques espagnol (INE), un tel niveau ne s'était jamais vu en Espagne depuis le dernier trimestre de 2009. Le nombre moyen de chômeurs en Espagne sur le trimestre a été de 4,32 millions de personnes, soit 10,93 % de moins que l'an passé sur la même période.

Croissance soutenue, créations d'emploi soutenues

Ce résultat a immédiatement été présenté à son avantage par le président du gouvernement en exercice, Mariano Rajoy, devant le Congrès des députés, alors qu'il recherche une seconde fois l'investiture du parlement. Il ne manquera pas non plus d'être salué par les partisans des « réformes » du marché du travail dans d'autres pays pour insister sur les vertus de ces dernières sur l'emploi. A première vue, les performances du marché du travail espagnol sont, il est vrai, impressionnantes. Sur le seul troisième trimestre 2016, 226.500 emplois ont été créés en valeur nette. Sur un an, les créations d'emplois s'élèvent à 478.800.

Il convient d'abord de rappeler que ces créations d'emploi sont d'abord le fruit de la croissance espagnole qui est particulièrement soutenue (0,8 % par trimestre depuis un an). Cette croissance est naturellement créatrice d'emplois, principalement dans le secteur des services où, sur un an, 407.600 emplois y ont été créés, soit 85,2 % du total. La très bonne performance du secteur du tourisme cet été en Espagne, qui a profité d'un environnement favorable (désaffection pour le Maghreb, la France et la Turquie), a sans doute amplifié les créations d'emploi au troisième trimestre.

Un rythme plus modéré qu'il y paraît

Cette progression demeure cependant à relativiser. Le niveau du chômage espagnol demeure très élevé en valeur absolue et le rythme des créations d'emploi depuis 2013 n'est pas aussi soutenu qu'il en a l'air. L'effet de masse peut paraître impressionnant avec près de 500.000 créations d'emplois en un an, mais ce chiffre n'a de sens que si l'on garde à l'esprit l'ampleur des destructions d'emplois passées.

L'emploi a en effet été la principale victime de la crise en Espagne. Au troisième trimestre 2007, le taux de chômage était de 8,1 %, soit 10,8 points de moins que neuf ans plus tard. Il y avait alors 1,8 million de chômeurs en Espagne. Ce faible taux de chômage s'expliquait par la bulle de la construction. L'éclatement de cette bulle a conduit le pays à des destructions d'emplois massives qui sont encore loin d'être effacées. Le taux de chômage a atteint son point le plus haut au premier trimestre 2013 à 26,94 % de la population active, soit 6,28 millions de demandeurs d'emploi. En 14 trimestres, le chômage a reculé de 1,96 million de personnes, soit en moyenne 140.000 chômeurs de moins par trimestre. Il avait précédemment crû de 3,51 millions en 22 trimestres, soit 159.546 chômeurs de plus par trimestre. Au total, la baisse actuelle a effacé 44,9 % de la hausse précédente sur un temps équivalent 63,6 % du temps qu'il aura fallu pour augmenter le chômage. La performance est donc assez moyenne.

Au final, si le troisième trimestre 2016 semble très bon en termes de créations d'emplois, en moyenne, la reprise de l'emploi espagnol se fait à un rythme inférieur à celui de la destruction causée par la crise. Bref, la croissance actuelle de l'Espagne est forte (0,8 % au cours des quatre derniers trimestres) et créatrice d'emplois, mais pas suffisamment pour effacer rapidement les effets de la crise. L'emploi s'améliore simplement un peu moins vite que la création de richesse. Au deuxième trimestre 2016, par exemple, le nombre de chômeurs était le plus faible depuis le dernier trimestre de 2009. Mais le PIB désaisonnalisé était, lui, revenu à son niveau d'un an plus tôt. Il est donc très difficile d'identifier ici un effet accélérateur des réformes. L'amélioration de l'emploi espagnol n'est pas exceptionnel, il est inférieur au rythme de la reprise.

Retraite et émigration expliquent aussi la baisse du chômage

Un autre élément vient relativiser l'amélioration du taux de chômage : la baisse du chômage, dont on a vu qu'elle était relativement inférieure à sa hausse passée, ne s'explique pas, en effet, que par les créations d'emplois. Au troisième trimestre 2016, les créations d'emplois s'élèvent ainsi à 226.500, mais la baisse du nombre de chômeurs atteint 253.900. Autrement dit, 27.400 personnes, soit 10,8 % du total, ont quitté le chômage sans retrouver d'emploi et ont rejoint le camp des inactifs. Sur un an, le chiffre est encore plus impressionnant : on compte 108.000 inactifs supplémentaires de plus de 64 ans. La baisse annuelle du nombre de chômeurs s'explique donc à hauteur de 20,4 %, soit plus d'un cinquième, par cette hausse des inactifs qui traduit principalement des départs à la retraite. En effet, sur un an, la hausse de la population de plus de 65 ans est de 159.300, alors que la population de 16 à 64 ans baisse de 108.000 personnes.

En bref, ceci signifie que, quelle que soit la vigueur des créations d'emplois, ces dernières ne sont pas capables de remplacer les départs à la retraite et, surtout, elles n'ont pas freiné l'émigration qui explique le recul de la population active de 16 à 64 ans. La baisse du chômage est donc amplifiée par ces deux phénomènes qui ne doivent rien aux créations d'emploi. Autrement dit, la « réforme du marché du travail » espagnol n'a pas permis de créer suffisamment d'emplois pour absorber la demande de travail et remplacer les postes abandonnés par les nouveaux retraités. Résultat : si le nombre de chômeurs du troisième trimestre 2016 est inférieur de 115.000 à celui du dernier trimestre de 2009, le nombre d'Espagnols ayant un emploi est inférieur de 362.900 entre les deux mêmes périodes. La hausse de l'emploi n'a commencé qu'au premier trimestre 2014. Il n'y a donc pas de « miracle » concernant les créations d'emplois en Espagne.

Forte progression des CDD, malgré les réformes

Dernier point : selon ses promoteurs, la « réforme » du marché du travail en Espagne devait favoriser une plus grande stabilité de l'emploi. Il est vrai que le désastre espagnol de l'emploi s'est expliqué principalement par sa précarité. Les CDD dominaient et, quand la crise est venue, n'ont pas été renouvelés. L'idée, connue, est qu'en facilitant les conditions de licenciement des contrats à durée indéterminés, on favorise ce type de contrats par rapport aux contrats à durée déterminée. On réduit ainsi la précarité. En France, les promoteurs de la loi Travail avait cru pouvoir s'appuyer sur l'exemple espagnol. Qu'en est-il en réalité ?

L'étude trimestrielle de l'INE permet de relativiser ce bilan. Sur le seul troisième trimestre 2016, l'ensemble des créations d'emploi s'explique par des contrats à durée déterminée. Mieux même : sur le trimestre, on constate une destruction de CDI ! Ainsi, il a été signé 245.900 nouveaux CDD entre juillet et septembre, tandis que, en net, on a détruit 29.100 CDI. Sur le seul secteur privé, le phénomène est le même avec 227.500 nouveaux CDD et une destruction de 19.500 CDI. Certes, le phénomène peut s'expliquer par le caractère saisonnier des activités estivales, la destruction de CDI étant courant au cours du troisième trimestre dans le secteur privé. Mais ceci amène aussi à se montrer fort prudent sur les chiffres de ce troisième trimestre en termes de créations d'emploi.

Sur une période plus longue, on remarque cependant que la création d'emplois profite d'abord au CDD qui, sur un an ont progressé de 6,2 % tandis que les CDI n'augmentaient que de 1,93 %. Depuis le point bas de l'emploi privé espagnol, au premier trimestre 2013, il a été créé 1,418 million d'emplois salariés en Espagne, dont seulement 334.700 sont des contrats à durée déterminés. En tout, le « miracle espagnol » de l'emploi s'est traduit par la création de 1,083 million de CDD, soit 76,4 % de l'ensemble des créations d'emplois salariés. Certes, le taux de CDD demeure à 26,95 % plus faible qu'au dernier trimestre 2007 où il était à 30,82 %, mais on en prend le chemin puisque ce taux est déjà équivalent à la fin de 2008. En clair : la reprise espagnole de l'emploi n'est guère différente, malgré les « réformes » de celle d'avant la crise : elle est fondée sur les emplois temporaires. C'est dire si cette amélioration de l'emploi est fragile en cas de retournement conjoncturel. Les maux du marché de l'emploi espagnol n'ont donc clairement pas été réglés avec les réformes.

L'emploi au prix d'une baisse des salaires

L'emploi espagnol s'améliore donc. Mais il y a là rien d'exceptionnel et il serait faux d'y voir un modèle. La croissance alimente modérément l'emploi au regard de sa vigueur et la baisse du chômage s'explique par des emplois temporaires et des conditions démographiques favorables. Un autre élément ne doit pas être oublié : la crise a conduit à une forte modération salariale qui est une des sources de la croissance, car elle a dopé la compétitivité prix des produits espagnols. Selon l'INE, le salaire moyen brut espagnol a progressé entre le deuxième trimestre 2012 et le deuxième trimestre 2014 de 0,8 %. Sur la même période, les prix ont augmenté de 2,5 %. C'est donc la baisse du salaire réel qui a permis cette reprise imparfaite de l'emploi. En bref : la croissance a apporté insuffisamment d'emplois précaires et mal payés dans les services. Difficile dans ces conditions de parler de « miracle » et de ne pas comprendre l'insatisfaction d'un peuple espagnol qui refuse désormais d'accorder la majorité absolue à un parti politique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2017 à 16:17 :
Merci et bravo M. Godin pour votre analyse des données.
J'ai travaillé sur le pseudo "modèle" allemand, amusant de constater des convergences entre ses deux pseudos "modèles", 3 convergences : La 1° donnée favorable est démographique, départs à la retraite supérieurs aux entrées sur le marché du travail, cas espagnol la chute de la natalité a maintenant 20 à 25 ans, les conséquences sont effectives comme en Allemagne, la 2° donnée est aussi démographique et connexe à la 1°, ce sont les flux migratoires dans le temps, un excellent régulateur du marché de l'emploi, la 3° donnée favorable est la nature des emplois et leur rémunération : précaire ou temporaire et stagnation des rémunérations dans le temps.
Une interrogation face à ce système économique et sociétal néo libéral : Comment financer les retraites en cours et futures ? Là encore l'allemagne avec les Lois Hartz apporte une solution simple, l'Espagne suivra-t-elle ou l'a-t-elle déjà suivie ?
a écrit le 29/10/2016 à 9:26 :
Très bon article, Mr Godin vous êtes un observateur éclairé de la réalité espagnole, bravo.
a écrit le 29/10/2016 à 7:26 :
et ...notre ami continue ...( sa desinformation ) ! mrs de la redaction , payez lui donc un petit sejour en Espagne ( pour la Grece , celà lui avait été utile , quand il incantait Tsipras ) ...; son " militantisme intoxicateur " , par exemple , il nous parle bien des 0,8 % de croissance : " 0,8 % de croissance par trimestre depuis 1 an " , mais , un paragraphe plus loin , celà devient : " 0,8 % au court des 4 derniers trimestres " ! mr Godin , un peu de clareté s'il vous plait ; freinez vos diatribes partisanes que diable .
l'emploi en Espagne redemarre ( et pas seulement le saisonnier ) , meme dans le batiment , avec des mises en chantiers ; lezs salaires ne sont pas si bas que celà , et ne perdez pas de vue ( mais , avez vous un jours regardé ? ) que les baisses de salaires , celà a été surtout pour les fonctionnaires ( mesure PSOE de Zappatero ) , donc sans influences sur le nombre d'emplois ; et , Rajoy , qui depuis plus de 300 jours , est tjrs au pouvoir avec son gouvernement , va etre reinvesti ce jour ...les espagnols ne sont pas tous des idiots masichistes ? non ?
a écrit le 28/10/2016 à 9:26 :
Ben oui l'oligarchie financière préfère continuer de se gaver sur le dos des salariés, si les citoyens veulent plus d'égalité il va falloir se révolter puisque les politiciens ne sont là que pour servir les plus riches.

Et connaissant l'avidité sans limite de ces gens là ils iront jusqu'au bout.
Réponse de le 28/10/2016 à 13:46 :
Vous trollez puisque vous me dites que j'ai raison mais vous parlez d'un tout autre sujet que celui que j'ai abordé.

Dans ce cas quand on a envie de déposer un commentaire, quand on a envie de dire quelque chose on va dans la fenêtre "envoyer un commentaire" on ne fait pas "répondre" à un commentaire.

Alors je comprends que les trolls en ont marre qu'on ne les lise pas, marre de se répondre entre multipseudos c'est improductif au possible et aliénant mais c'est votre rôle de robot, assumez le ou bien arrêtez de troller tout simplement.

Vous voulez être utile ? Répondez donc à cette question: POurquoi venir sur des forums prêcher votre religion qui n'est l'expression profonde de vos ressentiments, sachant que votre obsession ne concerne que vous ?

Comment, par quel miracle pouvez vous pensez que vous avez une quelconque influence sur des lecteurs ?

Les deux trois premières années d'internet cela a pu marcher en effet mais maintenant, et surtout sur un site sérieux comme celui de la tribune, tout le monde voit et ignore les trolls.

Arrêtez de tout salir, arrêter de vous humilier vous mêmes, redevenez humain vous y gagnerez bien plus que nous.
a écrit le 28/10/2016 à 8:03 :
"L'emploi au prix d'une baisse des salaires"
Ben oui, dans une économie de marché, le travail a un prix fixé comme tous les autres par l'offre et la demande. Il faudra un jour se décider à le reconnaître en France aussi si on veut faire baisser le chômage. En réduisant drastiquement le SMIC, en particulier pour les CDI, et l'indemnisation du chômage afin qu'un emploi même mal payé soit toujours préférable à rester chômeur.
Réponse de le 28/10/2016 à 10:06 :
Le meilleur moyen de venir à bout du chômage serait donc de rétablir l'esclavage ?
Réponse de le 28/10/2016 à 11:31 :
L'exploitation humaine a de beaux jours devant elle avec des raisonnements pareil. Il est déjà compliqué de vivre décemment aujourd'hui avec le SMIC, et vous en conseillez une réduction drastique ?
Vous pensez vraiment qu'il est préférable d'augmenter la richesse des plus nantis, richesse souvent illégitime à bien des aspects, au détriment du bien être et de la dignité de la grande majorité des gens ?
Je pense qu'un système de contrôle fiscal draconien et particulièrement invasif pour des personnes comme vous serait plus à même d'améliorer la situation.
Réponse de le 28/10/2016 à 12:01 :
Oui à condition de généraliser un revenu de base qui, ajouté à ce nouveau SMIC net, ferait environ le SMIC net actuel. C'est d'ailleurs un peu ce que propose Bruno Lemaire avec ses emplois rebond en leur maintenant le RSA socle...
Réponse de le 28/10/2016 à 17:39 :
Demandez leur avis aux travailleurs payés des clopinettes en Allemagne ou en GB. Ca fait bien sur les statistiques mais c'est à peu prés tout.
Dans le cas de l'Espagne et de l'Allemagne, on oublie de parler de la pression démographique qui est bien moins forte qu'en France, cette dernière étant à peu près la seule à voir sa population augmenter
Ceci étant, ça n'excuse pas les faiblesses françaises dues en vrac à l'archaisme des relations sociales, au code du travail bien rigide sans parler de la paperasse excessive, à la souvent nullité des élites dirigeantes (énorme erreur de stratégie comme feu Alcatel Alsthom devenu le nain Alstom) et des politiques qui se foutent royalement du problème.
Réponse de le 29/10/2016 à 7:43 :
je ne crois pas que une baisse du smic soit necessaire ; on parle toujours du smic qui est bien sur une reference , mais il y a bien plus que celà , dans le cout salarial ( charges sociales , avantages , etc ) ; je pense aussi ,et le constate journellement que le cout de la vie est en general adapté aux revenus ( et en Espagne , j'y reside , le cout de la vie à beaucoup baissé ) ;
je voudrai donner aussi une petite indication , et c'est du vécu ( que mr Godin devrait peut etre venir constater ) : un serveur de bar/resto , debutant , gagne 1.200 euros / mois ; un confirmé 1.500 euros ; dans un pays ou le smic est à 756 euros ...; donc , meme si c'est saisonnier ( avec une saison qui dure 8 mois ), ce n'est pas si bas que celà .
a écrit le 27/10/2016 à 19:37 :
c'est typique du francais que d'expliquer que quand ca va mieux chez les autres, he ben en fait c'est pas vrai!
ca evite de balayer devant sa porte!
il faut dire qu'un pays qui va a la faillite, dont l'immobilisme n'a d'egal que l'arrogance des ses bienpensants, qui nivelle par le bas des le plus jeune age, qui demolit toute initiative, c'est sur, c'est en mesure de donner de la bonne lecon de morale!!!!!!!!!!!!
ce qui troue le c des francais c'est que les espagnols recuperent toute l'industrie qu'ils foutent dehors en rigolant, ' dans un grand cadre de lutte des classes'!!!!
comme dit l'autre, c'est ' assez minable'
( meme si ca ne change rien ni au merite des espagnol, ni au pathetique des francais)
Réponse de le 27/10/2016 à 20:49 :
"Quand ça va mieux chez les autres", dès votre première phrase vous vous décrédibilisez totalement (si besoin était) !
Passer de 27 à 19% de chômage, et continuer à se trainer un déficit public de 5,1% (sans parler de la dette qui a emplafonné les 100% du PIB et continue à monter vite) malgré une croissance de 3%, c'est donc ça "aller mieux" ?

Je pense que la France se passera "d'aller mieux" dans ce cas, et avec plaisir ! Et au passage, vous prouvez votre méconnaissance totale de la réalité économique espagnole, c'est une vraie génération sacrifiée. Parlez leur, ils vont dirons tous qu'ils auraient RÊVé de passer une crise séculaire en plafonnant à 10,2% de chômage comme ce fut le cas en France !
Réponse de le 28/10/2016 à 0:36 :
Ah et j'oubliais...le tout avec des baisses de salaires de 25-30% ! Du coup la "ré-industrialisation" que vous nous vantez en Espagne, elle pique plutôt des parts de marché au Maroc et à la Turquie qu'à la France.

Non vraiment, "ça va mieux chez eux que chez nous" en Espagne, y'a pas à dire ! :-)
Réponse de le 29/10/2016 à 7:47 :
vous avez raison ; et d'ailleurs , la reponse ...Clairvoyant ...sent bon la franchouiardise ...: regardons nous bien le nombril , ce doit etre son credo .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :