Guerre en Ukraine : Paris et Berlin expulsent de nombreux diplomates russes, la Russie répond

Après les massacres de l'armée russe à Boutcha, dans les environs de Kiev, la France va expulser "de nombreux" Russes bénéficiant du statut diplomatique, a annoncé lundi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. La Russie a immédiatement réagi en expliquant qu'elle répondrait de manière proportionnelle. Les Etats-Unis et l'Union européenne vont annoncer dans la semaine de nouvelles sanctions.
(Crédits : GRIGORY DUKOR)

Après les massacres de l'armée russe à Boutcha, dans les environs de Kiev, la France va expulser "de nombreux" Russes bénéficiant du statut diplomatique, a annoncé lundi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Selon le Quai d'Orsay, qui précise que "cette action s'inscrit dans une démarche européenne", les activités des 35 diplomates visés par ces mesures sont contraires aux intérêts de sécurité de la France. Comment Paris, Berlin a également annoncé l'expulsion massive de diplomates russes d'Allemagne, alors que les Occidentaux appellent à enquêter sur les "crimes de guerre" imputés aux soldats Russes dans la région de Kiev. Selon l'AFP, 40 sont concernés. La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a souligné que ces employés de l'ambassade de Russie constituaient "une menace pour ceux et celles qui cherchent une protection chez nous". "Nous ne le tolèrerons plus", a-t-elle ajouté dans une courte déclaration écrite. Lundi également, la Lituanie a annoncé l'expulsion de l'ambassadeur de Russie. En mars, la Pologne avait déjà expulsé ses diplomates.

Réaction du Kremlin

Ces décisions ont fait suscité une réaction immédiate de Moscou. La Russie répondra de manière proportionnelle aux expulsions de ses diplomates ordonnées par un certain nombre de pays occidentaux, a déclaré lundi soir l'ancien président du pays et directeur adjoint du conseil national de sécurité, Dmitry Medvedev. Dans un message sur Telegram, il a écrit que "tout le monde connaît la réponse: elle sera symétrique et destructrice pour les relations bilatérales".

"Qui ont-ils puni ? En premier lieu, eux-mêmes".

Dmitry Medvedev a prévenu que la Russie pourrait décider de fermer les ambassades occidentales du pays. "Cela sera moins coûteux pour tout le monde. Et nous finirons par nous regarder simplement au travers de viseurs".

Nouvelles sanctions en vue

Par ailleurs, les Etats-Unis et leurs alliés veulent annoncer "cette semaine" de nouvelles sanctions économiques contre la Russie, tandis que l'Ukraine recevra plus d'assistance militaire, a annoncé lundi le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan. Et ce alors que, selon lui, la Russie a changé de stratégie militaire et va désormais "concentrer son offensive" en particulier sur l'est de l'Ukraine.

Le haut conseiller du président américain a indiqué que les discussions entre Occidentaux à l'heure actuelle portaient notamment sur de possibles mesures "en lien avec l'énergie", sujet très sensible pour les Européens, qui sont très dépendants du gaz russe. Jake Sullivan a insisté sur la recherche de "consensus" avec l'Union européenne, qui de son côté discute en "urgence" de nouvelles sanctions contre Moscou.

Il a par ailleurs promis "d'autres annonces d'assistance militaire supplémentaire dans les prochains jours" pour l'Ukraine, sans plus de précisions, notant que les équipements destinés à l'armée ukrainienne pouvaient provenir des Etats-Unis eux-mêmes ou être acheminés depuis d'autres pays. Le conseiller à la Sécurité nationale de Joe Biden a par ailleurs assuré que la Russie "est en train de repositionner ses forces pour concentrer son offensive sur l'est et des parties du sud de l'Ukraine".

"La Russie a essayé de soumettre toute l'Ukraine et a échoué", a-t-il jugé, estimant que cette nouvelle phase de l'offensive militaire russe "pourrait durer des mois ou plus".

Jake Sullivan a toutefois précisé que, selon Washington, "Moscou va continuer les frappes aériennes et les tirs de missiles sur le reste du pays pour causer des dégâts militaires et économiques et aussi, clairement, pour semer la terreur".

"Urgence"

Plus tôt dans la journée, l'Union européenne  a indiqué discuter en "urgence" de nouvelles sanctions contre Moscou, réclamées notamment par Paris et Berlin, après la découverte d'un grand nombre de corps dans la région de Kiev, a indiqué lundi le haut représentant de l'UE Josep Borrell.

"Il y a un travail intense en cours sur les sanctions avec l'espoir de faire adopter un nouveau paquet mercredi ou jeudi" au cours d'une réunion des ambassadeurs des Etats membres à Bruxelles, a confié un diplomate européen.

L'unanimité des Vingt-Sept est nécessaire pour l'adoption de nouvelles mesures. Si un consensus est trouvé au cours de la réunion des ambassadeurs, il devra ensuite être validé par les capitales.

Une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE est programmée le lundi 11 avril à Luxembourg et un sommet européen extraordinaire consacré au conflit en Ukraine, à la situation économique et à la Défense européenne est prévu "fin mai-début juin", ont indiqué les services de Josep Borrell. Le président français Emmanuel Macron a évoqué lundi des sanctions individuelles et des mesures sur "le charbon et le pétrole", mais il n'a pas mentionné les achats de gaz, sujet de division entre les Européens. L'Allemagne et l'Autriche ont exclu lundi des sanctions contre le secteur gazier russe.

"Depuis le début, le Président utilise tous les instruments disponibles pour que le Président Poutine cesse la guerre: sanctions massives, soutien à l'Ukraine, exigences présentées directement au Président Poutine lors de leurs appels. Il est important que Poutine sache nos exigences et ce qu'il en coûte de ne pas y répondre", a expliqué lundi l'Elysée.

"Notre détermination est totale à sanctionner les exactions de cette guerre (...) Nous sommes pour un nouveau train de sanctions comprenant l'embargo sur le pétrole et le charbon. Cela se décide au niveau européen et sera discuté à Bruxelles lors du Coreper (Comité des représentants permanents) de mercredi", a précisé l'Elysée.

L'Allemagne piégée

Berlin exclut toujours de frapper le secteur gazier russe. "Nous devons envisager de dures sanctions, mais à court terme, les livraisons de gaz russe ne sont pas substituables" et les interrompre "nous nuirait plus qu'à la Russie", a déclaré lundi le ministre allemand des Finances, Christian Lindner, avant une réunion avec ses homologues de l'UE à Luxembourg.

Lire aussi 8 mnL'Allemagne, le maillon faible de l'Europe

Interrogé sur la possibilité de sanctions sur le charbon et le pétrole, ce dernier a botté en touche. "Pas de spéculations de ma part", a-t-il répondu.

"L'Autriche n'est pas en faveur de sanctions sur le gaz. Nous sommes très dépendants du gaz russe en Autriche. Les sanctions ne doivent pas nous affecter plus que la Russie", a abondé le ministre autrichien des Finances, Magnus Brunner.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 06/04/2022 à 10:39
Signaler
A quoi servent encore les Ambassades, dès lors que leur personnel a de plus en plus vocation à être expulsé dès que des tensions apparaissent entre Etats, alors qu'en principe, elles devraient servir justement à négocier et à atténuer les frictions ?...

à écrit le 05/04/2022 à 15:22
Signaler
Plutôt que de comparer le nombre de diplomates expulsés, il serait plus judicieux pour la France d'exiger une limitation du nombre de diplomates RUSSE EN FRANCE à HAUTEUR DU NOMBRE DE DIPLOMATES français en Russie : la baisse du niveau russe sera éno...

le 05/04/2022 à 20:46
Signaler
Notre pays est la plaque tournante aux espions, mais comme nos service sont aveugles on croit gommer le problème . Merci Macron .

à écrit le 05/04/2022 à 15:20
Signaler
A ma connaissance, il y a un énorme déséquilibre entre le nombre de diplomates russes en France, versus le nombre de diplomates français en Russie ... Plutôt que de comparer le nombre de diplomates expulsés, il serait plus judicieux pour la France d'...

à écrit le 05/04/2022 à 13:21
Signaler
Relisez votre article... C'est bourré de fautes... Honteux

à écrit le 05/04/2022 à 11:57
Signaler
Les marionnettistes amerloques tirent les ficelles de loin et les marionnettes européennes surtout Macron agite son bâton qui au premier risque de casser. C'est incroyable que les europèens sont tombés dans le pige des USA. C'est la fin d'une époqu...

à écrit le 05/04/2022 à 9:23
Signaler
Visiblement, personne ne sait plus ce que "diplomatie" veut dire! Cela cherche l'affrontement et s'en lave les mains!

à écrit le 05/04/2022 à 8:24
Signaler
Une information déjà oubliée.

à écrit le 05/04/2022 à 0:24
Signaler
Manifestement l'Europe grabataire est très longue à la détente...

à écrit le 04/04/2022 à 23:22
Signaler
Il ne s'agit pas d'expulser des diplomates aussitôt remplacés ... il s'agit de dire à la Russie : pas plus de diplomates russes en France, que de diplomate français en Russie !!! Sans même expulser qui que ce soit, ce simple rééquilibrage diminuera...

à écrit le 04/04/2022 à 23:22
Signaler
Il ne s'agit pas d'expulser des diplomates aussitôt remplacés ... il s'agit de dire à la Russie : pas plus de diplomates russes en France, que de diplomate français en Russie !!! Sans même expulser qui que ce soit, ce simple rééquilibrage diminuera...

à écrit le 04/04/2022 à 23:14
Signaler
Le drian comme Hollande et Macron seront poursuivis pour complicité de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité pour avoir offert les bombes, avions, chars et canon qui ont tué au Yémen plus de 400 000 civils. A côté l'ukraine c'est rien....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.