Grèce : la BCE relèverait à nouveau le plafond de financement d'urgence des banques

 |   |  309  mots
La hausse du plafont de 3 milliards d'euros citée par l'ANA rappelle les chiffres inquiétants circulant ces derniers jours sur les retraits d'épargne.
La hausse du plafont de 3 milliards d'euros citée par l'ANA rappelle les chiffres inquiétants circulant ces derniers jours sur les retraits d'épargne. (Crédits : © Kai Pfaffenbach / Reuters)
Deux jours après avoir augmenté le plafond de l'aide d'urgence des banques grecques de plus d'un milliard d'euros, la Banque centrale européenne réitère.

La Banque centrale européenne (BCE) vient de relever, pour la deuxième fois cette semaine, le plafond de l'aide d'urgence (ELA) qu'elle accorde aux banques grecques, a indiqué à l'AFP une source bancaire grecque. Le montant de cette hausse reste encore inconnu. Cependant, l'agence d'informations financières MNI évoque une augmentation de 1,8 milliard d'euros.

Course aux guichets ?

Cette somme est supérieure au dernier relèvement du plafond de l'ELA, qui remonte à mercredi seulement et qui portait le plafond à 84,1 milliards d'euros, en hausse de 1,1 milliard d'euros. Les hausses relèvements cumulées rappellent les chiffres inquiétants circulant ces derniers jours sur les retraits d'épargne. Ces derniers auraient atteint plus de trois milliards d'euros cette semaine, de la part de ménages et d'entreprises inquiets d'une possible instauration d'un contrôle des capitaux, en cas d'échec du sommet européen de lundi.

Mais, selon la même source bancaire, "il n'a pas été constaté de problème avec le financement des banques grecques" et "les gouverneurs espèrent un résultat positif" du sommet de lundi à Bruxelles.

"La distance à parcourir pour un accord n'est pas grande"

Un feu vert sur le déboursement d'un prêt de 7,2 milliards d'euros attendu depuis près d'un an par le pays apporterait en effet un soulagement général, mais Athènes et ses créanciers (FMI, UE, BCE) ne sont pas encore d'accord sur le contenu du paquet de réformes à effectuer par la Grèce pour obtenir cette tranche d'aide.

Pourtant, le ministre en charge des négociations avec les créanciers du pays, Euclide Tsakalotos, et le gouverneur de la Banque de Grèce Yannis Stournaras sont tombés d'accord lors d'une rencontre se vendredi pour pour constater que la distance à parcourir pour un accord entre Athènes et ses créanciers "n'est pas grande".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2015 à 20:40 :
Malgré les menaces en fanfare via médias, en fait c'est la BCE la partie la plus faible dans cette comédie. Mais dans quelques semaines, après le GREXIT, la valse en fanfare des médias en sera toute une autre, une marche funèbre plutôt…..
a écrit le 20/06/2015 à 7:25 :
Mais c'est bien sur ? Après la (petite) tape sur les doigts ?
La (GRANDE) tape dans le dos ? LUSTUCRU lecteur incrédule ?
a écrit le 19/06/2015 à 18:11 :
Le coté positif, c'est que maintenant, c'est le peuple qui possède la monnaie et non la banque!
Réponse de le 20/06/2015 à 8:11 :
Que ce soit les grecs, leur gouvernement, leurs banques ou la BCE, Ca reste quand meme mon argent !
a écrit le 19/06/2015 à 17:05 :
3 milliards d´euros de retrait ces derniers jours, environ 72 milliards planqués sur des comptes à l´étranger pour 11 millions de têtes ??? Fichtre, la fourmi n´est pas là où on l´ aurait crû ...syphonner est un art que d´aucuns connaissent à merveille...!
Réponse de le 19/06/2015 à 19:45 :
L’épargne en Grèce est estimée a 170 milliards d'euros.
Et l’épargne en France, elle est de combien ? Pas de réponse ?
bon allez, je vous aide : 10 300 milliards d'euros ! (bon, j'avoue je suis moi-même tombe des nues en lisant ce chiffre).
a écrit le 19/06/2015 à 16:39 :
tsipras va utiliser les 2 milliards du contrat avec poutine pour rembourser les 1.6 milliards du fmi...
ca va leur donner le temps de jouer la montre! si tous les 2 jours on leur laisse3.5 milliards, dans deux mois ils auront pris un tel poids qu'ils seront invirables... et la podemos va demander la meme chose, l'allemagne va sortir de l'euro et on a la troisieme guerre mondiale
Réponse de le 19/06/2015 à 18:06 :
Alors qu'il suffit de se déclarer en faillite et de recommencer a zéro? Une guerre mondiale ne peut être qu'économique, où sont les volontaires pour aller au front?
Réponse de le 20/06/2015 à 13:27 :
L'Europe ne permettra jamais à la Grèce la quitter, sinon cela serait laisser la porte grande ouverte à la Russie. Ce serait le début d'une seconde guerre froide qui coûterait finalement plus cher que perfuser la Grèce. Et les Grec le savent...
Réponse de le 20/06/2015 à 20:19 :
le contrat avec Poutine, c'est un PRET (pas un don !) pour construire un oléoduc. Je doute que la Russie se laisse ainsi escroquer par Tsipras sans rien dire.
a écrit le 19/06/2015 à 16:34 :
""....les chiffres inquiétants circulant ces derniers jours sur les retraits d'épargne. Ces derniers auraient atteint plus de trois milliards d'euros cette semaine, de la part de ménages et d'entreprises...."
Qui a dit que la Grèce est exsangue? trois milliards retirés en une semaine: de quoi faire face à l’échéance du 30 juin?
a écrit le 19/06/2015 à 16:22 :
Apparemment, c'est toujours la solution de l'austérité pour les peuples qui est choisie par les dirigeants .
Un vieil article du guardian nous rappelle que 60% de la dette publique française est illégitime, dont le peuple n'a jamais été partie prenante, et dont le peuple français ne manquera pas, comme ceux d'Espagne, d'Italie, du Portugal , etc ... de demander qu'elle soit effacée après un effacement de la dette grecque .
http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/jun/09/french-public-debt-audit-illegitimate-working-class-internationalim
Un ancien article de Bloomberg explique les conséquences d'un non remboursement du FMI par la Grèce
http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-05-25/what-would-happen-if-greece-doesn-t-pay-the-imf-q-a
Le dernier article du site GEAB ne croit pas du tout en un grexit mais fait 3 hypothèses catastrophiques financièrement pour les peuples ( les 99%), dont celle que c'est l'Allemagne qui, au final, pourrait décider de sortir de l'UE pour reformer une autre union avec les pays les plus riches.
Laquelle des 3 hypothèses de GEAB prévaudra, l'avenir nous le dira, à moins qu'une quatrième hypothèse ne vienne remettre à plat la crise financière mondiale post 2008 comme le fut celle post 1929, la solution recherchée par ceux dont les services secrets font des provocations et allument des brasiers un peu partout en espérant le déclenchement d'un conflit mondial . Ensuite, avec des millions de mort et de reconstructions de pays détruits, la folie financière pourrait repartir de plus belle jusqu'à la prochaine remise à zéro sanglante. Ceux qui sacrifient sans état d'âme des millions de vies à leur fortune personnelle devraient pourtant savoir qu'il ne leur reste à eux-mêmes, tout au plus, exactement comme les pauvres, que quelques dizaines d'années de survie, tout comme leurs héritiers, et qu'ils partiront comme eux sans rien puisqu'un linceul n'a pas de poches.
Folie de la cupidité, folie des seuls humains .
Réponse de le 19/06/2015 à 16:42 :
la dette francaise a ete contractee pour financer les fonctionnaires, les retraites et la secu depuis 1981
effectivement, les gens qui arrivent vont devoir payer pour rembourser ce dont ils n'ont pas beneficie - et ne benefiecront pas!!!- ; cela dit ca n'annule en rien la dette
Réponse de le 19/06/2015 à 17:13 :
vous avez sûrement appris à lire et à écrire tout seul, vous êtes en trop bonne santé pour risquer une visite chez le docteur ou à l'hôpital, vous avez votre propre route et une autoroute à votre nom. Le monde entier vous envie Winston !
Réponse de le 19/06/2015 à 17:33 :
La Dette du Socialisme est effectivement colossal.

Heureusement les français sont riches, ils peuvent payer. En plus ils sont pour l'Egalité avec les peuples du tier monde, donc pourquoi vivraient ils mieux ? Qu'est-ce qui pourrait le justifier ? E GA LI TE !
Réponse de le 20/06/2015 à 20:25 :
"vous avez sûrement appris à lire et à écrire tout seul," Non, j'ai appris à lire à la fin des années 60, sans doute d'ailleurs de façon plus efficace -et moins coûteuse- que maintenant, les pédagos n'avaient pas encore ravagé l'éduc nat.Je vais vous surprendre, avoir des services publics qui fonctionnent ne force pas un pays à cumuler taux d'imposition délirants et déficits publics abyssaux.
a écrit le 19/06/2015 à 16:21 :
'se vendredi', s'est sur
a écrit le 19/06/2015 à 16:17 :
selon les grecs la distance est tres faible, il suffit que les creanciers renoncent a 320 milliards, puis continuent de financer le deficit courant qui croitra avec les augmentations des fonctionnaires et des retraites
une pecadille, quoi
Réponse de le 19/06/2015 à 23:04 :
Avec quelques excuse ce serait mieux
Réponse de le 20/06/2015 à 15:55 :
Le peuple grec n'a pas vécu dans le luxe, loin de là, ni "trop dépensé" . Une fois de plus, on voudrait nous faire croire que ce sont les peuples qui dépenseraient trop et non pas les spéculateurs, qui sont responsables de l'ascension vertigineuse du montant de la dette publique grecque , les versements des Grecs ne remboursant pas le capital mais des intérêts à des taux d'usure, d'autant plus élevés qu'un peuple est pauvre et qu'il se saigne par encore plus d'austérité pour verser des intérêts exagérés qu'empochent les riches, sans jamais voir la couleur des sommes empruntées qui ne servent chaque fois qu'à payer des intérêts . C'est l'équivalent pour tout un peuple , du surendettement des familles de salariés très pauvres, voire indigents, très mal rémunérés, dont le premier prêt revolving contracté simplement par nécessité pour se nourrir, se loger, se chauffer jusqu'à la fin du mois est suivi de plusieurs autres prêts revolvings qui ne servent même plus à régler des factures mais à payer les intérêts de plus en plus énormes des prêts précédents jusqu'à l'arrêt complet, des remboursements, le versement des intérêts de la dette dépassant un jour le montant du salaire . La reconnaissance du cas de surendettement avec l'effacement des dettes pour la survie de la famille qui ne pourrait, de toute façon, plus jamais rien rembourser ni payer est la seule solution pour débloquer la situation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :